Espionnage : la Chine appelle à réfléchir aux "risques" avant d'aller étudier aux États-Unis

 |   |  333  mots
Des étudiants chinois qui suivent leurs études à la Lincoln High School à Tacoma (Washington) assistent à la conférence donnée le 24 septembre 2015 par le président chinois Xi Jiping  lors de sa visite officielle aux États-Unis.
Des étudiants chinois qui suivent leurs études à la Lincoln High School à Tacoma (Washington) assistent à la conférence donnée le 24 septembre 2015 par le président chinois Xi Jiping lors de sa visite officielle aux États-Unis. (Crédits : Reuters)
Le New York Times avait rapporté en avril que les autorités américaines avaient déjà commencé à refuser l'accès à certains Chinois soupçonnés d'avoir des liens avec les services de renseignements de leur pays.

La Chine a appelé lundi les étudiants à "renforcer leur évaluation des risques" avant de choisir d'aller étudier aux Etats-Unis, s'émouvant de récentes restrictions et refus de visas visant des ressortissants chinois.

Le ministère de l'Education a appelé dans un communiqué les étudiants et universitaires à "avoir bien conscience de la nécessité de prendre davantage de précautions et à faire toutes les préparations adéquates".

Cet appel intervient dans un contexte de guerre commerciale Pékin-Washington et de défiance croissante aux Etats-Unis contre l'entrée d'étudiants et chercheurs chinois.

Le ministre chinois de l'Éducation critique les mesures de restriction

Les républicains ont présenté mi-mai un projet de loi au Congrès qui interdirait à toute personne liée à l'armée chinoise d'obtenir un visas d'étudiant ou de chercheur, suscitant des critiques de la part de la Chine.

Le ministère chinois de l'Éducation fait état lundi de diverses difficultés comme l'allongement des durées de traitement des demandes, la réduction des durées de validité, et l'augmentation du taux de refus de visas.

"Cela touche les Chinois qui étudient aux États-Unis et aussi ceux qui y ont terminé avec succès leurs études", a-t-il pointé dans son communiqué publié sur son site internet.

Interdire l'accès à la recherche militaire américaine

La proposition de loi présentée au Congrès appelle Washington à établir une liste des institutions scientifiques et d'ingénierie liées à l'armée afin d'être en mesure "d'interdire aux individus employés ou parrainés par ces institutions militaires chinoises" d'obtenir un visa d'étudiant ou de chercheur.

Le New York Times avait rapporté en avril que les autorités américaines avaient déjà commencé à refuser l'accès à certains Chinois soupçonnés d'avoir des liens avec les services de renseignements de leur pays.

Environ 360.000 étudiants chinois sont actuellement présents aux États-Unis, selon des statistiques citées en mars par l'agence de presse officielle Chine nouvelle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/06/2019 à 15:42 :
noter que le Wall Street Journal a écrit le 30 mai dernier que les inscriptions dans les établissements US d'enseignement supérieur sont en baisse pour la 7e année consécutive (le journal avait par ailleurs fait des articles sur la baisse du nombre d'étudiants étrangers, les 7 février 2019 et 13 novembre 2018 notamment).
à mettre en lien avec un article Bloomberg du 28 mai sur le fait que de plus en plus de jeunes Américains pensent que l'Université ne vaut pas le coup aux US : salaires médiocres à la sortie alors que le coût des études est bien trop élevé.
a écrit le 03/06/2019 à 15:34 :
Sur ce sujet, les US de Trump n'ont pas complétement tort. La Chine est une dictature communiste qui bafoue le droit des hommes et des femmes, de certaines communautés et qui à des velléités expansionnistes. Il n'est pas utile de lui faciliter la tâche.
L' Europe doit en faire autant.
a écrit le 03/06/2019 à 14:04 :
J'ai vu une jeune chinoise débarquer dans un business régional en le faisant grossir très vite ce business, avec plein d’hommes d'affaires baveux hyper motivés.

Trop facile...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :