La Russie va expulser 23 diplomates britanniques

 |   |  237  mots
(Crédits : SPUTNIK)
Moscou a décidé de répondre aux sanctions de Londres qui a expulsé 23 diplomates russes cette semaine. La première ministre britannique a accusé la Russie d'avoir tenté d'assassiner un ex-espion russe sur son territoire.

La Russie a décidé d'expulser 23 diplomates britanniques en représailles aux expulsions par Londres de membres du personnel diplomatique russe, a annoncé samedi le ministère russe des Affaires étrangères, après une réunion avec l'ambassadeur britannique en Russie.

Les diplomates auront une semaine pour quitter le territoire russe, précise le ministère.

Le gouvernement britannique accuse la Russie d'être derrière l'empoisonnement de l'ancien agent russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, retrouvés inconscients début mars à Salisbury.

Le British Council quitte aussi la Russie

En représailles, le gouvernement britannique a ordonné mercredi l'expulsion de 23 diplomates russes et suspendu toutes les rencontres bilatérales, provoquant la colère de Moscou qui réfute les accusations.

La Russie retire par ailleurs l'autorisation au Royaume-Uni d'ouvrir un consulat général à Saint-Pétersbourg et met fin aux activités du British Council, dont le but est d'établir des relations culturelles entre les deux pays.

Ces mesures sont une réponse aux "provocations et aux accusations sans fondement" du Royaume-Uni, ajoute le ministère, qui se réserve le droit de prendre d'autres sanctions l'éventualité où Londres prendrait de nouvelles mesures "hostiles".

S'exprimant devant les journalistes à l'issue de la réunion, l'ambassadeur britannique, Laurie Bristow, a dit que le Royaume-Uni ferait toujours tout ce qui est "nécessaire" pour défendre les intérêts du pays.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2018 à 15:47 :
Quand on lit certains commentaires, on peut se demander s'ils ne sont pas faits par les services secrets russes!
Ce doit être le fruit d'une imagination un délirante de la part de celui qui l'écrit!
Mais après tout, on va attendre le démenti officiel russe pour être rassuré.
a écrit le 18/03/2018 à 15:40 :
La Russie est un pays avec 20 millions de russes sous le seuil de pauvreté pourtant fixé très bas, 160 € par mois, un revenu national brut de 10 000 $, soit deux fois moins que la Pologne ou la Hongrie et une retraite moyenne a 200 € par mois et pour autant, la vie y est très chère, surtout dans les grandes villes.
Grace a la corruption, 10 % des oligarques s’accaparent 70 % de la richesse du pays, d'ou le nombre de milliardaires a Moscou.
Pendant que Poutine construit des chars, la Chine construit des routes.
Devinez qui gagne !
a écrit le 18/03/2018 à 12:56 :
Tiens, ma contributions ne passe pas après 12h d'attente.
C'est Dimanche, ou un point sensible aurait il été atteins?
a écrit le 18/03/2018 à 10:17 :
Avec l’accusation sans fournir de preuves bien que dit que le nombre de cameras de surveillance dépassent 2 millions en GB concentrées en particulier à Londres et sans respect du protocole internationale en matière de conduite d’une enquête impartiale dans pareil cas avec plus une mise en scènes de la part du gvt britannique  : matraquage médiatique sur fond de diabolisation de la F·de Russie comme au temps de la guerre froide avec des images sur la visite d’officiels avec des fleurs à l’endroit de l’acte ciblant l’ex officier du renseignement russe devenu par trahison de son pays un espion britannique. Cette montée en flèche, voulant nous prendre pour des moutons, coïncide avec la propagande sur la Gotha de Syrie sur l’hypothétique usage proche de A.D.M alors que des TV non occidentales ont montré récemment des labos sophistiqués et divers produits de ces armes aux mains des myriades Djihadistes dans cette zone après leur éjection aussi ont montré par les centaines de milliers de civiles quittant Al Gotha syrienne leurs témoignages accablants qu’ils étaient depuis des années les otages des groupes armés fanatiques. L’agitation insensée et inutile de la part d’une puissance qui n’est plus l’empire victorien veut masquer les déboires des conservateurs qui avaient choisi l’impasse et la perte des avantages juteux en se retirant de l’UE, par le vote d’un peu plus 50% des votants, de même en voulant être une figure de proue et en quête de popularité éphémère par la diabolisation, sans présenter de preuves et par des actions diplomatiques risibles, de la Russie qui revient en force un peu partout au grand-dame des trois puissances occidentales.
a écrit le 17/03/2018 à 23:04 :
L'occident a visiblement un problème.
Il est devenu usuel d'accuser la Russie sans la moindre preuve ni enquête.
Or le passif de nos dirigeants pourrait nous amener a nous poser quelques questions
-
21 Aout 2013 / Syrie : Attaque chimique de la Ghouta, les US accusent le gvt Syrien d'avoir gazé sa population les médias occidentaux pratiquent un matraquage médiatique sans pareil allant dans ce sens.
-
La Russie fournis des relevés radars incriminant les rebelles mais n'est pas écoutée, voire accusée de vouloir protéger le 'régime' Syrien .
http://www.brujitafr.fr/article-syrie-massacre-chimique-d-al-ghouta-la-russie-fournit-les-preuves-satellites-que-les-auteurs-sont-119691693.html
-
Le 09-09-2013 Un ex-otage des 'rebelles' les incrimine dans cette action : http://www.lejdd.fr/International/Moyen-Orient/Actualite/Attaque-au-gaz-en-Syrie-un-ex-otage-accuse-les-rebelles-628157
-
Finalement le 19-02-2014 une étude du prestigieux MIT (Massachusetts Institute of Technology) confirme que le massacre chimique d'août 2013 a été bel et bien été perpétré depuis une zone rebelle, contredisant les affirmations occidentales. : http://www.lepoint.fr/monde/attaque-chimique-en-syrie-le-rapport-qui-derange-19-02-2014-1793755_24.php
Lien direct vers l'étude : https://www.documentcloud.org/documents/1006045-possible-implications-of-bad-intelligence.html
-
Pas un des officiels ne viendra s'expliquer et aujourd'hui encore de nombreux "médias" continuent a nier l'évidence.
--
Réponse de le 18/03/2018 à 9:36 :
"Pas un des officiels ne viendra s'expliquer et aujourd'hui encore de nombreux "médias" continuent a nier l'évidence".
Les journaux des pays de l' Otan avec le states qui donnent le la et les alignés qui courent derrière, c' est usuel et conforme et l' usage d' icelui ...
Mais les gens s ' éveillent et cette situation les lasse de manière de plus en plus perceptible générant suspicion et détachement.

Je finirai par imaginer une presse désormais subventionnée à son seul usage et totalement abandonnée de ses lecteurs!
a écrit le 17/03/2018 à 22:03 :
C ' est normal d ' observer ces petites réactions sur commande à l' encontre d' un Poutine qui se fait élire avec des scores pharaoniques quand un Macron sur un terrain préparé pendant 2 ans fait 17 % d' adhésions au programme ...

La différence ? L' un sert son pays, l' autre celui des autres, l' UE.
a écrit le 17/03/2018 à 21:41 :
Situation intéressante d'après seconde guerre mondiale ou beaucoup aujourd'hui pensent que tout cela est du passé. L’Allemagne bien désarmé entre les deux obligé de compenser les déficits sans fond de la France sinon livrée sournoisement au Russes, elle n'a pas le choix,heureusement les allemands bossent bien...pour nous.
Réponse de le 18/03/2018 à 15:47 :
Vous parlez de ceux qui viennent de passer aux 28 h ?
Pour information, le durée passée en emploi d'un français est de 1482 h contre 1371 h pour un allemand ( source OCDE )
http://theconversation.com/temps-de-travail-en-europe-les-vrais-chiffres-77023
a écrit le 17/03/2018 à 20:15 :
L'Europe est extrêmement moins sévère avec le président de la Turquie, et pourtant il y aurait de quoi l'être...
Toujours le regard français sur la démocratie vieille d'un siècle et demi dans notre pays alors que la Russie n'en fait l'apprentissage que depuis 1993.
Mme Hélène Carrère d'Encausse dit à juste titre «Il ne faut pas juger le pouvoir autoritaire de Poutine à l'aune de nos seuls critères».
Et il est bien certain que la Russie ne va pas trahir et livrer ses agents secrets comme l'avait fait les socialistes lors de l'affaire du Rainbow Warrior.
a écrit le 17/03/2018 à 19:10 :
@ chap
Je vous livre un article de l’agence Reuters, concernant la politique agricole russe après l’embargo de 2014.Info ou intox, il me semble que La Tribune avait déjà relayé ces infos.
« L'agriculture russe profite de l'embargo imposé en août 2014 aux productions agricoles occidentales et européennes en réponse aux sanctions anti-russes. En 2017, les exportations agricoles de la Russie ont atteint un record de 16,4 milliards d'euros.
Vladimir Poutine, lors du forum des agriculteurs à Krasnodar dans le sud du pays, le 12 mars, s’est notamment félicité que la production de céréales (dont le blé représente 75%), qui a atteint 134,5 millions de tonnes en 2017, ait plus que doublé par rapport à l’an 2000 (64,5 millions de tonnes), permettant à la Russie de ravir aux Etats-Unis la place de premier exportateur mondial. En 2018, selon les projections de l’Institut de conjoncture du marché agricole basé à Moscou, les exportations de céréales russes devraient atteindre 36,6 millions de tonnes.
Cette situation qui s’étend dans de moindres mesures à d’autres secteurs de l’agriculture comme les productions de porc et de volailles est un effet des échanges de sanctions entre la Russie et l’Union européenne. En effet, en imposant en 2014 un embargo contre l’agro-alimentaire européen et occidental en réponse aux sanctions après le rattachement par référendum de la Crimée à la Fédération de Russie, le pays a favorisé son secteur agro-alimentaire.La Russie a réduit, en trois ans, ses importations de sucre, de viande et de produits laitiers respectivement de 73%, 36% et 29%. Elle les a compensées sur le marché national grâce à une augmentation rapide de la production à partir de niveaux qui étaient jusqu'ici très bas. »

>
Réponse de le 17/03/2018 à 20:31 :
Vos infos sont probablement correctes et recoupent les miennes, même s'il faut se méfier des chiffres russes (comme ceux chinois) et qu'il faut prendre en compte les variations annuelles importantes dans les productions céréalières, dues aux intempéries qu'a connu la Russie.

De facto, l'embargo a OBLIGE le pouvoir russe à faire un peu d'économie dirigée appliquée. S'il ne l'avait pas fait, les russes se seraient retrouvés comme il y a 30 ans, à faire la queue devant des magasins d'alimentation vides. Et politiquement ça aurait été dévastateur pour Poutine.

On peut se dire qu'au bout de 18 ans de poutinisme, il était peut être temps que l'Etat russe se bouge le cul pour assurer un peu son autosuffisance alimentaire.

Moyennant quoi, il y a maintenant un embryon d’industrie agro-alimentaire, avec par exemple, des producteurs de lait, heureux de fabriquer du "Parmesan" local. Mais ces industries sont lourdement subventionnées et incapables de survivre à une confrontation avec les marchés étrangers.

En conséquence de quoi, si l'embargo était levé c'est tout un pan d'industrie locale pourtant récent et assez moderne, qui risquerait de s’effondrer.

Bref, la Russie a le cul entre deux chaises. D'un coté l'embargo lui fait beaucoup de mal, de l'autre la fin de l'embargo pourrait lui faire tout aussi mal.
Réponse de le 17/03/2018 à 21:13 :
L'Europe a perdu et perd 60 milliards d'€ de commerce par en avec la Russie .Les producteurs français de porc ,de lait et de fruits en savent quelque chose.Au niveau agricole vu la diversité et les étendues considerable de ses surfaces agraires est capable de produire à peu pret tout ce qu'elle veut !Le lait et ses dérivés c'est rien d'autres que des vaches qui brouttent l'herbe ,les pommes et poires peuvent pousser à foison en Russie quand au porc qu'on peut nourrir justement avec des farines,rien n'empechent les russes d'en produire autant qu'elle veut .Il y a quelques années un rapport américains vite passé sous l'éteignoir disait que la Russie serra la future grande puissance agricole dans l'avenir .Ce pays profite à plein du rechauffement climatique et récupère des millions d'hectares de terres arables apr an.A part les produits exotiques si la Russie importe des produits agricoles c'est parce qu'il faut équilibrer les échanges commerciaux avec les autres pays car la balance commerciale russe au niveau de l'energie et des minerais est trés fortement excedentaire ......
Réponse de le 17/03/2018 à 21:24 :
Il faut noter qu'il est trés difficile d'exporter en Russie meme si ce pays est ouvert et fait parti de l'OMC .Les russes produisent en rouble et le rouble est faible par rapport à l'€ .Consequence quand un produit européen arrive sur les rayon des magasins russes ,il est forcement beaucoup plus cher que le produit local et donc ne peut se vendre à part ce que les russes ne savent pas faire ,du vin ,du cognac et du champagne mais seul 1 % grand maxi de la population russe est concernée par cette consommation ,bien que du vin arrive de tous les coté maintenant et que le cognac et le champagne americains arrive et fait le forcing pour détronner ces produits français .Le rouble est volontairement faible parce que la Russie importe peu de produits manufacturés donc les pays exportateurs ne stockent pas cette devise un peu comme la Chine qui fait tout pour maintenir sa monnaie basse (voir les critiques americaines ).......
a écrit le 17/03/2018 à 18:27 :
Poutine en est resté sous l’ère stalinienne avec les conséquences que connait... Or aujourd'hui, il faut changer de registre et créer de la richesse pour son pays et développer son agriculture et son industrie. Il doit changer de vision et ne pas voir les autres pays comme des ennemis mais comme des partenaires à part entière. C'est la clé du succès et permettre au peuple russe de vivre mieux.
On ne se défait pas facilement des vieux démons ....
a écrit le 17/03/2018 à 18:09 :
Ils sont incroyables ces russes.

Disons que ce renvoi de diplomates par la GB n'est qu'une des conséquences de l'activisme russe sur le terrain occidental: intervention dans les élections locales en France, aux USA, en GB, guerre civile en Ukraine, annexion de la Crimée, survols non autorisés de l'espace aérien de la France, la GB, la Belgique, l'Espagne par des aéronefs militaires, survol "agressif" de navires de guerre américains en mer baltique... et tout ce qui est resté dans les limbes de la confidentialité en ce qui concerne la cybercriminalité.

Disons que pour une puissance économique moyenne et diplomatiquement sur le déclin, ils sont quand même très agressifs.

Manifestement Poutine n'a rien compris à ce qu'il a vécu au moment de la chute de l'URSS et il a replongé la russie dans les vieux travers bolcheviques: le culte de la personnalité, une nomenklatura corrompue et toute puissante, un sur-armement militaire ruineux, un nationalisme contre-productif et l'art de s’accoquiner avec tout ce que la planète produit de despotes illuminées, de monarchies islamistes, de régimes à la dérive.

On prendra donc acte du renvoi de quelques diplomates GB mais les occidentaux continueront à taper sur les finances.... j'usqu'à la seconde chute de l'empire russe.

Si poutine continue comme cela, les jeux de Moscou se feront sans l'Europe et la moitié de la planète.
Réponse de le 17/03/2018 à 19:15 :
Un bon résumé de ce que l'on entend et lit dans les principaux médias,merci. Le troupeau suit le même conditionnement que pour les JO de Sotchi .
Réponse de le 17/03/2018 à 19:52 :
@MDR - c'est votre commentaire qui me fait mourir de rire !
Il n'y a jamais eu de survol des espaces aériens que vous citez, les russes sont toujours restés dans l'espace international.
"survol agressif de navires de guerre américains en mer baltique". Il est vrai que les américains ne risquent pas de survoler des navires de guerre russes dans les Caraïbes...
Quant à la cybercriminalité, il faut juste vite oublier les agissements de la NSA. Allez, continuez à lire le Monde !
Réponse de le 17/03/2018 à 21:33 :
Poutine a quasiment le monde entier avec lui soit 80 % de la population à l' exception des affidés de l' Otan rebaptisés ..communauté internationale et pendant que vous écrivez, il se gausse ...!
Réponse de le 17/03/2018 à 21:48 :
Impressionnant !!
Vous avez réussi a condenser en quelques lignes la quasi-totalité des clichés et de la propagande occidentale a l'égard de la Russie ...
-L'interventionnisme Russe dans les élections est -pour le moment- en cours d'investigation. S'il venait a étre avéré il ne serai de toute facons que fraction congrue de ce que l'occident -US en tête- pratique dans bien d'autre pays ...
-L'OSCE cherche encore les blindés Russes en Ukraine
-La république autonome de Crimée a choisi son rattachement (et la vaste majorité de la population qui l'habite en est fort satisfaite).
-Si un seul appareil Russe s'était permis une ballade dans notre espace aérien nous en aurions très surement entendu parler ors ce n'as pas été le cas .
-Lorsque le destroyers USS Cook se balade a proximité de la Crimée dans des eaux qui ne sont pas les siennes la Russie lui fait comprendre qu'il se place en situation périlleuse, idem lorsqu'il rebelote au large de l'enclave de Kaliningrad, vous noterez tout de méme que les photos faites a l'occasion par les marins de l'USN ne montrent que des appareils sans armement.
-
Pour ce qui est des alliances douteuses avec les monarchies arabes, vous avez certainement du inverser les rôles avec l'occident et ce que l'on nomme la 'collaboition' qui, au service des Saouds frappe au Yémen de façon plutôt brutale une rébellion qui n’intéresse que très peu nos médias et a eu un rôle pour le moins trouble en Syrie.
-
Réponse de le 17/03/2018 à 23:29 :
"Si un seul appareil Russe s'était permis une ballade dans notre espace aérien nous en aurions très surement entendu parler"....

Justement, il faut lire autre chose que spoutnik ou RT.

http://www.opex360.com/2015/02/09/m-le-drian-evoque-la-presence-intempestive-de-bombardiers-russes-pres-des-cotes-francaises/

https://www.ouest-france.fr/europe/russie/survol-dun-navire-us-les-pilotes-russes-ont-respecte-les-regles-4162861
Réponse de le 18/03/2018 à 0:37 :
Complément d'info :
--
04-10-2016 : Des bombardiers Russes dans le ciel Breton ! http://www.lepoint.fr/monde/des-bombardiers-russes-dans-le-ciel-breton-04-10-2016-2073505_24.php « Le 22 septembre, des avions stratégiques ont survolé la Bretagne et le Pays basque. »
La propagande à l’état brut, les deux avions sont passés a plus de 100 km des côtes, très largement hors de l’espace aérien Français : http://www.defens-aero.com/2016/09/quatre-rafale-de-l-armee-de-l-air-interceptent-deux-bombardiers-russes-tu-160-blackjack.html
Donc NON, les avions Russes ne se sont pas "permis une ballade dans notre espace aérien" et OUI ceci n'est qu'un fake de plus destiné a faire monter le sentiment Russophobe au seins de la population.
--
Votre autre lien (concernant le Cook) est conforme a l'idée que je me fait de ces 'incidents' mis a part l'évidente exagération des intervenants .
Par exemple l'article parle de survols a 9 (neuf !!) métres du Cook ... Les films et photos de ces survols sont dispo sur la toile :
-
https://www.youtube.com/watch?v=okD1D8Z-d68
-
Je connais bien le Sukhoi Su-24 Fencer, c'est un gros appareil -il fait prés de 25m de long-, visionnez le film et vous pourrez constater qu'affirmer qu'il a survolé le Cook a une distance de 9m est factuellement faux.
Réponse de le 18/03/2018 à 8:51 :
@mdr
Vous n'avez pas complètement tord. Mais que font des navires américains en mer baltique?
Réponse de le 18/03/2018 à 9:37 :
En Baltique, les américains assurent la sécurité de nos alliés communs, Estoniens, Lituaniens, Lettons et Polonais, pour ne citer que les plus inquiets et les plus menacés par la résurgence de l'impérialisme russe.
a écrit le 17/03/2018 à 15:23 :
Alors qu’Emmanuel Macron, balayant la position prudente du Quai d’Orsay adopté pendant quelques jours, a décidé follement d’apporter le soutien de la France sans le moindre début de preuve à la version britannique de la tentative d’empoisonnement alléguée de l’agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, le lanceur d’alerte britannique Craig Murray, ancien ambassadeur du Royaume-Uni en Ouzbékistan, vient de publier une analyse stupéfiante et très sourcée.
Selon cette analyse, l’existence même des agents chimiques de type « Novitchoks » est mise en doute par les meilleurs experts de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) et il est scientifiquement impossible que le gouvernement britannique ait pu avoir la preuve que l’agent chimique, qui aurait été utilisé contre l’agent double russe, soit de fabrication russe.

our résumer:

1) [Le labotatoire britannique de] Porton Down a reconnu dans ses publications qu’il n’avait jamais vu de « Novitchoks » russes. Le gouvernement britannique n’a absolument aucune information sur les « empreintes digitales » telles que les impuretés qui peuvent attribuer cette substance en toute sécurité à la Russie.

2) Jusqu’à présent, ni Porton Down ni les experts mondiaux de l’Organisation pour la prévention des armes chimiques (OIAC) n’étaient convaincus de l’existence même des « Novitchoks ».

3) Le Royaume-Uni refuse de fournir un échantillon à l’OIAC.

4) Les « Novitchoks » ont été spécifiquement conçus pour pouvoir être fabriqués à partir d’ingrédients communs dans n’importe quel laboratoire scientifique. Les Américains ont démantelé et étudié l’installation qui les avait censément développés. Il est complètement faux de dire que seuls les Russes peuvent en produire, pour autant que quiconque le puisse.

5) Le programme « Novitchok » était basé en Ouzbékistan et non en Russie. . Ce qu’il en reste a été légué aux Américains durant leur alliance avec [ le président ] Karimov, et non aux Russes.
CQFD.
upr.fr
a écrit le 17/03/2018 à 14:46 :
C'est quoi ce feuilleton propagandiste? Comme s'il n'y avait pas de chose plus importante que des scénarios pour occuper l'espace médiatique, pendant que l'on nous enfume par ailleurs!! Et surtout, qu'il y a des moyens plus simples et moins onéreux pour supprimer des individues sans laisser de signature!
a écrit le 17/03/2018 à 14:38 :
Les Russes ne sont pas les ennemis de la France et avec nos bêtises nous les poussons dans les bras des Chinois alors qu’ils sont pro-européens. Les problèmes de la Russie sont à l’échelle de ce pays « continent » en outre les sanctions se retournent contre nous. Je préfère le dialogue et la diplomatie aux coups de mentons. Bref, il me semble que nous avons oublié « Stalingrad ».
PS : petite vidéo et pardon pour la pub.
http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/la-parole-aux-auteurs-helena-perroud-et-vladimir-fedorovski-0702-1033255.html
Réponse de le 17/03/2018 à 16:43 :
Grossière erreur :
les russes sont soit des slaves soit des orientaux ; et donc anti europe à donf
Réponse de le 17/03/2018 à 21:52 :
@Leon : Ou avez vous lu que les Slaves étaient "anti-Europe a donf" ?
a écrit le 17/03/2018 à 14:35 :
Les thuriferaires de poutine, l'ancien du kgb sont des ignorants des habitudes de ce pays qu' on appelle aujourd'hui Russie.
Le peuple russe a toujours ete pietine par ses dirigeants.
Sa violence est partie intrinseque de ce pays.
Poutine en est l'acteur principal, pour le moment.
La roue tournera.
Réponse de le 17/03/2018 à 19:30 :
@ matins calmes
Avant de valider, je vous conseille de regarder demain dimanche ,sur France 5, le reportage d’Anne Niva, intitulé «Un continent derrière Poutine ». Cette reporter a enquêté pendant 4 mois sur le territoire russe ".
Un extrait ici : https://youtu.be/Y-AzxG35dvY
Pour info je ne suis ni russophile ni russophobe, j'observe !
a écrit le 17/03/2018 à 13:27 :
Un vrai boss . Macron à encore quelques progrès à faire mais c'est déjà tellement mieux qu'avec ses prédécesseurs !
a écrit le 17/03/2018 à 13:26 :
23 à 23 : match nul .
a écrit le 17/03/2018 à 12:01 :
Poutine est l’homme d'état le plus puissant du monde de part sa fortune personnelle, alors certes son pays est une petite puissance économique comparée aux états unis il n'y a pas photo mais son pouvoir politique est immense lui laissant une énorme marge de manoeuvre sur la scène diplomatique et du coup cette ultra puissance politique, cette grande liberté de gouverner fait qu'il est difficile d'anticiper ses actes et ses pensées pouvant les adapter aux phénomènes variables.

Voilà comment une puissance moyenne peut devenir une réelle menace, étant donné que selon la théorie de la puissance, en effet il faut s'inquiéter de la volonté de Poutine qui a tout, fortune immense personnelle et la totalité des pouvoirs politiques.

Trump tombe vraiment au bon moment pour essayer de le contrer, si cela avait été la neuneu Clinton on serait peut-être déjà en guerre, du moins Poutine aurait déjà envahi un pays.

Contrairement aux couinements des médias de masse, trump n'est vraiment pas là par hasard, les enjeux sont colossaux, il fallait un vrai dirigeant et non une marionnette des marchés financiers de plus, stérile, improductive car corrompue aux yeux de tous.
Réponse de le 17/03/2018 à 14:40 :
Avez- vous mis les pieds en Russie ?
Une fois au moins ?
Poutine ne pese rien. Rien..
A part sa fortune evaluee a 200 milliards de dollars. Volee a son peuple.
Cocasse un Russe billionaire en monnaie americaine, non?
Réponse de le 17/03/2018 à 15:11 :
Ca ne va pas améliorer le lamentable PIB de la Russie.
---
« sa fortune » au détriment du peuple russe ?
« l’homme d'état le plus puissant du monde » avec un super bilan !
---
Baril Brent
Après des sommets atteints en janvier (70$), c’est depuis l’orientation bérézina.
https://www.boursier.com/matieres-premieres/graphiques/brent-XC0009677409,GB.html
Heureusement que les tensions Arabie Saoudite-Iran et le bordel en Syrie font monter le tarif des hydrocarbures. On peut y ajouter Yémen, Libye, Soudan, Nigeria, etc.
Donc l’alliance Russie-Iran en Syrie rapporte à Poutine, mais le baril est très surévalué.
---
Le PIB russe se situe maintenant derrière ceux du Brésil, de la Corée du Sud, du Canada, de l’Italie, et évidement de l’Inde.
Le Mexique, l’Australie, l’Indonésie, les Pays-Bas et la Turquie, vont dépasser la Russie, voir même l’Espagne, l’Arabie Saoudite, et plus tard l’Argentine, Taiwan ou encore la Suède.
Dans une ou deux décennies, la Russie pourrait bien être éjectée du Top-20 des nations les plus riches si elle ne se ressaisit pas !
2 décennies au pouvoir avec comme résultat une lamentable gabegie économique et sociale pour votre champion.
Mais les ventes d’armes, de gaz, de pétrole, de minerais et l'invasion de l'Ukraine créent l’illusion.
Pendant ce temps, c’est le peuple russe qui galère et trime !
Mais pas l’oligarchie du Dallas russe.
Réponse de le 17/03/2018 à 18:54 :
"Poutine ne pese rien. Rien.."

BEn oui c'est d'ailleurs bien pour cela qu'il est au pouvoir depuis 20 ans.

Vous racontez n'importe quoi, je vous signale.

Je suis d'accord avec vous sa fortune il l'a fait sur le dos de son peuple mais il semble bénéficier d'un peuple particulièrement soumis et obéissant prêt à se sacrifier pour la grandeur de son leader, c'est tout cela qui me chiffonne.

Par ailleurs je viens de lire qu'il va se présenter sans programme économique, c'est quand même caractéristique d'un gars qui est très sûr de lui, il faudrait espérer qu'il soit un peu contesté dans les votes mais j'en doute.

Il a les mains libres.

https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KCN1GT0IF/vladimir-poutine-devant-les-electeurs-sans-programme-economique.html
Réponse de le 17/03/2018 à 22:47 :
21-02-2015 : Fortune de Poutine, un mythe basé sur les dires de détracteurs d’opposants qui n’est fondé sur aucune preuve construite.
http://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/le-mythe-de-la-fortune-de-vladimir-poutine-864930.html
Réponse de le 18/03/2018 à 9:14 :
"fondé sur aucune preuve construite"

Si une preuve est construite ce n'est pas une preuve c'est une fausse preuve.

BIen entendu j'ai signalé votre commentaire hein, quel temps fait il à moscou svp ?
Réponse de le 18/03/2018 à 12:58 :
@Citoyen blasé
Il est sur de lui, certain d'avoir planté l’économie de la fédération.
PIB de la Russie en $ :
2013 : 2230 Md
2014 : 2060
2015 : 1360
2016 : 1270 Md, un PIB presque divisé par 2 en 3 années
Un super champion, N°1 mondial !
PIB prévu : +2% en 2017.
Malgré la remontée des hydrocarbures et des minerais, la montée en puissance de l’agroalimentaire, les livraisons d’armes très rythmées, les investissements étrangers, les sommes débloquées pour quelques grands projets et la reprise des ventes autos (+12%), la croissance aura difficilement dépassé 1,5%.
L’effet pervers, la remontée du rouble facilite maintenant les importations mais pose problème aux exportations.
Et les russes dont le pouvoir d’achat augmente vont accélérer les importations.
Les investissements sont présents, mais faibles, alors que les financements étrangers seraient bien utiles, notamment dans le pétrole, mais restent coincés pas les sanctions.
Les années précédentes (2014-15-16) le nombre de pauvres sous le seuil a gonflé de plusieurs millions d’individus.
Taux à 13,4% en 2012 contre 10,7% en 2016.
Pour ceux qui ont eu la chance de conserver leurs jobs, le salaire moyen (des actifs) a au moins régressé de 25%, voir plus.
Les retraites restent un problème avec une démographie à la baisse et population vieillissante.
Le transport a vu ses taxes grimper en flèche.
Les ventes d’automobiles ont été divisées par 2.
Explosion des prix, l’inflation est encore bien au dessus du rythme de la croissance.
Inflation à 15,5% en 2015 ; 7,0% en 2016 ; 3,8% en 2017.
Et les aventures guerrières russes coutent beaucoup au pays, en roubles, en hommes et au moral.
L’excédent commercial, lié aux exportations d’hydrocarbures, soit plus de 55 % du total des exportations, sauvent la misère. Mais pour combien de temps, si la Russie ne se réforme pas et reste contraintes par les sanctions ?
Et les fortunes russes, lucides, investissent hors Russie, dans l’immobilier et les produits financiers.
Infrastructures HS hors centres SPB et Moscou.
Climat des affaires scabreux, un panier de crabes.
L’expression culturelle est aux ordres.
Peu de perspectives entrepreneuriales pour les jeunes.
Ce ne sont pas l’agriculture et l’élevage qui vont sauver la Russie. Les produits transformés consommés par les riches russes et la classe moyenne sont occidentaux.
Trop grande dépendance aux cours des hydrocarbures et minerais.
Dépendance aux hautes technologies, machines et outils du monde occidental.
A part la CEI (bancale sans l’Ukraine), pas vraiment de coopérations internationales.
Les ventes d’armes, de gaz et de minerais et produits dérivés ne font pas une économie viable.
L’accélération dans les renouvelables sera supérieure à l’accélération de la demande mondiale d’énergie, tandis que les majors baissent leurs prix de revient.
Le gaz et le pétrole continueront à profiter aux producteurs pour leurs propres consommations.
Mais pour en tirer des marges suffisantes à l’exportation, ca risque d’être violent pour ceux qui n’auront pas réalisé les réformes et investissements nécessaires.
Réponse de le 19/03/2018 à 9:01 :
@ alain d

Je sais bien que l'économie de la Russie est fragile mais la population est derrière son leader ce qui lui laisse toute marge de manœuvre contrairement à trump qui lui est bridé par le congrès par exemple, entre nombreux autres verrous démocratiques américains qui en possède plus que nous autres européens d'ailleurs.

Il ne peut pas se lancer dans un gros conflit face aux états unis, il se ferait broyer, par contre il peut jouer la faiblesse des institutions et diplomaties européennes pour grappiller ça et là quelques territoires comme il est en train de faire poussant toujours un peu plus loin ses pions.

Notre europe est tellement faible que l'on comprends que des politiciens aussi puissants lorgnent dessus.
a écrit le 17/03/2018 à 11:59 :
Y m'a filé une beigne j'y ai filé une torgnole, y m'a filé une chataigne j'y ai filé mes grolles 🎵🎶😎
Réponse de le 17/03/2018 à 12:22 :
Poutine a sans doute raison !!!
Je vis en Tunisie et vous demander aux tunisiens:
Vous regrettez ben Ali
Réponse oui avant on avais trois voleurs et on vivais bien maintenant on en a 30000 et on vis mal
Les lybiens pareil !!!
La démocratie est de temps en temps le début du chaos ! Y a qu a voir la SNCF


La Russie a besoin d un homme comme Poutine !
Nous on avais mou du genou et raz du scooter
5 ans de décrépitude !
Réponse de le 17/03/2018 à 19:41 :
🎵👏👏👏😂
a écrit le 17/03/2018 à 11:54 :
Dans le monde des espions, un traite sait ce qu'il l'attend. Pourquoi les britanniques n'ont ils pas ete capable de protéger leur agent double. James Bond faisait mieux. Les britanniques sont enragés de s'etre fait avoir aussi facilement. Le KGB et son successeur sont toujours aussi puissants.Mais la CIA fait de meme en Ukraine ou en Georgie sans leurs pleurs de Mme May

Vite un bon James Bond sur le theme
a écrit le 17/03/2018 à 11:49 :
J' accompagne avec cette analyse de l' Upr que ce sont toutes les composantes du camp euro-atlantiste – États-Unis, Union européenne et OTAN en tête – qui ont soutenu immédiatement la version britannique de cette affaire alors que tous les autres pays du monde demeurent infiniment plus prudents. Au lieu de s’engouffrer tête baissée dans la version britannique des faits, la France aurait dû rejoindre au Conseil de sécurité de l’ONU la position prudente et responsable exprimée par la Chine, l’Éthiopie, et la Bolivie.

Il ne reste ensuite qu' à lancer simultanément de grandes campagnes médiatiques contre la Russie et le tour est joué .
Fort heureusement nous avons affaire en face à Poutine, un chef d' état d' une exceptionnelle retenue..
Mais le coup d el' expulsion des diplomates anglais se veut la réponse nécessaire du berger à la bergère ..
Réponse de le 17/03/2018 à 12:28 :
Je suis d'accord avec vous, si les faits sont avérés, c'est inadmissible mais au niveau des preuves, c'est un peu léger quand même.
Les USA bénéficient toujours du prestige du libérateur suite à la seconde guerre mondiale et même si les USA ont fait un sacrifice qu'on ne peut nier, on oublie trop souvent que lors du débarquement allié, l'armée rouge avait déjà détruit le potentiel offensif de l'armée allemande après la bataille de Koursk.
Concrètement c'est bien l'union soviétique qui a vaincu l'Allemagne bien plus que les USA. Bref les médias occidentaux souffrent d'un biais anti-russe, ou pro-américain.
Réponse de le 17/03/2018 à 19:47 :
@johnmckagan
Comparaison difficile, voir impossible ! Les allemands sont déjà en URSS en 41 et progressent. Alors que les Etats-Unis n'étaient pas mis directement en danger par l'Allemagne, et ne possédaient qu'une armée peu puissante en 1940, au contraire de l'URSS. Donc la comparaison n'est pas honnête !
Ne pas oublier le baiser Reich-URSS pour faire la peau à la Pologne en 1940. L'URSS en avait aussi profité pour annexer les pays baltes.
L'URSS a fini par taper sur l'Allemagne après l’agression Barbarossa en 41.
Staline et Hitler, deux dictateurs-empereurs sanguinaires et interchangeables, avec les mêmes ambitions, donc non compatibles, et bien heureusement pour le reste de l'Europe !
Ces deux tarés se sont annihilés, Alliés, ils auraient cramé toute la planète !
En 1940 les Etats-Unis n'étaient pas capables intervenir sur un autre continent pour contrer la puissance Allemande.
Et qui sait ce qu'aurait fait Staline du reste de l'Europe si les américains n'avaient pas débarqué leur novaïa puissance en Europe.
Par certain que ce dictateur se soit arrêté à Berlin.
Mais les mémoires pour les russes et les américains qui sont tombés durant ses combats méritent un respect sans distinction !
Ils n'étaient que des pions dans ce jeu de massacre !
Petit rappel, les russes ne sont entrés officiellement en guerre contre le Japon qu'à la fin de l'été 45.
Et vous pouvez toujours tenter de refaire l'histoire.......
Réponse de le 18/03/2018 à 9:40 :
@Alain d
Je ne compare pas les USA avec l'URSS, simplement il est communément admis que 4/5 des forces allemandes se battaient sur le front est.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :