Désertification des centres-villes : un rapport pour revitaliser les villes petites et moyennes

 |   |  370  mots
(Crédits : Reuters)
Un rapport remis jeudi au ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, propose notamment d'étendre l'ouverture le dimanche pour "stimuler l'attractivité des centres-villes" délaissés depuis plusieurs années par les commerces et la population.

Le rapport sur la "revitalisation commerciale des villes petites et moyennes", rédigé par le président honoraire des chambres de commerce et d'industrie de France, André Marcon, préconise de "supprimer la règle de fermeture des magasins à dominante alimentaire le dimanche à 13h sous condition d'un accord collectif préalable" pour les établissements de moins de 3.000 m2".

"Il faut ramener les habitants"

"Une plus grande ouverture des magasins aurait un impact positif pour revitaliser les centres villes" note le rapport, qui propose aussi de multiplier l'ouverture des magasins à midi.

"Si on veut faire vivre ces villes moyennes il faut ramener les habitants", a commenté M. Mézard, après la remise du rapport.

Celui-ci détaille aussi des mesures pour les transports et la gouvernance, notamment à travers la mise en place de "managers de centre-ville" pour assurer la "coordination entre les services intercommunaux, les services municipaux et les acteurs de terrain".

Taxer le commerce en ligne

Le rapport Marcon propose aussi l'extension au commerce en ligne de la taxe sur les surfaces commerciales (Tascom), payée par tous les établissements commerciaux de plus de 400 mètres carrés.

Bercy souhaite "approfondir" les recommandations du rapport sur la fiscalité et examiner notamment les "modalités d'imposition de la Tascom" pour "rendre le cadre fiscal plus équitable" entre les différentes formes de commerce, a déclaré Delphine Gény-Stéphann, secrétaire d'Etat après du ministre de l'économie.

Réhabilitation : 5 milliards d'euros sur cinq ans

Le rapport Marcon vient préciser un des axes du plan de revitalisation des centres-villes, présenté en décembre, dans le cadre duquel le gouvernement veut mobiliser "plus de 5 milliards d'euros sur cinq ans" pour accompagner les municipalités dans les projets de réhabilitation de leurs centres.

Lire aussi : Rapport Marcon : "Les commerçants doivent pouvoir ouvrir le dimanche après-midi"

Baptisé "Action coeur de ville", le plan gouvernemental s'adresse en particulier à ces villes moyennes, de 30 à 40.000 habitants, qui concentrent 23% de la population française et 26% de l'emploi, tout en étant confrontées à d'importantes difficultés, avec notamment un taux de pauvreté de 17,8%, contre 14,5% nationalement.

En plus des commerces, le plan du gouvernement vise aussi "l'ingénierie, le logement et les services".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2018 à 23:14 :
Quelle belle bande de girouettes ces élus!
Après avoir détruit ces mêmes centres villes, à coup de zones commerciales, de parkings, des plans de circulations successifs, ils nous la font à l'envers et encore à coup de taxes, ce qu'ils savent faire le mieux...
Misérable France...
a écrit le 17/03/2018 à 12:36 :
pour faire revivre les villes moyennes , il faut les adapter aux besoins des gens ; quelques pistes : transports publics (ou plutôt en délégation de service public) gratuits , parkings gratuits 2 heures , logements réhabilités de qualité , impôts locaux raisonnables , et une libéralisation des activités commerciales 7 jours sur 7 .
pour les équipements publics , accélérer l'équipement en fibre optique pour tous , la création de crèches , développer des centres de santé intégrés avec permanences 24H et 7jours sur7 , renforcer la sécurité sur l'espace public (vidéo surveillance ) et police de proximité .
Réponse de le 19/03/2018 à 17:37 :
Faudrait ouvrir les services publics 7/7 en même temps ! Les mairies , la poste, les bibliothèques ....
a écrit le 17/03/2018 à 10:08 :
L'alimentaire, c'est justement le seul truc qui survit dans les petit centre ville. Ma petite ville de retraité a 1 Kebab, une pizzeria une épicerie et un genre de bazar qui fait tout même l'alimentaire. Et c'est tout!

Au regard de vos chiffres, l'objectif ne serait-il pas de permettre aux grande enseigne de rentrer, grâce à un avantage fiscal, plus facillement dans les centre ville avec les proxy, les marckets etc... Ils cherchent à aider carrefour et les copains a mettre la main sur le magot.
a écrit le 16/03/2018 à 17:31 :
Allez dire ça aux élus qui s'acharnent sur l'automobile a coups de stationnements interdits ou a la hausse , de dos d'anes et chicanes variées dissuasives , comme a Brive qui veut faire " comme les grandes villes " !
Vive les centres commerciaux excentrés gratuits (je suis d'ailleurs étonnés que des "élus" n'aient pas encore songé a TAXER , d'une façon ou d'une autre , le stationnement dans ces centres , vu leur rapacité !!!
Réponse de le 17/03/2018 à 4:18 :
Taxer des parkings qui sont la propriete des super!
Que faites- vous du droit ?
a écrit le 16/03/2018 à 17:22 :
A force de contraindre les déplacements, de limiter les stationnements....le commerce de centre ville se meurt....n'est ce pas ce que souhaitent les écolos?
a écrit le 16/03/2018 à 13:11 :
Donc si j'ai bien compris, on ouvre les commerces le dimanche et miracle, les centres villes deviennent dynamiques.
Et la question des prix de l'immobilier.
Et la question de l'animation culturelle.
Et la question de l'attractivité de l'offre commerciale (si c'est pour retrouver la même chose que sur une zone en périphérie, quel intérêt?).
Et la question de l'implantation des zones commerciales.
Et la question du stationnement?
Mais bon, continuons à élargir les horaires d'ouverture et supprimons les temps inutiles passés avec sa famille, ses amis, son association, ses activités culturelles....
Réponse de le 16/03/2018 à 17:33 :
Personne ne vous oblige a fréquenter des boutiques a des heures qui ne vous conviennent pas , et laissez les autres choisir ..... ça s'appelle la liberté
!
a écrit le 16/03/2018 à 11:33 :
Des milliards pour les riches et des rapports pour les citoyens, voilà l'imposture LREM.
Réponse de le 16/03/2018 à 12:00 :
Les riches!? Y a plus de riches en France, avec un taux d'impots si hauts, et cette mentalité de cracher sur les gens qui créait leurs entreprises. Il se sont tous barés aux Luxembourg et a Singapour.
Réponse de le 16/03/2018 à 14:29 :
Oui merci pour la précision, en effet, non seulement notre gouvernement n'écoute pas les citoyens mais en plus il obéit aux riches qui ne payent pas d'impôts chez nous !

On est chez les fous...
a écrit le 16/03/2018 à 11:22 :
Dans les galeries marchandes vous avez en général une grande surface alimentaire qui sert de locomotive aux autres commerces .....mais dans les faits à part quelques franchisés qui tiennent le coup vous avez un turn over important ...et beaucoup de locaux vides ......
a écrit le 16/03/2018 à 9:01 :
Triste mais inéluctable .....les villes ne servent plus à rien !
A part une proximité immédiate aux sprinklers à pognon collectivistes, se localiser en ville n'a que des inconvénients.
L'internet aura tout changer, et ce n'est pas fini, même les opérations administratives délicates seront réalisées en ligne.

Changer la fiscalité pour les commerçants en ligne ne changera que leur nombre localisés sur le territoire. Essayez donc d'augmenter les taxes aux vendeurs sur Alibaba !
Quand à Amazon, cette compagnie est dores et déjà plus puissante que n'importe quel état. Il suffit de voir la réaction des professionnels quand ceux-ci apprennent l'arrivée d'Amazon sur leur secteur.

Il n'y a d’ailleurs pas que les centres villes qui sont touchés, la grande distribution est en plein désarroi, ne sachant plus quel modèle copier. De la même manière, les centres commerciaux sont en voie de disparition, il suffit de constater les faillites récente : La grande récré, Toys R us, Steinhof (Conforama), ou les difficultés récurrentes d'autre enseignes : casa, Vivarte (La Halle, Chaussures Besson), Virgin, Pimkie, ...........
L'avenir est très sombre concernant la distribution avec accueil du publique.

Les centres des villages et des petites villes ont été décimés par la grande distribution et les grandes enseignes, les centres des grandes villes auront été minutieusement minés par les municipalités. Le commerce libre est bien vivant sur le net aidé par le consommateur/client ayant déserté les enfers urbains et périurbains. Le consommateur n'y reviendra jamais, ce consommateur existera-t-il encore d'ailleurs ?

Mais le pire reste à venir :
L'obligation du flicage des balances et des caisses enregistreuses des forains par le fisc finira d'achever les marchés de plein air souvent la seule manifestation commerciale dans beaucoup de ville, de villages et de quartiers.

Les boutiques de toutes tailles devront finir leur existence avec ces clients captifs car souvent inadaptés ou trop âgés pour accepter d'utiliser la vente par correspondance.

Avec la fin du pognon gratuit, les villes se transformeront en jungles urbaines, en cours des miracles et les bobos devront se muer en Rambo de prisunic.
a écrit le 16/03/2018 à 8:41 :
Apres toutes ces années ou les élus locaux se sont fendus de travaux (d’intérêt personnel) pour encombrer, boucher, polluer et laisser les dealers investir les centres villes, ils se demandent pourquoi les gens qui travaillent et paient des impôts vont voir ailleurs! Arrêtons de nous prendre pour des jambons, tout ceci était écrit, maintenant c’est nouveaux travaux (qui rapportent a qq1) et nouveaux impôts!
Le Portugal c’est pas mal finalement!!
a écrit le 16/03/2018 à 8:27 :
un impot numerique, apres un impot ecolo, un impot vivre ensemble, un impot pollution, un impot.......... ok, tout le monde a compris ce qu'il se passe........
la desertification des centres villes, c'est tres complexe; personne ne parle de baisser les impots locaux, hein? ni de se demander s'il n'y a pas un probleme sur les loyers et charges, ni si un commercant peut vivre correctement avec les niveaux de charges et d'impots.......
bon, alors on accuse la grande distribution, et le numerique, qui certes ont une part de responsabilite
a écrit le 16/03/2018 à 6:57 :
Bien d'accord pour ce garer c'est n'importe quoi. À nantes par exemple, on ne peut que faire le tour et dès le jeudi 19h pas de place payantes !! Sinon faudrait harmoniser les prix des loyers car à part les gens qui ont peur ou les riches. Personne n'habite en centre ville...
En gros inaccessible, trop cher, logement délabré et mentalité des gens à te regarder de haut... Ça donne pas envie !!!!
a écrit le 16/03/2018 à 6:55 :
Bien d'accord pour ce garer c'est n'importe. À nantes par exemple, on ne peut que faire le tour et dès le jeudi 19h place de place payantes !! Sinon faudrait harmoniser les prix des loyers car à paet les gens qui ont peur ou les riches. Personne n'habite en centre ville...
En gros inaccessible, trop cher, logement délabré et mentalité des gens à te reharder de haut... Ça donne pas envie !!!!
a écrit le 16/03/2018 à 6:50 :
une solution serait d'augmenter temporairement les tarifs de stationnement ,et d'utiliser ces moyens pour accompagner l'ouverture de nouveaux commerces.
Réponse de le 16/03/2018 à 8:29 :
non, il faut multiplier les impots locaux par 10 et utiliser cet argent pour ouvrir des magasins sociaux diriges par vos amis, ou on pourra payer en sel
Réponse de le 16/03/2018 à 17:35 :
Ben voyons TAXER ! ...... mais c'est ce que font tous les élus depuis des décennies !
Quelle imagination ......
a écrit le 15/03/2018 à 22:28 :
Ouvrir les boutiques le dimanche?

C'est bien gentil mais pour une commune avoir des boutiques ouvertes a des coûts pas négligeables.
Il faut assurer la sécurité des clients, la propreté des rues, l'éclairage, la voirie, le respect des zones de stationnement. Ça crée pour les riverains des nuisances sonores, des problèmes de stationnement.

Donc à moins de prouver que les gens achèteront les dimanches des produits qu'ils n’achetaient pas en semaine, c'est une mauvaise opération pour la collectivité.
a écrit le 15/03/2018 à 22:14 :
Et si tout simplement on arrivait à se garer gratuitement en ville...
Réponse de le 16/03/2018 à 10:03 :
Et si tout simplement on essayait de ne plus penser que par la voiture/scooter et autres véhicules personnels motorisé ?
Réponse de le 16/03/2018 à 17:36 :
Impensable ! quelle perte financière ......
a écrit le 15/03/2018 à 21:52 :
Le stationnement est un racket et encore faut-il trouver une case pour s’arrêter et je ne parle pas du fonctionnement des feux qui décourageraient un âne de circuler en ville. Autre chose, avec les transports en commun, promenez-vous avec un sac de litière et un de croquettes pour minet et un carton de 30/30/50 et au besoin d'un petit étendage à linge et sachant que vous avez passé la demi journée pour accéder aux divers magasins.Pour ces diverses raisons, éloigné de 10km de l'aglo,je ne mets plus les pieds en ville.
a écrit le 15/03/2018 à 20:32 :
Je me refuse à encombrer ma ville avec ma voiture (Euro5, crit'Air 2 jaune), surtout qu'il faut payer pour aller faire des achats (je zappe toute ville où stationner est payant, en Suède je cherche le parking 24h et marche).
L'entreprise qui gère les bus de ville a changé, j'ai du mettre mes carnets de tickets Aix -> Chambéry et Aix ville à la poubelle. A Paris mes tickets de métro je les utilisais pendant dix ans sans problème.
Sinon je vais en ville à pieds pour la Poste (25min, 30 et qq pour remonter), achète parfois du pain mais suis organisé autrement.
En général, les commerces de ville c'est pour les gens habitant pas loin, en ville. Avec un chariot à roulettes, et allant de boutique en boutique (boucher, boulanger, pâtissier, fromager, primeurs, ...).
Certaines structures achètent en local (une coopérative d'à 15km apporte chez Lecl** ses pommes, poires), ça évite aux producteurs d'avoir du personnel pour faire la vente, plus les frais d'un local commercial, .... En ville, les fruits sont locaux ou de "n'importe où" ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :