Algérie : l'ex-Premier ministre de Bouteflika élu président avec la plus faible participation de l'histoire

 |   |  398  mots
(Crédits : RAMZI BOUDINA)
Recueillant "58,15% des suffrages", Abdelmadjid Tebboune (74 ans), ancien ministre puis chef de gouvernement d'Abdelaziz Bouteflika, a été élu dès le premier tour pour lui succéder à la tête de l'Etat algérien, a annoncé vendredi l'Autorité nationale des élections (Anie). L'Anie a légèrement revu le taux de participation à 39,83%, le plus faible de l'histoire des élections présidentielles pluralistes en Algérie. Il est inférieur de plus de 10 points à celui du précédent scrutin --le plus faible jusqu'ici--, qui en 2014 avait vu la 4e victoire de M. Bouteflika. Les résultats définitifs seront publiés entre le 16 et le 25 décembre.

Abdelmadjid Tebboune, ancien ministre puis chef de gouvernement d'Abdelaziz Bouteflika âgé de 74 ans, a été élu dès le premier tour pour lui succéder à la tête de l'Etat algérien, a annoncé vendredi l'Autorité nationale des élections (Anie).

M. Tebboune a "recueilli (...) 58,15% des suffrages", a indiqué le président de l'Anie Mohamed Charfi lors d'une cérémonie officielle, au lendemain d'un scrutin marqué par une abstention record et qui s'est déroulé dans un contexte de contestation massive et inédite du régime au pouvoir depuis l'indépendance en 1962.

"Je voudrais féliciter le candidat vainqueur", a déclaré M. Charfi.

Le Conseil constitutionnel doit proclamer les résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre, après examen d'éventuels recours, selon l'Anie.

L'islamiste Abdelkader Bengrina, 57 ans, dont le parti a soutenu la présidence de M. Bouteflika, arrive en 2e position avec 17,38% des voix, selon M. Charfi.

Participation historiquement faible

Ali Benflis, autre très proche de M. Bouteflika dont il fut le Premier ministre entre 2000 et 2003, devenu après leur brouille son principal adversaire électoral lors des scrutins de 2004 et 2014, n'arrive qu'en 3e position avec 10,55% de suffrages.

Ferment la marche Azzedine Mihoubi, chef du Rassemblement national démocratique (RND), principal allié du Front de libération nationale (FLN) de M. Bouteflika (7,26%), et Abdelaziz Belaïd, ancien cadre du FLN et fondateur d'un micro-parti ayant soutenu le président déchu (6,66%).

L'Anie a légèrement revu le taux de participation à 39,83%, le plus faible de l'histoire des élections présidentielles pluralistes en Algérie. Il est inférieur de plus de 10 points à celui du précédent scrutin --le plus faible jusqu'ici--, qui en 2014 avait vu la 4e victoire de M. Bouteflika.

Depuis février, "Hirak" réclame le démantèlement du régime

L'Algérie est le théâtre depuis février d'un mouvement ("Hirak") de contestation du régime, déclenché par la volonté de M. Bouteflika de briguer un 5e mandat lors de la présidentielle initialement prévue en avril.

Après avoir obtenu sa démission en avril, le "Hirak" réclame le démantèlement du "système" qui dirige l'Algérie depuis 1962, a rejeté le scrutin de jeudi vu comme une manoeuvre de survie du régime, et accusé les cinq candidats d'en être les produits et de le cautionner par leur candidature.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/12/2019 à 10:53 :
L'Algérie est le bon élève de la France. Une administration puissante qui canalise un peuple bouillonnant.
a écrit le 14/12/2019 à 8:16 :
L'Algérie a besoin d'un gouvernement autoritaire, ça lui fera le plus grand bien. Longue vie à ce nouveau président.
Réponse de le 14/12/2019 à 10:55 :
MAX encore une fois vous etes à coté du sujet.....l'authorité n'a rien a voir avec ce gouvernement mise en place en 1962.... vous devriez aller en algerie en vacance et surement vous comprendrez que c'est un peuple chaleureux...des mois et des mois de greves et manifestations, avec des millions de personne dans la rue, et aucun mort, ni degradations, ni conflits entre le peuple et l'armée ou la police .... vous parlez pour rien a dire.... c'est juste de la mechanceté gratuite.... je suis francais de souche et je connais bien l'algérie pour y avoir vécu et travailler pendant 8 ans.... le peuple n'a pas 10% de la haine et l'aigritude que l'on peut trouver ici.... apres chaque manifestation, le peuple nettoye les rues quant ici on casse tout les steles les tomes etc etc...a bon entendeur maxxou
a écrit le 14/12/2019 à 1:03 :
En reprenant des politiques sortis du même moule, tt en conservant un régime nepotique et autocratique totalement contraire aux aspirations du peuple, l'Algérie malgré son fort potentiel va rester un pays sous développé.
Dommage pour ses jeunes générations.
a écrit le 13/12/2019 à 19:36 :
Le 5ème mandat comme prévu, près de 40% de la population a voté pour que rien ne change ???meuh???
a écrit le 13/12/2019 à 17:54 :
Les souris ne veulent plus voter pour les chats.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :