Quelle influence les parents ont-ils sur notre niveau de vie ?

 |   |  642  mots
Ullay Pulgar, 43 ans, tient son fils Emmanuel 4, à côté de son mari Maikel Cuauro, 30 ans, et son père Juan Pulgar, 73 ans, alors qu'ils posent pour un portrait dans leur maison à Punto Fijo, Venezuela. Photo prise le 17 novembre 2016.
Ullay Pulgar, 43 ans, tient son fils Emmanuel 4, à côté de son mari Maikel Cuauro, 30 ans, et son père Juan Pulgar, 73 ans, alors qu'ils posent pour un portrait dans leur maison à Punto Fijo, Venezuela. Photo prise le 17 novembre 2016. (Crédits : Reuters)
Selon un rapport de Standard Life Investments, les futurs revenus des enfants seraient liés au statut social des parents. Cela favoriserait les inégalités dans les pays développés.

Tout se jouerait donc dès la loterie des naissances. C'est en tout cas ce qu'affirme le rapport publié mercredi par Standard Life Investments : il existerait une corrélation importante entre les revenus des parents et ceux de leurs enfants. Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, mais aussi l'Italie et la France détiennent les coefficients (voir graphique ci-dessous) les plus importants. Toutefois, la relation existerait également -dans une moindre mesure - pour les économies scandinaves, en Australie, en Allemagne et au Canada.

"La courbe de Gatsby"

Pour comprendre ce lien étroit, les observateurs utilisent fréquemment une courbe, baptisée par l'économiste Alan Krueger "courbe de Gatsby" en référence au fameux roman de Fitzgerald "Gatsby le magnifique".

La courbe de Gatsby le Magnifique

(Capture d'écran du rapport de Standard Life Investments)

Elle y indique que le coefficient d'inégalités se calcule en fonction de deux facteurs : l'inégalité des revenus sur une génération entière d'un pays (axe horizontal), et la mobilité économique intergénérationnelle - ou la différence de revenus entre des générations différentes (axe vertical). On y retrouve également des pays comme la Suède, la Nouvelle-Zélande, ou encore le Japon : les pays les plus développés sont ceux où il existe les plus grandes inégalités.

Des inégalités héréditaires ?

Les nations avec les plus grandes inégalités de revenus ont tendance à être des pays dans lesquels la plus grande partie des avantages - mais surtout des désavantages économiques - est transmise par les parents à leurs enfants. Comme si les inégalités devenaient héréditaires.

"Aborder la faible mobilité économique est un défi majeur pour les pays riches", remarque Jeremy Lawson.

Le principal auteur du rapport et économiste pour Standard Life, ces inégalités constituent autant de défis majeurs pour les pays les plus touchés. Comme le démontre la recherche, les travailleurs sont souvent moins motivés et productifs, ce qui, associé aux niveaux d'inégalités très élevés, nuirait à la croissance économique du pays.

Les USA et le Royaume-Uni, mauvais élèves ?

La première puissance mondiale paye cher son déclin industriel. Au pays de l'oncle Sam, les chercheurs se sont intéressés de près à trois décennies où les gains réels de revenus étaient les plus faibles. Ils ont étudié la proportion des trentenaires ayant gagné plus que leurs parents à cet âge, et ils ont constaté une forte tendance à la baisse : seulement 50% des enfants nés dans les années quatre-vingt ont gagné plus que leurs parents au même âge, contre près de 80% pour les enfants des années cinquante. Le Midwest américain reste l'une des zones les plus touchées : seulement 41% des enfants nés en 1984 ont gagné plus que leurs parents, contre 95% pour ceux nés en 1940.

Mais le Royaume-Uni reste encore plus rigide socialement. Presque 50% des avantages économiques que les parents aisés détenaient sur les parents pauvres se transmettent à leurs enfants. Une étude de l'OCDE révèle également que la Grande-Bretagne fait partie des pays où les antécédents socio-économiques semblent avoir le plus d'impact sur la performance des élèves et des étudiants.

Le modèle chinois

De son côté, la Chine s'intéresse de plus en plus à l'augmentation des inégalités entre les générations. Parmi les plus grandes économies au monde, seul le Brésil la dépasse en termes d'inégalité des revenus. Mais la Chine possède une mobilité économique : au cours des quatre dernières décennies, une croissance rapide a entraîné une diminution du nombre de ménages restant dans la même fourchette de revenus pendant plusieurs années. De quoi faire saliver les générations futures.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/06/2017 à 19:43 :
Les personnes ayant un emploi bien rémunéré ont avant tout un niveau d'étude avancé et donc des connaissances littéraires , scientifiques ou techniques .
Pour ces personnes la , il est primordial de faire partager leurs acquis a leurs enfants ...

Les personnes qui ont un emploi peu rémunéré n'ont pas forcément fait d'études donc possèdent peu de connaissances a partager avec leurs enfants .C'est un fait !

Il y a des exceptions heureusement mais quand des parents amènent leurs enfants aux musées et d'autres les laissent devant la télé ou des jeux vidéos , il ne faut pas s'étonner de ce déséquilibre . Et force est de constater que ceux qui amènent leurs enfants a pratiquer des activités intellectuels sont ceux qui gagnent le plus d'argent .Et bien entendu les enfants occupés dans ces loisirs réussissent mieux dans leurs études donc dans leurs vies professionnels ... CQFD.
Réponse de le 30/06/2017 à 18:47 :
Commentaire donnant envie de vomir. Non seulement il n'apporte rien, énonçant des banalités plus à leur place lorsqu'elle sont déclamées depuis un comptoir de bar mais en plus il légitime une situation qui n'a rien de "naturelle" mais qui résulte d'insuffisances politiques. Devant ce fait accompli le rôle des pouvoirs publics n'est-il pas de promouvoir et rendre accessible la culture à ces populations ainsi qu'améliorer son système éducatif pour le rendre moins reproductif ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :