Revitalisation des centres-villes ; beaucoup de sous pour pas grand-chose ?

 |   |  492  mots
Meaux, heureuse lauréate seine-et-marnaise, entend par exemple « réhabiliter l'habitat privé, aménager des espaces vers pour un environnement plus ''sympa'' » de même qu'elle dit mener « une réflexion sur le stationnement ».
Meaux, heureuse lauréate seine-et-marnaise, entend par exemple « réhabiliter l'habitat privé, aménager des espaces vers pour un environnement plus ''sympa'' » de même qu'elle dit mener « une réflexion sur le stationnement ». (Crédits : Reuters)
Ce mercredi 27 mars à Châtellerault (Vienne), le ministre de la Cohésion des territoires a dévoilé la liste des 222 communes qui bénéficieront d'une convention de revitalisation sur cinq ans pour dynamiser leur centre-ville.

Dans le projet de loi "Evolution du logement et aménagement numérique" qu'il présentera le 4 avril prochain au Conseil des ministres, Jacques Mézard a inscrit la revitalisation des centres-villes. Objectif : confier aux préfets la possibilité par arrêté de prendre une décision sur un périmètre donné, après avis des collectivités concernées. Comme le disait son cabinet à la presse mi-mars,

« l'Etat est facilitateur, la commune et l'EPCI (Etablissement public de coopération intercommunale) sont copilotes ».

Concrètement, l'article 54 du texte gouvernemental, tel qu'il a été transmis au Conseil d'Etat, prévoit de créer un contrat intégrateur unique, « l'opération de requalification des territoires » (ORT), dont l'ambition est d'en faire « un outil ensemblier et généraliste ». Aussi, est-il écrit que

« les commerces qui souhaitent s'implanter en centre-ville ne seront pas soumis à autorisation d'exploitation ».

En déplacement ce mercredi 27 mars à Châtellerault, le ministre de la Cohésion des territoires a d'ores et déjà décliné son programme « Action cœur de ville » présenté lors de la Conférence nationale des territoires de décembre dernier à Cahors, vantant les villes moyennes comme « un vecteur essentiel de développement de nos territoires » :

« leur vitalité est indispensable car elle profite à l'ensemble de leur bassin de vie, et plus largement aux territoires urbains et périurbains environnants ».

5 milliards d'euros sur cinq ans !

 222 communes ont en effet été sélectionnées : d'Abbeville (Somme) à Voiron (Vaucluse), en passant par La Roche-sur-Yon (Vendée). Concrètement, elles pourront bénéficier de 5 milliards de financement sur cinq ans, dont 1,7 milliard de la Caisse des Dépôts (1 en fonds propre et 0,7 en prêts), 1,5 milliard d'Action Logement et 1,2 milliard de l'Agence nationale de l'Habitat.

A cet égard, Marianne Louradour, directrice de la CDC d'Île-de-France, rappelle que des moyens ont été dégagés pour l'ingénierie territoriale : « il va y avoir des crédits d'études pour regarder les commerces, le logement, le tertiaire, les zones commerciales autour... »  mais aussi en termes d'investissements pour acquérir du foncier ou des équipements. Meaux, heureuse lauréate seine-et-marnaise, entend par exemple « réhabiliter l'habitat privé, aménager des espaces vers pour un environnement plus ''sympa'' » et mener une réflexion sur le stationnement ».

Le principe est le même que celui qui sera dans la loi : la commune et l'EPCI piloteront la réalisation des actions, les partenaires agiront dans les périmètres définis par une convention, et les préfets, de département comme de région, coordonneront et mobiliseront les moyens de l'Etat. Enfin, le Commissariat général à l'égalité des territoires coordonnera l'ensemble.

Or, certains EPCI n'ont pas attendu le Gouvernement pour agir. Dès janvier 2018, la métropole du Grand Paris a lancé son plan local, doté de 5 millions d'euros, soutenu par la Caisse des Dépôts d'Ile-de-France. Les villes sélectionnées doivent être connues d'un jour à l'autre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2018 à 8:35 :
Il faut surtout arrêter de concevoir les centre-villes dans l'espoir vain d'y faire venir les banlieusards le samedi pour faire du shopping. Les banlieusards ont leurs centres commerciaux à perte de vue à 5 minutes de voiture de chez eux, ils n'ont jamais eu aucune intention d'aller en centre-ville pour quoi que ce soit.
Ceux que je connais ne s'y intéressent absolument pas et ne savent même pas localiser les principaux monuments de la ville.
L'argument de la voiture ? Totalement bidon ! Plein de gens du centre-ville préfèrent prendre la voiture, passer une heure dans les embouteillages pour aller au Leclerc de banlieue plutôt que d'aller au marché de produits frais et locaux à cent mètres de chez eux.
La seule explication valable au problème, c'est le prix de la courgette. Tout le reste ce n'est que de fausses excuses. Un habitant de Mérignac n'ira pas plus acheter sa courgette à l'épicerie du centre de Bordeaux parce qu'on l'autorisera à garer sa voiture devant l'épicerie gratuitement. Arrêtez de fantasmer !
a écrit le 30/03/2018 à 8:20 :
C'est quoi des espaces "vers" la Tribune ? Des lombricomposteurs ?
a écrit le 29/03/2018 à 16:34 :
Toutes les villes devraient adopter le stationnement gratuit en Centre Ville, " Zone Bleue ". Disque horaire sur le pare-brise. 1H30 de temps. La Police Municipale veille.
Tous les Commerçants de ces Centres, sont unanimes : enchantés et attachés à ce fonctionnement. Exemple : Auray ( Morbihan)
Réponse de le 29/03/2018 à 18:11 :
Devoir payer avant meme un acte d'achat, ou un lèche vitrines, est effectivement Dissuasif. La zone bleue à disque est une alternative excellente et éprouvée. Mais là où des mairies sont ficelées en contrat avec des Vinci ou autres, c'est irréversible, et cuit comme les autoroutes.
a écrit le 29/03/2018 à 14:50 :
La revitalisation commerciale des centres villes est un peu une illusion.
Quand on voit parallèlement des petites villes qui rendent de plus en plus leur stationnement payant dans le but de boucler leur budget, on ne peut pas croire qu'on aide le commerce et l'activité quand à la sortie les magasins en zone commerciales sont à stationnement gratuit et dans des espaces plus adaptés.
La piétonnisation est une meilleure solution mais elle fait peur aux petits commerçants, notamment aux tabacs....consommation d'addicts!
Les rues de ville ne sont peut-être pas l'avenir du commerce?
a écrit le 28/03/2018 à 17:14 :
EN BANLIEUX D UNE GRANDE VILLE TOUS LES PETIT COMMERCES ON DISPARUES DEVANT LES VOLS ET AGRESSIONS QU ILS ONT SUBIT? HEUREUSSEMENT QU ILS NOUS RESTE LES GRAND CENTRE COMMERCIAUX. LES JEUNES POUR UN PEUT DE DROGUE VOLENT MEME LEURS MAGASINS OU LEURS MERE SE SERT ?TRISTE GENERATION QUI NE RESPECTE PLUS RIEN N Y PERSONNE???
a écrit le 28/03/2018 à 15:32 :
la premiere chose a faire serait de faire que ces villes attirent des societes afin d offir des emplois. a partir de la, les gens viendraient y habiter (et donc relancer le commerce).
Parceque faire de joli rond point ou un centre ville joli ca ne sert a rien si tous les habitants doivent partir pour trouver du travail.

autre piste non politiquement correcte: quand je m occupais de recrutement, on avait du mal a faire venir des gens car meme si le salaire etait quasiment le meme qu a paris, la personne subissait une perte seche car sa femme devait quitter son travail (et il faut etre realiste, a part si elle etait prof, aucune chance d en trouver un vers chez nous).
Donc il faudrait taxer moins les gens qui quittent paris et dont la femme arrete de travailler (l oppose de la direction actuelle, la retenue a la source etant la premiere etape vers l individualisation de l IR)
Réponse de le 30/03/2018 à 9:27 :
Totalement d'accord avec ce que vous dites sur la mobilité. On a par exemple les chantiers navals à St Nazaire qui peinent à recruter sur de nombreux métiers précisemment à cause de ce problème. Un chaudronnier chômeur à Thionville dont la femme travaille en CDI ne pourra pas aller à St Nazaire en CDD ou période d'essai car sa femme va perdre son emploi à Thionville.
Par contre, ce n'est pas tellement les emplois le problème des centre-villes. Les centres de Bordeaux, Toulouse, Rennes, Nantes etc ne manquent pas d'emplois.
L'erreur originelle, quasi criminelle, des maires de toutes nos villes a été de délocaliser deux catégories d'habitants naturels du centre ville vers la banlieue : les étudiants et les personnes âgées. Deux populations qui n'ont pas vocation à se déplacer en voiture et ont besoin d'avoir les commodités à portée de chaussures.
En rejetant les écoles et les maisons de retraite hors des centre-villes, les maires de France, dans leur infini stupidité, ont aussi rejeté les clients de leurs propres magasins, restaurants, cinémas, cafés, musées etc.
a écrit le 28/03/2018 à 11:29 :
Les français découvrent médusés qu'il n'y a rien de gratuit!Pour les grandes surfaces,le parking est gratuit,mais elles se rattrapent sur les prix.Alors payer pour un centre ville agréable avec des commerces a prix correct me semble etre la moindre des choses.D'autant plus que les tarifs des parkings sont maintenus artificiellement bas par les maires qui pourraient prélever beaucoup plus
Réponse de le 28/03/2018 à 13:34 :
il vous suffit de creer un commerce avec votre temps et votre argent, vous y gouterez les joies administratives, les impots locaux reenchantes, les clients qui ne viennent plus car ils se font plumer dans les parkings municipaux ' quand on peut encore y acceder', etc etc etc..........
je suis donc d'accord avec vous, et je pense que vous devriez donc vous taper le boulot, bonne chance a vous
Réponse de le 28/03/2018 à 13:41 :
Commentaire qui montre que vous ne faites pas souvent les courses.
Seul le dogme de la voiture passéiste et polluante compte pour le politique actuel.
Prélevez, prélevez tout ce que vous pouvez tant qu'il est temps. L'avenir est de toute manière ailleurs que dans vos centres si agréables qu'ils en sont vides.
Réponse de le 28/03/2018 à 15:35 :
ca ne vous plait peut etre pas, mais 90 % de la population se deplace en voiture. et a part dans les grandes villes, c est le moyen de locomotion le plus pratique.

sinon c est sur qu entre faire les course en 30 min au supermarche ou en 2 h en ville (commerce par commerce), le choix est vite fait.
Réponse de le 28/03/2018 à 18:36 :
@@citoyen: mon commentaire s'adressait à l'élu ps. Je n'ai aucun pb avec la réalité, ni d'ailleurs avec la liberté que procure le transport individuel.
a écrit le 28/03/2018 à 11:21 :
C est les politiques les maires, qui ont tué les centres villes. Parkings hors de prix idem cinéma, villes très sales incivilités trams et bus sales mendicité a chaque coin de rue, pour les gens a mobilité réduite c est devenu un calvaire.
Pour aller au resto le.parking est.payant entre midi et 14 h. Après ils vous assommant 35 h si dépassement d une minute.
A strasbourg ou vous prenez une partie de l autoroute vous ne pouvez pas circuler avant 10 h et apres 15 h pourquoi aller au centre?????
Tous les camions des pays de l est traversé l alsace pour ne pas payer les taxes de l autoroute Allemande 15 euros d économie merci a Ségolène.....et un maire qui s en fout des quartiers.....enfin de certains.

Beaucoup de mes amis ne vont plus en ville depuis des années et évitent les restaurants du centres.
Bref nous payons donc encore une fois les sonneries de nos élus.
Pour exemple dans mon quartier il faut maintenant près d une 1/2 heure pour faire 1 km entre 16h et 19h30 . Route passée de 4 à 2 voies constructions de centaines de logements, routes pleines de nids de poules idem sur l autoroute et les départementales. Bref l état fait tout le contraire de ce qu il faudrait faire.
10 heures d attentes dans les urgences etc. Il fait bon vivre à strasbourg sans les élus et sans les erreurs cumulés de ces derniers. Les entreprises foutent le camp trop de pertes dans les transports....elle est belle la capitale européenne
Réponse de le 28/03/2018 à 14:10 :
A mon sens, le principal facteur c'est l'augmentation déraisonnables des loyers qui est la principale cause. Si l'on est pas une grande banque, une compagnie d'assurance, un opérateur téléphonique ou une grande marque internationale c'est devenu impossible de payer des loyers devenus trop élevés.
a écrit le 28/03/2018 à 9:37 :
Revitalisation des centres villes? Encore plus des agences bancaires, agences des assurances et des bureaux d'immobiliers?
a écrit le 28/03/2018 à 8:56 :
Les centres de nombreuses viles meurent de l'incurie des élus locaux: pas de voitures, plans de circulation débiles, stationnement hors de prix certes. Mais aussi vélos et autres engins sur les trottoirs, saleté repoussante des trottoirs et caniveaux, trous, insécurité croissante (pickpockets, mendiants avec chiens agressifs, ...) même en journée, béton partout, bruit, ... Rien d'attirant
a écrit le 28/03/2018 à 8:43 :
On peut surtout, à cause de la compromission permanente entre politiciens et homme d'affaire, redouter une fois de plus le clientélisme lié à cette subvention.
a écrit le 28/03/2018 à 8:08 :
Des espaces vers. 🤔
a écrit le 28/03/2018 à 7:56 :
Les parkings si chers raison de la fuite des potentiels clients au profit de ces zones commerciales sans ame et maintenant on va payer encore pour corriger les erreurs ! Exemple 8 euros une place de cinema et autant de parking a Toulon.
a écrit le 28/03/2018 à 7:00 :
Voiron dans le Vaucluse.... la ville aurait donc déménagée dans le sud de la France pour sauver son centre ville.
a écrit le 28/03/2018 à 3:22 :
Reflexion sur le stationnement ? Quelle bonne idée s'il s'agit de le rendre enfin gratuit afin de faire revenir les clients potentiels qui sont partis en zone commerciale parce que le stationnement y est gratuit...
a écrit le 27/03/2018 à 21:35 :
de l a rgent pour les villes moyennes ?!! elles dépensent des fortunes pour virer les voitures ( comme dans les grandes villes..sans avoir les moyens de transport) et ensuite il faut payer une 2ieme fois par nos impôts pour revitaliser le commerce tué LORIENT empêche les gens de venir en centre ville des parking éloignés et payants bientot des horodateurs et un taux de vacance des commerces énormes et ils vont se faire subventionner pour continuer leurs anneries??
Réponse de le 28/03/2018 à 18:31 :
Anneries en effet, dont la racine vient d'Anne H, la spécialiste.
Les nombreuses requalifications ont déjà coûté une blinde pour finalement le résultat que l'on connaît.
Mais le politique ne s'avoue pas vaincu et va en remettre pour 5md €... Histoire de... creuser un peu plus les dettes

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :