Apprendre la politique monétaire avec le jeu "Chair the Fed"

 |   |  517  mots
Afin de rendre les questions monétaires compréhensibles de tous la Fed a mis en ligne un jeu de simulation.
Afin de rendre les questions monétaires compréhensibles de tous la Fed a mis en ligne un jeu de simulation. (Crédits : © Gary Cameron / Reuters)
Pour rendre le rôle d'une banque centrale plus compréhensible du grand public, la Fed de San Francisco a mis en place un jeu de simulation sur internet. Attention à ne pas faire déraper l'inflation.

Comment une banque centrale fonctionne-t-elle ? Comment une politique monétaire est-elle mise en place ? Quels sont ces impacts ? Les questions monétaires ne sont pas une évidence pour tout le monde. Afin de rendre ces éléments techniques compréhensibles des citoyens américains, la banque de Réserve fédérale de San Francisco a mis en ligne jeudi un jeu de simulation intitulé "Chair the Fed" (préside la Fed en français).

Ici, le joueur prend la place de Janet Yellen, présidente de la Fed, pour un mandat de quatre ans. Chaque trimestre, il doit fixer un taux d'intérêt directeur pour réguler l'économie avec pour objectifs : le maintien d'un taux d'inflation autour de 2% et un taux de chômage proche de 5%. Des valeurs d'équilibre qui permettent d'éviter la surchauffe comme l'effondrement de l'activité économique.

jeu Fed

Faire face aux crises

Pour mener à bien sa mission, le virtuel patron de la Fed doit s'appuyer sur les informations de la presse. Tous les trimestres, une bannière s'affiche indiquant soit l'impact des choix effectués, soit l'apparition d'une crise comme la montée des prix de l'essence. Pour chacune de ces situations, le nouveau Janet Yellen devra réagir tout en gardant son sang-froid. Modifier constamment le taux d'intérêt n'est pas forcément la bonne solution, pour instaurer la confiance, les acteurs économiques ont parfois besoin de constance.

D'ailleurs, terminer son mandat en répondant aux objectifs n'est pas gage de victoire. Pour remporter un nouveau mandat, afficher une taux d'inflation à 2% dans le dernier trimestre ne suffit pas, il faut contrôler les évolutions de l'économie tout au long de la période. Ainsi, si le joueur a traversé une crise grave sans avoir su la gérer, l'échec est inévitable.

Un tiers des Américains n'ont pas une bonne compréhension de l'économie

Pour les néophytes de la politique monétaire, le jeu dispose d'une foire aux questions délivrant les connaissances de bases, notamment les autres outils à disposition d'une banque centrale. Si le taux directeur reste un instrument majeur, d'autres à l'instar du quantitative easing ont aussi fait leurs preuves.

Faisant référence à une approche technique et insuffisamment enseignée dans les écoles, la politique monétaire reste un concept flou pour de nombreux Américains. Selon une étude du Conseil pour l'éducation économique parue en 2005, seuls 9% des lycéens ont une bonne compréhension des questions économiques contre un tiers des adultes.

Outre-Atlantique, la situation est similaire, mais la Banque centrale européenne (BCE) est largement en avance sur son homologue. Sur le même principe que "Chair the Fed", le jeu vidéo €conomica a été mis en ligne dès 2010. Le scénario est bien plus élaboré, avec des informations de plusieurs journaux, des indicateurs de prospection, ainsi que des conseillers économiques pour faire le meilleur choix. Une initiative dont l'utilité est non-négligeable comme en France par exemple, où la moyenne sur le quiz des connaissances économiques est de 8,3/20, selon Bercy. Il va encore falloir réviser.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2016 à 9:15 :
Oui, en,fin, si ça c'est de l'apprentissage éco, je suis Georges Washington. Ces jeux sont justes une illustrations des présupposés habituels : on apprends seulement à "accepter"que les politiques actuelles telles qu'elles sont menées sont indépassables. On est loin de la compréhension des mécanismes économiques sous jacents. (rôles de la monnaie, influence de la création monétaire, et ne parlons pas d'un éventuel questionnement sur la "théorie" quantitative de la monnaie...)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :