Notre-Dame-des-Landes : le gouvernement remet le projet de l'aéroport sur la table

 |   |  623  mots
Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a assuré lors du compte rendu du Conseil des ministres qu'il y aurait une solidarité gouvernementale absolue sur cette question une fois la décision prise.
Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a assuré lors du compte rendu du Conseil des ministres qu'il y aurait une "solidarité gouvernementale absolue sur cette question" une fois la décision prise. (Crédits : Stephane Mahe)
Nouvel épisode dans la série "Notre-Dame-des-Landes". Après la remise d'un rapport d'experts, les solutions se resserrent : réaménager l'existant ou construire le nouvel aéroport. La décision devrait être prise par le gouvernement d'ici à fin janvier.

Le Premier ministre Edouard Philippe a reçu mercredi le rapport des experts sur le projet controversé d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), qui ouvre selon lui la voie à deux options: sa construction ou le réaménagement complet de l'aéroport existant de Nantes atlantique.

"Les besoins liés au développement du transport aérien dans le Grand Ouest justifient la réalisation d'une plate-forme qui sera dimensionnée sur les hypothèses connues, c'est-à-dire le doublement du trafic aérien d'ici à 2040", a déclaré le Premier ministre lors d'une déclaration à la presse.

"Il existe deux façons de répondre à ce besoin", a-t-il poursuivi. "La première serait de réaliser Notre-Dame-des-Landes tel qu'il a été conçu, la seconde, et c'est un élément nouveau, serait de procéder a un réaménagement complet de l'aéroport existant de Nantes Atlantique."

Les deux présentent des avantages et des inconvénients, a déclaré le Premier ministre sur la base du rapport.

Une décision prévue en janvier

Réfutant l'idée de "Notre-Dame-des-Landes ou rien", Edouard Philippe a ajouté: "Le rapport nous invite à réfléchir sur un choix qui se formaliserait plutôt de la façon suivante: 'Notre-Dame-des-Landes ou un réaménagement de l'aéroport de Nantes Atlantique'."

Le président de la République rendra une décision d'ici à fin janvier.

"Cette décision sera claire, sera assumée par le gouvernement et elle doit nous permettre de répondre aux besoins identifiés" et de "de garantir un retour à la normale notamment sur les questions d'ordre public".

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a assuré lors du compte rendu du Conseil des ministres qu'il y aurait une "solidarité gouvernementale absolue sur cette question" une fois la décision prise.

"Est-ce que le président de la République va capituler ?"

Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, a à plusieurs reprises déclaré son opposition au projet de Notre-Dame-des-Landes, tout en ajoutant que cela ne signifiait pas qu'il démissionnerait automatiquement s'il était désavoué.

"Il y a un débat, c'est normal, il faut faire vivre le débat dans un collectif et ensuite il y a une solidarité autour de la décision qui sera retenue", a dit Benjamin Griveaux.

Partisans et adversaires de la construction du nouvel équipement ont mobilisé leurs troupes sur ce dossier.

Les premiers estiment que les pouvoirs publics doivent appliquer la volonté des citoyens consultés par référendum en 2016 et qui ont approuvé le nouvel aéroport par 55,17% des voix.

Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains du Sénat et élu de l'Ouest, a dit à la presse parlementaire qu'il attendait d'Emmanuel Macron qu'il aille de l'avant.

"Est-ce que le président de la République va capituler devant les ultra-violents ? Est-ce qu'aujourd'hui en France le chantage à la violence peut payer ?", a-t-il demandé.

Zadistes et dédommagement

Les quelques centaines de "zadistes" qui occupent depuis des années le terrain où l'aéroport doit être construit estiment quant à eux que la défense de l'environnement commande qu'il soit abandonné.

Début décembre, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, avait estimé qu'"il ne pouvait y avoir de zone de non-droit", en référence à la zone à défendre (ZAD) occupée par 200 à 300 zadistes à Notre-Dame-des-Landes.

Selon le syndicat mixte aéroportuaire, l'actuel aéroport de Nantes a franchi en novembre le cap des cinq millions de passagers "avec dix ans d'avance" sur les prévisions du plan d'affaires de la concession signée en décembre 2010 avec Aéroports du Grand Ouest (AGO), filiale de Vinci.

L'Etat devra verser un important dédommagement à Vinci s'il renonce au projet.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2017 à 23:34 :
Anne Boquet, l'une des 3 médiateurs qui viennent de remettre leur rapport :
" Nous n'avons pas assez écouté les opposants dans ce dossier. Il y a eu des failles dans le débat démocratique , dès le début de la création de la zad en 1974 ". Terrible aveu 43 ans après le lancement du projet .
Un aéroport tous les 80 km en moyenne, 3 fois plus qu'en Allemagne, est ce bien raisonnable ? Et grand échec des enquêtes publiques basées sur une fausse rentabilité
des grands projets . Attendez vous aussi à une remise en question du Lyon-Turin .
a écrit le 14/12/2017 à 8:26 :
Quelle table ? Ne sommes nous pas en république ou la voix du peuple est souveraine ! et ce peuple concerné n'a-t-il pas par référendum donné son avis ??
Réponse de le 14/12/2017 à 17:13 :
Il s'agissait d'une consultation et non d'un référendum dont d'ailleurs les modalités d'organisation (périmètre du scrutin , formulation de la question) étaient très contestées par les opposants.On peut noter concernant le périmètre que plus on est loin du projet plus on vote favorablement, en gros tant que cela n’impacte pas la vente de son pavillon dans le futur suite aux nuisances sonores ,c'est bon..
a écrit le 14/12/2017 à 7:45 :
Appliquez la note n°6 du CAE et la décision sera différente. C'est trop difficile à comprendre; alors, débrouillez vous!
Réponse de le 14/12/2017 à 12:59 :
pour aide gepe, alle voir sur internet ce que veut dire la note n 6 du c a e, ? ce sont souvent des discutions d expert squi ne sont jamais appliqe???
a écrit le 13/12/2017 à 17:24 :
Bon courage à celui qui va décider : car quelle que soit sa décision il y aura autant de satisfaits que de non-satisfaits ( pour rester poli et courtois ). Quant à ceux qui s'appuient sur un pseudo et bidon réferendum : ils ne sont pas les payeurs . Celui qui va payer est le contribuable français qu'il habite Nantes ou Sarreguemines et à celui là , on ne lui a pas demandé son avis et c'est regrettable .
a écrit le 13/12/2017 à 17:07 :
"Est-ce que le président de la République va capituler ?"

Au moins on sait que le politicien en question penche du côté de De Vinci, quelle surprise.

Entre des contestataires et une multinationale aux gros comptes en banque bien juteux ils n'hésitent pas une seconde chez les LR.
Réponse de le 14/12/2017 à 16:35 :
"Si c'est NDDL vous direz "Macron vendu à Vinci""

Oui maus du coup si ses maitres ont un minimum de sagesse ils feraient mieux de ne pas y aller.

"Si c'est Nantes Atlantique vous direz "Macron vendu aux majors du BTP qui vont se faire plein de frics dans la rénovation de l'aéroport""

NOn car faire travailler des PME est quand même autrement meilleur pour l'emploi et l'économie, sauf si bien entendu ce sont des travailleurs détachés payés 300 euros par mois, forcément.

"Si il ne décide rien vous direz "Macron agite les bras mais ne fait rien pour ne pas se mettre à dos le patronat de Nantes""

Non.

"Bref, quoi qu'il se passe, vous critiquerez."

Ben non.

"Alors, lisez ce rapport, il a l'intelligence de mettre en avant les avantages/inconvénients de chaque solution."

Même l'enquête publique de base est entachée d'irrégularité, non mais vous me prenez pour qui ? Avec tout ce que j'écris vous ne pensez pas que je ne suis pas le premier des pigeons quand même non ?

"Problème complexe, nombreux curseurs, décision difficile pendant que les Blasés hurlent. "

Hurler !? Rien que ça ? ET où je vous prie ?

CE n'est pas parce que ce que je dis vous déplait que c'est hurlé c'est juste que ça vous déplait.
a écrit le 13/12/2017 à 16:52 :
Étonnante affaire quand des projets comme les centrales à fusion, les sous-marins nucléaires, les JO, etc... des gouffres sans fonds, ne posent apparemment pas de problèmes particuliers ...
a écrit le 13/12/2017 à 16:48 :
On va donc faire face au doublement de l'activité aérienne d'ici 2040, donc au doublement des émissions de CO2 sur cette période, aux optimisations de consommation près.

Une belle équation au lendemain de la clôture du One planet summit. Je crois que le président de la république a raison de dire qu'il est déjà trop tard. Je suis d'accord avec lui.
a écrit le 13/12/2017 à 16:17 :
ce debat est devenue lassant, LA RAISON VEUT QUE L ON DOUBLE L AEROPORT QUI EXI TE DEJA CE QUI REVEINDRAS MOINS CHERS ET SI ILS EST PLUS TARD SATURE ?QUE L ON EN FASSE CONTRUIRE UN AUTRE ? DEJA DEUX AEROPORTS ON ETE VENDUE AUX CHINOIS PARCEQUE TROP DUR A GEREZ? IL Y A LA UN NON SENS ECONIMIQUE FLAGRANT???
a écrit le 13/12/2017 à 16:04 :
Préambule, mettre fin rapidement à la ZAD pour rétablir l'état de droit. Une fois fait prendre la décision. Je ne connais pas suffisamment le dossier pour avoir une opinion qui a des chances d'être moyenne dans un cas comme dans l'autre.
Mais si le gvt veut ne pas paraître être otage d'un camp ou de l'autre, le préambule est indispensable
Réponse de le 13/12/2017 à 17:05 :
"Préambule, mettre fin rapidement à la ZAD pour rétablir l'état de droit."

N'importe quoi, vous n'avez pas compris qu'ils n'en partiront pas, vous n'arriverez donc jamais d'être en mesure de le réaliser intellectuellement ? Vous voulez quoi du coup les exécuter ?

Bah Thiers avec la complicité de tous les partis politiques de l'époque a bien fait exécuter des centaine de milliers d'anarchistes à la commune hein, tout ces fauteurs de troubles c'est insupportable boudiou !
a écrit le 13/12/2017 à 15:31 :
Doublement du trafic aérien pour emmener des touristes dépenser leurs argents au soleil hors de France.. On croit halluciner devant tant de bêtise, et d'incohérences, de nos politiques..
Réponse de le 13/12/2017 à 20:37 :
Mais non c'est comme çà
Réponse de le 13/12/2017 à 20:37 :
Mais non c'est comme çà
Réponse de le 14/12/2017 à 14:50 :
Juste pour info, un aéroport cela sert à partir... mais aussi à venir !!
VOus semblez ignorer que la France accueille de nombreux touristes du monde entier.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :