Primaire de la droite : cinq chiffres surprenants sur les dépenses des candidats

 |   |  484  mots
Au total, les sept candidats auront dépensé plus de 5,3 millions d'euros pendant la campagne de la primaire.
Au total, les sept candidats auront dépensé plus de 5,3 millions d'euros pendant la campagne de la primaire. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
[Graphiques] Le vainqueur de la primaire François Fillon a fortement misé sur les réunions publiques. Une stratégie qui s'est avérée payante pour celui qui a créé la surprise à l'issue du scrutin.

La Haute autorité pour la primaire de la droite a récemment mis en ligne les recettes et dépenses des sept candidats officiellement déclarés. D'après le guide électoral de l'autorité, un plafond de dépenses de 1,5 million d'euros était prévu pour la période de la campagne (du 21 septembre au 27 novembre). Les candidats avaient également l'obligation de tenir un compte de campagne avec le détail des recettes et dépenses comme le souligne le règlement :

"Les candidats à la primaire établissent un compte de campagne, qui retrace, selon leur origine, l'ensemble des recettes perçues et, selon leur nature, l'ensemble des dépenses engagées ou effectuées en vue de l'élection à compter de la publication de la liste officielle des candidats, soit le 21 septembre 2016."

Les candidats devaient déposer leurs comptes de campagne au plus tard le 20 décembre dernier. Dans ces documents, figurent les différents postes de dépenses et recettes des politiques en lice qui révèlent des stratégies de campagne parfois opposées.

1-Juppé, champion des dépenses

Alain Juppé, longtemps donné favori dans les sondages, est le candidat qui a le plus dépensé avec 1,488 million d'euros. Fillon n'est pas loin derrière avec 1,481 million d'euros. A l'inverse, Jean-François Copé a été le moins dispendieux et celui qui a récolté le moins de voix également.

 2- Fillon, premier dans les meetings et les réunions publiques

Le vainqueur de la primaire, qui a crée la surprise à l'issue du premier tour, a dépensé plus de 1,02 million d'euros dans les réunions publiques loin devant Alain Juppé (765.130 euros) et Nicolas Sarkozy (449.229 euros). L'autre fait marquant est que le député sarthois a consacré 70% du total de ses dépenses à ses réunions. Sur cet indicateur, Jean-François Copé est en tête du podium. Quelque 75% de ses dépenses ont été consacrées aux réunions publiques.

 [Graphique interactif] Vous pouvez changer d'indicateur avec le sélecteur situé en haut du graphique.

3- Le pari raté de Sarkozy sur le numérique

Nicolas Sarkozy est le candidat qui affiche le plus de dépenses pour sa campagne numérique. L'ancien Président de la république aurait dépensé 114.105 euros pour son site internet et sa campagne de communication sur le numérique loin devant Juppé (57.828 euros) et Fillon (7.629 euros).

4- Bruno Le Maire dispendieux sur la nourriture

Le député de l'Eure affiche les plus grandes dépenses pour les frais de restauration et d'hôtellerie avec 34.773 euros. Viennent ensuite Jean-Frédéric Poisson (15.781 euros) et François Fillon (14.309 euros).

 5- La communication, privilégiée par Alain Juppé

Le maire de Bordeaux a dépensé plus de 22.000 euros pour des conseils en communication. Bruno Le Maire arrive en seconde position pour ce poste de dépense avec 16.380 euros, suivi de François Fillon avec 12.000 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2016 à 13:56 :
Ces comptes de LR sont-ils honnêtement présentés ?

La question se pose, par exemple, quels sont les montants qui ont été payés sous couverts "louches" par les micros partis comme ceux de Wauquiez ?

Ces micros partis seraient-ils les nouveaux super bygmalins ?
a écrit le 23/12/2016 à 10:57 :
Tout cela demeure très raisonnable comparé aux sommes délirantes dépensées par les principaux candidats aux primaires américaines, toute proportion gardées même si le scrutin est réparti dans le temps sur un vaste territoire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :