Après l'accord historique, Londres face aux défis du Brexit

 |  | 892 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Hannibal Hanschke)
Après le soulagement apporté par la conclusion in extremis d'un accord commercial post-Brexit avec Bruxelles, le Royaume-Uni se trouve vendredi face aux défis que présente sa nouvelle vie, affranchi des règles de l'Union européenne, avec quelques jours pour s'y préparer.

C'est un grand chambardement. Après le soulagement apporté par la conclusion in extremis d'un accord commercial post-Brexit avec Bruxelles, le Royaume-Uni se trouve vendredi face aux défis que présente sa nouvelle vie, affranchi des règles de l'Union européenne, avec quelques jours pour s'y préparer. Le pire est évité avec la signature d'un compromis historique, au bout d'acrimonieuses négociations, qui permet d'éviter la brusque apparition de coûteuses barrières commerciales et la fermeture des eaux britanniques aux pêcheurs français dès le 31 décembre à 23h. C'est cependant un bouleversement majeur qui attend les Britanniques avec la sortie du marché unique et la fin de la libre circulation, après quatre ans et demi d'une saga à rebondissements provoquée par le référendum du Brexit et après près d'un demi-siècle d'intégration européenne.

Dans un message vidéo jeudi soir, le Premier ministre Boris Johnson a brandi devant le sapin du 10, Downing Street les centaines de pages de l'accord présenté comme un "petit cadeau pour ceux qui chercheraient quelque chose à lire dans la torpeur de l'après-déjeuner de Noël""Voici un accord pour apporter certitude aux entreprises et aux voyageurs et à tous les investisseurs dans notre pays à partir du 1er janvier", s'est félicité le dirigeant, triomphant dans les urnes il y a un an sur la promesse de "réaliser le Brexit".

Si le Royaume-Uni est bien sorti de l'Union européenne le 31 janvier dernier, il continue jusqu'à la fin de l'année d'appliquer ses règles lors d'une période de transition. L'accord constitue une victoire pour Boris Johnson, qui a vu au fil de cette année, censée préparer l'après-Brexit, sa popularité mise à mal par une gestion erratique de la pandémie de Covid-19. Cette crise, qui lui a valu quelques jours en soins intensifs au printemps, a frappé le Royaume-Uni (près de 70.000 morts) comme peu d'autres pays européens. Avec des milliers de poids-lourds coincés et des craintes de pénuries de produits frais, la pagaille provoquée par la fermeture ces derniers jours des frontières d'une cinquantaine de pays, notamment les ports français, belges et néerlandais, a donné pour certains un aperçu du chaos qui attendait les Britanniques en cas d'échec des négociations commerciales avec Bruxelles.

Craintes des pêcheurs

Avec ce traité commercial, l'UE offre à son ancien Etat membre un accès inédit sans droits de douane ni quotas à son immense marché de 450 millions de consommateurs. Mais cette ouverture sera assortie de strictes conditions : les entreprises d'outre-Manche devront respecter un certain nombre de règles évolutives en matière d'environnement, de droit du travail et de fiscalité pour éviter tout dumping. Des garanties existent aussi en matière d'aides d'Etat.

Concernant la pêche, sujet difficile jusqu'aux dernières heures, l'accord prévoit une période de transition jusqu'en juin 2026, à l'issue de laquelle les pêcheurs européens auront progressivement renoncé à 25% de leurs prises, qui s'élèvent chaque année à 650 millions d'euros. L'UE a promis d'aider ce secteur qui estime être le "grand perdant" du compromis, présenté malgré tout comme "équilibré" et permettant d'"enfin laisser le Brexit derrière nous" selon la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

"Soulagement"

L'accord n'empêche pas cependant l'introduction de contrôles douaniers et des procédures administratives chronophages pour les entreprises habituées à échanger sans freins. Finie également la libre circulation permettant aux Européens de venir travailler à Londres ou à des Britanniques de passer autant de temps qu'ils le souhaitent dans leur résidence secondaire dans l'UE. Londres sort du programme d'échanges pour étudiants Erasmus, remplacé par le programme Alan Turing, du nom du célèbre mathématicien britannique.

Pour le quotidien The Times, l'accord constitue "une source de soulagement plus que de célébration". Bien qu'il s'agisse "d'un succès remarquable", "c'est loin d'être la fin de l'histoire pour M. Johnson. Maintenant qu'il a rempli sa promesse de réaliser le Brexit, son défi est d'en faire un succès", poursuit-il. "Avoir évité le scénario du pire est un piteux succès. M. Johnson ne mérite aucun crédit pour éviter une calamité qui menaçait de si près parce qu'il s'y dirigeait avec enthousiasme", avertit The Guardian.

Au Parlement britannique, le texte sera discuté mercredi par les députés mais son adoption fait peu de doutes vu la majorité dont dispose le gouvernement et le soutien apporté par l'opposition travailliste. Côté européen, les ambassadeurs de l'UE se réunissent dès vendredi pour étudier l'accord. Il devra être validé par les Etats membres, un processus qui devrait prendre plusieurs jours. Il sera validé a posteriori par le Parlement européen début 2021.

"Boris Johnson a été élu Premier ministre pour réaliser le Brexit (...) il a donc toutes les raisons d'être content", observe Anand Menon, politologue directeur de l'institut UK in a Changing Europe, interrogé par l'AFP. Ce dernier prédit cependant des critiques à venir "quand les entreprises verront ce qui les attend en terme de paperasse et même peut-être des Brexiters les plus durs dans son propre parti quand ils verront les concessions accordées".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/12/2020 à 13:52 :
les négociateurs européens ont tellement insisté sur l'exigence de respect des normes sociales - fiscales -environnementales , que nos responsables politiques nationaux vont devoir appliquer la même rigueur et vigilance de contrôle envers les importations asiatiques ( chinoises en particulier ) ,américaines ( pays du mercosur et canadiennes ) ;
ça promet de belles offensives à venir sur nos importations agro-alimentaires en provenance de ces pays , et celles de produits industriels soumis au respect de performances de sécurité des utilisateurs .
les recours judiciaires et blocages de certains professionnels risquent de se multiplier .
a écrit le 26/12/2020 à 20:59 :
UK a déjà mis en place plus de 50 accord avec 50 pays. Accord pour la plupart basés sur les accords déjà mis en place par l'UE. Donc ces 50 pays ont concédés à l'UK de 60 millions d'habitants les mêmes avantages qu'à un ensemble de 250 millions d'habitants. L'UE doit renégocier ses contrats à son profit.
a écrit le 26/12/2020 à 19:27 :
Les britanniques auront échoué à se servir de l'Irlande du Nord comme cheval de Troie pour accéder au marché unique. Perte du passeport financier, perte de l’accès au marché unique (car oui un accord de libre échange ce n'est pas la même chose), le projet de faire du dumping au détriment de l'UE tombe à l'eau. La pêche on s'en fiche en fait.
Réponse de le 27/12/2020 à 20:03 :
Va dire que c’est un bon accord de Boulogne au Havre, juste pour voir...
Tu crois que tu va toucher les millions des banques? Ces gars là, quand ils touchent, placent leur argent en Suisse, à Singapour, dans les îles anglo-normandes. Fréquente des banquiers et tu verras la mentalité
Réponse de le 28/12/2020 à 8:21 :
Sauf qu'il y a fort à parier qu'il ne respecteront pas tout ou partie de cet accord avec toutes les conséquences ..................menaces et palabres en perspective.
a écrit le 26/12/2020 à 13:19 :
Ne nous faites pas rire à gorge déployée.Les Anglais ont le marché européen sans taxes et sans quotas,leur place financière intouchée,le reste c'est du détail qui n'aura que peu d'influence.Et c'est encore l'UE, qui dans peu d'années, devra se mettre à genoux pour renouveler les quotas de pêche.Les défis c'est pas les Anglais qui devront les affronter,mais c'est l'UE, pour continuer à exister.
a écrit le 26/12/2020 à 11:03 :
Au delà de la communication Bojoesque, j'ai du mal à penser que les 1200 pages du projet de traité commercial offrent effectivement à l'issue du brexit, un accès total sans aucun droit de douanes et sans quota aux produits qui viendraient du RU ( ou du moins, ce qu'il en restera une fois que l'Ecosse et l'Irlande du nord auront fait sécession).

Si c'était réellement le cas, les anglais l'auraient signé depuis deux ans.

En tout cas, il n'est toujours pas question de reconduire le passeport bancaire autorisant les banques anglaises à opérer en Europe librement. Ce qui coutera au RU plus de 100 x ce qu'ils peuvent espérer gagner avec les zones de pêches.

Et puis il va y avoir des volets politiques qui vont s'ouvrir sur les conditions de voyage entre l'UE et l'UK, sur le paiement des pensions des retraités UK qui vivent en France (et vice versa), etc etc.

Faute d"avoir lu ce fameux traité (et qui l'a lu parmi les commentateurs politiques comme dans les politiques ?, je ne parle même pas du grand public) , il semble présomptueux de crier à la victoire, d'un coté ou de l'autre. On savait depuis le début que ce serait un deal perdant des deux cotés, et pour la puissance de l'Europe face aux barbares américains, russes et chinois.

Rien n'est réglé, le traité va devoir être ratifié individuellement par chaque pays et les "détails " vont encore être discutaillés par les anglais pendant des années. Même sortis de l'UE, ils vont encore nous "e.........der" longtemps avec leurs discussions de marchands de tapis.
Réponse de le 26/12/2020 à 17:38 :
A noter que la négociation sur l'Accord de Partenariat Économique UE-Japon
entré en vigueur le 1er février 2019 a durée longtemps aussi.Par contre, le 12 septembre de cette année le Royaume-Uni a conclu un accord commercial « de principe » avec le Japon dont la négociation n'aura duré que trois mois (Même s'il vise en partie à copier-coller les termes de l'accord conclu par Tokyo et Bruxelles en 2018) et entrera en vigueur une fois la sortie de l'UE effective au 1er janvier 2021.
a écrit le 26/12/2020 à 10:51 :
La satisfaction s'il doit y en avoir une est que l'UE a parlé d'une seule voix jusqu'à la conclusion de cet accord qui profitera surement aux Anglais. N'oublions tout de même pas qu'il y est prévu une nouvelle année supplémentaire de transition afin de préciser les détails et que ni la politique de défense ni la politique étrangère n'en font partie. Pa ailleurs, on ne parle plus de l'ardoise dont devait s'acquitter la GB pour sortir de l'UE à titre de solde de tout compte: cela est-il toujours d'actualité?!
a écrit le 26/12/2020 à 10:42 :
Accord historique? Pas pour nous européens. Barnier était obsédé par un no deal et il a tout fait pour sauver les meubles. Les britanniques obtiennent exactement ce qu'ils voulaient, un marché. Et il l'ont obtenu. Comme toujours, les européens vont se rendre compte rapidement de la toxicité de cette nouvelle relation. La grande Bretagne va prospérer et nous européens incapables de faire appliquer nos règles. Il aurait fallu une clause de secours qui permette à l UE de mettre un terme sine die à cet accord. Croyez vous vraiment que les entreprises vont relocaliser en Europe alors que l'on offre un accès sans conditions aux anglais ???
Réponse de le 26/12/2020 à 11:27 :
un accord de libre échange qui ne peut que profiter à tous les acteurs, pourquoi considérez vous que l UE est perdante ? ca ne change rien sur le plan du business, excepté les tracasseries administratives qui vont entrainer sans doute un surcout sans commune mesure avec les frais de douane dans un cadre OMC. IL faudra que les exportations UK respectent les normes de l' UE, comme c'est le cas actuellement. une cour d'arbitrage va êtres spécialement crée. la différence c'est que maintenant lUE aura les coudées franches pour avancer sur les volets de la normalisation sociale et fiscale.
a écrit le 26/12/2020 à 9:38 :
Détails sur l'accord de Brexit, il se confirme:

- que l' Angleterre a très bien négocié pour son compte.
- en particulier que l'Apocalypse du Royaume-Uni, que nous prédisaient avec haine depuis quatre ans les membres de la secte européiste, n'était qu'un mensonge unioniste de plus.

F AsselIineau du parti UPR, moteur du Frexit hier en faveur d'une Europe libre avec des peuples libres qui aurons révoqué l' UE..
a écrit le 26/12/2020 à 9:03 :
Il serait simpliste de limiter cette séparation à la seule question du commerce ou de la pèche et si la réalité était ailleurs. L’Angleterre est une île avec une forte tradition et une vraie civilisation qui repose encore sur un commonwealth, leur langue domine le monde et il se pourrait que l’esprit de Churchill soit toujours présent chez ce peuple. En face il existe une bouillie bordée de belles intentions avec des pays tous plus ou moins endettés, sans projets, force est de constater que l’UE à 27 est une utopie et que les Allemands occupent naturellement ce vide. Entre l’ordolibéralisme qui porte en religion la stabilité de la monnaie et le commerce libre et non faussé, et le Souverainisme, les Anglais ont choisi il ne tient qu’à l’UE d’en faire autant..
a écrit le 25/12/2020 à 20:47 :
Dans la séries les sentences accompagnent les santons, offrez un avenir à vos enfants pour Noël prochain, réparez le pays, offrez leur le Frexit.
a écrit le 25/12/2020 à 20:32 :
UE, réinstallation du système, veuillez patienter !
a écrit le 25/12/2020 à 20:28 :
Alors que l'UE est un échec, alors qu'elle s'enfonce tous les jours un peu plus maintenant faut s'arrêter de s'inquiéter pour le RU hein et se mettre au boulot mais justement, maintenant que c'est validé on dirait que nos médias les envient à parler d'eux sans cesse, sans se regarder dans une glace.

Mais en fait, qui se préoccupe réellement de l'Europe, la vraie ?
Réponse de le 27/12/2020 à 23:09 :
Échec ? N'importe quoi. C'est du pure trumpisme. A force de déformer la réalité on se persuade du contraire de la vérité. Moi je suis satisfait de vivre en Europe et beaucoup d'anglais regrette ce qu'il leur arrive.
Réponse de le 28/12/2020 à 8:47 :
@ multipseudos:

Tu n'as toujours rien à dire donc, signalé.
Réponse de le 04/01/2021 à 18:30 :
Puis je me permettre ,très respectueusement ,de m'enquérir des conséquences de cette décision "signalé "pour Nantes 44 dont je partage l'opinion ?
a écrit le 25/12/2020 à 19:16 :
le diable etant non seulement dans le detail, mais encore plus dans l'application, on verra plus tard.....
avec quelqu'un qui sans honte annule ses engagements, tout en admettant que c'est illegal, on se dit que ca va batailler bcp plus ferme que la serenite annoncee en facade
a écrit le 25/12/2020 à 18:32 :
Et les problèmes de :
- la frontière Gibraltar / EU ?
- la frontière de l' Irlande du Nord ?
- construction des pièces d' Airbus ?
- etc...
Je n' ai vu nulle part d' informations, j' en déduis donc que rien n'est réglé, non ?????.
a écrit le 25/12/2020 à 18:32 :
Et les problèmes de :
- la frontière Gibraltar / EU ?
- la frontière de l' Irlande du Nord ?
- construction des pièces d' Airbus ?
- etc...
Je n' ai vu nulle part d' informations, j' en déduis donc que rien n'est réglé, non ?????.
Réponse de le 25/12/2020 à 20:19 :
N 'entretenez plus dans la médiocrité des problèmes où il n' y en a plus, le SEUL problème était la dictature de l' UE et les anglais l' ont réglé.
a écrit le 25/12/2020 à 18:01 :
Les Anglais auront ils fait le bon choix? Vu l'urgence pour Bojo...pas si sûr. Il faudra quand même qu'ils se conforment à toutes les règles européennes. Nul doute que les contrôles seront pointilleux. On comprend que le moyen de régler les litiges soit un point clé avec la pêche.
Réponse de le 25/12/2020 à 19:17 :
bojo va retourner sa veste une fois ses pbs regle et expliquer qu'il sait que c'est illegal mais que sur ce coup la ca l'arrange
le pb c'est la capacite de resolution des conflits, qui doit etre avec sanction immediate... les premiers a etre pour sont les irelandais
a écrit le 25/12/2020 à 17:03 :
L' autocrate Macron félicite l' autocrate Van der Leyen, le peuple démocrate britannique félicite le démocrate Boris Johnson, saisissez-vous l' énorme nuance ?
Réponse de le 25/12/2020 à 18:06 :
entre autocrates des héros ? ! mais comme disait mon grand père un peuple sans héros est un peuple heureux...
a écrit le 25/12/2020 à 16:08 :
Le Royaume Uni est le grand vainqueur de cette négociation, avec notamment la fin de suprématie de la cour de justice européenne, et la souveraineté totalement retrouvée des lois britanniques, en dépit de ce que voulait l'UE. Pourquoi parle t-on ici de la pagaille générée par le Covid ? rien à voir avec le BREXIT !! une fois encore, on essaye de faire un amalgame entre deux choses qui n'ont strictement rien à voir...
Réponse de le 26/12/2020 à 18:12 :
@Lda 1960
Ce n'est pas parce que le Ru retrouve ses lois qu'il pourra les imposer à l'UE.
Pour toute activité, services, produits...ils devront se conformer aux règles
européennes.
Il n'y a pas de taxes de prévues, mais il y aura des contrôles sur les marchandises par exemple.
C'est de la paperasse
et cela à un coût, et c'est du temps.
a écrit le 25/12/2020 à 13:06 :
Copie d' écran à 00.02, journal de Pascal JLABERT sur BFM, Macron "la rentrer sera très dur" ; est-ce qu' ils l' ont juste fait exprès ....?
Réponse de le 26/12/2020 à 14:51 :
Pfff ... vous vous êtes éclaté, pour le réveillon de Noël !!! Recopier l'écran de BFM à 00:02, c'est une merveilleuse aventure !!! éclate totale chez vous !!!
a écrit le 25/12/2020 à 13:02 :
4 ans de propagandes ont fait pschitt hier .. Soulagement de l' UE voulez-vous dire, le no deal qu' envisageait BJ a eu tôt fait de réduire l' UE dictatoriale arrivant pour défendre des intérêts dispersé et les réduire à cette simple expression, l'Angleterre, yes, j' en veux encore . A présent c' est vite un Frexit et les français auront ce jour -là gagné la délivrance..
Réponse de le 25/12/2020 à 16:39 :
Avant de t'enflammer et proclamer que le brexit est un succès, il serait bon d'attendre de voir ce que ça donne en vrai.
Rdv dans un an, on verra si le uk s'en sort si bien
Réponse de le 25/12/2020 à 20:15 :
C'est bien vous qui brailliez depuis 4 ans qu' ils -les anglais- ne sortiraient jamais, vous qui vous êtes trompé sur tout depuis ..4ans et l' UE avec vous ..?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :