Johnson voit l'accord post-Brexit comme un "cadeau" de Noël

 |  | 263 mots
Lecture 1 min.
(Crédits : TOBY MELVILLE)
Le Premier ministre britannique Boris Johnson a brandi jeudi soir les centaines de pages de l'accord commercial post-Brexit conclu quelques heures auparavant avec l'Union européenne en guise de "cadeau" de Noël aux Britanniques.

Il n'en est pas peu fier. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a brandi jeudi soir les centaines de pages de l'accord commercial post-Brexit conclu quelques heures auparavant avec l'Union européenne en guise de "cadeau" de Noël aux Britanniques. "Ce soir, pour le réveillon, j'ai un petit cadeau pour ceux qui chercheraient quelque chose à lire dans la torpeur de l'après-déjeuner de Noël", déclare le chef du gouvernement conservateur dans un message vidéo publié sur Twitter.

"Le voici: des nouvelles réjouissantes, voici un accord, un accord pour apporter certitude aux entreprises et aux voyageurs et à tous les investisseurs dans notre pays à partir du 1er janvier, un accord avec nos amis et partenaires de l'Union européenne."

"Plein de poisson d'ailleurs"

"Vous vous souvenez de l'accord prêt à mettre au four ?", poursuit cet habile communiquant, reprenant l'un des refrains de sa campagne aux élections victorieuses de décembre 2019.

Cet accord de divorce entre Londres et Bruxelles, qu'il avait fait voter grâce à sa très large majorité au Parlement, était "juste l'entrée". L'accord de libre-échange conclu jeudi est le "festin", "plein de poisson d'ailleurs", poursuit le chef du gouvernement conservateur, plaisantant ainsi sur l'un des principaux sujets de discorde dans les négociations. "Je crois qu'il sera la base d'un partenariat heureux, couronné de succès et stable avec nos amis de l'UE dans les années à venir", se félicite-t-il. "Voilà, c'est la bonne nouvelle de Bruxelles, maintenant place aux choux" dont les Britanniques sont friands, "et joyeux Noël à vous tous", conclut-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/12/2020 à 23:33 :
Les britanniques ont obtenu ce qu'ils voulaient, notamment concernant l’accès au marché unique. Ce dernier sera toujours possible sans droits de douane ni quota. Les entreprises britanniques conservent ainsi l’accès au marché européen (450 millions de personnes), tandis que les firmes européennes pourront continuer à exporter et importer auprès du Royaume-Uni et de ses 66 millions de consommateurs.de nombreuses questions restent en suspens, notamment concernant les services (notamment financiers), qui sont sujets à des négociations parallèles.
Des dizaines d’accords secondaires n’ont pas été traités par l’accord entre Londres et Bruxelles. Le volet coopération a été grandement amoindri et le gouvernement Johnson n’a pas souhaité inclure la défense et la politique étrangère aux négociations. Les soi-disant concessions accordées par le RU à l'UE sont dérisoires et sujettes à négociations futures. Le RU a même réussi à restreindre les droits de pêche des européens de manière importante sur les prochaines années.
Ça ressemble beaucoup à une capitulation en rase campagne pour l'UE.
a écrit le 25/12/2020 à 18:34 :
M. Barnier a focalisé les anglais sur la pêche, Boris a mordu à l' hameçon et n' a rien fait, ni obtenu sur la finance, qui est portant le domaine le plus risqué pour l' Europe.
Il n'y aura un Singapour dérégulé à notre porte, tout au plus un petit Malte.
Sans industrie, ni service financier, les anglais n' ont pas fini de manger du fish and chips ;-)
Réponse de le 26/12/2020 à 10:32 :
Il est bien trop tôt pour dire bravo, gare aux lendemains qui risque de nous apporter de biens mauvaises surprises. Le renard anglais est très rusé.Et nous européens de déchanter devant une facture du post brexit.
Les trois mois à venir seront le thermomètre de l'après, mais je ne me fait guère d'illusion! personnellement un no-deal aurait pu remettre les pendules à zéro, afin d'établir une base saine.
a écrit le 25/12/2020 à 13:13 :
Comme prévu.Et c'était pas difficile à prévoir quand les négociateurs de l'UE sont la France et l'Allemagne,qui ont les plus gros intérêts avec le RU.Des grands coup de menton,des menaces,beaucoup de fumée pour cacher une Capitulation en rase campagne.Une petite concession temporaire sur la pêche pour avoir les avantages d'un membre de l'UE,sans les inconvénients.C'est plus qu'un cadeau de Noël,il peut être heureux Boris.Pour parachever l'"accord du siècle" on devrait donner aux Anglais un siège permanent d'observateur à l'UE,pour qu'ils puissent continuer à nous nuire.
a écrit le 25/12/2020 à 12:21 :
Maintenant nous savons combien de temps il faut pour sortir de l'UE : 4 ans. Le problème est d'avoir d'excellents négociateurs, à l'image du Royaume Uni. Et là, n'est pas britannique qui veut... le patron des négociateurs UE était... rappelez moi ... ah oui, l'inénarrable français Michel Barnier !
Réponse de le 25/12/2020 à 14:11 :
C'est peut-être pas fini.Il faut que l'"accord historique" soit ratifié par les deux parlements,anglais et UE.Qui sait,un ou plusieurs pays de l'UE pourraient s'apercevoir que cette mascarade va contre leurs intérêts?
a écrit le 25/12/2020 à 12:05 :
En France Macron nous dit que la rentrée sera très dure, nous c ' est la sortie qui nous intéresse.
a écrit le 25/12/2020 à 11:55 :
Nous ne sommes jamais rentré dans l'UE : l'UE a bénéficié d'un traitre pour nous coloniser et nous voler par surprise alors que nous avions fermé la porte (referendum de 2005) le traitre a fait rentrer l'UE par la fenêtre...
a écrit le 25/12/2020 à 11:35 :
Le beurre et l'argent du beurre...
Bien joué Boris👏
Nos amis européens. Ah ah ! vas-y mets en encore une couche 👍
a écrit le 25/12/2020 à 11:29 :
Si la GB conserve son accès à l EU comme cela semble le cas, alors je me demande pourquoi rester ? Londres à exactement ce qu'ils veulent. Le marché intérieur sans contraintes. certes, ils perdent le passeport européen et les droits liés à la citoyenneté mais ils gardent l'économie. Aussi, les industriels qui dans un cas de non deal aurait relocalisé en EU n'ont plus aucun intérêt à le faire puisque la GB peut exporter comme avant sans contraintes. C'est 7ne vraie victoire pour l'Europe...en effet. Tellement obsédé par un deal, Barnier et bon leyen ont donné à Londres exactement ce qu'ils voulaient.
a écrit le 25/12/2020 à 11:08 :
Un excellent accord pour le Royaume Uni qui est parvenu à préserver tous les avantages d'un accès au marché économique Européen, tout en s'étant extirpé du pouvoir technocratique de la bureaucratie eurosoviétique pour retrouver la pleine souveraineté de son destin.
Réponse de le 25/12/2020 à 11:30 :
Hélas.
a écrit le 25/12/2020 à 11:01 :
Il existe aussi des cadeaux empoisonnés.
Réponse de le 25/12/2020 à 11:34 :
chez les politiques le sens commun n existe pas. l intéret personnel prime len priorité
a écrit le 25/12/2020 à 10:49 :
Il est évident qu'ils en sortent largement gagnant le seul but de nos européistes n'étant que de dégager un.accord dont ces bavards impénitents peuvent lui faire dire ce qu'ils veulent.

Vite un frexit, regardez comme c'est simple de sortir de l'empire prévu pour durer mille ans ! Et c'est une très bonne nouvelle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :