Partenariat transpacifique : le camouflet des sénateurs démocrates à Barack Obama

 |   |  239  mots
Ce vote ne tue pas définitivement la mesure mais il révèle l'ampleur de l'hostilité, au sein même du parti du président, contre une telle libéralisation des échanges.
Ce vote ne tue pas définitivement la mesure mais il révèle l'ampleur de l'hostilité, au sein même du parti du président, contre une telle libéralisation des échanges. (Crédits : JONATHAN ERNST)
Les sénateurs ont rejeté par 52 voix contre 45 l'ouverture des débats sur une proposition de loi dite de procédure accélérée, visant à empêcher le Congrès d'amender le texte de tout futur accord de libre-échange négocié par le président démocrate.

Les démocrates du Sénat américain, emmenés par leur aile protectionniste, ont infligé mardi un camouflet à Barack Obama en faisant obstruction à une loi réclamée par le président pour négocier plus facilement des accords de libre-échange.

Les sénateurs ont rejeté par 52 voix contre 45 l'ouverture des débats sur une proposition de loi dite de procédure accélérée, visant à empêcher le Congrès d'amender le texte de tout futur accord de libre-échange négocié par le président démocrate. Il aurait fallu 60 voix, lors de ce vote de procédure, pour empêcher l'obstruction.

Retournement

Tous les démocrate sauf un ont voté contre, alors que le groupe républicain et la Maison Blanche soutenaient le texte, un exceptionnel retournement d'alliances politiques.

Le vote de mardi ne tue pas définitivement la mesure, qui pourra être rappelée à l'ordre du jour plus tard par les républicains, mais vraisemblablement pas avant juin.

Mais il révèle l'ampleur de l'hostilité, dans les rangs du propre parti du président, contre la libéralisation des échanges que Barack Obama entend signer d'ici la fin de son mandat avec 11 pays de la région Asie-Pacifique dans le cadre du partenariat transpacifique (TPP).

"Ce que nous venons de voir est assez choquant", a réagi le chef de la majorité républicaine du Sénat, Mitch McConnell.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/05/2015 à 23:12 :
Si les américains qui sont plus productifs que les français à 604h par habitant, le royaume des feignasses et du chômage sud européen avec la croissance inférieure aux autres, si c'est un modèle c'est à voire. On est bons menteurs, en déglingage monétaire, donc du travail et en trucage comptable. Pendant que le gouvernement engraisse les riches par le qe, la pauvreté et le chômage augmente. Si on fait des fonctionnaires inutiles, à quand un doublement des indemnités chômeurs avec un petit travail de prétoire et la révision des retraites.
Si on savait qu'on pouvait faire toute cette dette, pourquoi ne pas faire plus de distributions?
un accord libre échange, est-ce pour filer des filières ou bien les exfiltrer? On entend dire du balais les entreprises.
a écrit le 15/05/2015 à 22:58 :
Si un journal d'économie fait de la politique on est dans le mélange des genres. Ne devrait-on faire des ventes à pertes au lieu de décréter que les prix doivent augmenter et le pouvoir d'achat diminue. Tout le monde n'a pas les augmentations automatiques des fonctionnaires.
L'accord libre-échange est-ce la vente des entreprises à l'étranger, ou bien les français sont trop nuls pour faire référence mondiale, on exporte des valeurs douteuses? Le popo est-il du pib?
Pourquoi le chef inamovible qui fait de la mauvaise pitance n'est pas à la circulation?
Gouvernés par un bête nous serions abêtis et des lanternes rouges de croissance?
Il y aurait un sentiment de déréliction...
a écrit le 13/05/2015 à 21:16 :
Pas un seul petit mot, MM les journalistes LT, sur la visite des grands dirigeants de l'Ukraine à Paris ? pouvons nous, pauvres mortels, en savoir les raisons ? merci.
a écrit le 13/05/2015 à 18:50 :
C'est impossible de comprendre la logique de M. BHO, résolument. Et je ne parle pas de l'échec du TTP, c'était presque prévu car il ne fait pas les affaires des États-Unis (Donald Trump en tête pour le critiquer). Mais je parle de BHO qui, selon son rival John McCain, essaie de suborner les dynasties du Golfe pour faire passer l'accord nucléaire avec l''Iran. Décidément, Benjamin Netanyahou a toujours de voix auprès des Républicains US. Et tout d'un coup, aujourd'hui BHO vient, contre toute expectative, de déclarer que l'Iran est un État qui soutient le terrorisme !! mais… que veut-il, notre admirable Président ? on connaît la contradiction comme une caractéristique majeure de la politique étrangère américaine, mais pas à ce point là. Est-il encore notre bon Barack en possession de ses facultés mentales ? enfin, tout ce remue-ménage entre Républicains et BHO, me fait venir à la mémoire la phrase que la belle-mère du filleul de mon voisin Anatole vivait à nous répéter : “Pour les États-Unis, seuls les Etats qui servent leurs intérêts sont des démocraties”. Madame dixit.
a écrit le 13/05/2015 à 15:39 :
L'Ukraine est "un gilet pare-balles" de l'Europe et notre pays est sur le point d'une guerre nucléaire avec la Russie. Pressez-vous à Bruxelles, le temps joue contre notre adhésion, les troupes russes avancent déjà sur le terrain. Le Prés. Obama va faire une déclaration dans les jours à venir. Préparez-vous pour la guerre, l'Ukraine va défendre l'Europe de la menace russe.
Réponse de le 13/05/2015 à 17:46 :
Tu te serais pas tromper d'endroit pour énoncer tes salades..??
Réponse de le 13/05/2015 à 19:43 :
Il a dit ça, que l''Ukraine est "les toilettes", euh pardon, "un gilet pare-balles" de l'Europe ? eh oui après avoir perdu la Crimée, le Donbass et Donetsk ils perdent la boule désormais…
Réponse de le 13/05/2015 à 22:17 :
aha le troll OTANUS anti Poutine s'appelle désormais Yats ?? mdr
a écrit le 13/05/2015 à 15:02 :
Bravo aux sénateurs democrats d'avoir voté contre. Pourquoi court-circuiter le congrès?

De toute façon, personne est prêt pour des accords de libre-échange entre ses différents continents. Trop de disparité, trop d'insécurité.
a écrit le 13/05/2015 à 14:16 :
Je croyais que "Démocrate" voulait dire fervent de la démocratie, alors je suis étonné qu'Obama ait pensé un instant et surtout osé vouloir se passer de débats démocratiques pour imposer un accord entre multinationales où le citoyen/consommateur/contribuable/salarié* n'aurait qu'un droit : celui de "fermer sa gueule" !
* (pas toujours salarié, mais contribuable par la TVA qu'il paye en tant que consommateur qu'il est toujours, même au chômage.)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :