Retraite : décaler l'âge de départ n'aurait pas que des avantages pour les finances publiques

A la demande de la CFDT, le conseil d'orientation des retraites, le COR, se réunit ce jeudi 27 janvier pour examiner les conséquences économiques d'un recul de l'âge, et mesurer les effets de bord. Si un décalage permet de faire des économies, il a néanmoins un impact négatif sur le chômage et sur d'autres systèmes d'aides. Explications.

3 mn

Retraite : attention aux externalités cachées d'une réforme
Retraite : attention aux externalités cachées d'une réforme (Crédits : DR)

Reculer l'âge de départ à la retraite. Plusieurs candidats à l'élection présidentielle le suggèrent ou y songent. Ainsi, Valérie Pecresse, candidate pour les Républicains, affiche, par exemple, sa volonté de porter les départs " progressivement jusqu'à 65 ans".  Emmanuel Macron, qui n'est pas encore candidat, a, à plusieurs reprises, estimé qu'une mesure de ce type serait nécessaire et laissé entendre qu'il pourrait la mettre en œuvre lors d'un second mandat. Le chef de l'Etat privilégierait alors un curseur à 64 ans. A gauche, la question ne se pose pas, la plupart des candidats prévoyant un retour à 60 ans.

Décaler l'âge est ce qui rapporte le plus au système de retraite

L'objectif est évidemment de faire rentrer de l'argent dans les caisses du régime de retraite, déficitaire et dont les dépenses pèsent aujourd'hui près de 15% de notre PIB . Si les salariés partent plus tard à la retraite, ils cotisent alors plus longtemps, et utilisent moins longtemps leurs pensions. Par exemple, selon des études précédentes du COR, un décalage de deux ans a permis d'économiser plus de 14 milliards d'euros en 2020. C'est en tout cas, le calcul effectué après le passage de 60 à 62 ans en 2010.

Mais derrière la nécessité d'équilibrer le système de retraite, la situation est loin d'être aussi simple, assurent les syndicats. Car il y a des effets de bord, souvent oubliés, qui pourtant, peuvent peser lourds sur les comptes.

Ainsi, la CFDT, majoritaire dans le privé, émet-elle quelques doutes. Soutenue par les autres centrales, elle a donc demandé au Conseil des retraites, le COR, de se saisir du sujet. La réunion se tient ce jeudi 27 janvier, et il est fort à parier que ces conclusions seront scrutées attentivement par les postulants à l'Elysée.

Des effets sur le chômage

Une des premières conséquences d'un recul de l'âge de départ à la retraite concerne l'emploi. Certes, selon la Dares, qui dépend du ministère du Travail, le taux d'emploi des seniors progresse, autour de 14%. Un chiffre non négligeable. Les entreprises maintiennent en poste des salariés plus âgés, et ces derniers repoussent alors le moment de partir.

Mais, revers de la médaille, il existe aussi de nombreux cas où les seniors ne restent pas en emploi et se retrouvent donc inscrits à Pôle emploi...  plus longtemps, jusqu'à faire valoir leurs droits à la retraite. Selon les estimations de la Darès, reculer l'âge pourrait ainsi entraîner 84 000 inscriptions supplémentaires, soit une dépense d'1,3 milliard d'euros par an pour l'Unedic.

Et sur les autres systèmes d'aide sociale

Le risque est donc d'augmenter les dépenses de l'assurance chômage mais aussi des minima sociaux. Par exemple, une fois leurs droits au chômage épuisés, pour faire la jonction avec le versement des pensions de retraite, ces demandeurs d'emploi vont bénéficier de l'allocation spécifique de solidarité, ou du RSA, etc... Il est fort à parier qu'ils vont aussi être plus souvent en invalidité, " l'invalidité concerne presque une personne sur 10 juste avant la retraite", précise la Dress...

Coût estimé de l'ensemble de ces dépenses supplémentaires : près de 5 milliards d'euros par an. Ce qui est loin d'être négligeable, même si l'avantage d'un décalage reste positif.

Des études qui divergent

Si les calculettes fonctionnent à plein régime, plusieurs études s'affrontent. Ainsi, les travaux de l'OFCE sur ce sujet sont-ils encore plus tranchés : pour eux, les avantages et les inconvénients s'annulent au bout de 5 ans, et se révèlent même négatifs après 10 ans. De fait, les débats d'experts promettent de se multiplier, et il est difficile d'avoir un consensus autour de ce sujet. Une chose est sûre, toutefois, une telle réforme nécessiterait de bien coordonner les différents régimes. Et c'est bien là, l'avantage de ces travaux du COR : pointer le doigt sur les externalités cachées de pareille réforme.

En attendant, tous mettent l'accent sur la nécessité d'améliorer le taux d'emploi des seniors en France, qui reste parmi les plus faibles de la zone euro.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 27
à écrit le 28/01/2022 à 19:00
Signaler
STOP A LA SPOLIATION DES RETRAITES DES POLYPENSIONNES, pétition à signer. Il faut en finir avec ces régimes de retraite injustes, qui avantagent ceux qui ont été toute leur vie avantagés. Il faut en finir avec les cumuls de difficultés pour les uns ...

à écrit le 28/01/2022 à 17:15
Signaler
Serait-il possible d'avoir, un jour, l'avis du responsable de la cnav et d'un responsable des caisses de retraite complémentaire et leurs perspectives pour l'avenir. Remercions les pour la retraite à 60 ans qui a permis d'éviter un drame sociétal!

à écrit le 28/01/2022 à 11:13
Signaler
Comment justifier la réforme des retraites quand ceux qui cotisent pour ceux qui ont été à la retraite à 60 ans : privé comme public, n auront pas les mêmes montants et date de départ ? N est ce pas un peu facile ? Les efforts sont aussi à faire du c...

le 28/01/2022 à 13:41
Signaler
Tout à fait d'accord

à écrit le 28/01/2022 à 11:12
Signaler
Comment justifier la réforme des retraites quand ceux qui cotisent pour ceux qui ont été à la retraite à 60 ans : privé comme public, n auront pas les mêlés montants et date de départ ? Comment régler la vision agiste du patronat qui considère qu a 5...

à écrit le 28/01/2022 à 9:13
Signaler
les syndicalistes, qui refusent de regler le pb depuis 30 ans, alors que si ca avait ete progressif c'eut ete acceptable, veulent refiler la patate chaude en expliquant que ' c'est pas le moment' ( vu que c'est jamais le moment..........les retraite...

le 29/01/2022 à 12:20
Signaler
Ce n est pas que les syndicalistes … la population concernée a l époque n en voulait pas non plus , a t elle élue un président qui en avait fait son cheval de bataille ? Non A t elle voulue conserver son pouvoir d achat par l’endettement de l état ?...

le 29/01/2022 à 12:22
Signaler
Ce n est pas que les syndicalistes … la population concernée a l époque n en voulait pas non plus , a t elle élue un président qui en avait fait son cheval de bataille ? Non A t elle voulue conserver son pouvoir d achat par l’endettement de l état ?...

le 29/01/2022 à 12:22
Signaler
Ce n est pas que les syndicalistes … la population concernée a l époque n en voulait pas non plus , a t elle élue un président qui en avait fait son cheval de bataille ? Non A t elle voulue conserver son pouvoir d achat par l’endettement de l état ?...

à écrit le 28/01/2022 à 2:56
Signaler
Qui arrive a une retraite a 60 ans aujourd'hui en France a part le politique qui vit sur la bete ? De toute facon avec la profonde crise qui arrive, tout le monde va se mettre d'accord, contraint et force. Bonne annee. Les tayx on vous en parle depui...

à écrit le 27/01/2022 à 20:14
Signaler
On a fabriqué 100 milliards de dettes pour financer laCOVID et là on veut faire travailler les Français plus longtemps pour quelque Milliards de déficit . La COVID a bien du en supprimer des retraités , on devrait voir peut être une amélioration d...

le 28/01/2022 à 10:14
Signaler
le covid a tue tres peu de gens (100 000 sur une population de 68 millions) et en plus l age moyen est de plus de 80 ans. autrement dit des gens qui allaient mourrir bientot de toute facon et qui touchaient des pensions pas tres elevés pour la plupar...

le 28/01/2022 à 11:18
Signaler
Tous les pays occidentaux ont fait de la dette pour absorber le choc social du covid ? Vous auriez préféré peut être ne pas être payé pendant cette période ? Vous auriez préféré 1 million de morts voir plus ? Peut être y auriez vous vu une transmissi...

à écrit le 27/01/2022 à 16:56
Signaler
De toute façon ,même si l'age de départ ne bouge pas ,ils augmentent de nombre de trimestre pour avoir une retraite à taux plein avec l'année de naissance ,un classique maintenant. Par exemple : Né en 1955, 1956 ou 1957 Vous deviez disposer de 1...

à écrit le 27/01/2022 à 14:47
Signaler
Si l'âge de la retraite ne passe pas à 65 ans, il faudra trouver le financement ailleurs. Il va falloir dans ces conditions , augmenter la CSG , LA TVA , L'IFI et les impôts. Augmentation de la fiscalité déjà au top niveau qui sera de toute façon o...

le 28/01/2022 à 10:15
Signaler
pourquoi ne pas faire payer les retraités actuels ? ils ont un niveau de vie superieur aux actifs et c est eux qui nous ont mit dans la merde en votant Mitterrand et Chirac

le 28/01/2022 à 10:16
Signaler
pourquoi ne pas faire payer les retraités actuels ? ils ont un niveau de vie superieur aux actifs et c est eux qui nous ont mit dans la merde en votant Mitterrand et Chirac

le 28/01/2022 à 17:19
Signaler
@cd 'ils ont un niveau de vie superieur aux actifs' Surtout les retraités cadres du baby-boom qui sont près de 4 millions en retraite privé/public ! On peut rappeler que depuis le 1er janvier 2019, les 2 régimes de retraite complémentaire des...

à écrit le 27/01/2022 à 13:22
Signaler
Soyons sérieux, tout le monde sait qu'une personne qui part en retraite à 60 ans ne crée pas un emploi,. Parfois même c'est l'inverse, un service qui ne marche plus bien par manque de très qualifiés, cesse de recruter, vire les interimaires, et même ...

à écrit le 27/01/2022 à 13:01
Signaler
Simplifiez vous les choses... par une pension forfaitaire pour tous, dépendant d'une cotisation proportionnelle au salaire et, permettre ainsi une retraite a 60 ans qui soit toujours active si la personne le désire!

le 27/01/2022 à 19:17
Signaler
ça c'est du vol. Je ne vois pas pourquoi je paierai plus sous prétexte que je gagne plus, pour gagner la même retraite forfaitaire. Je reconnais qu'aujourd'hui le système fonctionne à peu près comme vous le souhaitez, car tout le monde contribue en p...

le 29/01/2022 à 8:50
Signaler
Oui! La cotisation proportionnelle apporterai de la modération salariale sur les plus nanties sans les empêcher d'investir pour leurs vieux jours et sans les empêcher de travailler a l'âge de la retraite tout en touchant le forfait!

à écrit le 27/01/2022 à 12:59
Signaler
Simplifiez vous les choses... par une pension forfaire pour tous, dépendant d'une cotisation proportionnelle au salaire et, permettre une retraite a 60 ans qui soit toujours active si la personne le désire!

à écrit le 27/01/2022 à 12:23
Signaler
Puis surtout si c'est pour pas embaucher les salariés de plus de 50 ans imposant qu'il faudra des emplois vieux comme il y a eu des emplois jeunes. les impasses se multiplient et se consolident en néolibéralisme.

à écrit le 27/01/2022 à 12:18
Signaler
Sur le fond, un dispositif plus souple est souhaitable, où les personnes pourraient arbitrer entre un départ plus tôt et une retraite plus élevée. Il faudrait aussi favoriser l'activité partielle des retraités qui le souhaitent.

le 27/01/2022 à 12:51
Signaler
et également ne pas débaucher les gens ayant un âge 'trop' élevé, sinon entre 55 et 64 ans (voire 67) ça sera long... Les vieux ne seront pas obsolètes si formés au cours de leur vie professionnelle.

à écrit le 27/01/2022 à 12:09
Signaler
Il faut absolument améliorer la retraite des carrières hachées et des polypensionnes. Nos députés et nos syndicats n'ont pas le droit de condamner ces derniers pour sauver la retraite de ceux qui ont une carrière lineaire. Ce serait contraire aux pri...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.