Accord de Paris, port du masque, retrait du "Muslin Ban"... les premières actions du président Biden

 |  | 651 mots
Lecture 3 min.
Parmi ces actions, le retour des Etats-Unis dans l'Accord de Paris sur le climat, la lutte contre les inégalités raciales, et de nouvelles mesures contre l'épidémie de Covid-19.
Parmi ces actions, le retour des Etats-Unis dans l'Accord de Paris sur le climat, la lutte contre les inégalités raciales, et de nouvelles mesures contre l'épidémie de Covid-19. (Crédits : JONATHAN ERNST)
Juste après son investiture, le 46ème président des Etats-Unis Joe Biden prévoit de prendre une série de mesures pour effacer une partie du bilan de Donald Trump.

Joe Biden prendra dès son entrée à la Maison Blanche mercredi 17 actions présidentielles pour revenir sur les mesures phares de Donald Trump, en engageant notamment le retour des Etats-Unis dans l'accord de Paris sur le climat et au sein de l'Organisation mondiale de la Santé, selon ses conseillers.

L'immunologue Anthony Fauci interviendra au nom des Etats-Unis à une réunion du conseil exécutif de l'OMS dès jeudi, a déclaré Jeff Zients, qui coordonne la réponse de la nouvelle administration à la pandémie de Covid-19, lors d'un point-presse.

Lire aussi : « Est-ce le meilleur moment pour faire revenir les États-Unis dans l'Accord de Paris ? »

Port du masque obligatoire

Pour limiter la propagation du virus, qui a fait 400.000 morts dans le pays, le président signera également un décret pour rendre obligatoire le port du masque dans les bâtiments fédéraux, ou pour les agents fédéraux.

Afin d'atténuer son impact sur les personnes ayant perdu leurs revenus, il étendra également le moratoire sur les expulsions de logement et la pause dans le remboursement de prêts étudiants fédéraux, a-t-il ajouté.

Le démocrate, qui a fait de la lutte contre le réchauffement climatique une autre priorité de son mandat, adressera dès mercredi un courrier à l'ONU afin que les Etats-Unis puissent rejoindre l'accord de Paris d'ici un mois, a ajouté Gina McCarthy, responsable de ce dossier au sein de la nouvelle équipe présidentielle.

Il reviendra aussi sur une série de mesures de dérégulation prises par l'administration sortante en matière de normes environnementales, et révoquera l'autorisation donnée par Donald Trump au projet controversé d'oléoduc Keystone XL, entre les Etats-Unis et le Canada.

Lire aussi : Etats-Unis : le projet d'oléoduc Keystone XL approuvé avant lundi

Suspension de la construction du mur avec le Mexique

En matière de politique migratoire, il prendra aussi le contre-pied de Donald Trump qui avait fait de la lutte contre l'immigration illégale un marqueur de sa présidence. Joe Biden annulera ainsi un décret migratoire controversé adopté par son prédécesseur pour interdire aux ressortissants de pays en majorité musulmans d'entrer aux Etats-Unis. Cette mesure était "enracinée dans la xénophobie et l'animosité religieuse", a justifié Jake Sullivan, le futur conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche.

Le démocrate signera par ailleurs une "proclamation" pour suspendre les travaux de construction d'un mur à la frontière avec le Mexique et son financement grâce au budget du Pentagone, qui ont suscité d'âpres batailles politiques et judiciaires ces quatre dernières années.

Lire aussi : Trump annonce qu'il publiera les détails de l'accord avec le Mexique sur l'immigration clandestine

Lutte contre les inégalités raciales

Joe Biden transmettra en parallèle un projet de loi sur l'immigration au Congrès. Il offrira notamment aux 700.000 jeunes arrivés clandestinement aux Etats-Unis lorsqu'ils étaient enfants, les "Dreamers", et aux autres immigrés en situation irrégulière une possibilité de naturalisation à terme et sous conditions.

Le projet de réforme prévoit aussi des fonds supplémentaires pour renforcer la surveillance et les contrôles aux frontières et un plan d'assistance au Salvador, au Guatemala et au Honduras, les pays d'origine de la plupart des migrants, de quatre milliards de dollars sur quatre ans.

Quatrième front: la lutte contre les inégalités raciales. Joe Biden signera un décret pour ordonner aux agences fédérales d'évaluer les inégalités dans leurs programmes et politiques, a précisé Susan Rice, future directrice du Conseil de politique intérieure et pour réinstaurer les formations à la diversité annulées par son prédécesseur.

Ces mesures ne sont qu'une première salve et seront suivies d'autres décrets et proclamations dans les jours à venir, ont précisé les conseillers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2021 à 9:10 :
Le ministère de la Santé publique de Californie a émis un ordre de suspendre les vaccinations en utilisant un lot de vaccins Moderna COVID, citant une quantité inhabituellement élevée de réactions indésirables dans l'État.
L'épidémiologiste de l’État de Californie, Dr Erica S.Pan a tiré la sonnette d'alarme sur le lot Moderna 041L20A, à partir duquel 330 000 doses de vaccin ont été distribuées à 287 fournisseurs dans tout l'État.Selon les rapports, les réactions ont presque toutes été observées dans une clinique. Les rapports suggèrent qu'au moins six travailleurs de la santé ont eu des réactions allergiques, y compris un engourdissement de la langue, de la gorge et des douleurs au cou.

Le Dr Pan a noté que « peu de données existent sur les effets indésirables liés au vaccin Moderna», mais a tout de même affirmé qu'il est rare que des réactions allergiques se produisent.

« Par extrême prudence et reconnaissant également l'offre extrêmement limitée de vaccins, nous recommandons aux fournisseurs d'utiliser d'autres stocks de vaccins disponibles et de suspendre l'administration des vaccins de Moderna Lot 041L20A », a écrit Pan dans un communiqué .

Cependant, la pause n'est pas obligatoire, et n'a pas été adoptée par toutes les cliniques avec le lot de vaccins. Le lot en question est actuellement en cours d'examen par Moderna, le CDC et la FDA.

Le développement intervient dans la foulée de plusieurs rapports concernant des réactions indésirables aux vaccins.
En Israël, au moins 13 personnes ont souffert de paralysie faciale après avoir reçu le vaccin Pfizer Covid-19. Cela s'est produit juste un mois après qu'il a été signalé que la paralysie de Bell a été observée chez quatre patients lors des tests du vaccin Pfizer.À Miami, un médecin est décédé moins de deux semaines après avoir pris le vaccin Pfizer à la suite d'un accident vasculaire cérébral, tandis que d'autres ont également signalé des cas de paralysie.n Belgique, une enquête a été lancée suite au décès d'une personne âgée qui avait pris le vaccin Pfizer cinq jours auparavant.Une autre personne âgée est décédée dans un cas similaire en Suisse .Il y a eu beaucoup d'autres rapports au sujet des réactions indésirables au vaccin au niveau mondial.Le mois dernier, CNN a rapporté qu'il y aurait des décès parmi les personnes âgées qui ont pris le vaccin.
a écrit le 21/01/2021 à 8:44 :
La vache, pile poil ce que je pensais (encore), à savoir que des mesures dont on se demandait pourquoi Trump les mettait en place, si c'est par provocation peut-être, et bien ça y est maintenant on sait pourquoi ! Pour que son successeur les démantèle permettant aux médias de masse de faire de la publicité à son nouveau héros.

Droite et gauche sont les deux faces d'une même pièce, ou les souris votent pour les chats.
a écrit le 20/01/2021 à 19:21 :
La destruction des USA est en marche avec la résolution #1 des démocrates, accueillir plus d'islamogauchistes et engraisser les terroristes aux frais du contribuable américain tel que le tchétchène auteur de l'attentat de Boston ayant miraculeusement échappé à la peine capitale...

Par ailleurs, attendez-vous à quelques mouvements de bottes en Europe où les démocrates ont clairement annoncé leur désir de se confronter à Poutine en Crimée.
Réponse de le 20/01/2021 à 21:09 :
Et oui, le programme est clair, les affaires militaires reprennent, ils doivent être soulagés tout ces partisans de démocraties, tolérances, libertés ! Heureusement qu'il aura 99 % des médias à sa botte !
a écrit le 20/01/2021 à 16:35 :
"Pour limiter la propagation du virus, qui a fait 400.000 morts".

La moitié en maison de retraite comme chez nous ? .Ce sont principalement les métiers de service qui trinquent la bas ,sans oublier l’obésité et les comorbidités mal soignés pour certaines populations ayant peu accès aux soins basiques ce qui amplifie la mortalité.Sinon,chaque année c'est environ 2,5 millions de morts En 2017 par exemple, environ 2,81 millions décès ont été rapportés aux États-Unis.
Réponse de le 20/01/2021 à 21:07 :
100 % d'accord
a écrit le 20/01/2021 à 15:45 :
Et ça ne le gêne pas de prêter serment dans ce contexte militarisé à outrance, avec une ville aux mains des forces armées et l'absence des citoyens ? C'est la guerre, aux USA ?
Réponse de le 20/01/2021 à 16:26 :
La guerre... civile ? Ils y vont tout droit. Le leadership des US est bien entamé, ils risquent de ne jamais s'en remettre si les "accros" à Trump campent sur leurs positions. Les Américains depuis longtemps ne sont pas aimés à travers le Monde, avec Trump, ils sont désormais détestés, malgré Biden.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :