Les Allemands aux urnes pour un scrutin historique

Depuis 8h ce matin, les Allemands votent pour élire leur nouveau chancelier... qui devrait être une nouvelle fois une chancelière. Toutefois, le score de l'extrême droite est à surveiller.

1 mn

Derrière la chancelière sortante Angela Merkel, grande favorite, et son principal opposant Martin Schultz, plane l'ombre de l'extrême droite.
Derrière la chancelière sortante Angela Merkel, grande favorite, et son principal opposant Martin Schultz, plane l'ombre de l'extrême droite. (Crédits : KAI PFAFFENBACH)

Les électeurs allemands ont commencé à se rendre aux urnes, dimanche matin, pour un scrutin qui pourrait se singulariser par le retour de l'extrême droite au Bundestag, une première depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Dans une tribune publiée par Bild, un des plus forts tirages de la presse allemande, le président Frank-Walter Steinmeier a mis ses concitoyens en garde contre la tentation de l'abstention qui confierait à d'autres leur propre avenir : "Si vous ne votez pas, les autres décideront."

"Il n'a peut-être jamais été aussi évident que ces élections concernent l'avenir de la démocratie en Europe", a-t-il écrit alors que le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD) est créditée d'un score allant de 11% à 13% et que les indécis sont estimés à près d'un tiers des inscrits.

"Si vous ne votez pas, les autres décideront."

Donnée largement favorite dans les sondages, la chancelière Angela Merkel pourrait quant à elle obtenir un quatrième mandat consécutif et égaler Konrad Adenauer et Helmut Kohl.

Les sociaux-démocrates du SPD espèrent, de leur côté, obtenir un score qui leur permettrait de peser dans la prochaine assemblée et de contraindre la chancelière à former une nouvelle grande coalition.

Les bureaux de vote ont ouvert à 8h00 (6h00 GMT) et ils fermeront leurs portes à 18h00 (16h00 GMT) lorsque les sondages sortie des urnes donneront leurs premières tendances.

Lire aussi : Le bilan en demi-teinte de Merkel en cinq graphiques

 (avec Reuters)

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 24/09/2017 à 17:45
Signaler
"Si vous ne votez pas, les autres décideront" Sachant que cela vient d'un journal ultra conservateur ça n'a pas beaucoup de valeur comme injonction, on se souvient parfaitement de Libération qui nous avait traité de "c.." obligé de mettre des parenth...

à écrit le 24/09/2017 à 12:26
Signaler
Si le socialisme, Nationalsozialismus en Allemagne, est éliminé de la carte, ce sera une bonne nouvelle :-)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.