The Village : 20 solutions pour des territoires plus inclusifs

 |   |  807  mots
(Crédits : DR)
THE VILLAGE 2019 | L'un des effets inattendus du mouvement des « gilets jaunes » aura été de remettre les maires au centre de la politique d'aménagement du territoire. Durant le Grand débat national, Emmanuel Macron en a fait des acteurs incontournables après les avoir boudés en début de mandat. Le président de la République se rendra même cette année au congrès des Maires, en novembre, à quelques mois des élections municipales. Celles-ci, qui se tiendront en mars 2020, sont un enjeu majeur pour le chef de l'État, non seulement pour ancrer localement La République en marche, mais aussi parce qu'il a pris conscience de la crise des vocations de maires dans les zones rurales, où la tâche relève du sacerdoce.

La troisième édition de The Village, un événement organisé par La Tribune et Inco et qui a ressemblé les 30 et 31 août dans le village de Saint-Bertrandde-Comminges (Haute-Garonne) des politiques, des entrepreneurs, des « change makers », et des citoyens, a été l'occasion de discuter pendant deux jours des moyens de lutter contre les fractures territoriales.

Mobilités, transition écologique, produire local, mieux se nourrir, les thèmes des ateliers ont permis de dégager 20 propositions à destination des maires de France, un an après le début de la crise des « gilets jaunes » qui a mis en évidence la nécessité de réconcilier les territoires. Pour autant, l'édition 2019 de The Village a montré que les acteurs locaux n'attendent pas que toutes les solutions viennent d'en haut. Au contraire, l'événement a démontré que les réponses locales sont souvent les meilleures.

À l'exemple de Reden Solar, qui propose des serres alimentées par l'énergie photovoltaïque, ou des Fermes de Figeac, dirigées par Dominique Olivier qui a repris la coopérative agricole locale fondée il y a trente ans, et a fait passer l'effectif de 8 à 180 salariés répartis dans un rayon de 30 kilomètres.

« L'économie de proximité, cela marche aussi », assure-t-il. François Arcangeli, conseiller régional (EELV), a expliqué comment l'exploitation raisonnée de la forêt permet d'alimenter en énergie la communauté de communes CagireGaronne-Salat. Un projet risqué, mais réussi grâce au soutien financier du Conseil régional et de l'État. Aujourd'hui, le village vend l'électricité qu'il produit.

Autre vecteur économique, le patrimoine. Parrain de l'événement cette année, Stéphane Bern, responsable de la Mission sur le patrimoine et présentateur de l'émission Le Village préféré des Français, est tombé sous le charme de Saint-Bertrand-de-Comminges.

« Le patrimoine est une richesse, et pas un coût », martèle Stéphane Bern, rappelant que « la moitié de notre patrimoine se trouve hors des villes ».

Cet héritage historique peut être source de revenus grâce au tourisme et source d'emplois locaux grâce à sa revalorisation et son entretien, « difficilement délocalisables » contrairement à l'industrie. « Le patrimoine est le pétrole de la France », s'enflamme l'animateur d'émissions historiques à succès qui recommande des mesures de défiscalisation et un accès aux aides simplifié sur le plan administratif pour intensifier un travail de réhabilitation qui redonnerait « leur fierté aux habitants », souvent les laissés-pour-compte de la mondialisation.

Des propositions concrètes

The Village 2019 a mis à l'honneur d'autres initiatives, tel le premier incubateur lancé en zone rurale par Nicolas Hazard, patron d'Inco. Soutenu par les élus régionaux, départementaux et surtout par Marie-Claire Uchan, la dynamique maire de Saint-Bertrand-de-Comminges, cet incubateur a été installé depuis trois mois, dans une ferme du village. Sept startups travaillent sur des solutions concrètes, suivies par 40 entreprises. Prochain projet du patron d'Inco ?

« Un hub international dédié aux projets d'innovation en milieu rural. »

Mais l'accélération du développement économique dans les zones rurales dépend largement des infrastructures. Bruno Cavagné, président de la FNTP, ironise sur l'écart entre les paroles et les actes, rappelant que le problème ne date pas d'hier. En 1995, Jacques Chirac avait été élu sur « la fracture sociale ». Depuis, la situation n'a fait que s'aggraver. Pour y remédier, il préconise de « redonner le pouvoir aux élus locaux » en matière de politique d'investissement dans les infrastructures, de « faire de l'Europe un vecteur d'investissement » tout en scellant un pacte « intergénérationnel » .

Faire évoluer la fiscalité

Car contrairement à un cliché rebattu qui fait rimer ruralité avec agriculture, les emplois dans les zones rurales sont à peine à 3% agricoles contre 18 % industriels.

« De nombreuses entreprises locales n'arrivent pas à recruter », déplore d'ailleurs Sophie Garcia, patronne du Medef Occitanie, en partie à cause de l'hétérogénéité des situations ainsi que des territoires.

La place du privé est d'ailleurs trop souvent négligée. Réaliste, Robin Rivaton, directeur-fondateur de Real Estech, juge que « la dynamique est du côté des villes ».

Il en veut pour preuve le télétravail, « un mythe qui perdure depuis vingt ans », car l'activité est de plus en plus centralisée. L'essayiste considère qu'il faut faire évoluer la fiscalité. Chaque canton, département et région devraient pouvoir fixer leur fiscalité. Encore plus précis, il propose « d'inventer le foncier rural, qui pourrait s'inspirer du mécanisme qui a bien fonctionné pour les forêts ».

Si les 20 propositions concrètes retenues après les deux jours de débats ne sont qu'un premier pas pour passer à l'action, elles montrent la voie car tous les intervenants s'accordaient avec Maximilien Pellegrini, DG délégué de Suez Eau France, pour qui « si on n'anticipe pas, cela va s'aggraver pour les territoires ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2019 à 9:05 :
Pourquoi, the "ze " village , ne parle t'on pas de la France profonde? mettre de l'anglais pour faire branché c'est loupé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :