Energie : à Davos, plusieurs grands groupes s'allient pour booster l'hydrogène

 |   |  454  mots
Treize entreprises, actives dans différents domaines liés de près ou de loin à l'énergie ont tenu la première réunion du conseil de l'hydrogène dans un hôtel de Davos.
Treize entreprises, actives dans différents domaines liés de près ou de loin à l'énergie ont tenu la première réunion du "conseil de l'hydrogène" dans un hôtel de Davos. (Crédits : Reuters/Ruben Sprich)
Treize entreprises spécialisées dans l'énergie et l'automobile vont mettre leurs forces en commun pour rendre l'hydrogène, qui n'émet pas de CO2, profitable et généraliser son utilisation.

Plusieurs grands groupes industriels européens et asiatiques ont annoncé mardi à Davos unir leurs efforts pour faire progresser et promouvoir l'hydrogène comme source d'énergie. Treize entreprises, actives dans différents domaines liés de près ou de loin à l'énergie ont ainsi tenu la première réunion du "conseil de l'hydrogène" dans un hôtel de Davos, en marge du forum économique mondial. Parmi ces entreprises, outre plusieurs constructeurs automobiles comme BMW, Daimler, Honda et Kwasaki, on retrouve les français AirLiquide, Alstom, Total et Enngie.

Convaincre les pouvoirs publics

"Des acteurs clés de l'énergie, du transport et du secteur industriel unissent leurs forces pour exprimer une vision commune du rôle clé que va jouer l'hydrogène dans la transition énergétique", a déclaré le président du conseil, Benoît Potier, patron du groupe de gaz industriels Air Liquide.

Concrètement, les groupes vont partager leurs données, leurs recherches, chercher des solutions pour rendre l'hydrogène profitable, ou encore travailler sur des standards internationaux avec comme objectif la généralisation de l'utilisation de cette énergie qui n'émet pas de CO2 quand on la consomme. Ils vont aussi tenter de convaincre sur les pouvoirs publics de soutenir cette solution, un élément absolument indispensable. "A ce stade préliminaire, sans un fort soutien des pouvoirs publics, la transformation (vers une énergie décarbonée, nldr) est impossible", a déclaré Takeshi Uchiyamada, Président du conseil du constructeur automobile japonais Toyota.

Stocker la part perdue des énergies renouvelables

Les signataires insistent sur les applications de l'hydrogène, qui vont au delà de la seule voiture à pile à combustible. Un des intérêts majeurs avancés est d'employer l'hydrogène pour stocker la part des énergies renouvelables (solaires, éoliennes) qui est produite mais perdue faute de capacité de stockage. "Si on prend cette électricité solaire dont on ne sait pas quoi faire, on va l'utiliser pour électrolyser de l'eau, cela fait de l'hydroogène, qui est un gaz qu'on peut mettre dans les réseaux de gaz naturel", a illustré pour l'AFP Patrick Pouyanné, le patron de Total, rendant ainsi plus attractif l'investissement dans l'électricité renouvelable.

Le pilote suisse Bertrand Piccard, célèbre pour avoir bouclé en juillet un tour du monde historique en volant jour et nuit à l'énergie solaire à bord de l'avion Solar Impulse 2, était présent dans le salon de l'hôtel de Davos et s'est montré particulièrement enthousiaste. "Il y a vingt ans nous parlions de l'hydrogène un petit peu comme les adolescents parlent de sexe. Tout le monde en parle, mais personne ne le fait. Aujourd'hui nous pouvons le faire", a-t-il dit.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2017 à 11:56 :
Il faut developper d'autres sources d'energie non productrices de CO2 qui fournisse de la chaleur et de l'electricité plus que de façon renouvelable. Oui l'hydrogène est une source d'energie dejà utilisée il y a longtemps en 1936 avec les dirigeables comme le Hindenburg. Oui il faut reutiliser cette energie pour produire de l'electricité par electrolyse de l'hydrogène et produire de la chaleur. Notre monde n'est pas seulement vouer aux energies fossiles comme le charbon et le pétrole maisà d'autres sources comme l'hydrogène mais bien sur il faut aussi que ces sources d'energie là soit sécurisée. Dons les entreprises et les grands groupes du WEF à Davos ont raison de de reunir pour creer de nouvelle forme de financement des ressources renouvelables et de la production d'electricité dans le monde ( que celà soit pour l'automobile ou autre).
a écrit le 18/01/2017 à 11:19 :
TRES BONNE IDEE IL EST TEMPT QUE L HYDROGENE QUI SERVIRAS A STOKE L ENERGIE SOLAIRE ET AUTRE SOIT ENFIN UTILISER C EST UN GRAND PAS EN AVANT POUR NOUS LIBEREZ DES ENERGIES FOSSIL POLLUANTES ET DU NUCLEAIRE DENGEREUX ET COUTEUX A LONGT TERME???
a écrit le 18/01/2017 à 11:19 :
TRES BONNE IDEE IL EST TEMPT QUE L HYDROGENE QUI SERVIRAS A STOKE L ENERGIE SOLAIRE ET AUTRE SOIT ENFIN UTILISER C EST UN GRAND PAS EN AVANT POUR NOUS LIBEREZ DES ENERGIES FOSSIL POLLUANTES ET DU NUCLEAIRE DENGEREUX ET COUTEUX A LONGT TERME???
a écrit le 18/01/2017 à 11:19 :
Pour l'instant l'hydrogène est produit à partir des hydrocarbures en émettant du CO2
a écrit le 18/01/2017 à 10:54 :
Qu'on en finisse avec cette écologie politique faite de discours pompeux, de postures idiotes, de punitions assassines ! Que l’on poursuive le développement humain de manière durable, par l’innovation technologique et par l’exemple de mise en œuvre à l’échelle d’un pays ; des actions concrètes qui font force de persuasion.
Le dossier de l'utilisation de l'hydrogène comme maillon structurant de la chaîne d'approvisionnement en énergie de masse traîne, végète sur les bureaux des ministres français successifs depuis trop longtemps ! Leur incompétence (on découvre l’électrolyse de l’eau dès le collège !) ne doit pas empêcher la France, appuyée sur ses grands groupes (AirLiquide, EDF, Engie, Total, Alstom, etc.) et ses PME de l’énergie, d’être un acteur incontournable de cette technologie de rupture.
a écrit le 18/01/2017 à 10:13 :
""A ce stade préliminaire, sans un fort soutien des pouvoirs publics, la transformation (vers une énergie décarbonée, nldr) est impossible","

Bon sang que c'est énervant, les gars ils sont à Davos, à savoir ceux qui entassent des dizaine de milliers de milliards de dollars dans les comptes offshore et autres paradis fiscaux, amputant ainsi dramatiquement les budgets des états et ils osent venir quémander, encore et toujours, l'argent des contribuables.

Le milliardaire repus à l'individualisation des gains et à la socialisation des pertes est devenu le plus gros parasite de notre système économique qu'il soit mais comme ces gens là ont acheté nos politiciens, tout va bien, on ne leur dit jamais rien.

Parce que les états escroqués par les dettes des créanciers multimilliardaires n'ont plus d'argent pour le social et la santé mais par contre continue d'alimenter généreusement leurs marges bénéficiaires cancérigènes.

Cette servilité mortifère de la part de nos décideurs politiques est désespérante. Au secours.
Réponse de le 18/01/2017 à 15:58 :
Votre naïveté et votre manichéisme est sidérante. Ces réflexions sont digne d' un G Marchais au meilleur de son temps. Les méchants seraient les vilains capitalistes d Air Liquide Engie Asltom et Total. Mais pour toutes ces sociétés les PDG ne sont pas les propriétaires., mais des exécutants nommés par un CA pour développer l' entreprise. Et pour cela, ces tristes sires, selon vous, doivent investir et obtenir un ROI signicatif. En l' état le ratio investissement/gain sur la techno Hydrogène n'est pas suffisant et ne permettra sur cette ligne de rémunéner l' actionnaire à hauteur des dépenses.L' actionnaire vous savez ce s...d, qui a avancé de l' argent à l' entreprise avec l' espoir de voir un jour une rentabilité hypothètique ou lieu d' ouvrir une assurance vie pénarde en euros. Tout entreprise est régie par l' obligation (au moins) d' équilibrer ses comptes (ou d' être renflouer avec nos impôts) . C' est sûr qu' avec un boulot (fonctionnaire ?) sans risque des fins de mois, la critique est facile.
Réponse de le 18/01/2017 à 17:58 :
Vous ne répondez pas à mon commentaire, seulement à sa forme, donc soit vous n'avez rien compris de ce que j'ai écris, soit vous aviez un besoin irrépressible d'expulser vos ressentiments.

Donc, afin de recadrer la discussion de sorte que votre réponse n'apparaisse pas comme un énième trollage et peut être ainsi pour vous l'occasion de sauver la face, pourriez vous me dire en quoi l'individualisation des gains et la socialisation des pertes est utile à notre société ?

Contestez vous déjà cette réalité ? Vous n'en parlez même pas...

Adieu.
a écrit le 18/01/2017 à 9:57 :
où, quoi quand comment ?????

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :