Les ventes de cigares cubains s'envolent (les Chinois en raffolent)

 |   |  416  mots
La Chine est le troisième pays consommateur de cigares cubains, derrière les historiques que sont la France et l'Espagne. Mais les Cohiba, Davidoff, Hoyo de Monterrey, Montecristo, Romeo y Julieta (photo) et autres Partagas sont toujours interdits à l'importation sur l'immense marché des Etats-Unis à cause de l'embargo économique qui court depuis 1962.
La Chine est le troisième pays consommateur de cigares cubains, derrière les historiques que sont la France et l'Espagne. Mais les Cohiba, Davidoff, Hoyo de Monterrey, Montecristo, Romeo y Julieta (photo) et autres Partagas sont toujours interdits à l'importation sur l'immense marché des Etats-Unis à cause de l'embargo économique qui court depuis 1962. (Crédits : Reuters)
Les ventes de havanes, les célèbres cigares produits à Cuba, ont bondi de 12% en 2017 sous l'impulsion de la Chine qui continue de stimuler le marché du luxe.

Alors que le festival international Habanos vient de s'ouvrir à La Havane (Cuba), Grupo Habanos - la société responsable de la commercialisation mondiale exclusive de 27 marques de Habanos -, annonce un chiffre d'affaires 2017 record de 500 millions de dollars, soit une hausse de 12%.

Et si l'Europe reste le premier marché de cigares cubains, la plus forte progression est surtout enregistrée en Chine. Avec une hausse du chiffre d'affaire de 24%, l'empire du milieu se classe aujourd'hui au troisième rang des pays consommateurs de cigares cubains, derrière les historiques que sont la France et l'Espagne.

Les Européens restent les plus gros consommateurs

«La Chine a une demande à laquelle nous devons répondre et nous pouvons compter sur une croissance à deux chiffres dans les années à venir », a estimé Jose Maria Lopez Inchaurbe, vice-président de Habanos S.A lors d'une conférence de presse, à l'ouverture du festival.

Le groupe Habanos exporte dans la majeure partie du monde, et c'est l'Europe qui absorbe 54% des exportations, suivie par l'Amérique latine (17%) et la région Asie-Pacifique (15%). En revanche, le marché des États-Unis lui est toujours fermé en raison de l'embargo économique qui court depuis 1962.

Néanmoins, depuis en octobre 2016, avec l'allègement des sanctions commerciales contre Cuba voulu par Obama, les touristes américains en vacances à Cuba peuvent ramener aux Etats-Unis sans souci avec la douane quelques Cohiba, Davidoff, Hoyo de Monterrey, Montecristo, Romeo, et autres Partagas, mais seulement pour leur consommation personnelle.

Le marché du luxe stimulé par le retour de la clientèle chinoise

Selon Jose Maria Lopez Inchaurbe, les ventes de cigares ont eu une influence dans l'augmentation de 5% du marché du luxe en 2017, estimé à 262 milliards d'euros selon une étude du cabinet Bain, relatée par Le Figaro. Et le retour de la clientèle chinoise y est pour quelque chose : les ventes de produits de luxe en Chine occidentale ont progressé d'environ 20% en 2017. Le pays, qui représente 8% du marché, reste l'économie motrice du secteur et constitue donc pour Habanos S.A. un potentiel de croissance élevé, sinon le plus élevé.

Leopoldo Cintra, le vice-président commercial de Habanos S.A, explique que ce succès commercial "est dû à [notre] stratégie de recherche de marchés potentiels, en Asie, en Afrique, au Moyen-Orient et en Amérique du sud".

En outre, il a également annoncé que le marché intérieur cubain avait lui aussi connu une croissance grâce à la venue de 4,5 millions de touristes sur l'île, en 2017.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2018 à 14:07 :
Crrection : Davidoff est parti de Cuba en 1989. Ainsi les Américains peuvent fumer légalement des Davidoff. Ils sont produits en République Dominicaine, ou Honduras selon les gammes, etc.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :