« Il n'y a pas suffisamment de jeunes qui s'orientent vers les études scientifiques » (Florence Lustman, France Assureurs)

#REAix2022. Alors que le monde connaît un choc inédit depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, La Tribune a donné la parole aux grands décideurs de l'économie en direct des Rencontres d'Aix-en-Provence du 8 au 10 juillet. Que pensent les patrons des désordres économiques actuels ? Est-ce la fin de la mondialisation ? Comment faire face au retour de l'inflation qui fait remonter les taux d'intérêt et craindre des tensions sociales ? Comment mener dans le même temps les grandes transitions énergétique, écologique et économique ? Revivez ici la vidéo de l'entretien avec Florence Lustman, présidente de la fédération France Assureurs, enregistré depuis notre studio installé au cœur du Davos provençal.
Philippe Mabille
(Crédits : DR)

Florence Lustman, présidente de la fédération France Assureurs

Pour arriver au plein emploi, il faut régler le problème d'attractivité. France Assureurs, Syntec et FBF ont sorti un livre blanc sur l'emploi qualifié. Nous avons alerté sur le fossé qui existe entre les talents qui sortent du système éducatif et nos entreprises, parce qu'il n'y a pas suffisamment de jeunes qui s'orientent vers les études scientifiques. On a fait des propositions pour renforcer l'attractivité des métiers et continuer à favoriser l'alternance, qui est une formidable force d'attraction vers nos métiers.

Le sujet de la santé mentale au travail est fondamental. Avec les assureurs, nous nous sommes mis d'accord pour rembourser 4 consultations de psychologue. Le grand âge est une autre de nos priorités. Il y a 7,5 millions de Français qui ont souscrit une assurance dépendance, mais il faut aller plus loin. Comme la dépendance lourde ne concernera pas tout le monde, le risque est mutualisable, donc assurable. Nous proposons d'inclure, dans nos complémentaires santé, une petite contribution pour assurer, en répartition, de couvrir par le versement d'une rente tous ceux qui vont entrer en dépendance lourde. Mais il faudrait en contrepartie baisser le niveau des taxes sur les complémentaires santé.

Notre plus grande contribution à la retraite, c'est l'assurance vie, le placement préféré des Français, qui permet de se préparer un complément retraite tout en ayant une épargne en cas de coup dur. On a 1900 milliards d'euros d'épargne sur ce support. Nous devons aussi traiter le sujet de l'espérance de vie en bonne santé qui est de 63 ans pour les hommes et 64 pour femmes, contre 70 ans en Suède. On a des marges de progression, avec la prévention, en encourageant les gens à se soigner. A ce titre, je me réjouis du succès de la réforme 100% santé, qui donne accès gratuitement à des soins en dentaire, optique et audio, même si cela nous a coûté 350 millions de plus en 2021.

Philippe Mabille

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 26/07/2022 à 10:53
Signaler
"On a des marges de progression, avec la prévention, en encourageant les gens à se soigner.", prendre soin de sa santé et "se soigner" sont 2 notions différentes. On rappellera que ces dernières années, notre gouvernement a préférer le vaccin à la pr...

à écrit le 15/07/2022 à 18:36
Signaler
Bonjour, Dire qu'ils y a un grave problème scolaire en France n'est pas faut... Certains passe 15 années dans le système scolaire est ne savent pas grand chose... Donc au lieu de se glorifier des résultats au BAC , ils me semblent importants de vo...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.