Le yuan entre officiellement dans la cour des grandes monnaies mondiales

 |   |  500  mots
A l'heure actuelle, le renminbi ne peut fluctuer face au dollar que dans une fourchette de 2% de part et d'autre d'un cours-pivot fixé quotidiennement par la banque centrale
A l'heure actuelle, le renminbi ne peut fluctuer face au dollar que dans une fourchette de 2% de part et d'autre d'un cours-pivot fixé quotidiennement par la banque centrale (Crédits : Reuters)
La devise chinoise fait désormais partie des monnaies de référence du Fonds monétaire international (FMI), en intégrant les droits de tirage spéciaux (DTS), à l'instar du dollar, de l'euro, de la livre sterling et du yen. Un pas important vers son internationalisation et sa convertibilité dans le système financier mondial.

L'entrée du yuan samedi dans le club fermé des monnaies de référence du Fonds monétaire internationale (FMI) est un "tournant historique" pour l'internationalisation de la devise, s'est réjouie la banque centrale chinoise, promettant en retour un "approfondissement" des réformes financières et de l'ouverture du pays. A partir de samedi, la devise chinoise est officiellement partie intégrante de l'unité de compte du Fonds monétaire international, les droits de tirage spéciaux (DTS), où elle rejoint les monnaies américaine et européenne mais également la livre britannique et le yen japonais.

"Les fruits des réformes et de l'ouverture de son secteur financier"

C'est "une étape historique" pour le renminbi (autre nom du yuan), qui "confirme les réussites de la Chine dans le développement économique, ainsi que les fruits des réformes et de l'ouverture de son secteur financier", a commenté la banque centrale (PBOC) dans un communiqué.

"La Chine regarde cette inclusion comme un tournant. Elle va approfondir ses réformes, élargir l'ouverture de son secteur financier, et renforcer ses contributions" pour "conforter le système financier mondial", a poursuivi la PBOC.

Depuis plusieurs années, la Chine ne ménage pas ses efforts pour faire du yuan une monnaie de réserve internationale, à la hauteur de son rang de deuxième puissance économique mondiale, sur fond d'ouverture très graduelle de son marché.

L'adoubement par l'institution de Washington est donc une victoire diplomatique pour Pékin, doublée d'une charge symbolique forte, le yuan entrant officiellement dans la cour des grandes monnaies mondiales.

Vers une diversification des réserves des banques centrales

Cela pourrait "accélérer la diversification des réserves des banques centrales et fonds souverains dans la devise chinoise", même s'ils "ne sont pas obligés de s'ajuster strictement à la composition des DTS", observe Dariusz Kowalczyk, analyste de Crédit Agricole, prévoyant un accroissement de leurs réserves en yuans de 25 à 30 milliards de dollars. La PBOC a déjà conclu des accords d'échanges de devises (swaps) avec une trentaine de banques centrales, et multiplié les quotas d'investissements en yuans accordés à des institutions étrangères, tout en encourageant les émissions d'obligations en yuans sur les places internationales.

Pas encore pleinement convertible

Cependant, contrairement aux autres monnaies parties prenantes des DTS, le yuan n'est pas pleinement convertible, et le rapatriement de capitaux investis en Chine par des étrangers reste difficile. A l'heure actuelle, le renminbi ne peut fluctuer face au dollar que dans une fourchette de 2% de part et d'autre d'un cours-pivot fixé quotidiennement par la banque centrale: or, celle-ci souffle le chaud et le froid et avait notamment décidé en août 2015 une brusque dévaluation qui avait ébranlé les marchés.

Pour les analystes, ces restrictions et l'interventionnisme invétéré des autorités chinoises -qui s'engagent par avance à maintenir la stabilité de la devise- pourraient limiter drastiquement l'appétit des institutions étrangères, soucieuses de liquidité, pour le yuan.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/10/2016 à 12:54 :
Le capitalisme libéral et le capitalisme autoritaire convergent.
a écrit le 02/10/2016 à 23:16 :
et ds 5 ans c'est le krach boursier car ils (les Chinois aussi) savent changer le vrai chiffre de l'économie...
a écrit le 02/10/2016 à 22:28 :
C'est drôle tout de même dire qu'un billet de banque est à l'effigie d' un des plus grands criminels de l'histoire pose un problème à un journal économique! Cela tend à démontrer que l'économie s'accommode de tout....mais çà on le savait déjà plus ou moins....
a écrit le 01/10/2016 à 12:25 :
C'est bien.. . mais a titre personnel avoir de la monnaie avec la figure d'un des plus grand criminel de l'histoire non merci!
a écrit le 01/10/2016 à 11:57 :
Nos amis suisses ne font pas confiance dans cette monnaie sachant qu'elle est soumise aux bons vouloirs du politburo. Pour eux ce serait aussi aberrant que de faire confiance au rouble cqfd
Réponse de le 01/10/2016 à 13:25 :
Commentaire que j'ai laissé hier sur le fig :
"Mais qui donc pourrait faire confiance dans une monnaie chinoise sachant qu'elle est soumise aux aléas du politburo ? Ce serait aussi aberrant que de faire confiance au rouble"
Vous pourriez citer vos source s !
.
a écrit le 01/10/2016 à 11:36 :
non très peu pour moi c'est une monnaie se singe comprenne qui le pourra moi je renonce
a écrit le 01/10/2016 à 11:36 :
L'économie mondiale s'écroule à cause de l'avidité et la main mise totale de l'oligarchie financière sur les politiques intérieurs des pays mais on fait comme si de rien n'était, on continue son petit train train.

Pendant que le Titanic sombre l'orchestre continue de jouer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :