Trump "a eu raison" d'être "plus ferme" face à la Chine, admet le secrétaire d'Etat de Biden

 |  | 327 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : POOL)
"Le principe de base était le bon", a reconnu Antony Blinken devant les sénateurs, tandis que la nouvelle administration du démocrate Joe Biden s'apprête à prendre les commandes de la Maison Blanche suite à l'investiture ce mercredi 20 janvier.

> VOIR le dossier - « Après Donald Trump, une nouvelle Amérique avec Joe Biden ? »

Donald Trump "a eu raison" d'avoir une position "plus ferme face à la Chine", a déclaré mardi Antony Blinken, le futur secrétaire d'Etat du président élu des Etats-Unis Joe Biden, tout en marquant son "désaccord" sur la stratégie du milliardaire républicain "sur de nombreux points".

"Le principe de base était le bon", a-t-il dit devant les sénateurs au sujet de la fermeté affichée par le gouvernement Trump.

Cet aveu intervient alors que le président américain sortant a lui-même fait de sa stratégie face à la Chine un des points forts de son bilan, à la veille de son départ de la Maison Blanche.

Lire aussi : Vers une procédure d'impeachment à l'encontre de Trump ?

"Nous avons redynamisé nos alliances et uni les nations du monde pour faire face à la Chine comme jamais auparavant", a affirmé Donald Trump lors d'un discours d'adieu qui sera diffusé prochainement selon la Maison Blanche, qui en a publié des extraits.

Antony Blinken a toutefois estimé que cette fermeté devait s'appuyer sur une diplomatie différente par rapport à l'unilatéralisme qu'il a reproché au gouvernement républicain.

"Nous devons faire face à la Chine depuis une position de force, pas de faiblesse", a-t-il plaidé, en assurant que cela impliquait de "travailler avec les alliés au lieu de les dénigrer, de participer et mener les institutions internationales plutôt que de s'en désengager".

Quitter les cénacles multilatéraux "laisse la place à la Chine pour en écrire les règles et les normes et pour animer ces institutions", a-t-il relevé.

Il a aussi expliqué que les Etats-Unis étaient davantage en "position de force" lorsqu'ils "défendent leurs valeurs quand les droits humains sont violés" ou "quand la démocratie est menacée à Hong Kong".

Lire aussi : Joe Biden aux commandes d'un pays divisé par les crises

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2021 à 4:34 :
Le Président Trump restera un ferment de discorde dans l'histoire américaine et le pire des exemples d'une démocratie tronquée. La fin de son mandat ressemble fort à une tentative de coup d'Etat, heureusement loupée. L'assaut du Capitole ressemble étrangement à l'incendie du Reichtag.

Toutefois, au milieux de toutes les mauvaises orientations qu'il a imprimé, il faut lui reconnaître la justesse de vues visant la cassure et l'abandon de la mondialisation et de l'ultra-libéralisme qui conduisent les pays de l'occident vers une mortelle dépendance pour tout ce qui touche leurs vecteurs de vie indispensables qu'ils soient industriels, commerciaux, agricoles ou médicaux... etc...
Il a agi pour son pays, et non dans un esprit multipartiste qui a fait de la Chine le fournisseur industriel du globe. En cela il n'a pas suivi la passivité et la permissivité coupable de l'UE qui se laisse sans cesse déborder des intérêts de ses Etats membres et de leur peuple.

...Et je me fous pas mal que les vignerons français perdent des marchés sur le continent nord-américain tout comme je me fous pas mal que des industriels européens boivent le bouillon dans leur localisation extrême-orientale tant j'ai la mondialisation et l'ultra-libéralisme en sainte horreur.
Toutefois avant d'incriminer l'UE et les technocrates bruxellois, il faut bien montrer du doigt tous ces politicards nationaux bien de chez nous qui nous ont amené à ce point d'abandon de toute indépendance et souveraineté... car sans eux l'UE n'aurait rien pu nous imposer.
a écrit le 20/01/2021 à 20:46 :
Ha mince ?
Il n'était pas fou à lier alors ?
Et en plus il n'a attaqué aucun pays militairement, chose inédite depuis des décennies.
a écrit le 20/01/2021 à 19:57 :
La présidence de Donald Trump restera dans l'histoire des USA comme celle qui a joint les paroles aux actes contrairement à tous ses prédécesseurs républicains et démocrates qui ont courbé l'échine face aux terroristes...
a écrit le 20/01/2021 à 16:24 :
Espérons que l'U.E aura elle aussi (enfin...) compris la stratégie Chinoise. 30 ans de naïveté européenne auront bien affaibli ce semblant d' "Union".
Il est plus que temps d'inverser la tendance et de rétablir les équilibres.
a écrit le 20/01/2021 à 10:15 :
Trump a tellement fait de dégâts qu'il est désormais quasi impossible pour Biden de faire revenir les US dans le jeu mondial.
La confiance dans ce pays devenu unilatéraliste sans les moyens de l'impérialisme est érodée. Les US sont désormais un menace pour la paix dans le Monde aux côtés de la Chine et de la Russie.
a écrit le 20/01/2021 à 10:04 :
Tout ceux qui comprennent le fonctionnement du monde, même un minumum, le savaient c'est seulement pour faire plaisir aux mondialistes et européistes écervelés mais très puissants qu'on a fait semblant de se focaliser sur la soit disant folie de Trump.

Mais bien entendu qu'il était indispensable de revoir tous les accords avec la Chine même s'il est bien évident que si les états unis leur ont fait autant de gigantesques conscessions ils allaient à un moment ou à un autre revenir dessus tellement petit à petit elles devenaient désavantageuses pour eux au fur et à mesure que la Chine grossissait.

Mais c'est plus simple de manipuler les gens avec un raisonement moral et donc binaire affirmant que lui il est tout gentil et que donc tout ce qu'il fait c'est forcément génail et que l'autre il est tout mêchant et que donc forcément ce qu'il fait c'est tout le mal.

Merci pour cet article qui vient malgré tout quand même bien tard.
Réponse de le 20/01/2021 à 14:49 :
Pour la Chine, c'est le Pentagone qui même la danse, peu importe le président et la forme utilisée.
C'est d'ailleurs le seul sujet sur lequel Trump et le Pentagone étaient raccord sur le fond !
Pas sur la Corée du Nord, ni sur la Syrie, ni sur la Russie, ce qui a engendré des confusions et des interrogations. Tout comme la gestion de l'affairiste Trump des sanctions prises contre la Russie ou l'Iran, gérées à la tronche du client économique.
Réponse de le 22/01/2021 à 10:41 :
Trump est le premier des présidents américains de mon vivant qui n'a pas mené son pays à une guerre quelconque quelque part dans le monde et qui a lutté contre la criminilatié sexuelle comme la pédophilie et la prostitution des mineurs. Entre autres, j'en ai une liste longue comme le bras mais rien que ça mérite le respect et non cet acharnement certainement caclculé d'ailleurs mais je m'en tape je dis ce que je vois et ce que je pense pas ce que les autres veulent entendre.

Je sais pas ce que vous lui reprochez ni pourquoi, mais de grâce ne vous collez pas à moi qui sait que c'était un dirigeant hors du commun mais c'est vrai que c'est tellement rare qu'on comprend bien qu'il ai besoin de se cacher pour bien gouverner comme le disait Machiavel si notre vieille oligarchie européen a oublié ses illustres penseurs les américains eux les utilisent tous les jours pour leur prospérité.

Et si je peux pas dire cela et-c...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :