La Fed bien décidée à juguler l'hydre de l'inflation

La Réserve fédérale a décidé d'augmenter de 0,75 point ses taux directeurs pour enrayer une inflation qui a atteint 9,1% en juin, un niveau "encore pire qu'attendu", a concédé son président Jerome Powell. De nouveaux relèvements interviendront d'ici la fin de l'année, avec le risque de plonger la première économie du monde en récession.
Jerome Powell, le président de la Fed, durant sa conférence de presse.
Jerome Powell, le président de la Fed, durant sa conférence de presse. (Crédits : Reuters)

La Fed est venue rappeler mercredi à l'issue de la réunion de son comité monétaire de la Fed (FOMC) que la lutte contre l'inflation qui mois après mois accélère est la mission numéro un. En relevant de trois quart de points de pourcentage ses taux directeurs, l'institution monétaire veut juguler à tout prix une hausse des prix qui en juin a atteint 9,1% sur un an, au plus haut depuis plus de 40 ans. Il s'agit du quatrième relèvement consécutif : un quart de point en mars, un demi-point en mai, et trois quarts de point en juin - sa plus forte hausse depuis 1994. Les taux se situent désormais dans un fourchette comprise entre 2,25% et 2,50%

"L'inflation est beaucoup trop élevée", a affirmé le patron de la Fed Jerome Powell lors de sa conférence de presse reconnaissant que la dernière donnée "était encore pire qu'attendu". Pour le juguler, "le comité monétaire anticipe que de nouvelles hausses des taux directeurs seront appropriées", précise la Fed dans son communiqué. Jerome Powell a même indiqué qu'un nouveau relèvement "inhabituellement élevé" pourrait être nécessaire lors de la prochaine réunion monétaire en septembre.

L'objectif visé par la Fed est de rendre le crédit plus onéreux pour faire ralentir la consommation et l'investissement et, in fine, desserrer la pression sur les prix.

Quant à la situation de l'économie des Etat-Unis, "les récents indicateurs de dépenses et de production ont ralenti", assure la Fed, évoquant notamment la consommation, locomotive de l'activité américaine. "Cependant, les créations d'emplois sont restées robustes ces derniers mois, et le taux de chômage est toujours bas", souligne aussi le FOMC, qui répète être "très attentif aux risques d'inflation".

L'espoir d'un "atterrissage en douceur"

La Fed espère réussir un "atterrissage en douceur" mais le ralentissement économique tant attendu pour faire baisser les prix pourrait s'avérer trop fort, ce qui pourrait peser sur le marché de l'emploi, voire précipiter la première économie du monde dans une récession.

"Nous n'essayons pas de provoquer une récession", s'est défendu le patron de la Fed assurant que les États-Unis ne se trouvaient pas actuellement dans un telle situation. "Nous pensons qu'il existe une voie pour abaisser l'inflation tout en soutenant un marché de l'emploi solide", a-t-il assuré.

Le FMI est cependant moins optimiste. "L'environnement actuel suggère que la possibilité que les États-Unis échappent à la récession est mince", a averti mardi son chef économiste, Pierre-Olivier Gourinchas.

L'institution a fortement abaissé sa prévision de croissance pour les États-Unis en 2022 et ne table plus désormais que sur 2,3%.

Débat sur la notion de récession

La croissance du produit intérieur brut (PIB) au deuxième trimestre sera publiée jeudi. Elle devrait être très légèrement positive, après un premier trimestre négatif (-1,6%).

Mais le risque de récession continue de peser sur la première économie mondiale. Un débat a d'ailleurs débuté pour sur sa définition outre Atlantique. S'agit-il de deux trimestres consécutifs de contraction du Produit intérieur brut (PIB) ? Ou d'une dégradation plus large des indicateurs économiques ? "Une récession est un déclin généralisé et cela ne semble pas être le cas actuellement", a pour sa part indiqué Jerome Powell.

Le débat pourrait se politiser à mesure qu'approchent les élections de mi-mandat au mois de novembre, et que le mécontentement des électeurs fasse perdre au président Joe Biden sa majorité démocrate au Congrés.

(avec AFP et Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 28/07/2022 à 13:18
Signaler
La fed bien décidée a ne pas surprendre Wall Street….les analystes des banques d’affaires attendent tant de hausse, et sans surprise aucune le chiffre attendu arrive. Tout en disant,attention on a bien vu l’inflation,on la tient a l’oeil hein!on est...

à écrit le 28/07/2022 à 8:21
Signaler
"Je repousse le levier ? Mais je l'ai tiré hier pourtant ! Ah et demain je le retire du coup ?" "Si vous ne trouvez plus rien, cherchez autre chose" Brigitte Fontaine

à écrit le 28/07/2022 à 0:36
Signaler
Je vous fais entièrement confiance

à écrit le 27/07/2022 à 23:18
Signaler
La récession arrivera forcément rapidement, et la Fed n'y sera pour rien. Que la Fed relève ses taux d'intérêt, c'est tout à fait normal, elle est dans son rôle, et elle aurait dû le faire bien plus tôt. De toutes manières, depuis deux ans, l'état pr...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.