Comment l'argent métal a façonné le commerce international avec la Chine

 |   |  643  mots
(Crédits : © China Stringer Network / Reut)
REPLAY. Il y a plus de 400 ans, grâce à l'argent extrait des mines coloniales du roi d'Espagne, la Chine connait un essor sans précédent. Le précieux métal blanc devient le moyen de paiement des taxes et des impôts du pays et permet à l'empereur de devenir l'homme le plus influent de la planète. Retour sur quatre siècles d'histoire durant lesquels le métal argent régnait en maître sur le commerce international.

Fourmillant de détails, de personnages, d'anecdotes et de documents, contée par des spécialistes passionnants, historiens en majorité, cette fresque déconstruit avec brio l'ethnocentrisme occidental pour retracer l'histoire économique du point de vue de l'Empire du Milieu, dont elle explicite le nom au passage. Filmée sur trois continents (Asie, Europe, Amérique), elle embrasse plus de quatre siècles pour montrer que l'argent a déterminé le destin de plusieurs empires et, surtout, constitué le pivot de la première mondialisation.

EPISODE 1

Dès le XVIe siècle, l'argent a été le pivot
d'une mondialisation économique dominée par la Chine

En 1571, la Chine des Ming décide de rationaliser la levée de l'impôt et impose à ses sujets un paiement en argent, déjà utilisé comme monnaie. Dix ans plus tard, à Potosí (actuelle Bolivie), dans l'Empire espagnol, on découvre d'immenses mines du précieux métal.

En échange de denrées de luxe dont elle a le monopole, la Chine va en importer une partie. Manille, dans la colonie espagnole des Philippines, devient la plaque tournante de ce commerce d'emblée très lucratif et la population chinoise y afflue, non sans fortes tensions entre communautés. Mais trop dépendante de ses importations, ralenties par les aléas de la navigation et la faiblesse de sa production domestique, la dynastie Ming chute en 1644.

Fondée par les guerriers mandchous du Nord, la nouvelle lignée des Qing continue de placer le commerce au premier plan, aidée par le succès mondial du thé, que la Chine est la seule à cultiver. Prisé notamment en Grande-Bretagne et en Russie, il garantit l'argent dont le royaume a besoin. Contrôlant strictement les marchands étrangers "barbares", l'Empire du Milieu domine les échanges de son économie en plein essor.

EPISODE 2

Dès le XVIIIe siècle, la Chine des Qing vend
dans le monde entier sa porcelaine et ses soieries

La Chine des Qing vend maintenant dans le monde entier sa porcelaine et ses soieries. En 1792, l'empereur Qianlong ignore la requête britannique, présentée par la puissante Compagnie des Indes orientales, pour assouplir les termes des échanges. Les grands marchands de Canton se tournent aussi vers l'Amérique, nouant de fructueuses alliances avec leurs pairs de la côte Est. Mais les Britanniques contre-attaquent avec l'opium, aussi rentable que dévastateur, dont ils détiennent alors le monopole en Inde. Les Américains les imitent en faisant produire la drogue en Turquie.

Quand, en 1839, l'empereur chinois Daoguang réagit en détruisant 20 000 caisses d'opium, les pionniers du trafic, William Jardine et James Matheson, convainquent Londres d'attaquer en représailles. En 1840, la puissance de feu des Britanniques pulvérise la flotte et les forts côtiers chinois, leur obtenant deux ans plus tard, par le traité de Nankin, l'île de Hongkong et l'ouverture de quatre ports aux étrangers.

EPISODE 3

Fin du XIXe siècle, les impérialismes occidental
et japonais se liguent pour dépecer l'empire des Qing...

Cette capitulation inaugure pour la Chine "le siècle de l'humiliation". Alors que Hongkong devient le pivot financier des échanges asiatiques, les impérialismes occidental et japonais se liguent pour dépecer l'empire des Qing. En 1860, puis à nouveau en 1895, de cuisantes défaites, suivies au tournant du siècle par l'échec de la révolte des Boxers, imposent à la Chine des indemnités de guerre colossales et l'ouverture de zones franches.

En 1911, exsangue, l'empire s'écroule, remplacé par une république. Shanghai émerge à son tour comme place financière, avec la plus grande réserve d'argent du pays. Aujourd'hui, redevenue le plus gros importateur au monde d'argent, indispensable notamment dans l'électronique et les batteries solaires, la Chine communiste est en passe de redevenir la première puissance mondiale.

Réalisation : Michael Burke, Graeme Hart - 2018
(source ARTE)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2020 à 17:11 :
Vu ce que nos ancêtres ont fait aux Chinois et aux autres peuples (colonisation, destruction du peuple amérindien, esclavage) je crois qu'il vaut mieux pour nous garder quelques moyens de défense en stock. Si on baisse trop la garde ou si on devient trop faibles ils nous détruiront n'en doutez pas un instant !
a écrit le 30/05/2020 à 15:45 :
Heu ... une belle revanche de l’histoire ?
Faut pas «  se fier «  aux apparences,
En fait , c’est une belle alliance internationale derrière ce marché internationale du métal ( argent )
Dites nous plutôt le nom des multinationales en question , le nom de leurs actionnaires locaux et internationaux et propriétaires des groupes ...
A l’heure actuelle nous ne savons plus qui est quoi ...
L’histoire du passé ne fait pas toujours le futur ou le présent actuel , n’est ce pas ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :