Crash en Egypte : une des boîtes noires confirmerait l'attentat

 |   |  625  mots
Le président Vladimir Poutine a également chargé le gouvernement d'assurer le rapatriement des citoyens russes actuellement en Egypte, alors que ce pays est l'une des destinations privilégiées des touristes russes.
Le président Vladimir Poutine a également chargé le gouvernement d'"assurer le rapatriement des citoyens russes" actuellement en Egypte, alors que ce pays est l'une des destinations privilégiées des touristes russes. (Crédits : © Mohamed Abd El Ghany / Reuter)
Vendredi après-midi, l'analyse du Flight Data Recorder (FDR), l'une des deux boîtes noires, est venue confirmer le caractère "brutal, soudain" de l'événement qui a précipité la chute de l'appareil. Plus tôt dans la journée, le président Poutine, sur le conseil de ses services secrets, a suspendu les vols vers l'Egypte. Moscou avait pourtant d'abord tenté de minimiser la piste de l'attentat, avancée d'par Londres et Washington.

Les deux boîtes noires, celle des paramètres de vol et celle contenant les conversations de l'équipage, n'ont d'abord rien donné... Mais, ce vendredi en fin d'après-midi, l'une d'entre elles, le Flight Data Recorder (FDR), qui enregistre les paramètres de vol, est venue confirmer le caractère "brutal, soudain" de l'événement qui a précipité la chute de l'appareil, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

"Tout est normal, absolument normal pendant le vol, et brutalement plus rien", a-t-elle déclaré.

"Cela va dans le sens de la soudaineté, du caractère immédiat, de l'événement", a ajouté cette source, alors que les deux boîtes noires, celle des paramètres de vol et celle contenant les conversations de l'équipage, ont été analysées.

Vladimir Poutine suspend les vols vers l'Egypte

Les révélations de ces dernières heures devraient venir conforter Vladimir Poutine dans ses doutes. Après avoir relativisé la thèse de l'attentat, le orésident russe a finalement ordonné, ce vendredi 6 novembre, la suspension des vols des compagnies aériennes russes vers l'Egypte, sur recommandation des services secrets. L'Allemagne, la Grande-Bretagne, l'Irlande ou les Pays-Bas avaient déjà suspendu leurs vols au départ et en provenance de Charm El-Cheikh.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par l'agence publique Ria-Novosti, a indiqué que "le chef d'Etat russe a accepté les recommandations" du chef des services secrets russes (FSB), Alexandre Bortnikov, et "ordonné au gouvernement d'élaborer les mécanismes permettant de mettre en place ces recommandations".

Alors que le crash de l'avion dans le Sinaï a été revendiqué par l'Etat islamique dès samedi, le chef du FSB, cité par la télévision russe, "considère qu'il est nécessaire de suspendre les vols russes vers l'Egypte jusqu'à ce que nous puissions établir les vraies raisons de ce qui s'est passé".Cette suspension concerne "en premier lieu" de vols liés au "tourisme", a précisé Alexandre Bortnikov.

 Moscou a d'abord réfuté la thèse d'un attentat à la bombe

Le président Vladimir Poutine a également chargé le gouvernement d'"assurer le rapatriement des citoyens russes" actuellement en Egypte, alors que ce pays est l'une des destinations privilégiées des touristes russes.

L'Airbus A321 de la compagnie russe Metrojet s'est écrasé 23 minutes après son décollage de la station balnéaire de Charm el-Cheikh. Avec 224 passagers à bord et aucun survivant, la Russie fait face à la pire catastrophe aérienne de son histoire.

L'hypothèse d'une bombe à bord, évoquée par Washington et Londres, fut dans un premier temps qualifiée de "spéculation" par Moscou.

En parallèle, Le Caire, prudent, exigeait d'attendre les résultats de l'enquête.

La Grande-Bretagne demande le rapatriement de ses touristes

De son côté, la Grande-Bretagne a finalement autorisé la reprise du trafic aérien, depuis et en provenance de la station balnéaire de Charm el-Cheikh, pour rapatrier 20.000 ressortissants. Néanmoins, dans un contexte de tension et de vigilance, les passagers n'étaient pas autorisés à avoir un bagage en soute. Et l'Egypte n'a autorisé que 8 des 29 vols prévus pour ce rapatriement.

Pendant ce temps, à Londres, où le président égyptien Al-Sissi achevait vendredi une visite officielle, le Premier ministre David Cameron a évoqué des renseignements indiquant qu'il était "plus que probable qu'il s'agisse d'une bombe terroriste".

Selon le journal britannique The Times, des conversations électroniques ont été examinées par des agents de renseignements britanniques et américains qui laissent penser qu'une bombe a pu être placée dans l'appareil.

Pour l'heure, l'Egypte assure qu'aucune "hypothèse" ne ressort à ce stade de l'enquête.

Article rédigé vendredi 6 novembre, actualisé samedi 7 novembre à 11h.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/11/2015 à 23:13 :
Si c’est un acte terroriste ce qui est extrêmement fort probable, il faut réfléchir à qui profite le crime. Les perdants dans cette histoire sont principalement l’Egypte et la Russie. L’Egypte est perdant principal, il risque de perdre tous les revenus de tourisme ce qui fera aggraver la situation économique déjà peu glorieuse. Indirectement l’Arabie Saoudite peut être impactée, car c’est elle qui finance actuellement l’Egypte (fort probable que les Mistrals aussi). Pour la Russie c’est un coup pour le prestige des autorités. L’acte terroriste montre que l’intervention en Syrie ne se passera pas sans conséquences, mais d’autre côté il force l’élargissement de l’action russe en Syrie. La branche Sinaï de l’EI se dit responsable de l’attaque, mais il faut être prudent : La déclaration est assez floue. De plus l’EI n’est pas si homogène, en particulier, dans ces branches hors la Syrie et l’Iraq. L’EI « central » n’est pas l’ami de la Russie, mais il faut rendre compte que la plupart (de loin) des bombes russes en Syrie tombent sur d’autres islamistes.
Si on pose quelques questions: qui est l’ennemi principal des autorités actuelles de l’Egypte? Le Qatar qui était derrière les Frères Musulmans renversés en 2013. Qui a des divergences importantes dans la politique étrangère avec l’Arabie Saoudite ? Surtout, l’Iran (à exclure dans ce cas) et le Qatar. Qui a de mauvaises relations avec la Russie dans la question de l’intervention russe en Syrie? Disons, plusieurs pays, mais le Qatar est en haut de cette liste. La branche de l’EI en Egypte est initialement les islamistes les plus radicaux des Frères Musulmans (Ansar Baït al-Maqdis), donc, leur liaison. Ainsi, dans ce qui concerne l’Egypte, le Qatar et ceux qui sont derrière eux sont les candidats principaux en tant que commanditaires.
P.S. c’est juste une version probable construite à base des sources ouvertes. Dans ce qui concerne la Russie, la situation est moins évidente et bien plus de versions sont possibles.
a écrit le 07/11/2015 à 15:48 :
La fin des virus de la terre israél et Daech immédiatement pour éviter l'extermination des satellites et les crash d'avions par ces soldats d'ALLAH les astéroïdes les météorites les boules de feu et les tempêtes solaires si la fin du monde le 13.11.2015 aux non musulmans de se convertir a l'islam pour éviter l'enfer l'augmentation des séismes c'est la fin du monde en islam.
a écrit le 07/11/2015 à 13:14 :
Et ç est plus àvec le tourisme qu il vont nous payer les rafales et les mistral !la dette va comme toujours àvec ce genre de pays être emporté par le mistral aux frais du contribuable ! Sans oublier bien sûr les commissions des politiques ! Qui elles ont déjà êtes règles !👹😢
a écrit le 07/11/2015 à 11:47 :
Sur les débris de l'avion .... on doit pouvoir trouver des traces d'explosif ?
a écrit le 07/11/2015 à 10:36 :
Et a aucun moment on ne parle de traces d'explosifs...
a écrit le 07/11/2015 à 10:35 :
Cet avion avait par le passé subit un accident grave qui avait endommagé l'arrière. Il semblerait logique que si cet avion n'a pas subit de vérifications minutieuses après les travaux de réparation afin de vérifier la non propagation de fissures, il est tout à fait probable que l'avion ait subit une décompression déflagrante créée par une rupture soudaine de la structure. Ce qui expliquerait la terminologie employée dans dans le rapport d'enquête
a écrit le 06/11/2015 à 23:02 :
Plus de nuance, il faut finir Daesh au plus vite, en commençant par détruire ce qui lui permet de se financer (puits de pétrole qu'il contrôle, champs de coton...). Il sera temps de s'occuper de Bachar après.
Réponse de le 06/11/2015 à 23:57 :
Encore un qui a cru que la puissance militaire pouvait tout résoudre. En Afghanistan, on a vu le résulat, même les Russes se sont enfuis.
Réponse de le 07/11/2015 à 10:39 :
Il semblerait cher Monsieur que vu vos écrits vous ayez une conception particulière de la démocratie.. Ne serait pas plutôt au peuple syrien de décider qui doit être leur président au lieu d'une manière présomptueuse d'en décider vous même ?
Réponse de le 07/11/2015 à 12:07 :
On récolte ce que l'on sème, les russes combattaient en Afghanistan ce qu'on appel aujourd'hui les talibans, même Ben Laden a fait partie de la CIA, à l'époque de la guerre menée par les russes ... l'occident se chargeait d'armer les talibans ... le fiasco de la guerre en Irak n'en parlons pas .... maintenant c'est le bazar au delà des frontières ! On se gave du pétrole , coton etc ... de l'EI .... la bêtise est sans limite"S" ! On vient de nous annoncer que CDG partait en guerre ... à moins qu'il perde une hélice .... sur sa route !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :