USA : la Fed laisse les taux inchangés mais signale une "forte" croissance

 |   |  352  mots
Le taux de chômage qui est resté bas, selon la Fed, à 4%, pourrait encore reculer dès vendredi à 3,9%, selon les analystes.
Le taux de chômage qui est resté "bas", selon la Fed, à 4%, pourrait encore reculer dès vendredi à 3,9%, selon les analystes. (Crédits : Leah Millis)
La banque centrale américaine (Fed) a laissé les taux d'intérêt inchangés mercredi mais a insisté sur la "forte" croissance de l'activité de l'économie américaine, indiquant les chances d'une imminente augmentation du coût du crédit.

Les taux d'intérêt au jour le jour ont été maintenus dans la fourchette de 1,75 à 2%, comme s'y attendaient les analystes.

Dans son communiqué, le Comité monétaire (FOMC) juge toutefois que l'activité économique "a progressé à un rythme fort". La Réserve fédérale note aussi que les dépenses de consommation, locomotive de la croissance, ont "augmenté fortement".

Vers de prochaines hausses progressives des taux

Ces deux changements sémantiques par rapport à son communiqué du mois de juin, qui dressait déjà un tableau optimiste de la conjoncture de la première économie mondiale, devraient être interprétés par les marchés comme le signal probable d'un relèvement des taux lors de la prochaine réunion monétaire du 26 septembre.

La Fed répète qu'elle s'attend à ce que "de futures hausses progressives" des taux "aillent de pair avec une expansion soutenue de l'activité économique".

La banque centrale ne dit pas un mot dans son communiqué sur les risques que peuvent faire courir pour l'économie les incertitudes autour du conflit commercial et juge toujours que ces risques sont "à l'équilibre".

L'expansion de l'économie américaine a atteint pour la première fois depuis quatre ans la cadence de 4,1% en rythme annuel au 2e trimestre, dopée notamment par l'impact des réductions d'impôts adoptées par l'administration Trump.

Un marché de l'emploi plus dynamique

Le taux de chômage qui est resté "bas", selon la Fed, à 4%, pourrait encore reculer dès vendredi à 3,9%, selon les analystes, quand le gouvernement publiera les chiffres officiels de l'emploi pour juillet, qui promettent d'être bons.

La Fed se félicite aussi du fait que l'inflation soit restée "autour de 2%", la cible qu'elle estime favorable pour l'économie. L'indice PCE de la hausse des prix s'est en effet établi à 2,2% en juin comme en mai.

La banque centrale, dont la prochaine réunion monétaire, assortie d'une conférence de presse, se tiendra les 25 et 26 septembre, indique que la politique monétaire reste accommodante, soutenant les conditions dynamiques du marché du travail et le retour durable d'une inflation à 2%.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/08/2018 à 10:47 :
LA FED fait ce que lui dit de faire Trump donc, puisque celui-ci s'est plain d'une hausse des taux d'intérêt. Trump est très ambitieux il veut à la fois la croissance et l'argent de la croissance mais vu qu'il n'y a plus que les états unis qui aient une économie dynamique au monde depuis qu'il est président, en seulement un an donc, on voit mal ce qui va l'empêcher une nouvelle fois de gagner son Paris.

ET il fait quoi Juncker en ce moment ? Bah il doit être encore au bar du parlement européen...

Vite un frexit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :