Création d'entreprises : pourquoi les Corses sont meilleurs

Une enquête de l'Insee, publiée en début de semaine, révèle que les entreprises créées en Corse sont plus souvent pérennes que sur le continent. Explications.
Sarah Belhadi

5 mn

La Corse enregistre un taux de création d'entreprises et de survie sur les trois premières années plus élevé qu'ailleurs.
La Corse enregistre un taux de création d'entreprises et de survie sur les trois premières années plus élevé qu'ailleurs. (Crédits : Reuters)

Les Corses seraient-ils plus tenaces et déterminés dans leur projet de création d'entreprise que les continentaux ? Dans son enquête, l'INSEE révèle que, 3 ans après leur création, au premier semestre 2010, 75% des entreprises (hors-auto-entrepreneurs) insulaires sont toujours actives, contre 71% au niveau national. Si l'écart n'est pas exceptionnel, il est néanmoins révélateur d'une dynamique économique qui se distingue des autres territoires du continent.

Ainsi, les grandes entreprises étant peu présentes sur l'île, les offres d'emplois y sont donc assez rares, pour ne pas dire inexistantes. En 2013, on ne comptait que 120 entreprises de plus de 50 salariés, à peine 10 de plus de 250 salariés, d'après les données fournies par Gecodia. Le tissu économique insulaire est donc constitué en majorité de très petites entreprises, de petits agriculteurs et producteurs, d'artisans, de commerçants.

La création d'entreprise en Corse, une nécessité pour échapper au chômage

"Le marché du travail insulaire est restreint : 120.000 actifs dont 72.000 emplois salariés dans le secteur privé. La création d'entreprise est parfois le seul moyen de s'insérer sur le marché du travail, ou l'unique solution pour rester dans l'emploi", explique Guillaume Guidoni, spécialiste de l'économie insulaire, et fondateur du site Corse-Economie.

La conséquence, c'est que le taux de création d'entreprises est élevé : presque 6 pour 1.000 habitants en Corse, à peine 3 pour le Limousin ou la Bretagne.

Pourtant, les régions qui enregistrent un nombre important de créations d'entreprises ont habituellement des taux de survie plus faibles, rappelle l'INSEE. Mais pas en Corse...

La modestie est-elle la clé de la réussite ?

Contre toute attente, ce sont les projets les plus « modestes » qui s'en sortent le mieux. Et si un investissement financier est souvent un gage de solidité, la Corse semble échapper à la règle :

"Dans la région, quels que soient les moyens financiers mis en oeuvre à la création, le taux de survie des entreprises est stable (75%) alors qu'au niveau national, il croit en fonction des montants investis. Il passe de 66% pour les créations ayant nécessité moins de 4.000 euros d'investissement initial à 75% pour celles qui ont occasionné plus de 16.000 euros".

Cette résistance des entreprises se retrouve dans tous les secteurs, même si l'économie corse est largement dominée par deux pôles d'activités qui représentent 70% de l'activité insulaire. " Le tourisme (services, restauration, activités de loisirs) et la construction arrivent en tête. Les 30% restants concernent des secteurs variés comme les technologies de l'information ou les services aux entreprises", détaille ainsi le spécialiste.

Le tourisme dope l'économie insulaire : en 2014, l'Organisation mondiale du tourisme rapporte que les revenus touristiques représentent le tiers du PIB de la Corse. L'INSEE observe d'ailleurs que les créations d'entreprises dans les services sont plus importantes en Corse.

Le chiffre d'affaires des entreprises corses est plus faible qu'ailleurs

Les Corses investissent moins dans leur entreprise, et connaissent un développement plus restreint. Le secteur de la construction est particulièrement concerné  par ce phénomène.

« A peine trois entreprises insulaires de construction sur cinq dépassent 32.600 euros de chiffre d'affaires contre quatre sur cinq en moyenne nationale », indique l'INSEE.

Pour Guillaume Guidoni, cela tient au fait que les entreprises insulaires ont d'abord vocation à assurer un emploi à leur créateur :

"Une fois que ces chefs d'entreprise ont réussi, pourquoi vouloir conquérir un nouveau marché ? Il faudrait recruter un ou plusieurs salariés, ce qui peut être vécu comme une grosse prise de risques. De plus le marché corse n'est pas extensible à l'infini, l'île ne compte que 320.000 habitants".

Le coût du transport, frein au développement des entreprises

Est-ce révélateur pour autant d'un manque d'ambition des entrepreneurs ou de la conjoncture ? "Il est logique que les secteurs de la construction et du tourisme se concentrent sur l'île. Pour les autres, la situation géographique de la Corse pose un vraie problème pour l'export, y compris sur le continent", détaille Guillaume Guidoni.

 Et ce problème, c'est d'abord le coût prohibitif du transport : "Le coût détruit la compétitivité : dès qu'on parle de transport,vous rajoutez 15 à 30% sur le prix de vente", explique l'économiste.

"Si vous avez de gros volumes à l'instar de Pietra (marque de bière d'une brasserie corse), la dépense est envisageable, autrement le coût est trop élevé. Les jeunes entreprises y voient un frein, et ne préfèrent pas prendre ce risque", analyse-t-il.

Les publics peu qualifiés résistent mieux en Corse

L'isolement est peut-être un gros handicap, mais le développement de petites affaires permet aussi à un public plus inattendu de miser sur l'entrepreneuriat. Dans son étude, l'INSEE rapporte que les chômeurs corses ayant créé une entreprise maintiennent plus souvent leur activité au-delà de 3 ans que leurs homologues continentaux.

"L'explication que l'on peut tirer c'est que les moins qualifiés n'ont souvent pas d'autre option, soit ils quittent leur île, ce qui peut constituer un déchirement, ou alors ils montent une petite affaire, comme une buvette de bord de route, ou un camion-pizza. Ce qui explique aussi un chiffre d'affaires et un développement restreint", détaille Guillaume Guidoni.

 Les pistes pour son développement

Enfin, si l'étude ne le mentionne pas, la Corse bénéficie d'un vivier d'entreprises innovantes. Mais pour Guillaume Guidoni, elle n'investit pas assez dans le développement numérique qui permettrait de compenser l'éloignement géographique et le coût des transports élevés :

"En Corse, seulement 0,3% du PIB est consacré à la recherche et au développement. Il faut mettre en place un plan de financement qui permettra de booster les entreprises innovantes et traditionnelles", assure-t-il.

Sarah Belhadi

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 26/05/2015 à 12:33
Signaler
Vu que le paiement d impots est facultatif en corse et la fraude monnaie courante, pas etonnant que les entreprises courses s en sortent mieux qu ailleurs. seul probleme, ce modele n est pas transposable ailleurs car si plus personne ne paie d impots...

à écrit le 24/05/2015 à 13:38
Signaler
"En Corse, ne pas payer ses dettes peut entraîner de sérieuses représailles (non judiciaires)...." ça dépend auprès de qui on a des dettes, si ce sont les services de l'état, kyrnolie, edf, alors là, c'est pas grave.

à écrit le 23/05/2015 à 18:49
Signaler
Il n'y a pas de quoi se vanter,, ni de quoi avoir honte. L'économie corse est adaptée à son environnement... politique, culturel et les pesanteurs qui vont avec. C'est une île peu peuplée (300 000 habit.). Par comparaison, la Sardaigne voisine compte...

à écrit le 23/05/2015 à 8:54
Signaler
Beaucoup de jeunes entreprises viables font faillite à cause des mauvais payeurs, et la justice est trop lente. En Corse, ne pas payer ses dettes peut entraîner de sérieuses représailles (non judiciaires)....

le 23/05/2015 à 18:47
Signaler
Ne pas payer ses dettes, voire même celles qu'on 'nous' impose sans facture ni "raison" (les Grandes surfaces contribueraient sous peine de se faire exploser, mais c'est taupe sicrète (chuuut)).

à écrit le 22/05/2015 à 23:28
Signaler
Même les Corses bossent plus que les français maintenant! On touche le fond!!

le 23/05/2015 à 9:39
Signaler
Les Corses sont Français, ils ne bossent pas plus mais au moins autant que les autres, contrairement à la légende. Ils profitent gratuitement d'un environnement naturel magnifique là ou beaucoup de continentaux doivent payer, ce qui constitue une éco...

le 25/05/2015 à 20:24
Signaler
M mon père corse de souche, on dira ainsi, a toujours travaillé et dur dans les chantiers de l’époque. Pour se construire la corse n'a eue besoins de personnes :) N'oubliez pas que les structures de l'assistanat , tous en ont profité, pas que en cor...

à écrit le 22/05/2015 à 22:34
Signaler
Avec tous les changements récents, on a du mal à se faire une idée. Quelle est la situation fiscale et sociale comparée entre continent et Corse? Les contrôles y sont-ils les mêmes (présence identique des corps de contrôle qui sont devenus un quatriè...

le 23/05/2015 à 9:07
Signaler
Vous avez évidemment mis le doigt sur la réponse à la question : La création d'entreprise est largement favorisée par l'allègement fiscal, que celui-ci soit légal ou non...

le 23/05/2015 à 18:58
Signaler
Pour l'alimentaire, la TVA est plus faible que sur le continent (le muscat Corse, me semble 0% TVA), genre 2% de mémoire. Sans doute pour d'autres produits aussi. J'ai mes tickets numérisés mais disque externe éteint. Quelqu'un a eu une idée géniale...

à écrit le 22/05/2015 à 21:35
Signaler
"Contre toute attente, ce sont les projets les plus « modestes » qui s'en sortent le mieux. " : peut être que c'est l'avenir de l'entreprenariat en général, pas seulement en corse !

le 23/05/2015 à 9:02
Signaler
+1

à écrit le 22/05/2015 à 20:06
Signaler
Pour tous les continentaux qui sont persuadés que les Corses ne sont que des fainéants... Pace e salute ;-)

à écrit le 22/05/2015 à 19:28
Signaler
Mieux vaut un espace de liberté et un petit chez soi plutôt que de pleurnicher sans cesse pour des allocations diverses et variées qui ne mènent à rien, Bravo les Corses !!!

le 22/05/2015 à 21:04
Signaler
Qu'en je vois mon salaire et les contraintes qu'il m'oblige (comme avoir ma voiture pour y aller), je me demande de plus en plus pourquoi je travaille alors qu'au RSA, j'aurais droit à mon logement payé par les APL contrairement à en ce moment ou je ...

le 23/05/2015 à 2:14
Signaler
parce que tu l'acceptes

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.