BlackRock, qui sont ces financiers qui dirigent le monde ?

 |   |  278  mots
(Crédits : Shannon Stapleton)
En dehors de Wall Street, qui connaît BlackRock, le plus puissant gestionnaire d'actifs de la planète ? Enquête sur un acteur discret mais influent de la vie économique et politique mondiale.

Si l'argent ne fait pas le bonheur, il ouvre sans nul doute les portes du pouvoir. Une maxime que le groupe de gestion d'actifs BlackRock, avec ses 6.000 milliards de dollars américains passés, soit plus de deux fois le PIB de la France, connaît bien. Sociétés, gouvernements et banques centrales : l'entreprise tentaculaire ne cesse d'étendre son influence dans toutes les directions, depuis sa création, en 1988, par Larry Fink. La force de ce géant américain de la gestion réside dans les milliards de dollars que lui confient ses clients, pour la plupart des gros poissons de la finance : multinationales, institutions financières et fonds d'investissement ou de pension. Grâce à cette manne financière, le groupe a mis le grappin sur de nombreuses multinationales. Actuellement, BlackRock est entre autres présent dans le capital d'Apple, de Microsoft, de Facebook, de McDonald's, de Siemens, ainsi que de nombreuses entreprises du CAC 40.

Non content d'investir dans les entreprises les mieux cotées du monde, le gestionnaire d'actifs est aussi dans les petits papiers de gouverneurs de banques centrales, de ministres des finances et même de chefs d'État, à qui il prodigue de précieux conseils.

Et pour cause : il dispose non seulement des meilleurs experts financiers, mais aussi d'un algorithme de prévision conjoncturel sans égal, Aladdin. Lors de la crise financière de 2008, de nombreux gouvernements proches du naufrage avaient fait appel au groupe de Larry Fink, ce qui lui a permis de renforcer son emprise sur l'économie mondiale et de présenter à tous le visage d'une entreprise providentielle...

Documentaire complet de Tom Ockers (Allemagne, 2019, 1h30mn)

(source ARTE)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2019 à 22:16 :
sais quoi cette banque on 'est sécurisée on peut ouvrir un compte
a écrit le 16/12/2019 à 22:15 :
sais quoi cette banque on 'est sécurisée on peut ouvrir un compte
a écrit le 08/10/2019 à 1:04 :
La banque de l'ombre la plus dangereuse du monde ! Mais, Macron va lui confier les retraites du pays.........
A qui dit-on merci ? Merci Macron !!
a écrit le 01/10/2019 à 18:01 :
Preuve de plus qu'il ne peut rien contre la politique budgétaire actuelle menée, il faut comprendre que nous versons entre 8 et 9 Milliards d'euros aux pays de l'U.E., après nous nous étonnons de voir les services publics privatisés.

L’article 106 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne (TFUE) impose de facto la mise en concurrence de tous nos services publics.

Il dispose en effet que «Les États membres, en ce qui concerne les entreprises publiques et les entreprises auxquelles ils accordent des droits spéciaux ou exclusifs, n’édictent ni ne maintiennent aucune mesure contraire aux règles des traités, notamment à celles prévues aux articles 18 et 101 à 109 inclus (concurrence)».

Il impose aussi que «Les entreprises chargées de la gestion de services d’intérêt économique général ou présentant le caractère d’un monopole fiscal sont soumises aux règles des traités, notamment aux règles de concurrence, dans les limites où l’application de ces règles ne fait pas échec à l’accomplissement en droit ou en fait de la mission particulière qui leur a été impartie. Le développement des échanges ne doit pas être affecté dans une mesure contraire à l’intérêt de l’Union.»

Tout est dit dans ces quelques lignes. Ensuite l’article 121 du TFUE prévoit chaque année les Grandes Orientations des Politiques Économiques (GOPÉ). Ce sont des «recommandations » de la Commission Européenne qui est non élue, rappelons-le, et qui sont de fait la véritable feuille de route de la politique économique et sociale du gouvernement français, quel qu’il soit, qui est contraint de s’y plier dès lors que nous restons dans l’UE.

Autrement dit des politiques nationales en application des directives européennes. Le 29 juillet 1991, l’UE adopte la directive 91/440/CEE « relative au développement des chemins de fer communautaires ». Son objectif est d’amener les États à libéraliser le rail.

Désolé pour ce travail fastidieux de juriste mais il faut être précis surtout à notre époque. Cela semble complexe, mais si personne ne "bouge" pour sortir de l'U.E. la situation continuera à se dégrader.

PS: La Croatie vient de lancer la construction financé à 357 M€ par l'U.E. donc en partie de notre poche, et figurez-vous qu'elle a choisi un constructeur... chinois, tout ceci autorisé dans ce traité. https://www.liberation.fr/planete/2019/03/25/en-croatie-les-ingenieurs-chinois-deja-sur-le-pont_1717386

PS 2 : La Pologne vient d'acheter pour 5,9 Milliards d'€ d'avions de chasse... "américains" ! même pas français avec l'aval de l'U.E. et donc notre argent. https://www.la-croix.com/Monde/Europe/Washington-approuve-vente-32-avions-combats-F-35-Pologne-2019-09-12-1201047114

Lorsqu'un traité fonctionne et nous entraîne dans l'austérité, il faut en sortir par l'article 50 (prévu seulement depuis 2009). Les anglais ont mis en œuvre ce mécanisme pour retrouver leur démocratie.
a écrit le 30/09/2019 à 9:09 :
"avec ses 6.000 milliards de dollars américains passés, soit plus de deux fois le PIB de la France"

Et on continue bêtement de jouer le jeu des règles américaines qui sont paramétrés à gagner.

Pas étonnant qu'ils dominent le monde avec une concurrence aussi nulle.
a écrit le 30/09/2019 à 8:54 :
Les fonds de pension US mettent une pression énormes sur toutes les entreprises dont ils détiennent une partie du capital. Mais il n'y a pas que BlackRock, les banques américaines ont atteint des tailles sans comparaison en Europe. Et seule une structure comme la CE peut nous protéger de ces vautours...
a écrit le 29/09/2019 à 18:05 :
Et nos chers GJ qui pensent encore que les Rothschild mène la monde...
Certains ont un siècle de retard
Réponse de le 30/09/2019 à 0:12 :
Pas de bol, c'est encore un boudhiste ce Larry Fink (think), membre de la communauté messianique qui lasse d'attendre le messi a décidé de le créer : Deus ex Machina, le Messi sera la singularité !

Rappel : la singularité est ce moment très disruptif de l'histoire de l'humanité où une machine saura fonctionner à la manière mais sans doute différemment du cerveau humain. Le surpassant deja largement en matière de temps de calcul et mémoire quasi infinie, capable de nous écraser au jeu de go et échec, jeux de guerre en vérité.
Réponse de le 30/09/2019 à 7:18 :
Quel rapport avec les Rothschild ? C est tout ce que vous retenez de l article !
Réponse de le 30/09/2019 à 10:55 :
à tom76 : parceque vous avez la naïveté de croire que les Rothschild ne sont pas partie prenante dans cette société de gestion US !! Renseignez vous..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :