Qatar et Arabie Saoudite, deux alliés encombrants pour Paris ?

Les deux pays rejettent tout lien politique ou financier avec l'organisation Etat islamique (ou Daech) qui a revendiqué les meurtres de masse du 13 novembre à Paris. Pourtant, certains experts estiment que de riches donateurs du Golfe ont contribué à la montée en puissance du groupe terroriste.

2 mn

Entre la France et les monarchies du Golfe, les relations sont excellentes. (François Hollande posant pour la photo de famille avec les membres du Conseil de coopération du Golfe, le 5 mai 2015)
Entre la France et les monarchies du Golfe, les relations sont excellentes. (François Hollande posant pour la "photo de famille" avec les membres du Conseil de coopération du Golfe, le 5 mai 2015) (Crédits : Reuters)

L'Arabie saoudite et le Qatar, deux alliés de la France, rejettent tous liens politiques ou financiers avec l'organisation Etat islamique (EI) qui a revendiqué les attentats meurtriers de Paris, qui ont fait 130 morts et 350 blessés, et qu'ils combattent officiellement. Ils se sont ainsi joints en 2014 à la campagne aérienne conduite par Washington en Syrie, et le Qatar abrite le Centcom, le centre de commandement pour les opérations anti-EI.

Entre la France et le Qatar, pays qui soutient les Frères musulmans, les liens sont étroits. L'émirat gazier a acheté en mai 24 avions de combat français Rafale, pour 6,3 milliards d'euros. Par ailleurs, la France entretient des relations d'"amitié" avec l'Arabie saoudite, un pays qui, écrivait mercredi "Le Monde" dans un éditorial, "finance le fondamentalisme sunnite à travers le monde".

"Cette question du financement place la France dans une situation inconfortable, au moment où elle a déclaré la guerre au terrorisme", note l'expert algérien Hasni Abidi, basé à Genève, interrogé par l'AFP.

Pas de financements directs provenant de Ryad et Doha

Et de nuancer:

"Il n'y a pas de financements directs de Ryad et Doha des groupes jihadistes. Mais il faut se souvenir qu'au début de la révolution syrienne, il y avait le feu vert de tout le monde pour donner de l'argent à l'opposition syrienne, toutes tendances confondues. C'est la radicalisation de Daech qui a compliqué la situation"

Hasni Abidi précise enfin :

"Aujourd'hui, l'Arabie saoudite et le Qatar condamnent Daech, qui les menace. Enfin, il faut noter que l'EI a moins besoin aujourd'hui de financements extérieurs"

(avec AFP)

___

Pour aller plus loin:

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 26/11/2015 à 19:28
Signaler
Ces achats de Rafale, loin d'être finalisés, sont arrivé fort opportunément pour calmer les doutes du gouvernement français sur le soutien ostensible au wahhabisme triomphant de DAESH.. D'ailleurs on se demande ce que ferait de tout ces Rafales , un ...

à écrit le 26/11/2015 à 17:08
Signaler
Comment les croire, ils mentent comme ils respirent......!

à écrit le 26/11/2015 à 14:11
Signaler
La France devrait se dégager de ses faux alliés comme ce genre d'États voyous islamistes, qui sont soutenu par les bourins de l'OTAN qui organise le chaos mondial (surtout au frontieres de l'Europe, comme par hasard...). L'Europe doit redevenir un co...

à écrit le 26/11/2015 à 13:09
Signaler
Y en a assez, comme si notre pays était le seul a commercé avec l'Arabie ou le Qatar (d'ailleurs comment l'auteur les dissocie des EAU ou du Koweit mystère...). Les USA ont cessé eux, après le 11/09 alors que des terroristes étaient carrément Saoudie...

à écrit le 26/11/2015 à 11:19
Signaler
Le monstre qui veut détruire son créateur cela s'est vue déjà mais dans un film.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.