Stocks de masques : ce rapport que l'Etat aurait dû prendre en compte à temps

CHRONIQUE. La défiance à l'égard du pouvoir dans sa gestion de la crise sanitaire est croissante. Non sans raison. Les préconisations contre le risque de pandémie issues d'un rapport commandé par Santé Publique France et publié en mai 2019 ont été ignorées.

6 mn

Palais de l'Elysée.
Palais de l'Elysée. (Crédits : Reuters)

En ce temps d'épidémie mondiale, les conférences de presse, et autres prises de paroles, se suivent et... se ressemblent. Certes, Emmanuel Macron a fixé une date de dé-confinement. Mais c'est désormais au gouvernement de trouver les ressources pour engager au mieux ce processus périlleux. « Ce n'est pas le retour à une vie normale », a tenu à prévenir Edouard Philippe. « Nous allons devoir apprendre à vivre avec le virus ». Pour le chef du gouvernement, l'équation semble impossible à concrétiser en si peu de jours : comment faire repartir la machine économique, et donc les flux de transport, tout en assurant un minimum de « distanciation sociale » ? « Tout commence le 11 mai », appréhende un conseiller du gouvernement. Car comment assurer la sécurité des Français sans disposer suffisamment de masques et de tests ?

Tout cela aurait pu être différent si l'Etat avait suivi les préconisations des experts qu'il a lui-même mandatés par le passé. Datant de mai 2019, un rapport commandé par Santé Publique France, et intitulé « avis d'experts relatif à la stratégie de constitution d'un stock de contre-mesures médicales face à une pandémie grippale », avait très clairement alerté plusieurs mois en amont de l'épidémie de Covid-19 de la nécessité de constituer des stocks de masques et de médicaments : « Le risque doit être considéré comme important, mais sa survenue ne peut être datée. En conséquence, un stock peut arriver à péremption sans qu'il y ait eu besoin de l'utiliser. Cela ne remet pas en cause la nécessité d'une préparation au risque. La constitution d'un stock ne devrait être considérée comme le paiement d'une assurance, que l'on souhaite, malgré la dépense, ne jamais avoir besoin d'utiliser. Sa constitution ne saurait ainsi être assimilée à une dépense indue ».

L'efficacité du port du masque démontrée

Au sujet des masques, le rapport annonçait la couleur : « En cas de pandémie, le besoin en masques est d'une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d'atteinte de 30 % de la population ». Parmi les recommandations, les experts estimaient ainsi que le stock devait être « positionné au plus près des utilisateurs, avec un processus de distribution simple et lisible dans la communauté », mais également qu'il devait être « renouvelé pour éviter d'atteindre la date de préemption des masques ». Enfin, ils préconisaient que « certaines associations en charge de patients particulièrement défavorisés devraient être dotées d'un stock de masques à distribuer ». Ce rapport, axé principalement sur le risque d'une pandémie grippale relativement classique, rappelait toutefois que les études avaient démontré que « l'efficacité du port du masque chirurgical serait de 68 % pour la diminution de la transmission du SRAS. Son efficacité serait de 91 % avec un APR [appareils de protection respiratoire, ndlr] ». Par APR, comprendre les masques filtrant de type FFP2 ou FFP3.

Temps perdu par les pouvoirs publics

Ce rapport a été remis il y a tout juste un an. On mesure aujourd'hui le temps perdu par des pouvoirs publics désormais obligés de réagir dans la plus totale urgence. D'autant qu'à l'international, les marchés des masques, tests, et autres médicaments se sont vite transformés en véritable far west : « Par exemple, dans le domaine des respirateurs, les prix explosent ! nous rapporte ainsi un intermédiaire travaillant avec l'Asie. Il en existe deux types : les légers et les lourds qui sont les seuls qui peuvent pour assurer les intubations. Ces derniers coûtaient début mars sur le marché international 32.000 dollars, aujourd'hui, on les négocie autour de 90.000 dollars. »

Face au virus, la logistique de protection et de soin est bien le nerf de la guerre. Si le président a annoncé la semaine dernière la livraison prochaine de « 10.000 respirateurs » grâce à la société Air Liquide, il s'est bien gardé de préciser d'autres éléments logistiques. Quelques jours plus tard, son Premier ministre nous apprenait que le port des masques allait devenir obligatoire dans les transports publics... sans nous garantir pour autant que tout sera prêt à temps. Ces derniers jours, la France produisait ainsi chaque semaine environ 8 millions de masques (soit près de trois fois moins que le Maroc...). Le gouvernement prévoit d'en augmenter la production à 17 millions par semaine. Même chose pour les tests : si la France serait désormais capable de proposer 150.000 tests par semaine, l'objectif du gouvernement est de pouvoir en faire 500.000 par semaine d'ici le 11 mai...

De tels effets d'annonce ne suffiront pas à calmer les Français. Ceux-ci commencent à perdre patience, toutes les enquêtes d'opinion montrent une défiance accrue envers le gouvernement en particulier, et les pouvoirs publics en général. L'impréparation de l'Etat à une telle crise, son « désarmement » y est pour beaucoup. Surtout, la population ne comprend guère comment le dé-confinement va pouvoir se dérouler concrètement alors qu'il manque encore une quantité phénoménale de tests et de masques.

 Le challenge de la remise en route des transports publics

À la tête de l'Etat, c'est Jean Castex, maire de Prades, et ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, qui se retrouve à avoir la lourde tâche de coordonner le travail du gouvernement sur les stratégies de dé-confinement. « Il a l'avantage d'être un élu de terrain », remarque un cadre d'une association d'élus. « Matignon n'arrête d'ailleurs pas de parler du tandem maire-préfet ». Mais le plus gros challenge reste la remise en route des transports publics : « Si on nous impose de mettre un mètre ou un mètre et demi entre chaque passager, avec 100 % des trains, on ne transporte que 20 % de ce qu'on transporte d'habitude, a ainsi expliqué Jean-Pierre Farandou, le président de la SNCF, le 15 avril, lors d'une audition au Sénat. Donc ça ne marche pas ! » Pour assurer cette « distanciation sociale », la région Ile-de-France a annoncé de son côté la création de nouvelle pistes cyclables. Mais au-delà de la question des salariés, comment assurer le retour du transport scolaire ? « Et dans ce domaine, l'Education Nationale reste complètement dans sa bulle », nous assure un spécialiste des réseaux de transport. Bref, à défaut d'avoir su anticiper, l'Etat n'a pas fini de devoir se réinventer.

6 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 27/04/2020 à 17:03
Signaler
Voilà,j'ai mis deux commentaires qui ont disparu...pourquoi cette censure

à écrit le 23/04/2020 à 18:12
Signaler
Le probléme n'est pas tant le gvt (si on est pas content il dégage au bout de 5ans). Le probléme c'est l'Etat, cette administration boursouflée où même les médiocres arrivent à des postes de responsabilité. Ceux-là ils sont à vie et nous n'avons aucu...

à écrit le 23/04/2020 à 14:22
Signaler
les incompetents on les connait si Sarko avait ete encore president je pense que les choses auraient ete plus rondement menees on aurait pas ( pinaille ) pendant des semaines des les premieres alertes fin janvier debut fevrier il aurait pris des me...

le 23/04/2020 à 14:45
Signaler
La tarification 100% à l'acte dans les hôpitaux, c'est lui. La mise sous tutelle des hôpitaux par les gestionnaires, c'est lui. La fermeture de centaines d'hôpitaux, de maternités et d'établissement psychiatriques, c'est lui. La créature auto-sa...

à écrit le 23/04/2020 à 12:56
Signaler
Ha, il poursuit sa croisade et a trouvé son os à ronger...Journaliste de gauche bien marqué et anti-système notoire.... Il va même nous écrire un livre à la fin de tout ça, dédicacé par son copain Mélanchon bien sur. Titre : Bas les Masques ! Mais p...

le 23/04/2020 à 14:58
Signaler
Que de baratin , et hors sujet !

à écrit le 23/04/2020 à 12:36
Signaler
@ France third world country Faire dans la détestation, ça n'aide pas non, plus, même si c'est très chic et de bon ton. Et même si ils auraient pu faire mieux que les Italiens, les Espagnols, les Anglais, et les Américains, c'est sûr.

à écrit le 23/04/2020 à 11:19
Signaler
Dans presque tous les pays on cherche des masques, et en France on cherche des coupables. Chercher des coupables, ça soulage la trouille, et ça donne bonne conscience, mais ce n'est pas ça qui va nous sortir de la panade.

le 23/04/2020 à 11:37
Signaler
Ben dans les autres pays et pas les plus riches (Portugal, Bulgarie, Grece, Espagne, Ukraine, Maroc...) ils ont plein de masques pour leur population. Les technocrates francais sont de lamentables incompétents adeptes de cocktails et d'autoflagorneri...

à écrit le 23/04/2020 à 11:01
Signaler
C'est certain nous constatons une fois de plus, tous, le fiasco de nos classes dirigeantes que l'on a d'ailleurs élues, mais pour aller au- delà et comprendre pourquoi ,cela vient à mon avis un problème d'éducation. Comment se fait-il que nos dirigea...

le 23/04/2020 à 13:20
Signaler
@lucide ... vous cherchiez à caser "arrogance française" c'est ça ? puisque vous parlez des autres pays, et bien allez donc y regarder dans les autres pays. Et si vous ne maitrisez pas la langue des presses étrangères, commencez par regarder chez le...

à écrit le 23/04/2020 à 9:47
Signaler
Bien sur, l’État à aussi négligé une phrase dans un des nombreux rapport de l'Institut Géologique de Clermont Ferrant disant qu'il faudrait arrêter de construire 50 km autour de la Chaine des Puys.... Et des recommandations dans certains rapports de...

à écrit le 23/04/2020 à 9:20
Signaler
"Non mais tu me vois porter un masque ridicule comme ça ha ha ha ! Virez moi ça ça coûte un pognon de dingues !" Oui on imagine bien en effet...

à écrit le 23/04/2020 à 8:48
Signaler
Je ne comprends pas très bien les polémiques actuelles sur l'art de gouverner des élites de ces dernières années. Les gens ne semblent pas comprendre que les élites politiques aujourd'hui ont un égo sur dimensionné, bénéficient d'une impunité quasi ...

à écrit le 23/04/2020 à 8:28
Signaler
Donc l'article dénoncerait le fait que l'Etat n'ait pas rendu public le contenu d'un rapport sur les stocks de masques, mais vous réservez le contenu de cet article à vos abonnés et ne le rendez pas public davantage... La paille et la poutre ?

à écrit le 23/04/2020 à 8:10
Signaler
ou sont les masque et les test promit jamais nous les verrons ce gouvernement préfère confine et laisser pourrir la situation comme pour les gilets jaune et la reforme des retraites il fallait réquisitionner des le débuts voir conseiller aux França...

à écrit le 23/04/2020 à 7:51
Signaler
non au déconfinement par région tous ceux qui réside a la limite des régions serons pénalisé exp réside a troyes peut aller a colmar mais pas a paris pourtant moitie de km déjà le regroupement des régions été une absurdité la on vas nous en re...

à écrit le 23/04/2020 à 5:08
Signaler
"La defiance a l'egard du bla, bla, bla"..... Quand il faudra voter en 22, le francais a memoire de poisson rouge aura oublie ce scandale de cette france jacobine matinee de monarchisme.

à écrit le 22/04/2020 à 20:17
Signaler
Encore un article pour polémiquer .Ce rapport a été réalisé dans le cadre de la préparation à une pandémie grippale. Qu'aurait-on pu apporter de plus en suivant ces "recommandations" dans la crise actuelle ? Sans doute êtes vous un expert pour l'affi...

le 23/04/2020 à 4:55
Signaler
Il n’y a pas d’échelon administratif communauté. Vous avez foyer, commune, communauté de commune, département ou région. Donc vous voulez les stocker à quel niveau vos masques?

à écrit le 22/04/2020 à 19:25
Signaler
Vous voulez clore une bonne fois le débat sur la face caché de hydroxychlorquine er comprendre ce que le tandem Big Pharma et Macro cachent soigneusement à la France et aux français, lisez c' est de la bombe .. Lire : "ENQUÊT...

le 22/04/2020 à 23:05
Signaler
Sources ?

le 22/04/2020 à 23:27
Signaler
Oui bien sûr la chloroquine marche tellement bien que personne ne le voit! Un peu sérieux. Face au covid 98% des gens ne vont pas en réanimation. Et si t es en rea alors t'as 55% de chances s'y passer. Sinon cherchez effets secondaires chlor...

le 23/04/2020 à 12:24
Signaler
Comment tirer des conclusions sur le covid 19 à partir d'un article vieux de 15 ans. De plus je ne savais pas que M. François ASSELINEAU était un scientifique, un infectiologue, un épidémiologiste ou encore un spécialiste des Coronavirus ! Faut res...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.