Remaniement : le nouveau gouvernement pourrait être annoncé lundi

 |   |  730  mots
Emmanuel Macron et son Premier ministre, Edouard Philippe, cherchent à s'accorder sur le nom du prochain ministre de l'Intérieur.
Emmanuel Macron et son Premier ministre, Edouard Philippe, cherchent à s'accorder sur le nom du prochain ministre de l'Intérieur. (Crédits : POOL New)
Emmanuel Macron et Edouard Philippe, son Premier ministre, doivent déjeuner lundi midi pour apporter une touche finale à la constitution de la nouvelle équipe gouvernementale. Le nom du prochain ministre de l'intérieur serait au centre des tractations, et ferait l'objet de divergences entre les deux têtes de l'exécutif.

Patienter. Jusqu'à quand ? La longue attente se poursuivait samedi autour du remaniement attendu au gouvernement, au risque de créer parfois une certaine lassitude onze jours après la démission du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

Alors que les tractations se poursuivent ce week-end, sans aucune fumée blanche à l'horizon, les derniers échos remontant de sources proches de l'exécutif tablent sur une possible annonce lundi pour une recomposition qui tarde à se concrétiser.

Vendredi à l'issue du sommet de la Francophonie en Arménie, Emmanuel Macron a défendu sa décision de prendre son temps en affirmant que le processus avançait "dans le calme".

L'exécutif dément tout "bras de fer"

Un tel remaniement "c'est important, ce sont des engagements, et donc il faut faire les choses avec méthode, au bon rythme (...) J'essaie de faire les choses de manière professionnelle", a affirmé le président dans un entretien accordé à France 24 et RFI, partenaires du sommet.

L'Elysée a démenti tout "bras de fer" sur le choix des profils adéquats entre Emmanuel Macron et le Premier ministre Edouard Philippe qui doivent déjeuner ensemble lundi. La présidence a seulement reconnu une "discussion" entre les deux hommes, confirmant au passage que le Premier ministre, et pas seulement le chef de l'Etat, avait posé son veto à certains noms envisagés pour entrer au gouvernement.

Alors que l'idée d'un remaniement plus large qu'un simple remplaçant poste par poste pour Gérard Collomb est actée, le choix du futur ministre de l'Intérieur reste au centre des tractations.

La place Beauvau, au coeur des tractations

Des informations de presse ont prêté à Edouard Philippe l'intention de nommer place Beauvau un tandem composé de l'ex-LR Gérald Darmanin et du LR Frédéric Péchenard, tous deux amis de Nicolas Sarkozy, plutôt qu'un fidèle du président Macron, comme Christophe Castaner, qui semble tenir la corde.

Parmi les sortants possibles du gouvernement figurent toujours Françoise Nyssen (Culture), Jacques Mézard (Cohésion des Territoires) ou encore Stéphane Travert (Agriculture). Plusieurs noms ont circulé dans les médias pour les remplacer. En réalité, le mystère reste entier sur l'identité des heureux élus ainsi que sur l'ampleur du jeu de chaises musicales engagé.

Des procédures de vérification complexes

"En matière de remaniement il y a un adage qui ne se dément jamais: ceux qui savent ne disent rien et ceux qui ne savent pas parlent beaucoup trop. Moi quand je ne sais pas je me tais. Donc je me tais parce que je ne sais pas", a résumé samedi sur franceinfo Olivier Dussopt, ministre de l'Action et des Comptes publics.

Selon le politologue Jérôme Fourquet, le temps inhabituellement long pris pour remanier s'explique par un "vivier assez resserré", des procédures de vérification "plus complexes que par le passé" et un besoin "encore plus stratégique que par le passé" de respecter les équilibres politiques au sein de la Macronie.

Certains plaident ainsi pour un maintien de l'équilibre initial du macronisme, alliage de personnalités venues de la gauche, du centre et de la droite. Quand d'autres, notamment à Matignon, veulent poursuivre un élargissement vers la droite, vers les juppéistes et l'aile modérée de LR.

La durée du feuilleton du remaniement s'accompagne d'une certaine lassitude, en France comme à l'étranger. "Ce remaniement est-il une promesse électorale de Macron ? Non. Ce remaniement donnera-t-il du pouvoir d'achat aux Français ? Non. Ce remaniement irritera-t-il fortement Trump, Poutine et Xi Jinping ? Non. Alors pourquoi remanier ?", s'interroge Bernard Pivot sur Twitter.

Emballement médiatique

Richard Werly, correspondant à Paris du journal suisse Le Temps, fustige dans une tribune un "emballement médiatique généralisé" autour de ce remaniement suivi "presque minute par minute", au risque d'une "déconnexion généralisée avec les électeurs".

Marielle de Sarnez, éphémère ministre des Affaires européennes au début du quinquennat, appelle, elle, tout le monde à être "plus zen".

"L'excitation des remaniements est certes une vieille habitude française. Mais un peu de calme ne ferait pas de mal", souligne l'élue MoDem samedi dans le Point, renvoyant à l'exemple de l'Allemagne où "ces processus de discussion, de recherche du meilleur équilibre, prennent beaucoup plus de temps" encore.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2018 à 18:54 :
D'un côté le Président doit être heureux de voir les regards quitter un peu la chaise vide du ministère de l'intérieur et se porter sur les évènements climatique du SE du pays.

De l'autre, l'Elysée nous avait promis un gros big bang gouvernemental avec des personnalités de qualité soigneusement choisies à la hauteur de la lenteur du processus.

Sauf que si le remaniement arrive demain, il passera inaperçu voir dérisoire en face des vies perdues.
S'il est remis à la semaine prochaine les français ne seront pas avares de commentaires sur l'apathie d'un président qui semble prendre à la légère la vacance un maroquin qu'il nous a pourtant vendu comme fondamental dans un pays en guerre...

Si Macron a une leçon à tirer, c'est de ne plus jamais remettre au lendemain ce qui peut être bien fait le jour même, parce qu'on ne sait jamais de quoi le lendemain sera fait..
a écrit le 15/10/2018 à 18:49 :
Je n'y crois plus... Il va trouver tout un tas de prétextes pour encore repousser l'échéance s'il n'a vraiment pas de kamikaze qui accepte de s'asseoir sur siège éjectable...
Dormons le sommeil apporte conseil !
a écrit le 15/10/2018 à 15:14 :
Il devient clair que le duo Macron Philippe s'est avéré un attelage rebutant pour tous femmes hommes responsables ;

les candidats approchés se débinent les uns/unes après les autres ;

le nouveau gouvernement finira par un magma de bric et de broc fumant de rebutanitude
a écrit le 15/10/2018 à 8:14 :
Ils déjeunent OU ?.......... chez Léon ou a l'hippopotamus ?
a écrit le 15/10/2018 à 6:16 :
En ayant mis au pouvoir ce gringalet, les francais n'ont qu'une option : Attendre, mais quoi ?
Réponse de le 15/10/2018 à 17:54 :
Je pense que vous avez raison ,nous sommes soumis a la tante,prenons notre mal en patience
a écrit le 14/10/2018 à 21:51 :
Macron laisse les gens jaser. Ce n'est pas la première fois : fête de la musique à l'Elysée gaie, Benalla n'est pas mon amant, sur les quais du port de Marseille, les nus de la Guadeloupe, etc.
a écrit le 14/10/2018 à 15:36 :
Il est parfaitement anormal que , dans un système appelé "démocratie " le peuple n'ai plus droit a la parole pendant cinq années , sachant qu'une fois élus ces personnages font ce que bon leur semble , et qui va souvent a l'encontre de ce qu'on attend d'eux !!!
Réponse de le 15/10/2018 à 9:38 :
@Hassan Ceheffe: j'ai été employé dans une entreprise filiale d'une entreprise italienne dans les années 70; il parait que dans l'entreprise italienne les administrateurs, dont l'âge moyen tournait allègrement autour des 80 ans, étaient renouvelés TOUS LES ANS, à la grande surprise de leurs collègues français dont le mandat devait être de 6 ans. Peut-être ne sommes-nous pas encore majeurs en France. Mais si nos parlementaires et notre président étaient payés aux résultats, et si ces résultats étaient vraiment au rendez-vous, bien-entendu, je serais d'accord pour les payer aussi cher que le patron d'Air France: UN BON PATRON SE PAYE CHER MAIS NE COûTE PAS CHER.
a écrit le 14/10/2018 à 15:19 :
Quelle comedie !
... et ces tartuffes feront semblant de s'étonner que montent populisme et dégagisme
!
a écrit le 14/10/2018 à 14:39 :
les premiers de cordée dévissent ! maintenant ils s aperçoivent que les mauvais bergers sont la ruine du troupeau... faisons des économies sur ces gouvernants comme en BELGIQUE
a écrit le 14/10/2018 à 12:09 :
Et les futurs condamnés sur l'autel de la gloire du néolibéralisme oligarchique sont...
a écrit le 14/10/2018 à 11:22 :
BOF !! il n'y a pas le feu au lac !!! faire en sorte que ce ministre soit compétent et soit "propre", il faut un peu de temps, sauf les partis "charognards" qui ne cessent de critiquer un pouvoir soit disant en déconfiture ... que ne feront on pas pour reprendre le pouvoir !!! .... ABJECTE !!!
a écrit le 14/10/2018 à 11:01 :
Honnêtement ….

Quel est le Français moyen dont cela va changer la vie ?

Qui va s attaquer , enfin , à réduire les dépenses inutiles dans ce pays ?


Taxer , taxer , l autre rengaine que l on entend tous les jours .


Pour ma part , je n attends aucun miracle après ce remaniement .
a écrit le 14/10/2018 à 10:43 :
A en croire certains, on aurait frôlé la fin de la civilisation, la guerre civile ou un cataclysme équivalent à la fin du monde ?
Il s’agit certes d’un service régalien important, mais qui peut fonctionner, on peut l’espérer depuis le temps et vu les moyens consacrés, en mode quasi automatique avec des hiérarchies et du personnel formé et qui théoriquement connait sa mission de protection de la population. Un ministre de l’intérieur est certes indispensable, mais pas plus qu’une ministre de la justice ou de la défense.
Le problème c’est que, quelque que soient les lois et les budgets alloués (le parent pauvre étant toujours la justice), ce ne sont pas eux qui vont résoudre les difficultés économiques et mener les réformes.
Car pour rappel, la France vient de dépasser les 1000 Milliards de prélèvements obligatoires, entre impôts et prélèvements cela représente 45,3% du PIB.
Au moins cet épisode aura permis de mettre en lumière les politiques les plus « excités » et ceux qui manquent de rigueur, mais apparemment pas d’ambition ?
Dans cette espèce de paranoïa du tout sécuritaire et du repli communautariste qui semble gagner beaucoup de pays, les prédicateurs et adeptes du « tout est la faute des autres » font florès. Ils devraient rapidement être confrontés à l’équation où les variables d’ajustement proposées, telles que la fermeture des frontières et l'exacerbation nationaliste, n’apportent aucune valeur ajoutée au développement économique.
Il ne faut pas fier aux apparences et aux effets de manches. On pourrait considérer que c'est pareil pour le ministère de l'interieur, ceux qui en parlaient le plus ou qui donnaient dans le sensationnel n'ont pas été les plus efficaces, c'est parfois tout le contraire.
Quel que soit le ministère, mieux vaut une politique intelligente, qu'une politique bête et méchante.
a écrit le 14/10/2018 à 8:56 :
lundi? ou alors mardi, ou peut-être mercredi. sa seigneurie décidera in fine, LUI décide de ce qui est bon pour lui, la France RAF le roquet.
a écrit le 13/10/2018 à 23:02 :
Comme la météo ,indice de confiance de Dimanche 2 mais sur autre échelle de 100
a écrit le 13/10/2018 à 22:50 :
La précipitation habituelle dans la Vème république pour remplacer les ministres partants ou partis n'est qu'une pratique , une communication, pour donner l'image de la stabilité inébranlable du pouvoir.
Elle n'est pas inscrite dans la constitution et nous ne sommes pas également dans le cas d'un gouvernement démissionnaire que je sache.
La Belgique a survécu sans gouvernement durant une longue période, l'Allemagne a mis très longtemps a avoir un gouvernement lors de la dernière élection, Mme Merkel ou pas...
Le seul problème, ce sont les médias qui sont obligés d'attendre!!!
Réponse de le 14/10/2018 à 9:47 :
Vous avez tout à fait raison, il n'y a que la presse qui fatigue car les français en majorité n'en ont que faire, ça ne changera pas leur quotidien. Et que l'on mette Castaner ou Darmanin, tous deux langues de bois, comme ministre de l'intérieur, ne changera rien car ces deux personnages n'ont rien prouvé.
Réponse de le 15/10/2018 à 0:40 :
La Belgique, pas plus que l'Allemagne ne sont pas restés sans gouvernement, le gouvernement "sortant" est resté en place dans son intégralité pour régler les affaires courantes.

Si je puis me permettre, dans le cas de la Belgique, l"absence de réformite a été assez bénéfique puisque l'absence de décision d'austérité n'a entraîné aucune récession.
Pour ce qui est de l'Allemagne, c'est toujours plus long parce que leur système impose quasi systématiquement des alliances de partis donc des tractations, des modifications programmatiques, voire des reniements. Si on avait ce système en F'rance vous seriez le premier à dénoncer ce marchandage interminable de vendeurs de tapis.

Quand à la précipitation, ce n'est pas le genre de la république française où, au contraire chaque gouvernement est soigneusement dosé pour refléter à la fois les résultats des urnes, les alliances et les options politiques du président et parfois du premier ministre.

A l'extrême , sous sarko il y a un remaniement qui est resté en suspens pendant six mois parce que talonnettes 1er pensait que la tension aurait un effet sur la productivité du gouvernement et renforcerait son autorité.
En fait, il a rendu fous les ministres et sapé sournoisement le travail du gouvernement. Au bout de 6 mois il y a eu un mini-remaniement ridicule après autant de tension nerveuse.

Non, ce qui étonne c'est que pour changer un seul ministre il faille plus de 15 jours, que les messages provenant de l'Elysée sont contradictoires et nimbés de cette brume opaque qui caractérise le macronisme.
a écrit le 13/10/2018 à 19:59 :
peu de monde pour monter dans le bateau qui prend l'eau de toutes parts. les résultats de cet équipage de macron suffisent à admettre le pourquoi de tas de personnes intègres et compétentes qui ne veulent pas couler avec jupiter, celui qui marche sur l'eau, qui a inventé l'eau chaude et la roue mais qui se prend pour un dieu, qui est imbuvable, arrogant, suffisant mais surtout, surtout incompétent.
a écrit le 13/10/2018 à 18:53 :
Un s imposait et il avait commencé son apprentissage .
Dommage qu on l ait remercié , car il avait la confiance du chef .
a écrit le 13/10/2018 à 18:33 :
Effectivement, beaucoup d'excitation médiatique assez lamentable... Les pauvres, plus rien a dire, à tordre, à manipuler, à polémiquer... Même pas un peu de Benalla !!! Quelle misère !!! Ils ont suffisamment emm... tout le monde avec leurs polémiques a 2 balles, que EM les fait très justement mariner... Qu'ils se souviennent de la mule du pape !!
a écrit le 13/10/2018 à 17:43 :
voire mercredi...
On en a tellement vu avec Macron en quelques mois que tout semble possible, à commencer par l'inattendu, l'inavouable et l'inexplicable.

En toute logique la nomination de la nouvelle équipe devrait se faire avant le prochain conseil des ministres, mais on disait déjà cela la semaine dernière et comme chacun sait, "quand les bornes sont franchies, il n'y a plus de limites".

Sauf qu'au bout d'un moment, Edouard va finir par se lasser de passer pour un sous-collaborateur et démissionner à son tour.
Réponse de le 13/10/2018 à 23:02 :
tant mieux!
a écrit le 13/10/2018 à 17:37 :
JE TROUVE QUE LE CHEF JUPITER ..ET PARTIE EN VACANCES LA FRANCE N'A JAMAIS CONNUE CELA .. DEHORS UNION DES FRANCAIS DECUS
a écrit le 13/10/2018 à 16:46 :
La composition n'a strictement aucun interet pour le citoyen ordinaire qui continuera de subir hausses diverses et taxes nouvelles : impots notamment la fameuse TH , CSG...,Gaz et électricité , eau, essence ,alimentation , PV , stationnement... et continuera de voir son pouvoir d'achat baisser alors que les plus riches engrangent .
a écrit le 13/10/2018 à 15:57 :
les évènements a venir projettent leur ombre mais ne dissimulent pas les affaires / les mensonges/ meme si le propre de la puissance est de les protéger... que des mécontents
a écrit le 13/10/2018 à 15:56 :
les évènements a venir projettent leur ombre mais ne dissimulent pas les affaires / les mensonges/ meme si le propre de la puissance est de les protéger... que des mécontents
a écrit le 13/10/2018 à 15:47 :
Et si nous nous mettions en vacance de gouvernement? Jusqu'ici, nous avons été floués par des gens sans scrupules à qui nous offrons rémunérations généreuses, logements princiers et avantages divers... insuffisants comme on peut le constater par la multiplicité des scandales révélés par la presse quotidienne. Retrouver un Georges POMPIDOU nous ferait du bien et mériterait que nous prenions notre temps pour trouver cette perle rare qui nous changerait du golden boy de l'Elysée!
Réponse de le 15/10/2018 à 7:15 :
Georges POMPIDOU le meilleur des présidents de la 5e mais ce temps est révolu. Pour les autres (présidents) ,ils ont méprisé et spolié la France et les
français durant leurs mandats.
J'ai bien peur que cette perle soit introuvable.
a écrit le 13/10/2018 à 15:02 :
Dans une entreprise bien gerée le DRH prendrait la porte.Les ministres en place ne peuvent etre à leur travail (s'il existe) ou font ils simplement de la figuration
a écrit le 13/10/2018 à 13:49 :
Et lundi, on risque de se dire, tout ce temps pour ça!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :