Un taux d'emploi record pour les seniors et marqué par la précarité

Par Grégoire Normand  |   |  981  mots
Les 55-64 ans ont 1,5 fois plus de chances de travailler à temps partiel que les 30-54 ans. (Crédits : Reuters)
[Graphiques] Si le taux d'emploi des seniors (55-64 ans) a augmenté de 15 points depuis 2003, cette progression s'est également accompagnée d'un fort recours au temps partiel et d'une dégradation de l'état de santé de cette catégorie d'actifs sur le marché du travail.

Le marché du travail semble s'améliorer pour les seniors. D'après le dernier tableau de bord sur l'activité des personnes âgées de 55 à 64 ans du ministère du Travail (Dares) publié il y a quelques jours, le taux d'emploi de cette catégorie a atteint des sommets. A la fin du second trimestre, il s'élevait à 50,3%, un record depuis le premier trimestre 2003.

Bien que la plupart des débats sur le front de l'emploi se focalisent souvent sur le taux de chômage trimestriel publié par l'Insee et le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi, le taux d'emploi (*), bien moins médiatisé, affiche des résultats bien plus spectaculaires. Pour l'économiste André Zylberberg,"le taux d'emploi est un indicateur plus pertinent [...] Celui-ci donne une bonne indication du potentiel productif d'un pays, puisqu'il mesure les capacités humaines mobilisées pour la production de biens et services. De son côté, le taux de chômage est plus un indicateur du déséquilibre du marché du travail. Il faut le considérer comme complémentaire du taux d'emploi".

> Lire aussi : Le taux d'emploi atteint un record en France

Un taux d'emploi record

Les créations d'emploi dans le secteur privé et le secteur public ont particulièrement profité aux personnes les plus âgées ces dernières années. Le taux des 55-64 ans est celui qui a le plus progressé entre le premier trimestre 2003 et le deuxième trimestre 2017. À l'inverse, celui des 25-49 ans a légèrement diminué sur la même période et celui des 15-24 ans est celui qui a le plus chuté passant de 25,5% à 21,3%.

(Les derniers chiffres de l'Insee sont provisoires. C'est pourquoi ils diffèrent légèrement de ceux du ministère du Travail publiés récemment. Chiffres prenant en compte les actifs à temps complet.)

Cette forte hausse du taux d'emploi des seniors s'explique en partie par les réformes des retraites qui se sont succédé depuis le début des années 1990 (1993, 2003, 2010 et 2014), comme l'explique très bien une étude de l'Insee publiée en janvier dernier.

"Après une longue période de baisse, le taux d'activité des seniors s'est redressé en France à partir du début des années 2000. Ainsi, pour les personnes âgées de 60 à 64 ans, le taux d'emploi des hommes est passé de 10,7% en 2000 à 25,4% en 2014. Pour les femmes, il est passé respectivement de 10,1% à 24,9%. La hausse a été encore plus marquée pour les personnes âgées de 55 à 59 ans.Ces évolutions peuvent être reliées en partie aux différentes réformes des retraites intervenues depuis 1993, mais aussi à la fermeture progressive de dispositifs facilitant la sortie anticipée du marché du travail, comme les préretraites ou la dispense de recherche d'emploi pour les chômeurs âgés."

Un taux d'activité au sommet

En ce qui concerne le taux d'activité (**), les chiffres relatifs aux seniors battent également des records. A la fin du mois de juin dernier, cet indicateur affichait un taux de 65,8% au plus haut depuis 2003. A l'inverse, les taux d'activité des 15-24 ans et des 25-49 ans présentent des courbes bien plus régulières sur les quinze dernières années.

Une précarité accrue

Ces bons chiffres relatifs au marché de l'emploi des seniors masquent une hausse de la précarité pour cette catégorie d'actifs. Selon une récente enquête de la Dares publiée au mois d'août, les salariés seniors travaillent plus à temps partiel que les plus jeunes (23 % des salariés seniors travaillent à temps partiel, contre 18 % des 30-54 ans).

> Lire aussi : Près d'un senior sur quatre travaille à temps partiel

Si ce temps partiel est parfois choisi pour des raisons personnelles ou domestiques, l'argument des problèmes de santé est plus souvent mis en avant dans cette tranche d'âge.

"La fin de la vie professionnelle semble passer par un recours accru au temps partiel au-delà de 55 ans, pour des raisons personnelles et domestiques et pour des raisons de santé. Ce recours accru fait notamment transparaître une potentielle dégradation de l'état de santé avec l'avancée en âge. Celle-ci peut expliquer également la plus courte durée annuelle effective des 55-64 ans, du fait des congés maladie ou d'accidents du travail."

Par ailleurs, ces taux importants pour les personnes en fin de carrière ne doivent pas faire oublier que les seniors ont plus de difficultés pour retrouver du travail. Les différentes réformes relatives aux retraites ont entraîné une hausse du chômage. "Le surcroît d'activité induit par la réforme se traduit majoritairement par un accroissement de l'emploi, mais également du chômage, voire de l'inactivité", comme le rappelle l'Insee. De leur côté, les économistes du conseil d'analyse économique soulignent également dans une note que "la durée du chômage est plus élevée chez les seniors : 62 % des chômeurs entre 55 et 64 ans sont sans emploi depuis plus d'un an, contre 42 % pour les 15-64 ans".

Enfin, les personnes âgées de 50 à 64 ans n'étaient que 12,9% à trouver un emploi dans le trimestre qui suit l'inscription à Pôle emploi contre 25,8% des chômeurs de moins de 25 ans et 28% des personnes récemment sorties d'études selon une récente enquête de l'Institut de statistiques. La hausse de l'activité des personnes les plus expérimentées est donc loin de résoudre tous les problèmes rencontrés par cette catégorie de population.

> Lire aussi : Retour à l'emploi : le calvaire des chômeurs de longue durée

_____

(*) Le taux d'emploi est défini comme la part des personnes ayant un emploi parmi les personnes âgées de 15 à 64 ans, exprimée en pourcentage.

(**) Le taux d'activité  est le rapport entre le nombre d'actifs (actifs occupés et chômeurs) et l'ensemble de la population correspondante selon la définition de l'Insee.