Le Japon ne considère plus la Corée du Sud comme un partenaire de confiance

 |   |  916  mots
Manifestation devant l’ambassade du Japon à Séoul.
Manifestation devant l’ambassade du Japon à Séoul. (Crédits : Reuters)
Le Japon a décidé vendredi de durcir encore ses restrictions commerciales envers la Corée du Sud en la retirant de sa liste des Etats exemptés de procédures pour l'acquisition de plusieurs centaines de produits japonais, a annoncé le gouvernement nippon. Bien que largement anticipée depuis des semaines, cette mesure, perçue comme une sanction par Séoul, n'est pas de bon augure pour les relations politico-économiques entre les deux pays.

Le Japon fait du "trumpisme" sur la Corée du Sud. L'exclusion de la Corée du Sud de la "liste blanche" des pays bénéficiant d'un traitement particulier a été approuvée en conseil des ministres, a précisé à la presse le ministre de l'Industrie et du Commerce, Hiroshige Seko, une mesure perçue comme une sanction par Séoul et qui risque d'aggraver les tensions bilatérales. Cette disposition prendra effet le 28 août, a détaillé M. Seko.

Tokyo assène ainsi un nouveau coup à Séoul avec qui existent divers différends historiques qui empoisonnent leurs relations depuis des lustres.

"Il s'agit d'une révision de la liste nécessaire pour une gestion appropriée du contrôle de nos exportations pour la sécurité nationale", a justifié le ministre, niant à nouveau qu'il s'agisse d'une sanction.

Et d'assurer: "Ce n'est pas un embargo sur les exportations. Cela n'affectera pas la chaîne d'approvisionnement et n'aura pas d'impact négatif sur les entreprises japonaises".

Le gouvernement nippon explique en effet que nombre d'entreprises japonaises disposent déjà d'une autorisation pour exporter vers des pays n'appartenant pas à cette liste blanche et que ce sésame sera utilisable pour la Corée du Sud.

Une mesure japonaise "irresponsable" pour le président sud-coréen

Le président sud-coréen Moon Jae-in a condamné vendredi la décision "irresponsable" de Tokyo de rayer Séoul d'une liste d'Etats bénéficiant d'un traitement de faveur en matière de relations commerciales, et menacé le Japon de représailles.

"Cette action égoïste infligera des dégâts énormes à l'économie mondiale en perturbant la chaîne mondiale des approvisionnements", a dit M. Moon dans des propos retransmis en direct à la télévision à l'occasion d'une réunion de son gouvernement.

"Le Japon doit revenir dès que possible sur ses mesures unilatérales et injustes et dialoguer", a-t-il poursuivi.

"Le gouvernement japonais porte l'entière responsabilité de ce qui se produira ensuite", a-t-il averti.

M. Moon a précisé que Séoul allait "graduellement durcir" sa réponse.

"Le Japon est une puissance économique, mais nous avons des contre-mesures pour le cas où il nuirait à nos économies", a-t-il poursuivi en menaçant d'infliger des "dégâts majeurs".

Des plaies béantes de l'époque coloniale nippone

Le Japon et la Corée du Sud sont deux très proches alliés des Etats-Unis face à la menace que pose la Corée du Nord dotée de l'arme nucléaire, et face à une Chine qui affirme de plus en plus fortement ses ambitions mondiales. Mais la relation entre Tokyo et Séoul est depuis des décennies plombée par les différends historiques hérités de l'époque où la péninsule était une colonie nippone (1910-1945).

Avocat issu du centre-gauche, le président Moon invoque souvent la lutte pour l'indépendance coréenne et les souffrances de l'époque coloniale comme étant au coeur de l'identité des deux Corées. Il s'en prend également à la droite sud-coréenne qu'il assimile parfois aux héritiers des collaborateurs de l'occupant japonais.

Cette question est profondément politique pour M. Moon qui, ayant joué un rôle clé dans la détente avec la Corée du Nord, se voit parfois accusé par les conservateurs sud-coréens d'être un sympathisant de Pyongyang.

Cette année est celle du centenaire des manifestations de masse contre la colonisation japonaise et de nombreux bâtiments de Séoul sont ornés d'images géantes en hommage aux héros de la résistance.

Pour enfoncer le clou, le président a d'ailleurs fait vendredi plusieurs fois référence au passé tourmenté des deux voisins.

"Contraindre une nation à la soumission est un vestige du passé", a-t-il dit. "Nous serons peut-être face à des difficultés à court terme. Mais si nous plions devant les défis, l'histoire se répétera."

"Si le Japon veut à nouveau infliger des blessures, il doit réaliser que les règles internationales ne lui permettront pas de le faire."

______

VOIR AUSSI L'étonnant bastion nord-coréen au coeur du Japon

C'est un minuscule îlot nord-coréen au cœur de l'un des pays les plus capitalistes au monde : environ 30 000 Coréens du Japon soutiennent corps et âme la Corée du Nord.

Cette communauté vit en vase clos, tant par choix que par obligation : nés et résidant dans l'archipel depuis deux ou trois générations, ce sont des citoyens de seconde zone qui n'ont ni la nationalité japonaise, ni le droit de vote. Ils ne peuvent pas devenir fonctionnaires. Face à un Japon qui les rejette, ils se serrent les coudes autour d'une organisation qui défend leurs droits, la Chongryon. Aujourd'hui encore, ces « Zainichis » (littéralement, « ceux qui sont restés au Japon ») ne jurent que par la RPDC, la République Populaire Démocratique de Corée. Leurs enfants effectuent toute leur scolarité dans des écoles coréennes financées en partie par Pyongyang et s'y rendent lors de voyages scolaires. Beaucoup ont un passeport nord-coréen et tous considèrent Kim Jong-un comme un héros.

Un soutien indéfectible qui, à chaque essai nucléaire, crispe l'opinion publique japonaise. D'autant que la Chongryon est accusée par le gouvernement japonais d'avoir participé au financement du programme nucléaire et balistique nord-coréen. Découverte de ce surprenant vestige de la guerre froide à Tokyo et à Osaka.

(source ARTE)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/08/2019 à 16:06 :
L’élection de M.Trump a mis en oeuvre une nouvelle ère avec de nouveaux partenariats et groupements et de nouveaux stratégies géopolitiques et sociales et de migrations.
Espérons que la tolérance et le bon sens humain seront au dessus
du Chaos de «  l’égo » et de la «  destruction »
Réponse de le 02/08/2019 à 22:23 :
On peu rever...
a écrit le 02/08/2019 à 14:04 :
En parlant de la Corée du sud.

Boram n'a que six ans et elle vaut déjà plusieurs millions d'euros. En Corée du sud, l'enfant est une véritable star sur Youtube. Elle possède deux chaînes, Boram Tube Vlog depuis 2012 et Boram Tube ToysReview. Des chaînes qui font que l'enfant est suivie, au quotidien, par un total de 32 millions d'abonnés qui la voient aller au parc, jouer à des jeux vidéo, tester différents jouets. Ce juteux business a surtout permis à ses parents, qui gèrent ses deux chaînes Youtube, de s'offrir une propriété de plus de sept millions d'euros, rapporte RTL.
Réponse de le 02/08/2019 à 18:48 :
C'est la fille de Borat ?
a écrit le 02/08/2019 à 9:31 :
Le Japon a toujours regardé les Coréens avec condescendance et n'a jamais supporté la réussite économique de la Corée du Sud. Le Japon nous fait donc ce qu'il sait faire de mieux , du nationalisme rance sauf évidemment quand il s'agit de se mettre à genoux devant les usa.
a écrit le 02/08/2019 à 8:55 :
Étrange tension économique tout de même, une alliance qui dure depuis longtemps réduite en miettes selon visiblement des impressions, marque l'enracinement de cette crise mondiale que cette bagarre ne va pas arranger.

Maintenant puisque les exportations doivent être freinées afin de sauver ce qu'il reste de la nature, que cela se fasse d'une manière ou d'une autre cela doit quand même se faire même si on préfèrerait une prise de conscience de la classe dirigeante mondiale exposant qu'ils se soucient un tout petit peu de nous au moins.

Mais non, ils s'en tapent toujours donc autant prendre ce qu'il y a à prendre...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :