Le livre explosif de Bolton accuse Trump d'avoir cherché l'aide de la Chine pour sa réélection

 |   |  895  mots
Les conversations de Trump avec Xi reflètent non seulement les incohérences de sa politique commerciale mais aussi l'interconnexion dans l'esprit de Trump entre ses propres intérêts politiques et l'intérêt national américain, souligne dans son livre de révélations John Bolton, son ex-conseiller à la sécurité nationale d'avril 2018 à septembre 2019.
"Les conversations de Trump avec Xi reflètent non seulement les incohérences de sa politique commerciale mais aussi l'interconnexion dans l'esprit de Trump entre ses propres intérêts politiques et l'intérêt national américain", souligne dans son livre de révélations John Bolton, son ex-conseiller à la sécurité nationale d'avril 2018 à septembre 2019. (Crédits : Kevin Lamarque)
"Il ne raconte que des conneries" écrit Mike Pompeo sur un petit mot qu'il fait passer à John Bolton lors du sommet historique entre Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un en 2018. Cette anecdote fait partie de celles que raconte cet ex-conseiller de Trump à la sécurité nationale (avril 2018 à septembre 2019), pour expliquer combien les responsables de l'administration Trump oscillaient entre profonde inquiétude et franches moqueries. Mais le vrai sujet de cet ouvrage, ce sont les échanges entre Donald Trump et des dirigeants étrangers qui prouvent que le président américain mélange régulièrement "ses propres intérêts (...) avec l'intérêt national".

L'ex-conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, John Bolton, accuse le président américain d'avoir cherché l'aide de la Chine pour gagner sa réélection en novembre, selon des extraits explosifs d'un livre à paraître qui provoquent l'indignation des démocrates.

Alarmés mais aussi parfois moqueurs devant sa façon de gérer les relations internationales, plusieurs poids lourds du gouvernement Trump, dont son chef de la diplomatie Mike Pompeo ou John Bolton lui-même, ont envisagé de démissionner, d'après le Washington Post.

Figure de la politique américaine, l'ex-conseiller décrit des échanges entre Donald Trump et des dirigeants étrangers d'autant plus embarrassants qu'ils font écho à l'affaire ukrainienne, laquelle avait valu au président américain une procédure infamante de destitution.

"Trump a vendu les Américains pour protéger son avenir politique"

Les démocrates l'avaient alors accusé d'avoir demandé une faveur à Kiev pour son intérêt personnel: enquêter sur celui qui est désormais son rival pour la présidentielle du 3 novembre, Joe Biden. Pour celui-ci, le livre de John Bolton révèle que "le président Trump (a) vendu les Américains pour protéger son avenir politique".

"Si ces propos sont avérés, cela est non seulement répugnant moralement mais c'est aussi une violation du devoir sacré de Donald Trump envers les Américains", a accusé, dans un communiqué, l'ancien vice-président américain Joe Biden.

Le livre catapulté au sommet des ventes sur Amazon

Les fuites dans la presse mercredi surviennent au lendemain de l'annonce d'une action en justice de l'administration Trump pour tenter de bloquer la parution de cet ouvrage ("The Room Where It Happened, A White House Memoir"), catapulté au sommet des ventes sur le site Amazon. L'administration Trump a insisté mercredi en engageant une nouvelle action en urgence avant la parution, prévue le 23 juin. "Il a enfreint la loi", en diffusant des informations "très confidentielles", a estimé le président américain auprès de la chaîne Fox News, en moquant le passé de son ancien conseiller volontiers va-t-en-guerre, et son soutien passé à la guerre américaine en Irak.

Dans l'un de ses passages les plus explosifs, M. Bolton y raconte qu'en marge d'un sommet du G20 à Osaka, Donald Trump avait "détourné" la conversation avec le président chinois Xi Jinping "vers la prochaine élection présidentielle" en plaidant auprès de Xi "pour qu'il fasse en sorte qu'il l'emporte", selon les extraits publiés simultanément par le Wall Street Journal, le New York Times et le Washington Post.

Lors de cette rencontre en juin 2019, le président américain "a souligné l'importance des agriculteurs et de l'augmentation des achats chinois de soja et de blé sur le résultat de l'élection", écrit dans ses mémoires ce faucon républicain.

Le président mélangerait "ses propres intérêts (...) et l'intérêt national"

"Les conversations de Trump avec Xi reflètent non seulement les incohérences de sa politique commerciale mais aussi l'interconnexion dans l'esprit de Trump entre ses propres intérêts politiques et l'intérêt national américain", souligne John Bolton, 71 ans, conseiller à la sécurité nationale d'avril 2018 à septembre 2019.

Cette conversation de Donald Trump et "d'innombrables autres" ont "confirmé un comportement fondamentalement inacceptable qui érode la légitimité même de la présidence", accuse-t-il.

"Pourquoi a-t-il à plusieurs reprises loué le gouvernement chinois et le président Xi alors même que le coronavirus se propageait? Parce qu'il voulait pouvoir parler d'un accord commercial avec la Chine pendant sa campagne de réélection", s'est indigné Joe Biden.

L'affaire ukrainienne et la procédure en destitution

John Bolton évoque aussi la procédure de destitution lancée au Congrès américain par les démocrates contre Donald Trump fin 2019: S'ils "n'avaient pas été à ce point obsédés" par l'affaire ukrainienne et avaient pris en compte plus largement sa politique étrangère, l'issue "aurait pu être bien différente".

Il avait pourtant refusé de témoigner à la Chambre des représentants, à majorité démocrate. Mais de premiers extraits de ses mémoires avaient fait irruption avec fracas dans le procès en destitution en janvier.

Le président américain avait été acquitté par le Sénat, à majorité républicaine.

Trump d'accord avec Xi sur les camps de concentration pour Ouïghours

Alors que d'influents sénateurs républicains dénoncent sans relâche la Chine, John Bolton écrit que, toujours à Osaka en 2019: "uniquement en présence des interprètes, Xi avait expliqué à Trump pourquoi, en gros, il construisait des camps de concentration dans le Xinjiang. Selon notre interprète, Trump a dit que Xi devait continuer à construire ces camps, dont Trump pensait que c'était exactement la bonne chose à faire".

Selon le Washington Post, John Bolton s'était inquiété, auprès du ministre de la Justice Bill Barr, "de la volonté de Trump de rendre des services à des autocrates, dont le" président turc Recep Tayyip Erdogan.

"Il ne raconte que des conneries."

Les responsables de l'administration Trump oscillaient, d'après l'ex-conseiller, entre profonde inquiétude et moqueries.

Dans un mot glissé à John Bolton lors du sommet historique entre Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un en 2018, Mike Pompeo aurait ainsi écrit:

"Il ne raconte que des conneries."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2020 à 21:00 :
Le problème n'est pas Trump, mais les Américains qui votent pour lui.
Pas besoin de faire une sociologie élaborée pour savoir qui ils sont.
Les paumés et les profiteurs, nationalistes, blancs, racistes, va t'en guerre, l'Amérique que le Monde déteste. L' Amérique de Trump n'est ni un phare et ne fait pas rêver. Détestable.
a écrit le 20/06/2020 à 14:09 :
le problème des usa est trump et leur système censitaire d' élection du président :
ce ne sont pas les citoyens directement qui élisent leur président mais des" grands électeurs" facilitant les marchandages de toute nature....
La chine et La russie rigolent de ce personnage fantasque , inculte même pas bon en business (ses casinos font faillites) bref un fils à papa avec un nom qui restera une injure pour les usa
en tout cas la confiance des européens est très ébranlée et il sera difficile à son successeur de recoller les morceaux si successeur il y a
a écrit le 19/06/2020 à 15:13 :
Rien de nouveau, j'ai envie de dire... Depuis son élection pas un jour ne se passe sans une gaffe, une déclaration ordurière, un mensonge ou même pire une réflexion stupide de Donald Trump. Après on peut ne vouloir pas voir ce qu'il en est du personnage mais ça devient chaque jour de plus en plus compliqué.
a écrit le 18/06/2020 à 23:53 :
pouvoir retoquer le tout avec un revers de main, considérant que ce n'est que mensonge, calomnie et médisance.

Malheureusement, quand les témoignages de l'incompétence de Trump (voire plus) se multiplient depuis plus de trois ans, de la part de personnes qui l'ont côtoyé de suffisamment près et suffisamment longtemps pour avoir un avis éclairé, on est obligé de se rendre à l'évidence.

D'autant plus qu'on est spectateur de son comportement public, de ses communications surréalistes et de ses décisions et actes illogiques.
a écrit le 18/06/2020 à 16:50 :
Vraiment stupide!!!
a écrit le 18/06/2020 à 12:00 :
Toujours la meme rengaine. On ne mord pas la main de celui qui t'a nourri, bolton est une espece re-actualisee d'un brutus des temps modernes. Il sait l'avenir de son ex boss en incapacite d'etre reelu alors il se lache en prevision d'un eventuel poste dans la prochaine mandature.
Quand a sa niece, qui lache tout sur les moeurs familiales dont sont friandes les menageres americaines, c'est un peu du meme tonneau, on n'est jamais mieux trahi que par les siens.
Amerique decadente, tout comme l'occfident dans son ensemble.
Le siecle a venir sera l'apotheose de l'Asie.
a écrit le 18/06/2020 à 11:40 :
Comme "l'Administration" précédente c'est la recherche de la stabilité qui est primordiale. Trump ne fait que vouloir la remplacer en détruisant le dogme précédent favorable a "la rente" au dépend du reste du monde! Les cartes sont redistribués au grand soulagement de la population des autres pays!
a écrit le 18/06/2020 à 11:03 :
RIen de surprenant Trump est un businessman, pas un philantrope.
Comme tout businessman américain, ce qui compte c'est que ça rapporte et de préférence au plus vite, peu importe les moyens à utiliser.
Bref rien de nouveau sous le soleil

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :