Le prix Nobel d'économie est attribué à Richard Thaler

 |   |  502  mots
L'économiste américain est surtout connu pour avoir développer des théories sur la finance comportementale.
L'économiste américain est surtout connu pour avoir développer des théories sur la finance comportementale. (Crédits : Capture d'écran YouTube)
Le dernier prix Nobel de la saison, et non des moindres, a été décerné ce mardi par l'Académie royale des sciences de Suède. Les travaux de l'Américain sur les mécanismes psychologiques et sociaux à l'oeuvre dans les décisions des consommateurs ou des investisseurs ont été salués.

(Article publié le 9 octobre à 12h10 et mis à jour au cours de la journée)

Le spécialiste américain de la finance comportementale a raflé le célèbre prix, ce lundi 9 octobre. Lui qui enseigne à l'université de Chicago a reçu le prix Nobel pour ses travaux sur les mécanismes psychologiques et sociaux à l'oeuvre dans les décisions des consommateurs ou des investisseurs.

Richard H. Thaler a montré comment certaines caractéristiques humaines, comme les limites de la rationalité et les préférences sociales, "affectent systématiquement les décisions individuelles et les orientations des marchés", a expliqué  Göran Hansson, le secrétaire général de l'Académie royale des sciences de Suède qui décerne le prix.

De profonds impacts sur la politique économique

L'Académie a ajouté :

"Ses découvertes empiriques et ses visions théoriques ont grandement contribué à la création du nouveau champ de l'économie comportementale, qui a eu un impact profond sur de nombreux domaines de la recherche économique et de la politique économique."

Diplômé de l'université de Rochester (Etats-Unis), Richard H. Thaler a notamment théorisé le concept de "comptabilité mentale" expliquant la façon dont les individus "simplifient la prise de décision en matière financière en créant des cases séparées dans leur tête, en se concentrant sur l'impact de chaque décision individuelle plutôt que sur l'effet global", selon l'académie.

"Il a aussi montré combien l'aversion aux pertes peut expliquer pourquoi les individus accordent une plus grande valeur à une chose s'ils la possède que s'ils ne la possèdent pas", un phénomène appelé "l'aversion à la dépossession", a-t-elle poursuivi.

Joint par l'académie, M. Thaler, qui va toucher 9 millions de couronnes suédoises (944.000 euros), s'est dit "très heureux" d'être récompensé par le prix Nobel et a dit promettre d'essayer "de dépenser son prix de la façon la plus irrationnelle possible".

Les Etats-Unis raflent les Nobel

Âgé de 72 ans, issu de l'Ecole de Chicago créée par Milton Friedman et qui a donné de nombreux prix Nobel, le lauréat confirme l'écrasante domination des Américains au palmarès du "prix en sciences économiques en hommage à Alfred Nobel" décerné pour la première fois en 1969. En effet, les économistes américains ont raflé environ la moitié des prix Nobel d'économie. Entre 2000 et 2013, ils ont remporté ou partagé chaque année la prestigieuse récompense.

Certains d'entre eux sont restés célèbres, comme le théoricien du monétarisme Milton Friedman (1976) ou James Tobin (1981), chantre de la taxation des transactions financières.

Enfin, le prix Nobel d'économie est le monopole des hommes. Seule une femme, l'Américaine Elinor Ostrom en 2009, a été récompensée dans cette catégorie. Une Française, Esther Duflo, spécialiste de la lutte contre la pauvreté, était citée cette année parmi les possibles lauréats.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2017 à 9:04 :
Comme le disent bien de nombreux commentaires ce prix Nobel n'en est pas un en réalité! De plus quel est l'intérêt d'un prix purement idéologique les économistes conservateurs se récompenesent entre eux?! Entre ce "prix Nobel d'Economie" et le prix Nobel de la Paix pas sûr que le label Nobel en ressorte grandi!
a écrit le 10/10/2017 à 6:45 :
Quoi, comment !!! Ils n'ont pas donné le Nobel à Moscovivi ! Le PS dans la rue :-)
a écrit le 09/10/2017 à 20:09 :
Ce n'est pas 50 mais 70 % des lauréats qui sont américains depuis 1969, auxquels s'ajoutent 12 % de britanniques : légère domination anglo-saxonne dans la réflexion économique. Voyez où ça nous mène ...
a écrit le 09/10/2017 à 15:24 :
certains economistes reinventent la roue
a écrit le 09/10/2017 à 15:06 :
Bien que les économistes veuillent faire croire le contraire, le Nobel d'économie n'existe pas. Dans les interventions si-dessous, il faut que ce soit les lecteurs qui le disent aux journalistes.
Sans jouer les vieux barbons l'esprit journalistique se délite.
a écrit le 09/10/2017 à 13:57 :
C'est le prix de la Banque de Suède en sciences économiques, en mémoire d'Alfred Nobel.
a écrit le 09/10/2017 à 13:26 :
Tiens étonnant, ce prix très idéologisé récompense quelqu'un du sérail... Pourquoi mettre ce prix au niveau des prix Nobel? Ce "n'est que" le prix de la banque de Suède, institution qui a voulu contrer ainsi à un moment donné les idées socio-démocrates et trop centralistes de la Suède (entre autres). Ce n'est finalement qu'un prix de fondation très politique au final.
a écrit le 09/10/2017 à 12:59 :
""l'aversion à la dépossession","

Qui au final n'est que l'illustration de l'analyse Nietzschéenne sur la volonté de puissance affirmant que plus on possède et plus on est possédé puisque Thaler montre également bien que c'est seulement et uniquement du ressentiment.

Alors oui ses travaux ont servi les intérêts des milliardaires mais ils mettent également bel et bien en perspective que ces derniers ne sont motivés que par la peur.
a écrit le 09/10/2017 à 12:55 :
Étonnant ! Pourtant Marine le Pen était favorite.
a écrit le 09/10/2017 à 12:25 :
Sous la photo il y a une erreur de verb

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :