Marine Le Pen nie avoir reconnu des emplois fictifs d'assistants au Parlement européen

Des extraits de documents publiés jeudi par Mediapart et Marianne démontrent que l'Office européen de lutte antifraude (Olaf) soupçonne un "contrat d'emploi fictif" au Parlement européen en faveur du garde du corps de Marin Le Pen. Ce vendredi, l'eurodéputée a démenti avoir reconnu les faits devant les enquêteurs.
Marine Le Pen en compagnie de son garde du corps Thierry Legier, le 13 février.
Marine Le Pen en compagnie de son garde du corps Thierry Legier, le 13 février. (Crédits : REUTERS/Eric Gaillard)

Marine Le Pen, dont la popularité n'a pas été atteinte jusqu'à présent par l'affaire de ses attachés parlementaires au Parlement européen, récuse tout parallèle avec son adversaire de droite François Fillon, visé par des soupçons d'emplois fictifs.

Mais la publication jeudi d'extraits du rapport d'enquête de l'Office européen de lutte contre la fraude (Olaf) par Mediapart et Marianne, a placé la candidate à la présidentielle sur la défensive. "Il n'y a absolument rien de fictif, ni d'emplois fictifs, ni rien de tout cela, dans ce dossier", a-t-elle déclaré vendredi sur France Bleu. Selon Marine Le Pen, les soupçons de l'Olaf ont été nourris par une simple régularisation comptable dont elle dit avoir fourni "toutes les preuves", sans pour autant être entendue par l'organisme européen.

Une information judiciaire ouverte en décembre

Le rapport de l'Olaf est désormais entre les mains de la justice française, qui a ouvert le 15 décembre dernier une information judiciaire pour abus de confiance, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux, et travail dissimulé dans l'enquête sur ces soupçons de fraude relative à l'emploi par le FN d'assistants parlementaires.

Marine Le Pen dénonce depuis le début de la procédure une "opération politique" montée notamment par l'ancien président du Parlement européen Martin Schulz et par l'Olaf, contre lequel elle a porté plainte à Bruxelles. Elle dit assumer le fait d'avoir salarié son garde du corps Thierry Légier et sa chef de cabinet Catherine Griset, affirmant qu'ils l'assistaient à la fois au Front national et au Parlement européen.

Assistant parlementaire pour la fille et garde du corps pour le père au même moment

Mais le rapport de l'Olaf met à mal sa défense, selon Mediapart et Marianne, pour qui la candidate est soupçonnée d'avoir notamment fabriqué un faux contrat de travail pour Thierry Légier. Le garde du corps aurait ainsi été rémunéré par l'Union européenne de septembre à décembre 2009 - 1.620 euros net par mois pour 12 heures de travail par semaine - puis de octobre à décembre 2011 - près de 7.240 euros net par mois pour un trois quarts temps.

Mais lors de son premier contrat, Thierry Légier était également le garde du corps de Jean-Marie Le Pen, selon l'Olaf qui révèle la "contradiction" et l'"impossibilité matérielle" d'un tel emploi du temps. Concernant la deuxième période d'embauche, Marine Le Pen aurait expliqué qu'elle "n'avait pas employé M. Légier pendant ces trois mois", l'objet de cette opération ayant été d'obtenir du Parlement "la régularisation de dépenses antérieures qui n'avaient pas été payées par ce dernier". Mais pour le Parlement européen, aucun contrat n'a été accepté comme moyen de régularisation, l'Olaf estime donc que "le bulletin de salaire (...) constituerait un faux".

Retenues sur salaire dans une autre affaire

L'avocat de Marine Le Pen, Me Marcel Ceccaldi, a démenti vendredi que sa cliente ait reconnu le moindre emploi fictif, répétant que le problème venait d'une régularisation comptable, dont toutes les pièces ont été fournies à l'Olaf. "Ma cliente n'a jamais reconnu avoir salarié fictivement son assistant mais a fait procéder à une régularisation comptable", écrit-il dans un communiqué. "Les sommes versées au tiers-payant (seul habilité à rédiger les feuilles de paie et à verser leurs salaires aux assistants) et non reversées au salarié l'ont été au titre d'une régularisation tout à fait légitime."

Marine Le Pen avait annoncé fin janvier qu'elle ne rembourserait pas près de 300.000 euros que le Parlement européen lui réclame pour avoir notamment rémunéré comme assistante parlementaire Catherine Griset. La candidate à la présidentielle devrait donc se voir retirer la moitié de son salaire et de ses indemnités journalières, ainsi que la totalité de ses frais généraux, indique une source proche du Parlement européen.

(Avec Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 18/02/2017 à 8:47
Signaler
Une différence de taille dans les emplois 'fictifs' pour l'une les emplois sont identifiés et il n'y a pas d'enrichissement personnel ce qui n'est pas le cas de Mr Fillon...

le 18/02/2017 à 10:25
Signaler
Une fraude est une fraude, que ce soit pour le bénéfice direct le la PME Lepen ou de Lepen elle même. Je n'ai jamais considéré comme une circonstance atténuante le fait que Mr Juppé ait détourné des millions de francs au bénéfice du RPR plutôt qu'...

le 18/02/2017 à 14:11
Signaler
Albert vous avez absolument raison et de plus , il est loin d'être certains des allégations avancées . A chaque élection elle est attaquée pendant toute sa campagne , car elle est le dernier pilier d'un monde libre contre un Marxisme rampant et destr...

le 18/02/2017 à 15:09
Signaler
@pas pour moi: en effet une fraude est une fraude...jusqu'à ce qu'elle soit prouvée ! Pour l'instant, on ne sait pas quel rôle jouait le "garde du corps". Il est fort probable qu'il n'avait pas le niveau intellectuel pour un poste d'assistant parleme...

à écrit le 18/02/2017 à 8:47
Signaler
Une différence de taille dans les emplois 'fictifs' pour l'une les emplois sont identifiés et il n'y a pas d'enrichissement personnel ce qui n'est pas le cas de Mr Fillon...

le 18/02/2017 à 13:45
Signaler
Le Pen et Fillon doivent démissioner,ils ont trahi le peuple,ils doivent se retirer de la course a la présidence.

à écrit le 17/02/2017 à 23:59
Signaler
Le rythme des provocations lepénistes requises par le système est d’environ une fois tous les 6 mois. Ni trop, ni trop peu. Juste ce qu’il faut pour appâter les électeurs, puis leur taper dessus et faire fuir la grande masse. En bon auxiliaire du sys...

le 18/02/2017 à 9:25
Signaler
Donc la meilleure manière de la "punir" c'est de lui donner le pouvoir d'engager son programme et d'éliminer ainsi ce "verrouillage"!

à écrit le 17/02/2017 à 22:15
Signaler
Je suis vraiment étonné que cette histoire n'impacte pas la cote de popularité de Le Pen quand on voit les ravages qu'elle fait chez Fillon. Mais c'est vrai que les média en parlent beaucoup moins. A quand inéligibilité pour 10 ans pour tous ces po...

à écrit le 17/02/2017 à 20:17
Signaler
Pourquoi ne nous parle-t-on toujours pas des 20% de parlementaires français qui emploient des membres de leur famille comme "attachés parlementaires" et de tous les autres qui ont des conceptions "créatives" de ce que peut être un attaché parlementai...

à écrit le 17/02/2017 à 20:08
Signaler
Il y a très clairement deux poids deux mesure dans le traitement de l'affaire de M. Fillon et celle de Mme Le Pen. Pourtant les faits sont de la même gravité. L'un serait-il un "meilleur client" que l'autre ?

le 18/02/2017 à 16:11
Signaler
Pour la presse, oui, la blonde est nettement plus payante, mais attention au retour de bâton au cas où...

à écrit le 17/02/2017 à 18:44
Signaler
que pese un emploi fictif face a la disparition d'une nation et le remplacement de son peuple ?

le 18/02/2017 à 16:13
Signaler
Disparition d'une nation, remplacement de son peuple...Grosse intox lepéniste.

à écrit le 17/02/2017 à 17:08
Signaler
C'est la campagne de manœuvres nauséabondes qui s'ouvre avec la campagne électorale où se joue la place de la France dans l'UE. Le mécanisme est simple. La France doit sortir de lUE et de l'euro selon Marine Le Pen, et pépère Schulz veut par contre...

le 17/02/2017 à 17:54
Signaler
Je vais être assez bref...OUI à l'Europe, à l'Euro, à la mondialisation et NON à le pen et son programme mortifère pour la France et les Français.

à écrit le 17/02/2017 à 16:22
Signaler
Ce qui est bien avec le dispositif européen c'est qu'ils peuvent retenir l'amende sur les salaires et les indemnités. Puisque c'est de l'argent public (et le FN ne se prive pas de rappeler que Bruxelles fonctionne avec notre argent), je trouve ça bie...

à écrit le 17/02/2017 à 15:40
Signaler
« "contradiction" et l'"impossibilité matérielle" d'un tel emploi du temps !! Le grief peut être retenu conre tous les députés et sénateurs français, voire contre Hollande, car il faut qu'on m'explique comment ils peuvent cumuler les postes, quelquef...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.