Les gilets jaunes sèment le chaos à Paris, Macron dénonce les violences

 |   |  1215  mots
Si le mouvement a été beaucoup moins suivi que les précédentes mobilisations, les violences ont été nettement plus importantes.
Si le mouvement a été beaucoup moins suivi que les précédentes mobilisations, les violences ont été nettement plus importantes. (Crédits : Stephane Mahe)
Le bilan de cette nouvelle journée de mobilisation est plus lourde que les précédentes: 92 blessés dont 14 policiers, 194 interpellations, des voitures incendiées, des magasins pillés puis saccagés, des monuments dont la tombe du soldat inconnu sous l'Arc de Triomphe ont également été vandalisés... Et pourtant, les autorités ont recensé 75.000 manifestants dans toute la France contre 282.000 lors de la première mobilisation et 106.000 lors de la deuxième. Emmanuel Macron a dénoncé les violences et convoque une réunion lundi.

Après de premières échauffourées près des Champs-Elysées, la mobilisation des "gilets jaunes" a donné lieu à une explosion de violence samedi dans plusieurs quartiers de Paris, en proie aux dégradations et à des scènes de chaos.

Vers 17H00, le bilan officiel était d'ores et déjà bien plus lourd que lors de la précédente mobilisation parisienne du 24 novembre: 92 blessés étaient recensés, dont 14 parmi les forces de l'ordre. Une voiture de police a par ailleurs été incendiée. Vers 18H00, 194 personnes avaient été interpellées à Paris.

Véhicules et restaurants incendiés, magasins saccagés et pillés, forces de l'ordre et de secours prises à partie: du quartier de l'Opéra à la prestigieuse avenue Foch en passant par la rue de Rivoli, les scènes de guérilla urbaine se sont répétées dans plusieurs quartiers huppés de la capitale, éclipsant le message porté ailleurs en France par des dizaines de milliers de "gilets jaunes".

"Je suis solidaire avec les +gilets jaunes+, mais j'ai envie de pleurer face à toute cette violence, ce gâchis", résumait  Fanny, une infirmière de 47 ans, devant un conteneur à verre incendié boulevard Haussmann. "Ça sent la Révolution".

Au début de cette troisième journée de mobilisation nationale, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner avait mis en cause "1.500 perturbateurs" dans la capitale quand son secrétaire d'Etat Laurent Nunez évoquait quelques instants plus tard la présence de "3.000" casseurs.

Boulevard Haussmann, non loin des grands magasins, des personnes cagoulées ont pris à partie des pompiers venus éteindre poubelles et véhicules incendiées, arrachant des vélos libre-service et érigeant des barricades, ont constaté des journalistes de l'AFP.

A proximité du Louvre et du Jardin des Tuileries, l'air était devenu irrespirable, saturé de gaz lacrymogène et de fumée. Des manifestants se sont également brièvement introduits dans le Palais-Brongniart, ancien siège de la Bourse.

"C'est la guerre", lâche, en pleurs Sélim, un salarié d'une galerie d'art pris dans les échauffourées.

Anne Hidalgo "indignée"

Place de l'Opéra, les camions de pompiers se succédaient sous le regard inquiet des touristes. "What is going on (que se passe-t-il?)", demandait paniquée une touriste.

"J'éprouve une profonde indignation et une grande tristesse face à ces violences au cœur de Paris. Elles sont inacceptables", a déclaré la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo sur Twitter.

"Ca fait quinze jours qu'on essaye de se faire entendre et y a rien qui bouge. Il va falloir à un moment que Macron nous entende sinon ça va être de pire en pire", a déclaré Gaetan Kerr, 52 ans, agriculteur venu de l'Yonne, non loin des Champs-Elysées

C'est dans ce quartier, sur le rond-point de l'Étoile, que les premiers heurts de la journée ont éclaté vers 8H45 quand des manifestants ont tenté de forcer un barrage. Les forces de l'ordre ont alors répliqué par des tirs de gaz lacrymogènes.

Edouard Philippe choqué

Les échauffourées se sont d'abord concentrées autour de l'Arc de Triomphe et notamment près  de la flamme du soldat inconnu où des manifestants ont entonné une Marseillaise. Plus tard dans la journée, des "gilets jaunes" se sont introduits sur le toit du monument pour brandir un drapeau français.

"Au risque de paraître vieux jeu, je veux dire à quel point j'ai été choqué par la mise en cause de symboles qui sont des symboles de la France", a réagi le Premier ministre Edouard Philippe.

Après ces premiers heurts, les manifestants ont reflué vers d'autres quartiers et dans des avenues adjacentes, notamment la prestigieuse avenue Foch où un tractopelle a été incendié et une  remorque de chantier renversée.

Sur l'avenue des Champs-Elysées, sécurisée depuis 6H00 du matin par un quadrillage policier très serré, la situation était plus calme et les manifestants craignaient que leur message soit éclipsé par les heurts.

"Nous sommes un mouvement pacifique, c'est juste que nous sommes désorganisés, c'est le foutoir car nous n'avons pas de leader", déplorait Dan Lodi, retraité de 68 ans.

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a, elle aussi, déploré les violences, estimant que cela "discrédite un combat légitime qu'exprimaient beaucoup de +gilets jaunes+".

Plusieurs figures de l'opposition ont accusé le gouvernement de mettre en scène ces violences pour discréditer le mouvement des "gilets jaunes". Le leader de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a ainsi dénoncé un "incroyable acharnement" contre les manifestants estimant que le pouvoir cherche "un grave incident pour jouer sur la peur".

Pour le porte-parole des Républicains (LR) Gilles Platret, "il est impératif" que l'exécutif "fasse un geste significatif en direction des justes réclamations des +gilets jaunes+".

Une mobilisation nettement moins forte

 Lancé il y a quinze jours hors de tout cadre politique ou syndical, le mouvement des "gilets jaunes" se poursuivait également en dehors de Paris.

 A 17H00, quelque 75.000 manifestants ont été recensés par les autorités sur l'ensemble de la France. La première journée nationale, le 17 novembre, avait réuni 282.000 personnes, et la deuxième 106.000, dont 8.000 à Paris.

La plupart des mobilisations se déroulaient dans le calme mais des échauffourées ou face-à-face tendus entre manifestants et forces de l'ordre ont eu lieu à Bordeaux, Toulouse, Nantes ou Tours.

A Charleville-Mézières, où des dégradations "importantes" ont été commises selon les autorités, des boules de pétanque ont notamment été lancées  vers les forces de l'ordre, qui ont procédé à quatre interpellations.

Plusieurs opérations de blocage et de filtrage étaient recensées notamment dans le Var au péage de Bandol sur l'A50 et dans les Bouches-du-Rhône.

A Nantes, une cinquantaine de "gilets jaunes" ont fait irruption à deux reprises samedi matin sur le tarmac de l'aéroport de Nantes Atlantique tandis que de brèves échauffourées ont éclaté à Strasbourg.

"La taxe sur le diesel, c'est une goutte d'eau. Il y a trop d'inégalités, plus ça va plus on s'enfonce, nous et surtout nos enfants", a déclaré Chantal, 68 ans, retraitée du secteur public lors d'un rassemblement à Lyon.

Macron dénonce les violences

"Aucune cause ne justifie que les forces de l'ordre soient attaquées, que des commerces soient pillés, que des passants ou des journalistes soient menacés, que l'Arc de Triomphe soit souillé" a déclaré le président de la République depuis Buenos Aires en Argentine où il participait au sommet du G20. Emmanuel Macron qui a parlé des "colères légitimes" a convoqué une réunion interministérielle pour lundi matin à son retour à Paris. En conséquence, le Premier ministre, qui devait se rendre en Pologne dimanche après-midi et lundi pour la COP24, "restera en France", a fait savoir Matignon. François de Rugy sera chargé de "mener la délégation française". "Les coupables de ces violences ne veulent pas de changement, ne veulent aucune amélioration, ils veulent le chaos : ils trahissent les causes qu'ils prétendent servir et qu'ils manipulent. Ils seront identifiés et tenus responsables de leurs actes devant la justice".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2018 à 12:31 :
c'est extraordinaire la capacité d'indignation de nos hommes politiques...il est vrai qu'il est plus facile de s'indigner que d'agir...
a écrit le 03/12/2018 à 10:12 :
la TV montre toujours les pro gilets jaune mais pas les antigilets jaunes. Il se vautrent sur tous les plateaux TV, il y a la que avec leurs ribambelles d'inepties antiéconomique anti citoyens. Je suis opposé de toutes mes forces à ces gents qui veulent tout gratuit: voiture, énergie, nourriture, loisirs,Tv etc. Ils attendent tout de l'Etat. L'Etat leur doit tout. A aucun moment ils ne cherchent à se prendre sérieusement en main, à prendre les bonnes décisions. Ya qu'a prendre ailleurs à la classe moyenne, aux riches aux retraités.
Leur facture va retomber sur les 42% de français qui paient l'impôt, sur les entreprises et finalement sur eux mais plus tard.
Ils se sont associés aux casseurs, volontairement, ils ne les dénoncent pas, ils les aident et y participent.
a écrit le 03/12/2018 à 9:30 :
Une seule solution : cogner plus fort que les casseurs.
Et les mettre en prison le temps qu'ils se calment.
a écrit le 03/12/2018 à 9:25 :
Il peut dénoncer le caractère violent des manifestations de ce Samedi en France, mais celui qui en est à l’origine, c’est quand même bien lui et la politique qu’il mène néfaste pour les classes moyennes !!!
a écrit le 03/12/2018 à 0:42 :
Normalement, une manifestation doit être encadrée en interne par un service d’ordre, à la charge de l’organisateur.

Pourquoi n’en entend-on pas parler ici ? Pourquoi autorise-t-on encore à manifester des gens qui ont déjà fait la preuve de leur incapacité à contenir leur événement ?

Perso je commence à en avoir marre de payer avec mes lourds impôts pour la casse provoquée ou tolérée par quelques irresponsables en gilet jaune.
a écrit le 02/12/2018 à 21:25 :
Bonsoir,

> Je vous transmets des infos et liens sur l'actualité en cours que l'on n'entend pas ou assez peu sur nos médias.
>

> Asselineau attaque sévèrement Mélenchon et les opposants qui n'en sont pas dans cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?time_continue=129&v=ccBKAA5L6_0

> En effet, Mélenchon veut une 6ème République mais que fait-il quand Macron ne respecte déjà pas la constitution de la 5ème ? Réponse : Il propose une motion de censure qui s'attaque au ...... gouvernement. Pourquoi se trompe-t-il sciemment de cible ? La réponse à cette question met en lumière les erreurs de Mélenchon et explique, pour partie, pourquoi des collaboratrices ou collaborateurs historiques quittent le navire. Les adhérent(e)s sincères vont bien finir par comprendre qu'il y a un truc qui ne va pas.

> On comprend mieux aussi par ricochet pourquoi les gens s'abstiennent de plus en plus d'aller voter puisque aucun parti politique en place porté par les médias de masse (télés et journaux nationaux) ne joue un réel rôle d'opposition. C'est pourquoi nous verrons de plus en plus des situations plus ou moins explosives ou désespérées sans aucun débouché politique possible. J'espère surtout que cela ne débouche pas vers un genre de guerre civile incontrôlée.
>

> Les gilets jaunes crient partout Macron démission ou Macron destitution !!

> Que propose Asselineau ? La destitution de Macron en vertu de l'article 68 de la constitution. Il explique les manquements graves (violations de la constitution) dans le dossier joint. Il propose que des parlementaires de l'opposition lancent la procédure de destitution. Dossier ici : https://www.upr.fr/actualite/france/proposition-de-resolution-pour-louverture-de-la-procedure-de-destitution-du-president-de-la-republique-en-application-de-larticle-68-de-la-constitution/

> L'important n'est pas l'aboutissement de la démarche mais l'image symbolique, pour Macron, de ce que cela implique. C'est un premier pas qui alerterait et freinerait son action et il serait le seul président à avoir subi cette option assez dérangeant pour sa belle image. (Rappels Benalla, garden-party, accolade avec des délinquants, photos avec Trump, etc...)
>

> Aujourd'hui on constate que l'opposition n'est plus, entre être de gauche ou être de droite, parce que les français ont constaté avec Sarkozy puis Hollande c'était la même politique qui était suivie et dictée par Bruxelles.
>

> De plus, avec le gouvernement actuel, nous avons des personnes venant des deux droites (LR et Modem ou UDI) , des verts (quand il y avait Hulot) et des anciens socialistes qui se disent toujours de gauche. Force est de constater que la politique menée suit les mêmes orientations et correspond exactement à la feuille de route imposée par les Gopé (grandes orientations de la politique Européenne). Chaque pays de l'UE reçoit d'ailleurs ses propres Gopé et on voit bien que les intérêts des citoyens des différents pays européens ne sont pas pris en compte comme on le voit en Italie, au Portugal ou précédemment en Grèce...

> Macron est plus un gouverneur à l'américaine qu'autre chose. Asselineau a été le seul a montré le document à la télé pendant la présidentielle et avait expliqué devant les maires de toute la France ce qui allait advenir. Ce n'est pas un devin, il suffisait juste de lire ce document. Conclusion : Tous appliquent les Gopé mais aucun des grands partis ne parle aux citoyens de ce document ? Ils passeraient de facto pour ce qu'ils sont : de simples exécutants sans autonomie. Il suffit d'être un habile communicant et de profiter le plus longtemps possibles des avantages et largesses offerts par le poste tenu : salaire, voitures, voyages en avion, etc.
>

> Le clivage politique doit donc se matérialiser aujourd'hui entre être pour rester dans l'UE, l'Euro et l'OTAN et accepter la politique actuelle ou en sortir pour retrouver notre souveraineté ( faire nos lois, gérer notre monnaie et notre politique étrangère) en respectant les traités donc notre signature en appliquant l'article 50 comme les anglais même si ce n'est pas une solution sans embûches.

> Ceux qui disent qu'appliquer l'article 50 n'est pas la solution en citant les problèmes des anglais oublient systématiquement de préciser au moins un élément très important voir crucial : Theresa May militait pour rester dans l'UE. C'est comme si, en France, Bayrou, premier Ministre devait organiser et mener, après un référendum, la sortie de la France de l'Union Européenne alors que tout le monde sait depuis longtemps que c'est un européiste convaincu. Quelle ardeur mettrait-il pour mener à bien les négociations ?
>

> Mélenchon et d'autres disent, par manque de courage ou par intérêt, que la procédure de destitution n'aboutira jamais et lancent avec le PCF une motion de censure. Il faut déjà 10% des députés....mais qu'en est-il des dernières motions de censure ? Elles n'ont pas abouti et ont toutes été rejetées. Sans parler du fait que l'on redonne la main ou l'initiative au président de la République lui-même pour sortir de la crise. Le président Macron doit bien se marrer.
>

> Et les verts ? Ils sont pour une super structure européenne et fédérale à Bruxelles où règnent de puissants lobbies allant à rebours de l'écologie souhaitée tout en promouvant "en même temps" le petit marché bio local !!!!!! Sont-ils schizophrènes ? (Voir les soucis de la fondation Kokopelli pour les semences)
>

> Les syndicats sont absents ou se désolidarisent du conflit des gilets jaunes, coincés dans la posture de l'accompagnement des mesures proposées par le pouvoir en place et ne sont plus des forces de propositions alternatives et innovantes. Qui pourra alors juguler ou tempérer les violences, si les syndicats sont absents ? Quelle sera l'issue plus ou moins positive de cette sortie de crise ? (Je n'ose parler d'une future ou simili-guerre civile ou d'affrontements entre citoyens ici ou là.)
>

> Les syndicats reçoivent aussi des fonds de la confédérations européennes des syndicats. Peut être que ce financement explique en partie leurs attitudes et qu'ils ne peuvent promouvoir une sortie de l'UE puisqu'en acceptant les subventions venant de cette entité, ils acceptent l'autorité de cette dernière. Peut-être est-ce même interdit d'évoquer la sortie de l'UE en leur sein ? Est-on toujours en démocratie si de telles options ne peuvent plus être débattues ?
>

> L'UPR en n'étant pas endetté et en s’auto-finançant réussit un tour de force incroyable. Vous rajoutez l'obligation de présenter un casier vierge pour porter l'étiquette l'UPR lors de toute élection. Vous comprenez mieux le silence des médias qui seraient bien embarrassés s'ils ne devaient donner la parole qu'à des gens sans casier. Ces contraintes, pas si élémentaires ou si évidentes que cela, limitent d'éventuelles dérives ultérieures. Quel autre parti politique propose cela ? (casier vierge, reconnaissance du vote blanc, reprise en main de notre souveraineté, etc.)
>

> Mélenchon a écrit des livres comme "Qu'ils s'en aillent tous ou le choix de l'insoumission" mais quand il faut y aller à l'assemblée pour demander la destitution de Macron.......il semble se montrer extrêmement prudent et compréhensif comme lors de la rencontre "fortuite" à Marseille. Il est beaucoup plus facile de parler de sujets annexes. Asselineau lui a fait parvenir la proposition de destitution via son porte parole sur Cnews. On attend la réponse. Un débat à la télévision serait intéressant à regarder. Mais comme depuis l'élection présidentielle Asselineau est passé 0 heure et 0 minute sur TF1, F2, etc... Pourtant, comme il a fait 1%, il devrait avoir au moins 1% de temps de parole ou de passage télé = 3 jours par an sur TF1, 3 jours par an sur A2, etc... Aujourd'hui c'est 0 heure sur TF1 depuis mai 2017. Poutou doit passer plus souvent ! Cherchez l'erreur ?
>

> Asselineau a eu récemment quelques minutes sur CNews et on risque de ne plus le revoir car il a demandé par écrit et transmis à cette occasion au porte parole de Mélenchon comme à une député présente la lettre demandant la destitution de Macron. Il détonne dans le paysage politique. Philippot qui vient de créer un parti passe beaucoup plus souvent à la télé....C'est assez étrange et comme il prône depuis peu le frexit on associera le frexit à l'extrême droite ? C'est assez bien joué de la part de ceux qui tirent les ficelles.
>

> On savait Asselineau tenace (11 ans à parcourir la France sans la lumière des médias) on s'aperçoit aussi qu'il est courageux et maintien contre vents et marées ses convictions.

> Regardez cette vidéo hilarante des retournements de veste des ministres actuels de Macron pour comprendre ce que le mot conviction signifie pour ces gens là : https://www.youtube.com/watch?v=XX0rNWLZEPs

> Qui d'autres avait indiqué et avait anticipé dans une conférence que l'on viendrait à remettre en cause le droit de véto à l'ONU de la France ? Qui relaie notamment la proposition de l'Allemagne afin que la France partage avec l'UE son droit de véto à l'ONU ? Va-t-on transférer à l'UE ce droit arraché de hautes luttes par le général De Gaulle ? Comme par hasard, les anglais vont sortir de l'UE et garder bien entendu leur droit de véto ( Mais ils restent dans l'OTAN ) ! Les allemands auraient-ils osé poser officiellement à l'ONU la même demande aux anglais ? Que nous donne donc les allemands en échange ? Macron aurait dû rebondir de suite à cette proposition ? Il est probable que le responsable politique allemand savait que cette proposition serait bien reçue côté français. Peut-être que des pourparlers sont déjà bien avancés...Était-ce dans le programme du président Macron ?

> En attendant, à la télévision on ne parle que des casseurs. Comme l'a répété Asselineau : Il faut :"Agiter le peuple avant de s'en servir, sage maxime." de Talleyrand Qu'ont-ils derrière la tête ? (les membres du gouvernement)
>

>

> Quelques phrases à méditer :

> L'univers abonde en sirènes qui nous chantent les douceurs du renoncement, à moins que dépitées de nous voir rester insensible à leur séduction, elles ne lèvent, elles n'élèvent à notre égard un chœur bruyant d'invectives." -Charles de Gaulle, allocution du 19 Avril 1963

>

La force de la vérité c'est qu'elle dure. (Ce proverbe est à l’origine une maxime de Ptahhotep, vizir du troisième millénaire avant J.C.)

> https://www.marianne.net/monde/allemagne-onu-conseil-securite-nations-unies-chevenement

> https://francais.rt.com/international/54444-vers-siege-franco-allemand-conseil-securite-onu
>

> Bon week.
a écrit le 02/12/2018 à 20:34 :
Relisons notre Histoire de France, dans notre pays, les révoltes et autres jacqueries ont un point commun...les impôts. Cette constante semble largement oubliée.
a écrit le 02/12/2018 à 18:39 :
Il faut retourner aux élections , le peuple le demande et refuse de continuer avec un tel attelage. La démocratie c'est la volonté du peuple dans sa majorité , qu'il ne soit pas obligé
de se réfugier dans l'abtention , le vote , blanc ou nul . Comment peut-on élire des gens avec 20 % de participation . Ce n'est pas de la démocratie , ce la devient de la dictature de fait.
a écrit le 02/12/2018 à 17:44 :
Nous ne payerons pas l'augmentation de la dette de l'état causée par les banques et la crise économique resultant de leurs abus et derives et du génie francais de la titrisation.
Ce sont aussi les banques qui conseils et offres à leurs clients les moyens de l'évasion fiscale qui ruine le pays.
a écrit le 02/12/2018 à 17:27 :
"les autorités ont recensé 75.000 manifestants dans toute la France contre 282.000 lors de la première mobilisation et 106.000 lors de la deuxième".

A noter ,que ce soir ,le nouveau chiffre est de 136.000 d'après le ministre de l’intérieur.
a écrit le 02/12/2018 à 17:14 :
Ce qui est navrant dans ce mouvement bien compréhensible à l'origine mais catastrophique par la tournure que certains veulent lui faire prendre, c'est l'inexistance d'une implication de TOUS CEUX qui étaient au pouvoir depuis plus de 300 mois et non pas 18 mois.
Les pros de la poliqtique, où sont-ils ? Que font-ils ? Où sont leurs propositions constructives ? Mesdames et Messieurs les Journalistes je vous invite à aller les retrouver et les interoger pourquoi hier et comment aujourd'hui et demain.
Réponse de le 02/12/2018 à 19:01 :
Vous avez vécu sur Mars ces dernières décennies?

Si la démocratie française est au bord de la crise de nerf c'est parce que les gouvernements successifs ont violé Marianne des douzaines de fois en faisant adopter des lois dont les français de voulaient pas, par le 49.3, par ordonnance, en loucedé (combien d'amendements crapuleux adoptés au milieu de la nuit dans un hémicycle vide et comateux?), voire en faisant du chantage à la liste électorale.

Et si ça tombe sur Macron c'est parce que c'est un violeur en série. Non seulement il impose au français des taxes insensées, des lois liberticides, des baisses de pouvoir d'achat, mais en plus il les insulte deux fois par semaine.
a écrit le 02/12/2018 à 15:34 :
Nos services de renseignements ne font pas le travail que l'on attend d'eux et le gouvernement autorise une telle manifestation à de tels endroits , c'est sucidaire.
Réponse de le 02/12/2018 à 15:44 :
C'est la révolution chez les riches normal alors !
Réponse de le 02/12/2018 à 17:13 :
les gilets jaunes en garde a vue vont payer cache la dégradation de l'arc de triomphe
a écrit le 02/12/2018 à 15:10 :
Ce qui est gênant dans ce mouvement et ce depuis son origine, c'est son leitmotiv unificateur réclamant la démission de Macron. Les exactions, la casse, les dégradations trouvent leur origine dans ce slogan anti démocratique et c'est pour cette raison même si je n'approuve pas la politique de Macron, je n'ai jamais fait pas partie des soi disant 80% de français qui soutiennent les gilets jaunes.
a écrit le 02/12/2018 à 15:00 :
Et samedi prochain, ils remettent ça?
a écrit le 02/12/2018 à 14:51 :
Je souscris au post de MOUGEON sur le maillage : Macron reste à mon avis un interlocuteur légitime dès lors qu'il a été élu, même si personne n'est dupe qu'il l'a été par défaut. Et pas grand monde à l'horizon pour prendre le relais... Reste que l'on peut s'interroger sur la politique du gouvernement au regard des intentions de campagne et sur la gestion actuelle de la crise.

Moi j’avais compris qu’on allait réconcilier les Français autour d’un vrai projet, et demander un effort à chacun pour remettre la France à flots. Dieu sait qu'elle en a effectivement besoin.

Mais quand Grivaux parle d'adapter la méthode en gardant le cap, il ferait bien de rappeler quel est le cap choisi. Personnellement je vois bien ce que la politique actuelle du gouvernement me coute mais je ne comprends plus rien aux résultats qu’on peut en attendre...

- Limitation de la vitesse sur les routes : C’était vraiment prioritaire ?!!! Et tant qu’à faire, pourquoi ne pas limiter la vitesse à 0 km/h, ce serait plus efficace sur l’accidentologie…
- Augmentation des taxes sur la classe moyenne, encore et toujours. C’est-à-dire les gens qui travaillent, ne peuvent pas accéder sans prendre un jour de congé aux services publics qu’ils sont pourtant les seuls à payer, n’ont droit à aucune aide puisqu’ils sont déjà nantis, … Et quid des économies attendues du public?
- Des « petits » fonctionnaires en sous-effectif, pendant qu’une plétore de types restent payés par nos impôts à pondre toujours plus de normes, de contrôle, bref, d’em…der ceux qui les supportent et les engraissent. A quand une notion de « service », de qualité, de rentabilité , dans le prétendu « service public », qui soit en passant se satisfait très bien de faire appel à des contractuels de droit public précarisés pour pallier les carences de statutaires surprotégés, tout en faisant la leçon au secteur privé…. Quant à la notion de "main d'oeuvre directe", ca pourrait aussi exister dans le public...
- Une politique sociale couteuse, qui aboutit à ce que des ouvriers et employés en CDI au Smic soient finalement moins bien lotis que des « précaires » sur lesquels se concentrent toutes les aides sociales, et qui peuvent bosser au noir sans le moindre contrôle pour finalement mieux gagner leur vie que les salariés. Idem pour ceux qui renoncent aux restos et plaisirs de la vie pour économiser pour leurs vieux jours… ils finiront par se voir reprocher d’avoir plus d’argent que ceux qui l’on claqué et qui pleurent pour toujours plus de contribution de l’état.
- Des changements d’orientation incessants : On nous parle aujourd’hui de renoncer au pétrole : Les méchants pollueurs d'aujourd'hui sont pourtant les mêmes que ceux qui se voyaient l'an dernier subventionnés pour acquérir une chaudière au fuel… Et dans 5 ans, on va se rendre compte du bilan écologique désastreux des batteries de véhicules électriques… qui roulent à 80% au nucléaire. Au fait, le nucléaire, on en veut encore ou pas finalement ? Parceque c'est dangereaux, certes, mais on ne va pas rouler tout de suite à l'éolien... Quant aux primes de l’état, j’aurais bien changé mon vieux diesel de 220 000 km, acheté à l’époque ou le gazole était conseillé et soutenu par nos gouvernants. Mais en tant que Français « classe moyenne », ce ne sont pas les primes ridicules auxquelles j’ai droit et la ponction sur mes revenus qui me permettront d’y accéder. Qui sont d’ailleurs ces français qui ont pu changer de véhicule grâce à ces mesures ? A part ceux dont le véhicule était de toute façon rincé, et ceux qui n’avaient pas besoin d'attendre une prime pour se faire plaisir, je ne vois pas…. Quant aux transports en commun : chez moi il n’y a qu’un bus par jour pour atteindre le première ville, et encore même pas aux horaires d’école de mes enfants…

Quant à la gestion du mouvement, quelle catastrophe :
- Une attitude intransigeante, avant une vague ouverture vis à vis des gilets jaunes, mais pour parler de quoi ?... D’environnement ?!!
- Un laisser faire sur les casseurs, au motif qu’il vaut mieux protéger les personnes que les biens. Traduction : Pillez tant que vous voulez, c’est open bar !

Ces Messieurs du gouvernement, à force de jouer les autruches en espérant que le conflit pourrira de lui-même, se mettent à dos 80% des Français (c’est qui d'ailleurs les 20% restants ???), et contribuent de façon très regrettable à attirer de plus en plus de candidats à la violence. Peut-être pas si grave finalement, nul doute qu’ils en feront porter la responsabilité sur les membres du mouvement…

Alors quoi, dans un conflit qui ne se connait pas de leader ? Peut-être commencer par appuyer sur pause et par interroger les français sur leur quotidien, avant de proposer une VRAIE politique, exigeante peut-être, mais juste et équilibrée. C’est quoi déjà la mention sur les frontispices de nos institutions ? Ah oui, « Liberté, égalité, fraternité ». Et si on commençait déjà par là ?
Réponse de le 02/12/2018 à 15:57 :
Sans parler que la France doit emprunter, au bas mot, 21 milliards pour payer notre cotisation au club de l'UE de Bruxelles qui n'est, encore, qu'une administration, pour lui permettre de subventionner d'autre adhérents dans le but qu'ils puissent nous faire concurrence... ainsi va les délocalisations, les travailleurs détachés etc
Réponse de le 02/12/2018 à 19:11 :
Il en va de la légitimité comme de la présomption d'innocence, au bout d'un moment quand les faits sont trop lourds et trop évident, elle tombe.

Un président reste légitime tant qu'il est jugé tel par ses compatriotes.

Si jamais Macron tombait à moins de 10% de satisfaits pendant un an, que son parti perdait toutes les élections intermédiaires et la question de sa légitimité se poserait sans attendre 3 ans de plus.

Au minimum il faudrait qu'il y ait une dissolution de l'AN et reconfirmation de la légitimité de la majorité au pouvoir.
Quitte à ce qu'il y ait une cohabitation. Notre constitution le permet, on l'a testé parce que Chirac a eu le sens de l'état (seule qualité que je lui reconnaisse).
a écrit le 02/12/2018 à 14:25 :
Avant d'en arriver à une révolution sanglante, mieux vaut instaurer la seule révolution pacifique possible : le Frexit
a écrit le 02/12/2018 à 13:52 :
Macron a raté son mandat car comme ses prédécesseurs il n'a pas administré l'électro choc dont le pays a besoin dans les premiers mois suivant son élection, il fallait légiférer par ordonnances à un rythme d'enfer dès le 15 mai 2017? Celui qui proposait le bon traitement dans son programme s'appelait Copé. Son score à la primaire de la droite est risible mais pourtant c'est celui s'il avait été appliqué qui avait le meilleur programme.
a écrit le 02/12/2018 à 13:10 :
L'un des pays qui redistribue le plus de richesses et dans lequel les prestations sociales et autres subventions sont parmi les plus élevées au monde se retrouve en état de révolte, digne d'un pays du tiers monde. C'est le constat de faillite de l'état omnipotent qui voulant tout réglementer se retrouve logiquement désigné comme responsable de tout.
Réponse de le 02/12/2018 à 13:53 :
C'est surtout un pays riche où les gens en veulent "toujours plus", les gilets jaunes ne sont pas des pauvres, pour la plupart ils sont au premier strate de la classe moyenne. D'ailleurs un pauvre par définition ne possède pas de voiture et n'est donc pas impacté par une quelconque hausse du carburant.
Ce que réclame les gilets jaunes, c'est l'accès au milieu de la classe moyenne : pouvoir partir en vacances à l'étranger, être propriétaire de son logement, se payer une cuisine et une salle de bains équipée et si possible une piscine...
Les familles monoparentales qui se plaignent oublient juste un détail : divorcer est un luxe, vivre célibataire aussi. Il n'est pas possible d'être libre, sans "moitié" et de bénéficier des revenus "d'une moitié". Nécessairement lorsqu'on vit seul, on a moins de revenus comme les ménages qui n'ont qu'un seul salaire, c'est un choix personnel, est-ce à la société de l'assumer ?
Les jeunes célibataires cohabitent lorsqu'ils veulent vivre libres mais mieux, pourquoi les familles monoparentales ne trouvent pas une solution satisfaisante pour vivre sans conjoint mais avec quelqu'un d'autres pour mutualiser les dépenses ? Des gens qui vivent seuls et souffrent de solitude, c'est pas ce qui manque dans notre société. Mais comme vous le dites, il vaut mieux tout attendre de l'Etat.
a écrit le 02/12/2018 à 13:07 :
Le Secteur de l'Immobilier fait un excellent chiffre d'affaire dans notre Pays.
La Natalité aussi se porte a merveille dans notre Pays.
Les voitures récente aussi ne manquent pas dans les rues...
Réponse de le 02/12/2018 à 18:23 :
Attention à ne pas confondre le manifestant de base gilet jaune qui ne peut plus joindre les deux bouts avec la France qui gagne et qui a majoritairement voté Macron. Là on voit clairement que ce gouvernement est plein de mépris pour ces gens d'en bas, qui votent mal, sont sûrement sales (N.Belloubet vient d'employer le mot "souiller" !), méritent leur petit salaire parce qu'ils sont les perdants de l'économie de marché ouverte.
a écrit le 02/12/2018 à 12:56 :
Encore un petit effort si personne ne veut admettre qu’il faut retrouver nos équilibres financiers alors demain la faillite du pays conduira à l’ arrivée de la BCE et du FMI pour une réduction drastique des salaires des retraités par exemple. Pensez à la Grèce
Réponse de le 02/12/2018 à 13:38 :
Vous pensez sérieusement que le français à qui tout est dû s'imagine une seule seconde que le sort de la Grèce le guette si les taux d'intérêt préférentiels de la dette (proches de ceux de l'Allemagne) venaient à augmenter et si les investisseurs étrangers perdaient confiance dans le pays en refusant d'assurer ses "fins du mois".
Réponse de le 02/12/2018 à 13:55 :
Les efforts, c'est toujours les mêmes, alors le fmi et la bce iront se faire mettre une bonne fois pour toutes.
Réponse de le 02/12/2018 à 14:44 :
Le problème de l'état d'aujourd'hui est un problème de dette et d'équilibre budgétaire. Le poids de la dette est devenu insupportable et ne fait qu'augmenter. Cela vient uniquement du fait que se sont les banques qui créent de la monnaie gratuitement et font payer les états pour ce service. A un moment, la dette étant trop grande, l’état ponctionne de plus en plus les citoyens, rendant insupportable la condition de vie des plus faibles. C’est pour cela qu’ils sont dans la rue ! Tant qu’il existera une richesse dans ce pays, non subtilisée par les banques, les impôts augmenteront au point que les propriétaires de maison seront obligés de vendre leur maison pour payer ces impôts comme c’est le cas en Grèce aujourd’hui.
Il faut bien comprendre que cette dépossession sera faite uniquement pour masquer la faillite de la banque prêteuse. Ce sera pour ajouter une ligne de bilan qui équilibrera les comptes de la banque !
Lorsque vous perdrez votre maison, sachez que ce sera pour une ligne comptable dans le bilan d’une banque ! Et si vos impôts augmentent c’est pour la même raison. Il s'agit d'un système bancaire qui a pris le pouvoir et qui est totalement déconnecté de l’humanité, une erreur politique décidée par Pompidou et avalisée par Giscard d'Estain. !
a écrit le 02/12/2018 à 12:41 :
C'est honteux. Aucune revendications ne méritent qu'on tague notre Arc de triomphe et qu'on incendie la propriété d'innocent.
Réponse de le 02/12/2018 à 13:05 :
Le choix a été fait de protéger des magasins.
Protéger le McDo, la boutique Disney, le GAP ...c’est très bien.
Protéger l’Arc de Triomphe c’est mieux.

L’état a sciemment laissé faire la chienlit.
a écrit le 02/12/2018 à 12:31 :
A qui la faute? Gouverner c'est prévoir! Mais Macron n'est que le pion de Bruxelles et le futur fusible!
a écrit le 02/12/2018 à 12:31 :
ministres et députés LREM se démènent pour donner des conseils aux gilets jaunes ; ils feraient mieux de les prodiguer au Président et à son Premier Ministre qui continuent à faire la politique de l'autruche .
les français ne croient pas à une urgence énergétique de notre pays qui est un des moins pollueurs d'Europe , et surtout refusent une punition fiscale sur leur consommation personnelle d'énergie (carburants ,électricité , gaz ,mazout ) pour les faire changer de comportement alors qu'ils n'ont pas de réelles solutions alternatives tant au plan technique qu'économique .
le gouvernement ne veut pas tenir compte de cette réalité . il s'accroche au rendement fiscal de la "taxe carbone" de plusieurs milliards supplémentaires annuels déjà programmés dans la loi de finances car il n'a pas d'autre moyen de limiter le déficit public (sous les 3% de PIB) ,compte tenu de ses choix budgétaires ( allégement massif de la contribution du capital et de celle des entreprises )
le lien républicain entre une majorité de citoyens et le pouvoir exécutif est prêt à se rompre , tant l'obstination de ce dernier est forte à défendre une rhétorique écologiste indéfendable . cette situation révèle aussi que le pouvoir politique n'est plus à l'écoute du pays et des intérêts de la population .
il faut que le Président impose une mesure forte : l'arrêt immédiat de tout projet d'augmentation des taxes sur l'énergie pour l'exercice fiscal 2019 , et le contrôle des prix d'EDF et GDF pour l'électricité et le gaz destinés aux particuliers , ces deux sociétés étant redevables d'une mission économique de service public indépendamment de la composition actuelle de leur actionnariat .
a écrit le 02/12/2018 à 12:15 :
pour les Gilets Jaunes : vous savez dans certains pays étrangers, le coût de la vie est moins élevé qu'en France.
a écrit le 02/12/2018 à 12:12 :
Le Secteur du Tourisme va Etre Sinistre avec ce mouvement des gilets jaunes.
Les Touristes Etranger Vont Deserter Notre Pays.
Ils Vont Passer les Fêtes de Fin d' Année dans des endroits plus accueillants.
Hier a côte des manifestants dans le Var c'est plutôt des SUV et des voitures récentes que je voyais pas des da via.
Les gens ne sont donc pas aussi pauvres qu'ils le prétendent devant une caméra.
Chercher à se faire plaindre c'est un reflex très banal dans notre pays.
Réponse de le 02/12/2018 à 13:00 :
Les gilets jaunes devraient publier leur revenu fiscal , où sont ils dans les déciles sûrement pas dans les 3 premiers déciles
Réponse de le 02/12/2018 à 13:13 :
A moins que ces ne soient les jeunes français qui choisissent de s' enfuir d' un pays en voie de latinisation par la grâce des GOPE de l'UE du suppôt président banquier Macron et si nous ne parvenons pas à reprendre en main notre destin et remettre en route une démocratie.
Et pour ce faire, il ne reste que peu de temps pour préparer une transition pacifique, j' entends par là voter sereinement un rejet massif de l' UE post maastrichienne aux prochaines assortie ensuite d' un Frexit..
Réponse de le 02/12/2018 à 15:54 :
Non,il existe un tourisme dit de "catastrophe",ou l'o fait visiter des sites dévastés par la guerre ou autres.C'est un marché porteur:vous pouvez etre sur que dimanche matin,Paris était plein de curieux et photographes pour voir les dégats.Il faut développer ce nouveau marché
a écrit le 02/12/2018 à 12:07 :
A qui la faute? Gouverner c'est prévoir! Mais Macron n'est que le pion de Bruxelles et le futur fusible!
Réponse de le 02/12/2018 à 12:52 :
Super raisonnement puisse qu'il est le pion de Bruxelles, il est totalement dédouané de toute erreur.
Réponse de le 02/12/2018 à 17:50 :
@alecs

Plutôt complice.
a écrit le 02/12/2018 à 12:01 :
Les gilets jaunes sèment le chaos à Paris, Macron dénonce les violences

Macron et le gouvernement Philippe organisent le chaos sociétal et économique de la France qui sombre dans la misère
Réponse de le 02/12/2018 à 13:58 :
La France, un pays miséreux ? Les Français sont des enfants gâtés qui même lorsqu'ils vont à l'étranger ou regardent des documentaires sur les pays moins privilégiés ne voient pas la vie des autres tellement ils sont obnubilés par leurs petits soucis. Ils passent leur temps à envier les autres au lieu de voir à quel point, certains sont bien plus à plaindre.
Soyons sérieux, résider légalement en France et mourir de faim, il faut presque le vouloir.
Réponse de le 02/12/2018 à 18:01 :
@Harpagnon

"La France, un pays miséreux ? Les Français sont des enfants gâtés qui même lorsqu'ils vont à l'étranger"

Les cadres soit 4,3 millions en France, 16,7% de la population active.ou les retraites cadres soit environ 4 millions sur les 14 024 638 ( chiffre 2016) effectivement, ils s'en sortent pas trop mal, y compris leur gosses. Une population qui a d'ailleurs voté majoritairement Macron.
Réponse de le 02/12/2018 à 21:33 :
@ la chose, vous êtes un bienheureux qui s'ignore. La France a une classe moyenne aisée en dessous des cadres que vous évoquez.
La misère, comme la chanson d'Aznavour, c'est ne pas manger à sa faim (manger un seul petit repas par jour) tout en ayant un mauvais toit sur sa tête, c'est ne pas avoir ni portable téléphonique ni abonnement internet, ni TV de moins de 15 ans... mais avoir pour tout meuble chez soi des palettes comme tables, lits et chaises... C'est ne pas avoir de chauffage ni d'eau chaude...
La misère :
*ce n'est pas avoir une voiture et ne pas pouvoir aller au restaurant à 100 km aller retour de chez soi le week-end, avoir des vacances mais ne pas pouvoir partir de chez soi...
*ce n'est pas avoir des emprunts sur le dos et avoir du mal à les rembourser,
*ce n'est pas avoir un tas d'abonnement mensuel et ne plus avoir beaucoup de marges en plus, à la fin du mois pour le superflus,
* ce n'est pas avoir les moyens de s'habiller avec des vêtements neufs mais pas des vêtements de marques à la mode.
Réponse de le 03/12/2018 à 14:17 :
@Harpagon

Tu as oublié les oranges à noël.
a écrit le 02/12/2018 à 11:35 :
Merci aux Gilets Jaunes de faire le siège des péages d'autoroutes. Par cette initiative vous faites ce que les Vinci et autres auraient du faire depuis le départ: reverser leurs dividendes aux usagers, véritable propriétaire de ces autoroutes, et non à des actionnaires. La concession au privé de l'entretien d'un bien qui appartient au peuple a été une énorme escroquerie à laquelle il faut mettre un terme. Si le privé veut gérer l'entretien des autoroutes d'accord mais il ne reverse pas ses dividendes ailleurs que dans les poches des usagers. Et peu importe ce qui a été signé. Il faut en sortir sans contrepartie. Moi aussi j'ai voté Macron, et moi aussi je m'en mords les doigts.
a écrit le 02/12/2018 à 11:30 :
Les casseurs civils saisis sur le vlf dans un grand moment de respect républicain ..
https://www.facebook.com/madjao.land/videos/10156665976590320/?fref=mentions&__xts__[0]=68.ARBmQ-0Fs7EfHfNGilYHvgG0bNBvqNZPje-WtnPv3Mpr-8fmEF6W0AkgzOCUsum_LIu8u_hiUc33peW2m1hr4REHDkB-r3kOBJrITkDE4ZqeTJjgUvQpGaJ3eS5or_BUQyVrKQgJUksFs7Y9P12pdkvtEnvKkQcLmYHcszevlgNC3OGvuqtD0uZlZFp9L0wPerG9j4WbBFQKUhRcxucj5rR6Mgb4GQzGEQHygkeqgAgDl9zpebyadub5ekPwpJLNhlkwlCG6IW3RRlpEJUeqfkck7k2uA4bT2iDkUXSKrCA&__tn__=K-R&jazoest=26510012299671169545908453106106701131127987835070806686998512198504812199116895310911872106787368956789103586510012210210157548912210466114103118865389901135310983100797952951218256655368107749079761011095782817299103
a écrit le 02/12/2018 à 11:29 :
Macron n'a rien reformer si ce n'est que d'augmenter la dépense public
ce pays est fou de dépenser 48,5% de son PIB dans des administrations en surnombre, communes communauté de communes, départements , régions, métropoles c'est la que passe l'argent de nos impôts.
Nous sommes matraquer Fiscalement Français de tout genres.
Il faut d'urgence réduire la dépense public et supprimer les départements, les métropoles et réduire les communes.
Réponse de le 02/12/2018 à 12:40 :
Cette superposition de collectivités locales et de subdivision administratives qui s'auto entretiennent avec de l'argent public doit être unique au monde et coûtent au pays un pognon de dingue.
Réponse de le 02/12/2018 à 13:10 :
C'est une folie:la ponction publique rentre dans le calcul du PIB.Avec 0.2% de croissance par trimestre on serait tout le temps en récession!Plus sérieusement,la politique des gouvernements est simple:quand les rentrées fiscales baissent,on augmente les impots.Quand on augmenteles impots ,les rentrées fiscales baissent.Nous sommes des shadocks,et nous allons continuer a pomper.
a écrit le 02/12/2018 à 11:28 :
Curieux pays où l'on retrouve suite à une vidéo, en moins d'une journée un individu inconnu des services de police, suspecté d'avoir furtivement touché le postérieur d'une usagère du métro mais dans lequel on laisse des hordes de barbares semer le chaos et la terreur dans la moitié de sa capitale sans jamais les inquiéter postérieurement aux évènements.
Réponse de le 02/12/2018 à 11:54 :
Effectivement les trois quart des casseurs d'hier sont fichés par les service de police et de renseignement mais aucune arrestation n'interviendra dans les prochains jours car le pouvoir a peur mais elle n'a jamais empêché le danger.
Réponse de le 02/12/2018 à 14:07 :
Curieux pays où à écouter les médias, 75 % des Français seraient aux côtés des gilets jaunes qui se plaignent d'être pauvres et de ne pas finir les fins de mois. Il y aurait donc 75 % de pauvres en France et les économistes l'ignorent...
Comprendre que des gens aient des doléances à porter à la connaissance du Gouvernement est une chose, se sentir un des leurs ou être d'accord avec leurs méthodes en est une autre.
Drôle de pays où moins de 500 000 personnes peuvent en prendre 65 millions en otages. Nous avions connu cela avec les routiers à une époque, jusqu'à ce que le Président de la République siffle la fin de la récré avec succès. Depuis les routiers ont appris à négocier plus raisonnablement et efficacement d'ailleurs aujourd'hui, ils ne s'associent pas aux gilets jaunes alors qu'ils devraient être les premiers impactés par la politique soit disant spoliatrices du Gouvernement sur le carburant.
a écrit le 02/12/2018 à 11:21 :
Parce que vous n'êtes vraiment pas sage en ce moment. Si vous continuez, le Père Noel ne passera pas vous apporter vos cadeaux : hausse d'EDF, hausse des carburants, ..
a écrit le 02/12/2018 à 11:06 :
Supposons que Macron démissionne: qui raisonnablement ferait la maille pour occuper ce job?
Personne de crédible chez les politiques (passons sur ce clown de Hollande qui ose la ramener ...du goudron et des plumes c'est tout ce qu'il mérite) et il n'y a pas de candidat déclaré chez les gilets jaunes ( ils ne sont même pas capables de gérer les n rond points sans casse , alors confiez leur le pays...)

Les medias feraient bien de ne pas ajouter à la surenchère avec leur sondages à 2 balles .
80% des français ont de la sympathie pour les giltets jaunes? moi aussi et alors?
Et combien de % sont pour continuer à mener le pays à la ruine?
Réponse de le 02/12/2018 à 11:42 :
Je votre pour le Général de Villiers tout de suite et les yeux fermés.
Réponse de le 02/12/2018 à 12:18 :
Si on devait garder tout les incompétents parce ceux là font en sorte d’éliminer toute concurrence, on aurait encore les rois de France au pouvoir! Qui mène le pays a la ruine? Ceux qui décident a la place des autres dans leurs propres intérêts et les décideurs sont a Bruxelles, la France est sous tutelle!.
a écrit le 02/12/2018 à 11:00 :
Y a-t-il un pilote au Ministère de l'Intérieur ?
La stratégie adoptée par le Ministère de l'Intérieur face à des débordements plus que prévisibles est incompréhensible..... Vérouiller les Champs Elysésées avec des forces de pólice conséquentes et laisser faire cette explosion de violence dans plusieurs quartiers de Paris est une stratégie qui laisse planer un sérieux doute sur les compétences professionnelles des responsables du Ministère. Les faits qui se déroulés sur toute la journée de samedi sont proprement sidérants.
Réponse de le 02/12/2018 à 12:21 :
C'est vrai que l'on interdit l’accès a des supporters mais on arrive pas a interdire les casseurs bien connus!
a écrit le 02/12/2018 à 10:55 :
Brigitte n'a plus qu'à revendre la vaisselle de l'Elysée pour rembourser les commercants. Quelle nullité à l'Intérieur, on pensait pouvoir parquer des loups aux Champs avec leur accord.
a écrit le 02/12/2018 à 10:37 :
D'après les informations qui parviennent (au bireau de l' UPR notamment par des adhérents et sympathisants qui y travaillent), le ministère de l'Intérieur et les services de renseignement seraient extrêmement inquiets de la tournure prise par les événements.

Le gouvernement ne sait plus comment se sortir de ce mouvement de fond qui prend des allures pré-révolutionnaires, et cela d'autant plus que de nombreux policiers seraient jugés "peu fiables", en haut lieu, pour réprimer la population.

Notons que si ces scènes d'émeutes se déroulaient à Damas ou à Caracas, Macron serait le premier à se scandaliser du "régime-de-Bachar-El-Assad-qui-réprime-son-propre-peuple" et du "régime-de-Maduro-qui-réprime-son-propre-peuple".

Pendant que Brigitte Trogneux s'occupe à dépenser des millions d'euros aux frais des contribuables pour refaire la décoration de l’Élysée, son mari prendrait à coup sûr la pose du grand démocrate pour réclamer "le départ de Bachar-el-Assad" ou de "le départ de Maduro".

Tant de mépris, de diktats et de tartufferie suffisent. Tous les Français doivent désormais réclamer "le départ de Macron".

Et, comme l'individu ne partira pas de lui-même, tous les Français doivent faire maintenant le siège de leurs députés et de leurs sénateurs pour exiger le lancement du processus de destitution de Macron par l'article 68 de la Constitution.
Réponse de le 02/12/2018 à 19:33 :
Content de voir qu' Asselinau se préoccupe des rideaux de l'Elysée ...

Enfin une tâche à sa mesure.
a écrit le 02/12/2018 à 10:32 :
Casseurs par ci, casseurs par là, je me demande comment tous ces commentateurs auraient appelé les protagonistes du 14/07/1789, alors que tous les ans ils les fêtent (sic) ! Il est sur que quelques tag de peinture sur l'Arc de triomphe est beaucoup plus révoltant que tous ces gens de plus en plus nombreux qui font les poubelles la nuit ou qui vont dans les Asso pur se nourrir ! Enfin on a l'indignation que l'ont peu :)
Réponse de le 02/12/2018 à 13:42 :
Sauf que les plus pauvres dont vous faites mention ne sont pas gilets jaunes. Ils se moquent du prix du carburant car ils n'ont pas de voiture, ils se moquent des taxes car ils n'ont pas de travail. Les gilets jaunes ce sont juste des gens qui s'achètent une voiture à crédit qui n'est pas à leur portée, des canapés en cuir et des meubles hors de prix, la dernière tv de 180cm et des smartphones à 500 euros et qui sont tout étonnés de ne pas pouvoir faire face à leurs dépenses en milieu de mois. Et au lieu d'apprendre à ne pas dépenser n'importe comment, ils e sont pas gênés de demander aux autres de payer pour eux...
Réponse de le 02/12/2018 à 17:39 :
@ Webes : Vous êtes bien méprisant avec les "gens de plus en plus nombreux qui vont dans les asso pour se nourrir". Quelle honte y a-t-il à utiliser la générosité de ceux qui peuvent se permettre d'aider ceux qui sont dans le besoin ?
C'est à cause de gens comme vous que certains préfèrent faire les poubelles que de demander de l'aide. Parce que si vous aviez un minimum de sens de l'observation, vous auriez remarqué que ceux qui font les poubelles ne sont pas ceux qui vont au resto du cœur ou autres œuvres caritatives.
Dans la vie soit on s'en sort tout seul et tant mieux pour soi, soit on a besoin d'aide et on accepte l'aide des gens généreux pour s'en sortir. L'orgueil ne sert qu'à rester dans la panade sans fin sous prétexte de ne pas avoir à dire merci à quiconque.
Réponse de le 02/12/2018 à 20:59 :
@ Harpagon
Justement je dois avoir plus le sens de l'observation que vous, eh oui cet été 'jai été frappé par le nombre de personnes âgées qui faisaient les poubelles.
a écrit le 02/12/2018 à 10:32 :
Lu ce dimanche 02/12/2018 matin. Nous ne changerons pas de cap mais le dialogue est ouvert. D'office le gouvernement campe sur ses idées arrêtées sans compromis. C'est manifestement lui qui ferme le dialogue et prend les français pour des naïfs.
Réponse de le 02/12/2018 à 17:42 :
En quoi conserver son cap, donc son objectif, empêche de dialoguer ? Un cap, cela peut s'atteindre par différents moyens, par différentes routes et plus ou moins vite.
Vous avez si peu l'habitude du dialogue que vous ignorez ce que signifie échanger des idées, écouter les autres avant de prendre certaines décisions ?
a écrit le 02/12/2018 à 10:21 :
Selon les données recueillies par l’institut Odoxa pour Franceinfo et Le Figaro, dans une étude publiée le 28 novembre 2018, ce sont désormais 84 % des Français qui trouvent cette mobilisation « justifiée », et ce soutien énorme de la population est en hausse continuelle. Le chef de l’État sombre quant à lui dans une impopularité tout aussi massive : elle a franchi un nouveau record à la hausse avec 73% d’opinions défavorables selon le dernier baromètre politique BVA.

De nombreux observateurs s’inquiètent de la tournure des événements, devant ce soulèvement populaire qui ne se reconnaît aucun chef et dont les revendications vont désormais bien au-delà de la seule annulation de la taxe sur l’essence. La colère est générale. Elle est motivée par de nombreuses décisions impopulaires, mais aussi par la personnalité même de M. Macron, son mépris ostensible à l’égard des Français, son indécence comportementale, sa méconnaissance des soucis quotidiens que vivent les citoyens ordinaires.

Macron donne le sentiment :

de ne tenir strictement aucun compte de ce que pensent les Français (alors que la Constitution française pose que le « principe de la République » est « Gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple »)
et d’agir essentiellement en faveur d’une infime minorité d’ultra-riches.
https://www.upr.fr/actualite/france/proposition-de-resolution-pour-louverture-de-la-procedure-de-destitution-du-president-de-la-republique-en-application-de-larticle-68-de-la-constitution/
Précédant une allocution de François Asselineau spéciale Gilets Jaunes lequel porte un message d' apaisement pour la France et les français meurtris..
a écrit le 02/12/2018 à 10:15 :
Les zadistes et les bb avec les gilets jaunes !

Ben quoi au point où on en est, un pouvoir central totalement incompétent car là seulement pour appliquer la feuille de route des marchés financiers, un pouvoir d'achat en berne car ils sont là pour prendre à ceux qui consomment pour donner à ceux qui s'évadent fiscalement, le chaos révolutionnaire mettrait moins de temps à nous mettre à genoux, permettant de rebondir plus rapidement et mieux, que le néolibéralisme européen appliqué.

La gouvernance lrem sera seulement incarné par une gigantesque impression de bordel généralisé. Bravo les gars !
a écrit le 02/12/2018 à 9:59 :
c'est facile d'accuser des petites gens, alors que tout le monde sait que c'est des fascistes ' qui n'ont rien de tres liberal' ( comme leurs protecteurs, donc) , et qui sont presents a chaque manifestation d'ampleur
a écrit le 02/12/2018 à 9:56 :
Macron a parlé ! Il a pris des engagements internationaux, a fait une réception Ferrero et va proposer une aide de 500€ aux plus démunis pour acheter une trottinette électrique. Si après ça les pauvres s'obstinent à polluer , c'est qu'ils sont de mauvaise foi. D'ailleurs pourquoi faire des trajets de 50 km pour aller travailler à l'abattoir alors qu'ils peuvent suivre une formation sur la blockchain et monter une start-up. On est en 2018 quand même, il faut arrêter de s'opposer au progrès.
a écrit le 02/12/2018 à 9:56 :
le gouvernement doit cede du leste sinon la casse materiel et economique risque de continuez : il connaissent parcoeur les revendications; augmentation reel du pouvoir d achat tous les ans avec ratrapage du coup de la vie, et revoir l overdose de taxe qui empeche nos emtreprise de faire des affaires,. en gros lacher de l argent et aide les entreprises surtout les petites qui sont le socle de notre societe francaise???
Réponse de le 02/12/2018 à 10:42 :
Il vaudrait mieux que l’Etat arrête définitivement d’aider les entreprises petites ou plus grandes, car il le fait par de la redistribution qui implique ponction au préalable, et pour quels résultats ??? Il ferait mieux de diminuer les prélèvements et de ne pas redistribuer après.....
a écrit le 02/12/2018 à 9:55 :
le gouvernement doit cede du leste sinon la casse materiel et economique risque de continuez : il connaissent parcoeur les revendications; augmentation reel du pouvoir d achat tous les ans avec ratrapage du coup de la vie, et revoir l overdose de taxe qui empeche nos emtreprise de faire des affaires,. en gros lacher de l argent et aide les entreprises surtout les petites qui sont le socle de notre societe francaise???
a écrit le 02/12/2018 à 9:54 :
SI nous avions un PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE et non un chef de clan avec des deputes godillots il aurait demissionné son gouvernement
a écrit le 02/12/2018 à 9:53 :
je me mords les doigts d'avoir voté macron il s’avère que c'est un gamin capricieux,qui n'a pas été capable de protégé l'arc de triomphe,mème en mai 68 on a respecté ce monument.à 76 ans j'en ai vue des présidents mais lui bat tous les records d'incompétence et j'ai peur pour mes enfants et petits enfants ,ce président et orgueilleux et arrogant il n'aime pas son peuple; pour etre president il faut un gars qui ai de l'expérience a méditer on c"est trompé
a écrit le 02/12/2018 à 9:45 :
C'est affligeant et intolérable. L'économie du pays est en plus en danger.
Réponse de le 02/12/2018 à 10:13 :
En parlant d’économie :

Le paradis fiscal spatial. C'est ce que viennent d'inventer des parlementaires de La République en marche et des Républicains le 19 octobre dernier. Politis, relayé par Les Échos, révèle qu'un amendement dans le projet de loi de finances a été voté afin d'alléger la fiscalité d'Eutelstat, l'opérateur français de satellites. Le gouvernement y étant favorable, il devrait être adopté définitivement dans les semaines qui viennent. Les Échos rapportent qu'à défaut de pouvoir baisser le taux d'imposition, les députés envoient "une partie des bénéfices en orbite". En pratique, ils ont décidé de considérer les satellites géostationnaires comme des "établissements stables" d'un point de vue juridique.Désormais l’exploitation des satellites de communication localisés sur des positions orbitales géostationnaires ne sera plus considérée comme à l’origine de bénéfices réalisés en France, mais à 40.000 kilomètres de la Terre où personne ne peut réclamer des impôts !
a écrit le 02/12/2018 à 9:43 :
J'entends mais je n'écoute pas, je regarde mais je ne vois pas et enfin je parle et je ne dis rien...C'est le vide monsieur Macron et la nature a horreur du vide.
a écrit le 02/12/2018 à 9:43 :
Donnez une grappe de raisin à Macron! (ref: empereur romain Néron)
a écrit le 02/12/2018 à 9:16 :
...... et si ces dérapages t violents servaient la cause des "gilets jaunes " ?
Y aurait-il eut autant d'impact médiatique et de remise en cause de ce gouvernement si les manifestants s'étaient contentés d'etre parqués au Champ de Mars en anonant des slogans de mécontentement ?
a écrit le 02/12/2018 à 9:11 :
Quelques centaines de gilets jaunes pacifiques, mais naïfs, coupables dans leur naïveté, suivis par des casseurs et des pilleurs, pour lesquels l'usage de la Force est plus que justifiée: l'Etat de Droit n'est plus en place, et on se demande comment il est possible dans un tel environnement, une place totalement cernée par les forces de l'ordre, qu'un seul échappe à notre Justice! Que nos forces de l'Ordre soient autorisées à user des moyens appropriés: il y aura malheureusement de la Casse, mais que nul, en temps de guerre, ne peut ignorer. Il faut faire l'omelette!
Pour les gilets Jaunes, le retour sur terre est souhaitable: j'ai fait le plein de gasoil hier à 1,38, j'ai effectivement perdu 10 minutes à rouler à 80 en lieu et place de 90 (je trouve cela idiot, je m'estime en capacité de comprendre quand je dois lever le pied..), et la redistribution en France n'a jamais été à un tel niveau, notamment avec les décisions (idiotes également) sur la taxe d'habitation (qui en ce qui nous concerne a fortement augmenté..).
Réponse de le 02/12/2018 à 9:51 :
NAIFS ????? HEUREUSEMENT NON MAIS réalistes Ne plus faire confiance aux politiques autres représentants !!!!!!la preuve pour le remplacement de MR VALLS 82 % ne se sont pas deplaces ,,,,,,,?????????
Réponse de le 02/12/2018 à 11:19 :
Tout a fait raison c’est un mouvement marxiste et vu les manifestations il faut désormais agir pour rétablir l’état de droit, et mettre également les dirigeants de la France insoumises en garde a vue
Réponse de le 02/12/2018 à 11:42 :
loin, très loin d'être naïfs.ces jeunes s'expriment avec leur coeur et avec justesse.. Retraité je saute de plateau en plateau, quel écoeurement d'écouter Les politiques, Les représentants de grandes écoles, les syndicat qui ont peur de froisser ce qui les payent, ils tournent autour du pot sans trouver de solution. Ils tiennent à apparemment à leur confort ! Ils sont incapables de comprendre la détresse. Ils sont manipulés......
a écrit le 02/12/2018 à 9:10 :
Un peu facile de dénoncer la violence que l'on a exacerbée en annonçant de façon arrogante , au moment ou Philippe recevait les gilets jaunes, qu'il ne reculerait pas. Il aurait voulu mettre de l'huile sur le feu qu'il n'aurai pas fait mieux avec le plus d'annoncer cela de Buenos Aires du grand art dans la Provoc! Par son comportement Macron qui n'a aucun sens politique braque les protagonistes. maintenant pour sortir de la crise il n'a plus qu'à annoncer le moratoire sur la hausse des carburants de janvier c'est le minimum qu'il devra faire et s'il n'entend pas la surenchère va monter. Un président politique le comprendrait un arrogant calculateur pas sûr!
a écrit le 02/12/2018 à 8:56 :
Nos Médias aussi deviennent ridicules a Surmédiatiser Les Gilets Jaunes.
A les Regarder ou a les Ecouter, on a le sentiment que c'est la seule information disponible actuellement dans le Monde.
Réponse de le 02/12/2018 à 9:11 :
Le vrai problème est qu'ils éprouvent toujours le besoin d'inviter des députés LaRem dont l'arrogance et l'inexpérience politique leur font tenir des propos qui ne font qu'envenimer la situation. Alors qu'ils devraient raser les murs. Ils auraient dû pourtant savoir que le train de hausses démentielles de fiscalité des carburants qu'ils ont voté avait toutes chances de mettre le feu aux poudres, entre autres parce que les français sont, malgré le bourrage de crâne médiatique, hermétiques au discours écologiste, et qu'ils ne se font aucune illusion sur l'effet environnemental de cette hausse de fiscalité, la France représentant peanuts des émissions de GES mondial (et avec les émissions de GES/habitant les plus faibles d'Europe) grâce au nucléaire et au diesel. Ils savent parfaitement que le seul effet de cette hausse sera sur leur porte-monnaie.
Réponse de le 02/12/2018 à 9:20 :
"on a le sentiment que c'est la seule information disponible actuellement dans le Monde".

Sinon, il y a ça ,par exemple:

Le coup d’envoi sera donné dans un mois. Fin janvier, les contribuables verront leur impôt sur le revenu prélevé directement sur leur feuille de paie. Voilà des mois que les employeurs ou les caisses de retraite ont communiqué au fisc les montants des revenus de leurs salariés ou des retraités. Sauf que tous n’ont pas joué le jeu. A un mois de l’entrée en vigueur du prélèvement à la source, 35 000 entreprises n’ont toujours pas envoyé la « déclaration sociale nominative » (DSN), cette fiche personnalisée qui recense les revenus de chaque salarié Français.

« Il s’agit majoritairement de très petites entreprises, composées d’un ou deux salariés. 23 % d’entre elles n’ont aucun salarié », précise-t-on à Bercy, où l’on indique que ces sociétés sont principalement basées en Île-de-France (40 %), notamment en Seine-Saint-Denis, mais aussi en outre-mer (17 %).
« Ce sont bien souvent de petites entreprises précaires du bâtiment, du commerce ou de la restauration », note Yann-Gaël Amghar, directeur de l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss), en charge de collecter les déclarations sociales nominatives. Au total, il estime que 40 000 salariés - imposables ou non - sont concernés.Pourtant, Bercy assure que les mauvais élèves parmi les petits patrons ont été sollicités plusieurs fois pour renvoyer leur copie dans les temps. Depuis un an et demi, ils auraient reçu quatre courriers ou mails de la part du fisc. Et au moins deux appels téléphoniques depuis la rentrée de septembre. En vain.
Réponse de le 02/12/2018 à 9:37 :
Nos médias pensent que Paris c'est la France et même le monde.
a écrit le 02/12/2018 à 8:42 :
Mais pour qui ont-ils voté, enfin ? Il n'y a aucune raison de permettre leur violence sous prétexte qu'ils "en ont marre", parce que si tous ceux qui "en ont marre" de quelque chose agissent de même, c'est l'anarchie et la guerre civile. Il est temps que les "people" arrêtent de faire semblant d'être "solidaires" pour soiner leur image, et que les politiciens arrêtent d'essayer de récupérer ce chaos. Notamment les LR qui oublient que c'est François FILLON qui avait été élu lors de leurs primaires par leurs électeurs et qu'il incarne la ligne que ceux-ci veulent, mais sans oublier Marine dont la chienlit n'est pas le fonds de commerce non plus. Jean-Luc, quant à lui, se prend pour la démocratie...
Réponse de le 02/12/2018 à 9:30 :
C'est bien ça le problème : ils n'ont pas voté POUR Macron mais CONTRE Le Pen. L'erreur incroyable de Macron a été de croire que son élection valait approbation de son programme... où, si vous regardez bien, ne mentionne en aucun cas explicitement la flambée des taxes sur les carburants et l'énergie.
relisez-le, il est là :
https://storage.googleapis.com/en-marche-fr/COMMUNICATION/Programme-Emmanuel-Macron.pdf
Cette aggravation de la flambée des taxes sur les carburants et l'énergie,est apparue au cours de l'été 2018 dans le cadre de la danse du ventre pour complaire à Hulot et consorts, c'est à dire en fait un électorat quasi inexistant.
Au moins Chirac en 2002 avait compris que sa réélection (d'ailleurs bien plus large que l'élection de Macron ; et entre les 2 tours JMLP a progressé de moins de 2 points alors que MLP a progressé de 13, c'est dire le scepticisme que provoquait Macron) dans des conditions comparables ne lui donnait mandat que pour réformer a minima (ce qui lui a d'ailleurs été reproché, mas le fait est qu'il avait raison). C'est ainsi qu'il a retiré le très contesté CPE qu'l aurait pourtant été intéressant de tester.
a écrit le 02/12/2018 à 8:21 :
Macron enfonce des portes ouvertes. L'imagine-t-on ne pas dénoncer les violences?
a écrit le 02/12/2018 à 7:59 :
On entend pas Laurent Wauquiez sur l'incendie de la préfecture de la Haute Loire...Curieux pour un ancien ministre et maire de la commune
Réponse de le 02/12/2018 à 9:52 :
Personne n'est à l'aise avec ce mouvement. Certes l'augmentation des taxes sur les carburants est inacceptable mais en même temps, c'est l'équation budgétaire de la France, incapable de dégager le moindre excédent budgétaire depuis 38 ans même en période de bonne croissance (1987-1990, 1998-2001, 2006-2008, 2017) et de baisse du chômage, et accessoirement avec des hausses de prélèvements qui étouffent les rebonds économiques (ainsi qu'on l'a bien vu en 2018) qui devient impossible.
Ce dont on aurait besoin c'est d'une VERITABLE révision générale des politiques publiques (et non le simple rabot qui a été appliqué sous le mandat Sarkozy) en appliquant le principe du budget base zéro utilisé par les entreprises : aucune dépense publique ou sociale n'est reconduite par principe, et seules sont reconduites (voire augmentées) celles qui font la preuve de leur efficacité. Il y a énormément d'économies à faire notamment sur le logement, la formation professionnelle, la politique familiale, l'éducation...
a écrit le 02/12/2018 à 7:58 :
C’est dommage que des évènements violents, de vandalisme et des incendies dans la capitale des lumières et d’autres villes de France donnent le visage d’un pays qui rappelle celui d’un pays du moyen orient sous l’ex prétendu injustement et pompeusement « printemps arabe » avec même son slogan de « dégage ». La France est pourtant un pays démocratique où l’expression des revendications est largement garantie et qu’il n’est pas admis qu’un mouvement revendicatif se soit entrainé à l’exercice ou à protéger la violence contre les personnes aussi la destruction sans raison des biens publics et privés. Quelque soit la légitimité des revendications desdits gilets jaunes leurs dérives en partie ou en totalité vers l’anarchie et la violence assombrit incontestablement le mouvement. Le comportement du mvt et les déclarations de certains gilet jaune sur les plateaux de TV aussi le rejet de toute autorité organisationnelle ou représentative ou une hiérarchie, la reconnaissance de leur responsabilité dans la violence, ne parler individuellement que de revendications extensibles et variables à dessein sans fournir de cahier revendicatif crédible et responsable à travers leurs représentants avec à la fin leur demande de la démission immédiate de l’exécutif avec le slogan « dégage ». Une telle attitude renvoie au référentiel idéologique du courant politique anarchiste du XIX Siècle. Plus grave dans Paris du musée du Louvre et des sites historiques des énergumènes ont souillé par des graffitis les devantures de l’Arc de triomphe endommageant son intérieur en partie la statue de Marianne, sans respect ont profané la tombe du soldat inconnu aussi ont détruit des statuettes dans une galerie acte similaire à celui d’un groupe fanatique et sinistre du moyen orient. Pour retrouver leur crédibilité les gilets jaunes doivent se désolidariser de la violence, du pillage … qu’ont connu le samedi 02/12/2018 et bannir à jamais de tels actes dans leurs pratiques et revendications se construire une hiérarchie élue, avoir un comité une représentation et un cahier revendicatif réalisable à traiter avec le gvt. De son coté le gvt devra de son coté se pencher sur le malaise fédérateur et déclencheur des protestations
a écrit le 02/12/2018 à 7:50 :
Le gouvernement joue le pourrissement et cherche à gagner du temps avec le dialogue en Région. D'ici 3 mois, la loi de Finances sera votée. La mobilisation baisse, la violence augmente et Noël approche. Les GJ ont déjà perdu mais ne le savent pas encore...
Réponse de le 02/12/2018 à 9:56 :
S'il joue ce jeu-là, il y a un risque énorme de véritable mouvement insurrectionnel le jour où interviendra la hausse de 7-8 centimes du carburant, à côté duquel le mouvement actuel ressemblera à un aimable chahut.
Réponse de le 02/12/2018 à 18:35 :
"...S'il joue ce jeu-là..."

Ça me paraît incontestable à la relecture des évènements, en plus (quoique ça va avec la stratégie du pourrissement) il est irresponsable.

Sinon pourquoi aurait t'il laissé le 24 nov les Champs-Elysées ouverts presque sans protection et avec du matériel en pagaille pour les casseurs, alors que le monde entier savait que les GJ y avaient donné RDV et que les casseurs allaient s'y inviter?

Idem pour ce samedi. "inviter" les casseurs à se rassembler place de l'étoile avec des dégagements sur une douzaine de rues et avenues, c'était provoquer la suite.

Je crains qu'il ne continue ce petit jeu malsain avec la réunionite.

Rameuter les responsables des partis et des syndicats qu'on n'a pas vu sur les blocages des GJ et qui n'ont aucune crédibilité à leurs yeux ne fera pas avancer le schmilblick. Ce n'est pas ce qui est attendu.

Idem avec les représentants GJ du JDD, si Macron n'intervient pas lui-même solennellement dans les 3 jours qui viennent pour annoncer le moratoire sur la hausse des taxes il y a aura une nouvelle manif samedi prochain et les casseurs seront 10 000.

Les policiers, sont crevés et enragés, ils ont manqué de tout hier. manqué de renforts, de protections, de matériel fumigène, de repos. Clairement si ça devait se reproduire en pire ils seront obligé de sortir le pistolet pour sauver leurs vies et ça finira en bain de sang.

Le tout pour 6 centimes d'€. Si ce n'est pas de l'incompétence politique criminelle...
a écrit le 02/12/2018 à 7:20 :
Un chaos qui hélas en préfigure d'autres en escalier. Macron est une brèle arrogante, totalement responsable de ce bordel.
a écrit le 02/12/2018 à 7:13 :
L'extrème droite manipule le peuple,et voila ce que cela donne:la ruine du pays livré aux casseurs qui empechent les derniers travailleurs d'aller au boulot.

Une pétition des artistes et autres intellectuels serait souhaitable pour soutenir ceux qui veulent poursuivre les réformes.

Il faut nommer un haut comité au dialogue,afin d'écouter ce que les gens ont a dire et comprendre pourquoi le transition écologique n'est pas comprise.

Solidarité avec les commerçants qu'on n'entend pas et qui sont ruinés.
Réponse de le 02/12/2018 à 9:26 :
Tout à fait d'accord! c'est une honte vis à vis de commerçants qui travaillent beaucoup plus durement que ces gilets jaunes dont beaucoup de meneurs ne paient même pas l'impôt sur le revenu mais profitent largement de la solidarité nationale (écoles, soins gratuits,etc). Leur problème est pour les 30/40 ans qu'ils veulent tout tout de suite et ont trop de crédits à la consommation (cf leurs portables coûteux et leurs abonnements à facebook, voire aux matchs de foot)...Quand aux "retraités", beaucoup d'ex soixante huitards immatures incapables d'élever leurs enfants correctement mais bénéficiant de la retraite à 60 ans et des bienfaits de la société. Ils pleurent sur la hausse de la CSG en oubliant que ceux qui paient leurs retraites élevées, comme les commerçants, l'ont tout autant.
Réponse de le 02/12/2018 à 10:27 :
Jessifer en soidarité avec les petits commerçants de la place Vendôme... Plus sérieusement maintenant : à tous égards les commerçants devraient être les premiers à faire pression sur l'exécutif pour qu'il abandonne fiscalité écologique et taxe carbone
-parce que la perte d'activité qu'ils subissent c'est aussi moins de TVA dans les caisses publiques
-parce que la ponction sur le pouvoir d'achat causée par la flambée des taxes sur les carburants et l'énergie, c'est autant qui ne se retrouvera pas dans le commerce.
Quoiqu'on pense de Trump, force est de constater que sa politique de baisse des prélèvements porte ses fruits.
Arrêtez de nous bassiner avec la pédagogie de la transition écologique, il est inutile d'essayer d'expliquer l'incompréhensible, ce qui est proposé dans ce cadre est inapplicable et incohérent. Tout le monde serait d'accord pour décarboner s'il existait simplement une ou des perspectives viables. Or qu'entend-on aujourd'hui ?
-L'interdiction du chauffage au fuel alors que, même s'il n'est pas irréprochable, reste bien moins nocif que le chauffage au bois qui ne fait l'objet d'aucune restriction et est favorisé par un coût trop faible par rapport aux autres modes de chauffage ; on s'apprête avec le bois à refaire la même erreur qu'avec le diesel il y a 40 ans
-L'encouragement de la voiture électrique alors qu'elle implique une infrastructure pharaonique (des millions de bornes de recharge, les lignes à haute tension pour les alimenter et de capacités de production pilotables pour les alimenter) et qu'elle a un bilan carbone, même si l'électricité qu'elle utilise est décarbonée, assez désastreux. Sans parler de détails comme le recyclage des batteries. Ni même des limitations d'usage liées à l'autonomie et surtout aux temps de recharge (il serait acceptable de recharger une batterie pour 400km en 10 mn et sans attendre qu'une borne se libère, mais pas en 1h)
-L'encouragement de l'hybride qui ne présente aucun intérêt hors circulation urbaine (sur autoroute du fait de leurs poids elles consomment plus qu'une voiture essence comparable) à une époque où on souhaite sortir les voitures des villes, quelle que soit l'énergie qu'elles utilisent.
-Le tout en, dans le même temps, réduisant les capacités de production stable d'électricité pour les remplacer par des capacités intermittentes (les renouvelables) sans développer de capacités de stockage.
Tout le monde se rend bien compte que ça ne tient pas debout, en faire la pédagogie est peine perdue. L'exemple du basculement général à l'éclairage LED montre que quand une mesure d'efficacité énergétique est économiquement viable et ne provoque aucune baisse de confort et d'agrément, il n'y a aucun besoin de subvention pour que la transition s'accomplisse, le seul problème étant que ça a fait disparaître la production de lampes du sol européen ...
a écrit le 02/12/2018 à 6:04 :
Macron, un nouveau mouvement est créé :
"La Révolution En Marche"

Enfin, une opposition crédible.
a écrit le 02/12/2018 à 4:24 :
Micron 1er ferait bien de relire son histoire de France.
Les menaces au peuple revolte n'attisent que le desir d'en decoudre.
Il va l'apprendre a ses depens.
Etat d'urgence ou pas.
a écrit le 02/12/2018 à 3:46 :
La dictature fiscale et l'état providence Made in France agonisent dans la douleur….
Réponse de le 02/12/2018 à 12:24 :
Rien à voir, les manifestants ne réclament pas la fin de l'état providence, bien au contraire mais la fin des impôts pour eux mais d'avantage pour les autres qu'ils estiment en mesure de payer.
Réponse de le 02/12/2018 à 14:08 :
@mast,tout à voir, les manifestants , d'abords lesquels ? je n'ai jamais dis qu'ils réclamaient plus ou moins d'état ,providence , je constat simplement que ce cycle d'assistanat 'est phase terminale , car c'était la dictature fiscale ,plus ou moins camouflée derrière du verbiage, qui finançait depuis 50 ans la démagogie des politiciens , par ailleurs , par exemple , pourquoi personne ne parle de la dette colossale que Normal 1er a légué , à son successeur et en finalité aux français , qui d'ailleurs pèse actuellement sur les décisions politico/fiscales, il s'agit tout de même de 2 300 Milliards pour la partie visible et invisible (le service de la dette et autre dépenses actées mais à paiements différés) …. la crise est donc bien plus profonde que ces gilets jaunes ...
a écrit le 02/12/2018 à 3:41 :
C'est une honte !
La démocratie a bien ses limites .
C'est la loi des casseurs qui l'emporte et il ne faut surtout pas leur faire du mal.
Bravo aux forces de l'ordre.
Mais à un moment il faut savoir taper du poing sur la table !
Tsahal doit rigoler ...
a écrit le 02/12/2018 à 0:41 :
Finalement non.
Mieux vaut devenir député LREM, toucher le magot de l’argent public et laisser les lobbys rédiger les projets de loi.
a écrit le 01/12/2018 à 23:41 :
Pourquoi associer Gilets Jaunes et détériorations alors que les casseurs précédaient la manifestation sinon pour discréditer ce mouvement et oblitérer leurs revendications en jouant sur la vielle ficelle de l' émotion ..?
a écrit le 01/12/2018 à 23:39 :
Beaucoup de souffrances et des heures sombres s'annoncent pour la France pour longtemps mais probablement pas la prospérité pour tous.
Une démission du Président et de nouvelles élections présidentielles puis législatives pourraient éclaircir les désirs des Français, mais cela prendrait du temps.
Quelque soit la formule, il faut du temps,les pauvres sont encore pauvres pour quelques temps , les riches s'en iront sous d'autre cieux et ceux du milieu régleront l'addition en devenant les plus riches....
a écrit le 01/12/2018 à 23:09 :
Déjà l' énorme Coluche en son temps ..!
https://www.paroles.net/coluche/paroles-le-flic
a écrit le 01/12/2018 à 22:29 :
Toutes ces fumées dégagées pour cette transition écologique, ben encore raté. Et dès demain à Paris des cars de touristes, des bus, des camions, des camionnettes enfumant la ville de gasoil.Je pense que les voitures des usagers représentent une part infime dans tout ces événements malheureux.
a écrit le 01/12/2018 à 22:27 :
Pourquoi associer Gilets Jaunes et détériorations pour discréditer ce mouvement comme à l' habitude et oblitérer leurs revendications..? On nous fait le coup à chaque fois que les blacks blocs sortent pour faire porter le chapeau à un mouvement qui dérange l' état, on en arrête 10 et on étouffe l' affaire, pas républicain tout ça ..
https://www.upr.fr/actualite/analyse-dun-scandale-mediatique-et-democratique-la-censure-totale-par-les-grands-medias-de-notre-manifestation-parisienne-du-1er-mai-2018/
Un exemple parmi d' autre qu' on retrouve toujours et qui a comme constante de jeter discrédit en faisant appel à l' émotion ..
a écrit le 01/12/2018 à 22:26 :
Info ou intox ? Selon un JT ce jour, parmi les casseurs de Paris il y avait un ex-zadiste de NDDL (autrement dit un type qui il y a quelques mois protestait soit disant au nom de l'environnement et aujourd'hui contre la hausse des carburants imposée au nom de la défense de l'environnement).
a écrit le 01/12/2018 à 22:25 :
"Les coupables de ces violences ne veulent pas de changement" renvoie à "les percepteurs d'impôt coupables d'entêtement ne veulent pas de justice". Le gouvernement devrait cesser de compter les points dans ce psychodrame honteux. Le drapeau français, le triomphe de la nation, ou la marseillaise sont des symboles qui appartiennent à tous. Le feu d'une voiture de luxe est un signal de colère fait par les pauvres aux riches. Soyons indignés que les riches qui dirigent la cité ne comprennent pas.
.
a écrit le 01/12/2018 à 21:41 :
Le syndicat de police va donner les vrais estimations, pas juste celles bidonnées de Castaner.

Bizarrement vous n'en avez jamais parlé. On voit votre indépendance ça fait plaisir de voir un vrai média de propagande bien obéissant ;)

Toute cette violence n'est pas finie, c'est le début. il y aura un tassement temporaire pour les fêtes mais en 2019.. Ouh ça va etre démentiel. Prélèvement à la source + carburant + inflation + électricité + gaz + effet macron en marche vers la décadence.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :