#REAix2018 – Rencontres économiques d’Aix-en-Provence

 |   |  667  mots
(Crédits : DR)
[BLOG Video] Suivez en direct les Rencontres Economiques d'Aix. Comme chaque année, La Tribune est partenaire des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence, dont la 18e édition se tient du 6 au 8 juillet sur un thème en pleine actualité, « Les métamorphoses du monde ». Par Guillaume Caire, Laurent Lequien et Philippe Mabille

Organisées par le Cercle des économistes, ces Rencontres seront un moment fort de discussions sur les bouleversements actuels, de Trump aux disruptions technologiques. "La Tribune", qui publie un numéro d'été sur les questions soulevées par ces métamorphoses, vous propose de retrouver ici en vidéo les interventions de quelques-unes des nombreuses personnalités économiques qui participeront aux 45 tables rondes.
___

Suivez en direct la dernière journée des Rencontres économique d'Aix

[VIDEO] Flash Interviews

______

[PODCAST] La Tribune de... Bertrand PICCARD

[PODCAST] La Tribune de... Étienne KLEIN

__

VERBATIM #REAix2018

David Thesmar, économiste : « Il est difficile de prédire le futur car nous pouvons toujours faire des erreurs. Soit nous sommes trop optimistes soit nous sommes trop pessimistes. »

Nouriel Roubini, professeur d'économie à la Stern School of Business : « L'innovation a un côté positif et un côté négatif. Positif car il y a une grande quantité de domaines où nous pouvons innover. Négatif car l'innovation amène à la destruction d'emplois peu qualifiés. »

Antoine Frérot, Président et CEO Veolia : « C'est parce qu'une entreprise est utile qu'elle est prospère et non l'inverse. Elle doit donc répondre à des enjeux collectifs. » « Les sciences exactes sont importantes mais elles ne sont pas suffisantes. Il faut aussi des sciences humaines qui seront d'autant plus nécessaires dans 20 ans. »

Patricia Barbizet, Présidente Comité de surveillance des investissements d'avenir: « Les changements d'aujourd'hui sont beaucoup plus profonds (que ceux d'il y a quelques siècles). Ils changeront les métiers, supprimerons les tâches ingrates. »  « L'Etat a un rôle majeur. Il est à la fois stratège et régulateur. »

Méka Brunel, CEO Gecina: « La ville devient essentielle. Elle devient un lieu de rencontre, de partage. » 

Jacques-Henri Eyraud, Président OM : « Des sports comme le rugby et la boxe qui étaient célèbres dans les années 60, 70, 80 subissent des crises aujourd'hui car ils n'ont pas su se diversifier. Le football doit faire attention à cela. »

Atsushi Nakajima, Président Research Institute of Economy Trade and Industry (RIETI): « Il est nécessaire que l'innovation soit faite par l'avancement des nouvelles technologies mais il faut aussi une transformation de la société tout entière pour que l'innovation ait un effet sur la croissance de l'économie. »

Fabien Bardinet, CEO Balyo : « Nous disons que les robots volent le travail des humains mais en réalité ce sont les humains qui volent le travail des robots. » « La robotique ce n'est pas le futur, c'est maintenant. » « La question de l'existence de l'industrie 4.0 en France ne se pose pas, sinon nous n'avons pas d'industrie. Nous sommes donc obligés de faire faire aux machines des travaux que les hommes ne souhaitent plus faire. »

Jean-Marc Chery, President et CEO STMicroelectronics : « L'industrie 4.0 n'est pas qu'une révolution du travail des gens qui font, c'est aussi une révolution des gens qui managent. »

Stéphane Bouinat, président et CEO Euronext : « Les GAFAM concentrent les puissances pour absorber les talents du capital humain mondial. »

Binta Toure Ndoye, CEO Oragroup : « L'économie numérique ne doit plus être un projet mais doit faire partie intégrante de l'économie en Afrique. »

Lionel Ragot, membre Cercle des économistes : « Nous avons un petit Poucet qui a semé ses octets partout et qui est entrain de faire son foyer, d'où l'expression de géant... Nous sommes à l'aube d'une métamorphose de l'économie. »

Patrick Pouyanné, Président et CEO Total : « Dans l'éthique, il y a une question de point de vue, le débat n'est pas équivoque. »

François Villeroy de Galhau, gouverneur Banque de France : « Nous avons appris que les fautes éthiques peuvent être mortelles. »

Yves Perrier, CEO Amundi : « Il n'y a pas d'entreprise qui soit performante s'il n'y a pas d'éthique collective. »

Rodolphe Saadé, Président et CEO CMA CGM : « Oui à l'exemplarité, mais non aux traitements de faveur différenciés. »

 ______

> Découvrez le programme complet et suivez les sessions en direct sur https://lesrencontreseconomiques.fr/2018/

Tweets by Cercle_eco

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2018 à 8:18 :
Et l'ENERGIE, ça sert à quoi? Pourquoi personne n'en parle? C'est pourtant la SEULE solution. Il faut appliquer la note n°6 du CAE, avec une allocation universelle pour respecter l'équité.
a écrit le 07/07/2018 à 11:22 :
«Quelles mutations du dialogue social dans le monde de demain ?» vendredi 6 juillet 2018 à Aix-en-Provence ce débat avait comme invités Jörg Hofmann, Muriel Pénicaud, et Paul Hermelin dans le cadre des Rencontres Économiques.

Le dialogue social comprend la négociation des accords d'entreprise. Dans le groupe Capgemini, pour éviter de se heurter à un front syndical, la direction remplace la négociation collective par des réunions bilatérales. Au Ministère de l’Économie hier comme chez Capgemini aujourd'hui, Mr Hermelin redoute l'unité syndicale. Il cherche à diviser les syndicats. Demander à Paul Hermelin de parler du dialogue social, c'est comme demander à un loup de parler de sa stratégie de chasse des brebis.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :