Retour à l'emploi : le calvaire des chômeurs de longue durée

 |   |  964  mots
En 2016, les personnes au chômage depuis au moins trois ans avaient 4 fois moins de chances de trouver un emploi dans le trimestre qui suit par rapport aux chômeurs de moins d'un an.
En 2016, les personnes au chômage depuis au moins trois ans avaient 4 fois moins de chances de trouver un emploi dans le trimestre qui suit par rapport aux chômeurs de moins d'un an.
[Graphiques] D'après une étude de l'Insee portant sur l'année 2016, les chômeurs de longue durée ont beaucoup moins de chances de retrouver un emploi rapidement que les chômeurs de moins d'un an. En parallèle, le nombre de chômeurs de très longue durée explose.

Les chômeurs de longue durée cumulent les difficultés. D'après une étude de l'Insee publiée ce mercredi 26 juillet, les demandeurs d'emploi de longue durée (*) ont de plus en plus de mal à retrouver un emploi alors que le nombre d'individus dans cette situation atteint des sommets. Sur les 6 millions de personnes inscrites à Pôle emploi, 2,5 millions de personnes sont concernées par ce phénomène. Les économistes de l'institut, qui ont également étudié les périodes de transition entre le chômage et l'accès à un emploi pour les seniors, ont souligné de fortes difficultés pour cette catégorie d'actifs.

Une probabilité plus élevée de rester au chômage plus longtemps

Selon les experts, les chances de trouver un travail d'un trimestre à l'autre sont bien plus faibles pour les personnes qui sont restées au chômage.

"Ainsi, en 2016, les personnes au chômage depuis au moins trois ans ont 4 fois moins de chances de trouver un emploi dans le trimestre qui suit par rapport aux chômeurs de moins d'un an : 6,7% contre 27,8%."

Et les données mises en exergue dans les enquêtes Emploi par les spécialistes illustrent très bien ce phénomène. Par exemple, 42% des personnes qui tombent au chômage un trimestre donné (c'est-à-dire qui sont au chômage un trimestre donné et avaient un emploi ou étaient inactives le trimestre précédent) ne sont plus au chômage le trimestre suivant. Cette proportion atteint 64% au bout de deux trimestres, puis 73% au bout de trois trimestres, et 77% au bout de quatre trimestres.

Lecture : 64% des personnes devenues chômeuses un trimestre donné ont quitté le chômage deux trimestres après. Champ : France, population des ménages, personnes de 15 à 64 ans qui sont au chômage au moins un trimestre sur les six trimestres de suivi de l'enquête et qui ne sont pas chômeuses avant ce trimestre, entre le 3e trimestre 2015 et le 4e trimestre 2016.

Une part importante des demandeurs d'emploi

Le phénomène du chômage de longue durée n'est pas nouveau mais il tend à s'accentuer ces dernières années. Selon les derniers chiffres de Pôle emploi, les chômeurs de longue durée constituaient en juin 2017, 41,8% du total des demandeurs d'emploi. Cette proportion est en augmentation régulière depuis 2009.

A la fin du mois de juin dernier, ils étaient 2,56 millions comptabilisés en chômeurs de longue durée sur un total de 6,12 millions d'inscrits toutes catégories confondues. Par catégorie, ce sont les demandeurs inscrits entre un an et deux ans qui sont les plus nombreux. Mais plus inquiétant encore, ce sont les chômeurs de très longue durée qui ont tendance à croître encore plus rapidement comme l'illustre le graphique ci-dessous. Il y a d'ailleurs plus de chômeurs de très longue durée si on fait la somme des deux catégories (de deux ans à moins de trois ans et trois ans ou plus).

Par ailleurs, ces chiffres ne prennent pas en compte tous ceux qui ne sont même plus inscrits à Pôle emploi, soit parce qu'ils ne recherchent pas d'emploi par découragement, soit parce qu'ils ne sont pas disponibles rapidement pour travailler ou n'y trouvent pas un intérêt financier. C'est ce que l'on appelle le "halo du chômage".

 > Lire aussi : Très léger repli du chômage en juin

Des mesures inefficaces ?

L'accroissement régulier du nombre de demandeurs d'emploi de longue durée pose la question de l'efficacité des mesures et politiques publiques menées par les gouvernements. En février 2015, l'ancien ministre du Travail François Rebsamen avait annoncé 20 mesures "concrètes et ciblées pour sortir du chômage de longue durée".

> Lire aussi : Chômage de longue durée : les axes d'action du gouvernement

 Au regard des données publiées par Pôle emploi, il apparaît que ces annonces n'ont pas eu l'effet escompté sur une baisse importante du chômage de longue durée. En revanche, si le nombre de chômeurs inscrits depuis plus de trois ans augmente régulièrement, le nombre d'inscrits entre un an et trois a tendance à se stabiliser, voire diminuer depuis décembre 2015. Il semble néanmoins que d'après un rapport de janvier 2017 mené par le Laboratoire d'action contre la pauvreté (JPal Europe) spécialisé dans l'évaluation des politiques sociales, de développement et de lutte contre la pauvreté, en France et dans le monde, "les dispositifs d'accompagnement ont le plus souvent des effets positifs sur les bénéficiaires chômeurs de longue durée ou susceptibles de le devenir". Evidemment, ce constat nuancé par les auteurs varie en fonction du type de politique publique menée.

Lire aussi : Chômage de longue durée : le plan de Rebsamen est-il à la hauteur du phénomène ?

Un retour à l'emploi plus compliqué pour les seniors

L'autre enseignement de l'étude menée par l'Insee est que si le chômage touche particulièrement les jeunes actifs (24,6% des actifs de 15 à 24 ans sont au chômage contre 9,3% des actifs de 25 à 49 ans, 6,9% de ceux de 50 à 64 ans), les seniors ont plus de difficultés pour retrouver du travail. Les personnes âgées de 50 à 64 ans n'étaient que 12,9% à trouver un emploi dans le trimestre qui suit l'inscription à Pôle emploi contre 25,8% des chômeurs de moins de 25 ans et 28% des personnes récemment sorties d'études.

> Lire aussi : Les seniors sont davantage actifs... et au chômage de longue durée

(*) Un chômeur de longue durée est un actif au chômage depuis plus d'un an. A partir de 24 mois, on parle de chômage de très longue durée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2018 à 6:50 :
Dans quatre ans une femme présidente, alors une petite guerre civile ou un conflit avec un pays voisin et enfin la reconstruction avec des années de croissance à la clef.
a écrit le 17/01/2018 à 16:32 :
l'idéal ça sera de créer un ministère du chômage car être tout le temps confronté aux lois travail, au ministère du travail, aux travailleurs.... ça nous rend incompris, un ministère du chômage sur sa tête un ministre qui a été un chômeur de très longue durée pourra peut être apporter des solutions fiables, mettre un problème aussi récurent dans les mains d'un travailleur, c'est comme si on parlait à un sourd!!
il faut que quelqu'un vive ce que vit un chômeur de longue durée pour pouvoir prétendre avoir des solutions .... vivez le chômage pour être enfin dans la place des chômeurs!!!
a écrit le 01/08/2017 à 9:23 :
en ce moment des spasmes me suprime tout mes ecritures , c est pour cela que j ai envoye se mails sans le corige ???
a écrit le 01/08/2017 à 9:19 :
MOI SE QUI M INQUIETE C EST LE NO BRE DDES CHOMEURS EN FRANCE 6MILLION ET DES POUSSIERE PUISQUE IL Y EN A QUI NE CHERCE PLUS CELA A UN COUT POUR TOUTE LA SOCIETE? LE PATRONNA N A T IL PAS INTEREZ A RELENCE L ECONOMIE EN REENBAUCHANT CELA CEREZ MOINS GOUTEUX POUR TOUS LE MONDE???
a écrit le 28/07/2017 à 9:32 :
Concernant les seniors ,ce n'est que le début du calvaire , puisque la plupart des entreprises ont gelé leurs plans sociaux en attendant la mise en place de la loi travail pour les liquider plus facilement.
a écrit le 28/07/2017 à 8:15 :
En France, on met beaucoup trop de temps à retrouver un emploi salarié quand on est chômeur, et ce n'est pas normal.
C'est pour changer ça que le gouvernement précédent a fait la loi Travail, et c'est aussi pour changer ça que le gouvernement actuel change le Code du Travail.
Si les journalistes pouvaient expliquer ça, au lieu de donner beaucoup de place dans leurs tribunes à tous les opposants à ces changements, ce serait un vrai progrès.
Réponse de le 30/07/2017 à 10:01 :
"C'est pour changer ça que le gouvernement précédent a fait la loi Travail"

Euh,non, c'est pour ça :

Cette «Loi travail», nous la devons, pour une bonne part, à notre appartenance communautaire. Pour s'en apercevoir, encore faut-il quitter un instant le terrain des grands principes sur lesquels s'affrontent généralement «européistes» et «eurosceptiques».l ne faut pas craindre de l'affirmer (d'autant moins qu'on ne risque guère d'être compris): la «Loi travail» nous vient des GOPE. Oui, des GOPE.Les GOPE, ce sont les «Grandes Orientations de Politique Économique». Plus précisément, ce sont des documents préparés par la direction générale des affaires économiques de la Commission européenne. Conformément à l'article 121 du Traité sur le Fonctionnement de l'Union européenne (TFUE), ces documents sont ensuite transmis au conseil Ecofin (c'est à dire à la réunion des ministres européens de l'économie et des finances), puis au Conseil européen (les chef d'État et de gouvernement). Après validation, les GOPE deviennent des recommandations du Conseil aux pays de l'Union et font l'objet d'un suivi. Toujours selon l'article 121, «le Conseil, sur la base de rapports présentés par la Commission, surveille l'évolution économique dans chacun des États membres». En tout état de cause, le gouvernement français a bien travaillé. Le commissaire Valdis Dombrovskis l'en a chaudement félicité lors d'une visite à Paris fin mars. Comme rapporté par le site spécialisé sur les questions européennes EurActiv, le vice-président de la Commission «à l'euro et au dialogue social» (sic) a salué la loi El Khomri comme une heureuse initiative «destinée à répondre aux rigidités du marché du travail, et qui devrait relancer l'emploi». Un bien bel hommage! Merci patron!
Réponse de le 30/07/2017 à 11:10 :
@ lachose
Je maintiens : c'est bien pour changer ça ce que le gouvernement a fait la loi Travail.
Ce n'est parce que ça vient de l'Europe, du GOPE et je ne sais quoi que cette loi est mauvaise : il y a moins de chômage partout ailleurs en Europe.
C'est facile de dire que tout ce qui vient de l'UE est mauvais, et qu'on ne peut rien changer, et que quand quelque chose va mal, c'est de la faute à l'Europe (ou à Rousseau, ou à Voltaire).
a écrit le 27/07/2017 à 18:10 :
Et si vous censuriez tous les commentaires avec fautes d'accord ou d'orthographe :
la lecture de votre site serait bien plus agréable .
PS : valable aussi pour vos journalistes
Réponse de le 27/07/2017 à 18:55 :
Et si vous censuriez tous les commentaires qui n'ont aucun rapport avec le sujet de discutions :
la lecture de votre site serait bien plus agréable

Et Léon partagerait peut être ses idées si il en a !
a écrit le 27/07/2017 à 17:00 :
Normalement il y aurait moins de chômeurs si l'ump n'avait pas réformé les pensions de réversion pour amortir les fonds ailleurs et aussi le recul de l'âge de retraite, vous avez des personnes de 42 à 54 ans qui sont inclassables, former sur Excel ou Word, pourquoi faire ? Ce secteur ne recrute que les jeunes, les employeurs ne le disent pas mais ils veulent que des jeunes, c'est comme ça, dans leur tête c'est plus rentable, c'est un préjugé.
Réponse de le 27/07/2017 à 18:02 :
Vous avez écrit :
les employeurs ne le disent pas mais ils veulent que des jeunes, c'est comme ça, dans leur tête c'est plus rentable, c'est un préjugé.

Pourquoi ?
C'est moins cher et c'est corvéable à merci surtout si on fait miroiter un CDI .

Un "vieux" ne pourra être pris que si il représente une véritable valeur ajoutée au travail que l'on va lui confier ...
Pour eux ils peuvent régulièrement changer d'entreprise sans connaître pour autant le chômage !
Réponse de le 28/07/2017 à 1:31 :
Il y a moins de jeunes au chômage que de vieux de 40 à 54 ans.
L'âge est un critère pour les employeurs même si c'est illégal.
a écrit le 27/07/2017 à 16:36 :
Les chômeurs de longue durée présentent un handicap majeur : absence de formation qualifiante et/ou diplômes.
L'idéal serait de les former convenablement pour prétendre à un emploi durable.
a écrit le 27/07/2017 à 16:20 :
La plupart des chomeurs ne recoivent aucune aide de PE même de longue durée. La preuve en est que les "conseillers" ( ça s'appelle comme ça) demandent aux chomeurs de ne pas venir à PE et de ne rien demander à PE.

"votre demande d'information surle suvi d'une formation n'entre pas dans le cadre de nos attributions" veuillez aller voir ailleurs.

Plus vous êtes éloignés du marché de l'emploi moins vous avez de chance de retouver un emploi, c'est pourquoi PE ne vous aidera pas.
a écrit le 27/07/2017 à 14:11 :
Depuis 1945, la France est un état européen à vocation administratif et militaire, ce pays n'est pas la pour engranger des bénéfices ou de l'activité économique, cet état européen est destiné à la résolutions des confits multiples sur la planète.
Est-ce que tout les états Américains sont économiquement performants, non, certains sont pleins de start-up, d'autres remplis de bases militaires et encore d'autres désertiques.
a écrit le 27/07/2017 à 13:29 :
Il faut quand meme nuancer le cas des vieux qui ne trouve pas de travail. J en connais qui n ont aucunement l intention de retravailler mais attendent juste d arriver a l age de la retraite. Le mari est deja retraité, ils sont parti de Paris et evidement madame ne retrouve rien mais n a de toute facon pas l intention de retravailler vu qu elle retourvera jamias un travail paye autant que son ancien (voire ses indemnites chomages)
Réponse de le 27/07/2017 à 18:05 :
C'est de bonne guerre ...

Mais les indemnités ne durent qu'un temps , après c'est le RSA en fonction des ressources du foyer .
Un mari avec une retraite , elle ne bénéficiera d'aucun avantage et attendra sa retraite amputée de ses années de chômage .
a écrit le 27/07/2017 à 12:11 :
Avec un tel bilan, on ne pavoise pas à l'International (annulation de dettes souveraines, participation de guerres à gogo) et on arrête les frais de prestiges comme les Jeux olympiques 2024. En faillite, on laisse les Etats riches faire ce boulot. La France est bien rentré dans la catégorie des pays moyens.
Réponse de le 27/07/2017 à 13:16 :
Si seulement la France y était dans ces pays moyens.. Notre pays est en proie à bien pire: il fais tous pour les riche entreprises mondiale du CAC40 en exploitant les ouvriers et détruisant les emplois pour que les actions conservent leurs valeurs(voir augmentent)... Notre pays fonctionne en deux temps, les riches qui ont ces actions et les autres toujours plus pauvre et qui payent des impôts, se lève le matin pour aller au bouleau (de moins en moins attractif et de plus en plus anxiogène...)
a écrit le 27/07/2017 à 11:39 :
Des gens à éradiquer donc, vous autres bobos gauchistes écolos vous êtes trop naïfs, ces gens là sont des parasites qu'il faut éliminer. Il n'y a pas d'alternative les "faibles" (pauvres en langage oligarque) doivent disparaitre de la surface de la terre et ensuite on trouvera bien une autre population à éradiquer afin d'entretenir notre empire pour les mille ans à venir.

World Company
Réponse de le 27/07/2017 à 12:33 :
je ne partage pas votre opinion
il ne faut pas eradiquer les gens, il faut obliger tous les gauchistes qui ont les lecons de morale qui leur bavent a la commissure des levres, (surtout quand ils coulent les boites des autres en rigolant) a creer des boites avec leur temps et leur argent en sacrifiant eux memes leur vie de famille et a engager les gens a des bons postes bien payes avec plein d'acquis sociaux.......
ca donnera du boulot aux chomeurs, et ca reduira les inegalites dans le travail et la prise de risque
la reduction dans l'argent a deja ete faite, vu que tt le monde arrete de travailler, il faut donc forcer ces gens bienpensants a prendre leur part de sueur........ et s'ils ne veulent pas, beria nous enseigne qu'on peut utiliser la coercition, ca marche bien, et ca n'a rien d'ultraliberal
bien cordialement
Réponse de le 27/07/2017 à 14:21 :
Avez vous bien compris que mon commentaire était ironique ???
Réponse de le 28/07/2017 à 14:04 :
Comme d'habitude j'ai signalé votre commentaire diffamant et hors sujet, vous savez qu'il existe des clubs pour ceux qui aiment se faire mal ? C'est un peu cher mais je suis sûr que vous en avez largement les moyens...

Allez mon vieux faut bouger un peu maintenant hein.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :