Commerce : l'Europe prête à riposter face aux taxes américaines

 |   |  1448  mots
(Crédits : Kevin Lamarque)
Les dirigeants européens ont appelé à rester unis et solidaires pour riposter aux importantes taxes douanières "injustifiables" annoncées par l'administration Trump sur l'acier et l'aluminium en provenance de l'Union.

Les Etats-Unis ont donc décidé de ne pas prolonger l'exemption temporaire accordée à l'Union européenne jusqu'à jeudi minuit et vont mettre en place des taxes de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium. Le sursis sur ces taxes est également levé pour le Mexique et le Canada, ses deux partenaires de l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna) dont la renégociation, entamée il y a dix mois, peine à aboutir.

Wilbur Ross, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse téléphonique alors qu'il était à Paris pour une réunion de l'OCDE, a précisé que les Etats-Unis ne voulaient pas accorder aux 28 pays membres de l'Union européenne (UE) "une exemption permanente et inconditionnelle sur les taxes". "Nous avons eu des discussions avec la Commission européenne et même si nous avons fait des progrès, ils ne sont pas allés jusqu'au point où il aurait été justifié soit de prolonger l'exemption temporaire, soit d'accorder une exemption permanente", a affirmé le ministre de Donald Trump.

Il a minimisé les risques de représailles de la part de ces pays et ajouté qu'il y avait "un potentiel de discussion" avec l'Union européenne. Mais, a-t-il ajouté, "comme nous ne savons pas quelle va être leur réaction à l'idée de continuer les discussions" malgré l'imposition des droits de douane, "il est un peu prématuré pour savoir quels seront les sujets de ces négociations".

L'Union européenne avait exigé l'exemption définitive de ces taxes douanières comme tout préalable aux négociations. Les Européens, France en tête, ont insisté sur le fait qu'ils ne pouvaient discuter en ayant une épée de damoclès au-dessus de leur tête, qui plus est de la part d'un allié commercial.

Macron en première ligne

Alors qu'Emmanuel Macron doit s'entretenir ce soir avec Donald Trump pour protester contre les taxes américaines sur l'acier et l'aluminium en provenance de l'UE, confirmées ce jeudi, la Commission européenne, chargée de la politique commerciale des 28 pays membres, a promis des contre-mesures aussitôt que les Américains ont mis leur menace à exécution. La décision a été qualifiée d'"illégale" par le président français.
"L'Union européenne ne peut pas rester sans réagir. Ce qu'ils (les Etats-Unis) peuvent faire, nous sommes capables de faire exactement la même chose", a averti le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, lors d'une conférence à Bruxelles.

L'Allemagne, dont les excédents commerciaux sont dans le collimateur du président américain Donald Trump et qui a le plus à perdre d'une guerre commerciale avec Washington, a été prompte à réagir. La chancelière Angela Merkel a ainsi souligné que la décision du président américain serait "désormais analysée en détail au sein de l'UE", qui s'est préparée "pour répondre par des contre-mesures appropriées". "Notre réponse à « l'Amérique d'abord » sera « l'Europe unie », a martelé le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas, ajoutant que « les guerres commerciales ne connaissent aucun vainqueur".

Jusqu'à la dernière minute, la première économie de l'UE avait espéré pouvoir raisonner la Maison Blanche et avait même caressé l'idée d'un accord commercial restreint sur certains produits industriels. Peine perdue, le président américain a ignoré ses appels et a même accentué la pression en menaçant également de taxer jusqu'à 25% les importations de voitures, un nouveau coup dur pour le pays des BMW et Mercedes. De son côté, la France défendait une ligne plus dure que l'Allemagne face aux Américains. Elle rejetait l'idée d'ouvrir des négociations commerciales tant que les menaces des Etats-Unis n'étaient pas levées, craignant de voir ressurgir le spectre du très impopulaire TTIP (ou Tafta).

Dans un communiqué commun, le ministre allemand de l'Economie, Peter Almaier, et les ministres français des Affaires étrangères et de l'Economie, Jean-Yves Le Drian et Bruno Le Maire, se sont engagés "comme annoncé par la Commission européenne, de prendre toutes les mesures appropriées pour répondre aux décisions américaines". "La France et l'Allemagne continueront de travailler de façon étroite et coordonnée sur le sujet", ont-ils assuré. A Bercy, on soulignait qu'"il est important que la réponse européenne soit aussi coordonnée que possible", en se félicitant que "depuis plusieurs mois, la solidarité européenne a été maintenue".

Plainte devant l'OMC

Comme l'a annoncé le chef de la Commission européenne, l'UE va porter ce conflit devant l'OMC et imposer des droits de douane supplémentaires à un nombre de produits en provenance des Etats-Unis. Cette procédure devant l'Organisation mondiale du Commerce (OMC), qui peut durer des années, devrait être lancée dès ce vendredi. Quant aux droits de douanes supplémentaires sur un certain nombre de produits américains, la Commission a déjà préparé, fin avril, une liste de produits emblématiques, dont le tabac, le bourbon, les jeans ou les motos, qu'elle avait l'intention de taxer lourdement si elle était frappée par les droits de douane. Cette liste d'articles établie par l'exécutif européen cible, dans certains cas, des Etats américains, souvent agricoles, ayant voté pour Donald Trump en 2016. Ces taxes ou contre-mesures sur les produits de cette liste portent sur un total de 2,8 milliards d'euros qui ne couvrent pas la totalité des dommages infligés à l'industrie européenne, mais permettent à l'UE d'être dans le cadre de l'OMC. Elles peuvent entrer en application dès le 20 juin car tout est réglé du côté de l'OMC. Mais il faudra encore un débat entre Etats membres, pour une dernière validation, pour que ce soit le cas.

Christine Lagarde : "une remise en cause de la manière dont le monde fonctionne"

'Ce sont les plus pauvres qui risquent de pâtir le plus d'une guerre commerciale', a estimé jeudi la directrice générale du FMI, Christine Lagarde. "Au final, si le commerce mondial était très perturbé, si le niveau de confiance parmi les acteurs économiques était considérablement diminué, ceux qui souffriront le plus sont les plus pauvres", a déclaré Christine Lagarde au premier jour du G7 Finances à Whistler au Canada, soulignant que ce sont les plus pauvres qui achètent les biens de consommation courante bon marché.

La responsable du Fonds monétaire international n'a pas souhaité faire de commentaires dans l'immédiat sur cette décision annoncée par le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross. Elle a souligné que la croissance mondiale avait retrouvé ses niveaux d'avant-crise avec un taux de 3,9% attendu cette année. "Le chômage a baissé dans le monde entier avec 120 sur 190 pays qui participent à ce mouvement de croissance mondiale, donc c'est positif", a-t-elle déclaré. Elle a néanmoins rappelé les risques tels qu'une "dette mondiale colossale, plus lourde que jamais" et surtout "les risques de nature géopolitique, politique, qui entraînent une grande incertitude et une instabilité", faisant référence aux tensions commerciales entre les Etats-Unis et ses partenaires commerciaux dont la Chine et l'UE. Christine Lagarde a estimé que c'était une forme "de remise en cause de la manière dont le monde fonctionne" depuis des décennies, basée sur "le principe de la confiance et de la coopération". "On n'était pas toujours d'accord sur tout mais on était prêt à coopérer et les instances internationales avaient alors leur justification", a-t-elle enfin commenté.

De son côté, le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney, a estimé que les opposants au libre-échange faisaient fausse route en prenant pour cible les déséquilibres en matière d'échange de marchandises, soulignant que les échanges de services étaient en pleine expansion dans les pays développés et que ce secteur était pourvoyeur d'emplois. "Si nous libéralisions au sein du G7 les services dans les mêmes proportions que les marchandises, ces déséquilibres seraient réduits de moitié", a-t-il déclaré, citant des études.

Les Etats-Unis n'ont de cesse de dénoncer leur déficit commercial avec le reste du monde nourri par un déficit des échanges de biens, en particulier avec la Chine (plus de 505 milliards de dollars d'importations chinoises en 2017, conduisant à un déficit de plus de 375 milliards). L'administration Trump, qui a fait de la réduction de ce déficit une priorité, multiplie les mesures protectionnistes, imposant tarifs et taxes douanières sur les importations de ses alliés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/06/2018 à 23:28 :
"Notre réponse à « l'Amérique d'abord » sera « l'Europe unie » ". Ca fait presque dix ans que l'Union européene (non l'Europe, il faut désormais arrêter de confondre les deux) n'est plus unie et probablement ne le sera jamais plus. L'Allemagne et les pays de Vysegrad ont tué cette unité.
Par ailleurs, une UE unie et décidée de se battre frapperait les Etats-Unis là cela leur ferait mal: pourquoi ne pas instaures une taxe de 50% sur l'audiovisuel et le cinéma américain, au nom de la protection du secteur stratégique qui est pour nous la préservation de notre identité et de l'exception culturelle?
a écrit le 03/06/2018 à 21:27 :
L'Europe a porter réclamation devant OMC " ou la la .... Quel courage
Mdr , l'OMC est àu ordre le l'oncle Sam , la reponce est courus d'avance .
Pour répondre à certain qui vois venir une guerre, l'Europe est incapable de protéger nos frontiere , alors pour une defense commune , il faudra attendre...
Ensuites , pour le service militaire dè un Mois, 30 jours, les petit Loulou francais pleure deja , tous juste bon à joué a la PlayStation .... Lors de la prochaine confrontation, qui ne devraient tarder, sa vas être difficile pour certain ....
a écrit le 02/06/2018 à 19:02 :
On va voir dans ce bras de fer, si l’Europe a une raison d’exister, mais à mon avis… c’est tout vu. Au même titre que l’on ne sait rien faire contre le principe d’extraterritorialité de la justice US, les décisions des responsables de la commission européenne n’aboutiront à rien. Trump ne raisonne pas comme eux et il tient « le bon bout du bâton »
Réponse de le 03/06/2018 à 23:31 :
Mais tous nos eurocrates rêvent de continuer leur carrière avec des salaires faramineux dans une société américaine. Alors, ils ne peuvent pas contrarier les Américains...
a écrit le 01/06/2018 à 16:37 :
Certainement! 😂😂😎
a écrit le 01/06/2018 à 13:52 :
L'industrie militaire des USA doit devenir indépendante de potentiels ennemies comme la Chine. La seconde guerre mondiale a montré à quel point il était crucial d'avoir la capacité de disposer des moyens de produire des armes en grosse quantité. Les USA se préparent aujourd'hui au pire scénario. La Chine le fait ainsi que la Russie. L'Europe devrait faire de même.
Réponse de le 01/06/2018 à 14:16 :
"L'Europe devrait faire de même. "

Heu... Armer l'europe dans l'état de dégénérescence totale dans lequel se trouvent ses dirigeants économiques et politiques ?

Définitivement non, on a vu ce que ça a donné en 36 merci.
Réponse de le 02/06/2018 à 8:46 :
C'est Wall Street et sa crise de 1929 qui est indirectement à l'origine de la seconde guerre mondiale, ainsi que le blocus anglo-saxon contre l'Allemagne. C'est la guerre économique de l'Amérique contre l'Europe qui a été destructrice, et qui le sera peut-être de nouveau...
Réponse de le 04/06/2018 à 12:16 :
"C'est la guerre économique de l'Amérique contre l'Europe qui a été destructrice, et qui le sera peut-être de nouveau... "

Non mais vous avez vu avec quelle méticulosité l'europe se déchire toute seule elle-même en ce moment ?

Vous croyez vraiment qu'on a besoin des américains pour échouer ?

DE nombreux philosophes avaient vu au 18ème siècle l’avènement de l'amérique comme puissance absolue car tous constatant le déclin de l'oligarchie européenne.

CE qui se passe est écrit, tant que l'UE sera sous domination d'une oligarchie décadente et incompétente elle n'aura aucune chance de concurrencer les états unis.

Plutôt que de voir les états unis comme l’ennemi absolu, le bouc émissaire facile de notre nullité, remettons nous enfin en question.
a écrit le 01/06/2018 à 13:02 :
comme je l ai deja dit l americain defend ces interets; les pays europeens c est chaqu un pour soit ,? cela dever explosez un jour l europe doit soit se saborde car a vint sept nations on ne peut se decide sur l avenir eeuropeen?soit se reforme comme le dit macron? SI L EUROPE EXPLOSE C EST L ALLEMAGNE LA PLUS PERDANTE C EST ELLE QUI A PRETE 1000 MILLARD AUX AUTRE PAYS EUROPEENS ET C EST POUR CELA QUE L ALLEMAGNE DIRIGE L EUROPE?CETTE FOIS L ALLEMAGNE DOIT ALLEZ VERS UNE VRAIS EUROPE SOCIAL ET COMMERCIAL AVEC L EUROS SOIT ELLE FAIS FALLITTE??? QUAND ON EST PAS LE PLUS FORT ON DOIT ETRE LE PLUS SAGE /// EMILE ZOLA/ //
a écrit le 01/06/2018 à 11:52 :
First, que les GAFAM payent leurs impôts sur les sociétés à hauteur de ce que paye une PME et c'est une mesure qui entre dans la légalité au titre du principe d'égalité devant l'impôt. Au boulot chers Elus, le peuple vous regarde.
a écrit le 01/06/2018 à 10:38 :
Trump aurait tord de ne pas profiter de la faiblesse des Européens...
Les pays qui exportent beaucoup vers les USA comme l'Allemagne n'oseront pas se mettre à dos leur principal client.
a écrit le 01/06/2018 à 9:49 :
Action Prioritaire, plus aucun investissement américain (fonds d'investissements et autres) dans des entreprises françaises. Et attention aux tricheurs qui passent par des fonds européens en étape intermédiaire.
en même temps, çà va être la guerre entre les pays européens
a écrit le 01/06/2018 à 8:58 :
trump se fout de commercer avec la commission européenne africaine
a écrit le 01/06/2018 à 8:48 :
"Christine Lagarde : "une remise en cause de la manière dont le monde fonctionne""

BEn justement quand on voit qu'elle est à la tête du FMI on ne peut que remettre en cause la manière dont le monde fonctionne hein...

""Au final, si le commerce mondial était très perturbé, si le niveau de confiance parmi les acteurs économiques était considérablement diminué, ceux qui souffriront le plus sont les plus pauvres","

"Attention ! SI les riches ne deviennent pas plus riches les pauvres souffriront !"

C'est ça cause toujours...

""Si nous libéralisions au sein du G7 les services dans les mêmes proportions que les marchandises, ces déséquilibres seraient réduits de moitié""

C'est ce que fait l'UE depuis le traité de Lisbonne et notre situation économique ne cesse de se dégrader, c'est bien beau les messes néolibérales de l'oligarchie financière mais ce sont d'énormes mensonges.

Bref, merci Trump de secouer le cadavre européen, on voit bien du coup les vers en sortir.
a écrit le 01/06/2018 à 7:36 :
C'est bien ça : l'Europe, plus elle parle, moins elle agit. Les USA auraient tort de ne pas en profiter : tant qu'ils gagnent, ils jouent.
Réponse de le 01/06/2018 à 12:47 :
EXAT: BRITANNCUS;: cette bonne blague belge de coluche et d actiualite, l amerique defend ces interets ; que font les pays europeens chacun pour sois, cela ne peut pas marchez /de gaulle ce visionnaire nous avez averti ; allez voir ce qu ils dissait sur youtub on est en plein dedans???POUR ENCHAINE LES PEUPLES ONT COMMENCE PAR LES ENDORMIR///MARAT///
a écrit le 01/06/2018 à 7:21 :
.... et le soja ? ce ne serait pas mieux que les cranberries ???
a écrit le 01/06/2018 à 5:10 :
Bonne nouvelle! Je suis ravi de lire cet article. La mondialisation a été la paix des riches contre leurs population rurales ou des villes moyennes. Certains ont profité largement du système pour vendre des biens sans payer ce qu'ils doivent. Les Allemands sont punis par Trump? Montrons une solidarité de façade avec eux mais ne bougeons pas, voire au mieux imitons Trump. C'est assez raisonnable. Il faut résorber les déséquilibres économiques européens créés par l'attitude peu coopérative des gvt et entreprises allemandes. Si pour cela il faut freiner le commerce avec l'outre-rhin, et bien... pas de soucis! On a tout à gagner et peu à perdre.
Réponse de le 01/06/2018 à 7:53 :
De qui se moque-t-on? Les américains sont plus riches que les allemands et ne fabriquent rien, vivent à credit. Qui sont les parasites?
a écrit le 31/05/2018 à 23:32 :
Et bien taxons les iphones! Rien que 10% de taxes et ça poussera certains à acheter chinois, c'est sûr que les américains n'aimeraient pas du tout.
Réponse de le 01/06/2018 à 11:00 :
Bien vu. Mais... les IPhone sont-ils des importations depuis les Etats-Unis ou depuis la Chine?
Réponse de le 01/06/2018 à 19:04 :
Oui mais comme on achètera des produits 100% chinois à la place...
a écrit le 31/05/2018 à 23:01 :
Puisqu'il n'aime pas les Allemands (si c'est qu'il aime quelqu’un d'autre...), et, si fier qu'il est, cet «américaniste du nord» (terminologie coloniale du XVI ème siècle), devrait commencer par renoncer expressément au droit de pouvoir obtenir automatiquement, en cas de besoin, ou pas, un passeport Allemand, auquel il peut prétendre par le droit du sang en tant que descendant en ligne directe d'un migrant Bavarois (son grand-père paternel)...Chiche!...
a écrit le 31/05/2018 à 22:48 :
" l'Europe prête à riposter" et l l'Europe c'est qui?
Merkel et son larbin Macron?
a écrit le 31/05/2018 à 22:35 :
.... un grand pas vers l'emergence de gouvernements "populistes" dans l'UE !
a écrit le 31/05/2018 à 22:33 :
Personne n'a d'illusions sur la hauteur de la réponse de l'UE aux diktats américains : pas du tout a la hauteur !!!...... comme d'habitude ..........
a écrit le 31/05/2018 à 21:59 :
on se resume : ils mettent des droits de douane, mais les discussions continuent quand meme pour qu'il n'y ait pas de sanctions contre uncle sam....... ils veulent faire comme avec les potentats africains sans defense ou quoi?
Réponse de le 31/05/2018 à 23:34 :
Plus les allemand veulent défendre une ligne souple avec les USA, plus Trump attaquera les allemands. Ce n'est pas plus mal, les allemands finiront par comprendre que l’intérêt de l'UE n'est pas de plier devant les USA.
a écrit le 31/05/2018 à 21:43 :
Ou la la, partout dans le monde, des gens vivent bien, très loin de toutes ces histoires.Pourvu qu'ils ne nous pètent pas un câble et n'enclenchent pas une nouvelle guerre mondiale. Qu'ils vivent dans leur monde tout en foutant la paix aux autres ...
a écrit le 31/05/2018 à 21:33 :
Autre moyen de frapper "là où ça fait mal" les nationalistes américains : Les acquisitions de matériel de défense. Dans un marché européen généralement très favorable aux équipements américains, c'est l'occasion ou jamais de regarder sérieusement les alternatives pour réduire la dépendance européenne dans le domaine.
Réponse de le 01/06/2018 à 7:26 :
Le pb de votre proposition est qu'il n'y a pas d'equipements "made in Europe" de substitution.
Les USA ont au moins 20 ans d'avance sur tout le monde, voyez le budget de l'US Army.
Meme la Chine est en passe de doubler l'Europe, c'est dire.....
Réponse de le 01/06/2018 à 10:50 :
@matins calmes : Vous allez un petit peu vite. Bien sûr, je ne dis pas qu'il faudrait un "moratoire" sur tous les achats d'équipements militaires américains, parce que malheureusement il n'y a pas toujours d'alternatives.

Il faudra regarder au cas par cas, mais ils n'ont pas "20 ans d'avance sur tout le monde", et surement pas dans tous les domaines :
- Hélicoptères : Le Black Hawk (UH-60), 20 ans d'avance sur le Caracal?
- Défense aérienne : Le Patriot vs SAMP-T
- Avions de combat : F-35 sans doute en avance dans certains domaines, mais ça n'empêche pas le trio Typhoon/Rafale/Gripen d'être une alternative. Le choix du F-35 par certains pays ne repose pas sur une analyse technique/technologique mais plutôt sur un choix politique. Il est donc temps d'adresser un message... politique.
a écrit le 31/05/2018 à 21:31 :
Ceci est le résultat du Merkosysme. Les traités ont été pondus par le couple franco-allemand dans l’intérêt du couple franco-allemand, les autres ont uniquement étés invités à signer, ce qu'ils ont fait, n'ayant pas d'autre choix. Maintenant ils ont un autre choix et le chauvinisme franco-allemand se voit puni à juste titre.
Bien le bonjour à Berlin Angela.
a écrit le 31/05/2018 à 20:50 :
Après l’acier et l’aluminium, Trump s’attaque aux automobiles.
À quelques jours de la fin du délai exonérant l’Europe de taxes punitives sur l’acier et l’aluminium, Donald Trump a de nouveau frappé fort mercredi, envisageant d’imposer de nouvelles taxes douanières sur les importations de véhicules aux États-Unis.
Source : la Presse (23 mai)

À l’opposé de la doctrine ultralibérale usuellement édictée par l’oligarchie (FMI, Banque Mondiale, UE…), Trump continue de donner le contre-exemple, c’est-à-dire que la défense d’intérêts nationaux passe par un minimum de protectionnisme.
https://www.upr.fr/actualite/notre-revue-de-presse-de-la-semaine-semaine-du-21-au-27-mai-2018

Mais comment l' UE propriété des US saurait-elle se mettre d' accord -et dès lors éviter de se faire rançonner- alors qu' elle tient des positions divergentes sur TOUS les sujets ..?
https://www.youtube.com/watch?v=Bb8dB7d3BdE
Réponse de le 31/05/2018 à 21:29 :
"alors qu' elle tient des positions divergentes sur TOUS les sujets" ceci est le résultat du Merkosysme. Les traités ont été pondus par le couple franco-allemand dans l’intérêt du couple franco-allemand, les autres ont uniquement étés invités à signer, ce qu'ils ont fait, n'ayant pas d'autre choix. Maintenant ils ont un autre choix et le chauvinisme franco-allemand se voit puni à juste titre.
Bien le bonjour à Berlin Angela.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :