Valls donne un nom à son action : "social-réformisme"

 |   |  421  mots
(Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Agacé de faire taxer de social-libéral, le Premier ministre a qualifié son action de "social-réformisme".

Il grinçe des dents explique l'AFP à chaque fois que ses positions sont qualifiées de "social-libérales". Du coup Manuel Valls a voulu donné un nom à son action : le "social-réformisme". "Il m'apparaît important de nommer notre action. Et j'ai tenu à le faire d'abord ici, sur le terrain, auprès de vous militants (...). Notre action s'inscrit pleinement dans son époque: elle est social-réformiste", a lancé le Premier ministre à ses auditeurs, lors de la Fête de la Rose de Bourg-de-Péage (Drôme), ce dimanche. Un terme qu'il avait déjà employé cette semaine dans Des Paroles et Des Actes sur France2.

Lutter contre les dérives de la mondialisation

Pour lui, le social-réformisme permet de faire face aux dérives de la mondialisation, mondialisation qui "percute" la République "de plein fouet".  Manuel Valls cherche à s'attaquer aux inégalités "avant qu'elles ne se forment, plutôt qu'en les corrigeant après coup, et donc forcément à la marge", a-t-il fait valoir.

Il a estimé que le "choix courageux" fait par le Premier ministre grec Alexis Tsipras de rester dans la zone euro au prix d'une poursuite de l'austérité était un "enseignement" "pour toutes les gauches en Europe".

"Dans un monde qui change plus vite que jamais, dans une France qui doit embrasser des défis inédits, nous devons savoir constamment réinventer les solutions pour répondre aux exigences du moment", a fait valoir le Premier ministre.

Une partie de la gauche préfère l'attentisme

Ce dernier a opposé son action au conservatisme, qu'il soit de droite ou de gauche. Une partie de la gauche, a-t-il noté, préfère se réfugier "dans un attentisme aussi confortable que mortel". Certains syndicats, "par principe, refusent d'avancer", notamment sur le statut des fonctionnaires. Enfin, "une partie des élites" du pays contribue à "enfermer, empêcher, entraver".

Pour lui, "assurer le social-réformisme, c'est d'abord continuer de tout faire pour la croissance, et donc de tout faire pour l'emploi". Et cela implique de "persévérer sans dévier du cap fixé: baisse du coût du travail et soutien à la compétitivité de nos entreprises".

"En d'autres termes: le pacte de responsabilité et de solidarité ! Tout le Pacte ! Le Pacte jusqu'au bout !", a-t-il lancé en demandant plus "d'audace" au patronat.

Manuel Valls a notamment enjoint au patronat "de prendre ses responsabilités" pour permettre à la négociation sur les retraites complémentaires d'aboutir, d'autant que la CFDT "a fait des propositions courageuses d'économies".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2015 à 14:41 :
Il faut ajouter "Neutralisé" au Social réformiste, faire de telle réformes , bravo; les neutraliser en demandant accord à des syndicats opposés à tous changements, c'est le statique qu'il dénonce mais applique
a écrit le 28/09/2015 à 10:36 :
CQFD comme toutes "réformes" de Valls sont des réformes libérales il est bien social libéral qu'il le veuille ou non!
Réponse de le 28/09/2015 à 11:48 :
je pense que nos hommes politiques sont rien sauf une girouette sans pivot ou un bateau ivre. Croire que M. Valls, M. Sarkozy et même Mme le Pen et tous les autres, ont une idée de ce qu'ils sont c'est leur croire qu'ils ont du respect pour notre pays non. Nous sommes dans la démesure des égos la France est un moyen pour leur vanité, le déclin de notre pays n'est pas leur souci.
a écrit le 28/09/2015 à 10:04 :
Et si on faisait comme les américains,pour devenir président il faut être né sur le sol français ???? c'est politiquement incorrect ???
a écrit le 28/09/2015 à 10:00 :
Pour la prochaine, il pourra même tenter le social-transformisme...
Réponse de le 28/09/2015 à 18:36 :
Bien vu Pipo , il finira chez les Républicain avec tous les autres . Je plains les seconds couteaux des régionales , leur cabinets va se vider , les républicains ne les garderont pas tous dans leur fonction .
a écrit le 28/09/2015 à 9:56 :
J'en conclu que le "social-réformisme" devrait donc plutôt s'appeler "crispé-tendu". Alors, Manu, détends toi ou tu vas nous claquer une durite !!
a écrit le 28/09/2015 à 9:30 :
'socialisme' ca va aussi
il n'y a eu aucune reforme pour l'instant ( hormis celle de regions qui va generer des couts supplementaires'!)
par contre les impots sont la, et bien la! quant a la taxe a 75%, dailymotion, le compte penibilite, etc, etc.... il est inutile de dire qu"ils font desormais partie des meubles!
a écrit le 28/09/2015 à 9:30 :
'socialisme' ca va aussi
il n'y a eu aucune reforme pour l'instant ( hormis celle de regions qui va generer des couts supplementaires'!)
par contre les impots sont la, et bien la! quant a la taxe a 75%, dailymotion, le compte penibilite, etc, etc.... il est inutile de dire qu"ils font desormais partie des meubles!
a écrit le 28/09/2015 à 9:02 :
On invente des mots, on prend la posture, on éructe, on accuse et tout empire.... Ce pauvre Valls est un politicard ambitieux et insignifiant. Son action oscille entre le nul et le négatif comme celle de tout ce gouvernement. Avec Hollande on a le ridicule en plus.
a écrit le 28/09/2015 à 7:10 :
quelle tristesse de voir que devant les vrais sujets qui sont le chômage et la dette les politiques se promènent de médias en médias se promènent dans les régions avec des fêtes stupides type la Rose ou autres plantes pour LR. Concernant le premier ministre qui ne sait pas parler sans vociférer son incompétence s'entend dans ses prises de postures dans des mots qui ne veulent rien dire mais avec lequel il doit prendre son pied. En fait si on regarde ses temps de promenades il ne travaille certainement pas pour la France et les dossiers sont survolés. Croit-il avec sa manie à faire des discours 100 pour cent politique qu'il va convaincre les français qu'il est un homme d'état responsable, non, encore un qui gueule beaucoup et dont le seul résultat réel est la croissance du chômage et de la dette. Je ne supporte plus de le voir tous les jours nous casser les oreilles, allez M. Valls respectez ce pays passez par la case je m'investis pour la France cessez cette posture de "veuve effarouchée" et votre côté arrogant cela devient vraiment gonflant. Les autres partis doivent être contents car plus il vocifère plus il fait de l'arnaque politique plus il enfonce la gauche.
a écrit le 27/09/2015 à 22:32 :
Le problème des politiques, c'est que leur Vista s'adapte moins vite que l'évolution de l'économie...ils ne servent plus à rien..
a écrit le 27/09/2015 à 21:39 :
C'est un communiquant. Apres d'accord ou pas il faut reconnaitre qu'il y avait un espace. Maintenant il y a un panneau !
a écrit le 27/09/2015 à 21:25 :
Manuel Carlos Valls Galfetti naît le 13 août 1962 , dans le quartier d'Horta à Barcelone n'a pas besoin d'inventer un nom pour son action,

les Français ont déjà trouvé le nom triolet ad hoc :
Valsitude, pour les brailleries inutiles
Vacuitude pour l'équipe gouvernementale Vallsienne
"Dafaititude" pour la socialocratie bientôt aux élection, la même défaitude que la défaitude de Sarkozy
a écrit le 27/09/2015 à 20:53 :
Il n'a pas le niveau en matière économique pour être Premier Ministre, c'est un roquet qui aboie dès qu'il est mis en difficultés, en psychologie c'est connu, il n'a aucun charisme pour exercer cette fonction
a écrit le 27/09/2015 à 20:25 :
Réformiste vous êtes sur ??

La loi macron devrait crée 0.3% de croissance en 2020 c'est a peut près le niveau des réformes de Valls Et Hollande
a écrit le 27/09/2015 à 20:20 :
Seule Nadine ose parler vrai , alors savoir qu'une mauvaise politique puisse s'appeler social-réformiste ne correspond à rien dans la situation qui est la notre maintenant . C'est un très mauvais film .
a écrit le 27/09/2015 à 18:55 :
" Manuel Valls cherche à s'attaquer aux inégalités "avant qu'elles ne se forment":cela rejoint mon idée d'anticiper le paiement de l'impot sur le revenu.pourquoi ne pas permettre aux français de payer leurs impots en avance?si vous payez vos impots 1 an en avance,10% de réduction,deux ans en avance ,20%,trois ans,30% etc...tout le monde y gagne,les français baissent le montant de leurs impots,l'état se désendette en anticipant ses rentrées fiscales!c'est du gagnant-gagnant encore une fois!
Réponse de le 27/09/2015 à 22:53 :
Formidable ! Et si je paye 50 ans en avance: 100 % de réduction.
a écrit le 27/09/2015 à 18:53 :
Superbe ! les socialiste mettent toujours un slogan ...dans un projet qu'ils ne réaliseront pas...! comme l'invention bluffante ,du ministère de redressement productif...qui n'a jamais rien redresser.... ni produit ...! plus grave , a ce jour, aucun bilan... , l'on ne sait même pas combien à couter cette supercherie à nos impôts ...!
a écrit le 27/09/2015 à 18:28 :
Il a bien fait d'opter pour la nationalité française. Il nous aurait manqué sinon...
a écrit le 27/09/2015 à 17:07 :
une framboise d'Or pour le service rendu aux Français.

En espérant qu'ils votent toujours plus nombreux pour vous pour bénéficier des fruits de la croissance du chômage et de la reprise de la précarité.
a écrit le 27/09/2015 à 16:56 :
plus tôt genre fossoyeur anti social, oui ça OK, mais social réformiste, là le gus il fallait qu'il ose, vous me direz audiard l'avait créé ce roquet "les... ça ose tout ,c'est ..................."
a écrit le 27/09/2015 à 16:54 :
C est un vrai il ose tout . Amen
a écrit le 27/09/2015 à 16:50 :
Ah bah oui c'était tellement mieux sous Sarko, tout le monde se souvient...
a écrit le 27/09/2015 à 16:25 :
Pathétique ! Quelle audace ! Quel courage ! Il aurait dû faire patron au lieu de faire politicard. Ces socialistes qui osent admonester les patrons font sourire. Que sait-il de la vie ce Valls? Il passe la sienne à hurler et invectiver les autres aux frais des contribuables. Il ruinera le pays comme les socialistes font toujours. Je regrette d'être obligé de vivre sous l'occupation socialiste. La France est tombée très bas.
Réponse de le 27/09/2015 à 18:44 :
Le hic c'est que ce gabarit n'a jamais travaillé de sa vie, ca a du bon d'étre un apparatchik.....
a écrit le 27/09/2015 à 16:16 :
C'est nouveau,ça vient de sortir:le social réformisme:ça rappelle jean jacques servan Schreiber dans les années Giscard et a fait Psch.ittt .Un genre de centre gauche qui n'intéresse plus personne et où on fait des réformes qui n'auront aucun résultat et ne mobilise plus personne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :