Brexit : à la recherche d'un impossible accord commercial

 |   |  731  mots
(Crédits : Dado Ruvic)
Si la date du 31 janvier actera bien la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne, une période de transition sera néanmoins ouverte jusqu'au 31 décembre. Il s'agit de négocier les nouvelles règles commerciales entre les deux zones économiques. Mais rien ne dit que les délais seront tenus...

A deux semaines du Brexit, les diplomates européens se préparent pour la deuxième phase des négociations avec Londres, celle portant sur la relation future. Etat des lieux avant ces discussions qui s'annoncent intenses.

"Mission impossible"

Les Britanniques entreront après leur départ, le 31 janvier, dans une période de transition jusqu'au 31 décembre, pendant laquelle ils continueront d'appliquer les règles européennes. C'est pendant cette période que devra être négociée la nouvelle relation.

La Commission présentera dès la sortie britannique un mandat de négociation aux Etats membres, qui devra être approuvé par les 27, lors d'une réunion ministérielle le 25 février. Les négociations pourront alors officiellement débuter.

Première échéance: le 1er juillet. Au plus tard à cette date il sera décidé de prolonger ou non la période de transition - et donc de négociation - d'une ou deux années. Mais le Premier ministre britannique Boris Johnson a déjà rejeté une telle extension.

Si l'on tient compte du temps nécessaire à la ratification d'un accord, Londres et Bruxelles ne devraient disposer au mieux que de huit mois, de mars à octobre, pour parvenir à s'entendre. "C'est mission impossible", résume un diplomate européen.

Accord limité

Avec ces contraintes, l'UE ne pourra atteindre son objectif initial d'un "accord global" couvrant tous les aspects de la future relation (commerce des biens et des services, migration ou encore politique étrangère).

Selon une source diplomatique, Bruxelles a pour priorité de parvenir en 2020 à des compromis sur la pêche, la sécurité intérieure et extérieure et surtout le commerce de biens. Le reste sera négocié plus tard.

En matière commerciale, Londres n'ambitionne de toute façon qu'un simple accord de libre-échange.

Bruxelles doit bientôt détailler aux Etats membres sa vision de la future relation: un cadre formel avec des institutions communes ? Un arrangement plus souple, structuré par des accords distincts comme avec la Suisse ?

Plusieurs capitales européennes rejettent en bloc cette dernière solution, jugeant trop confuse l'actuelle relation avec Berne.

Barnier à la manoeuvre

Les discussions, a priori en alternance à Londres et Bruxelles, seront coordonnées par le négociateur en chef de la Commission, Michel Barnier. Son homologue devrait être David Frost.

Selon une source européenne, seuls "8 à 10 cycles de négociation d'une semaine" pourront être organisés, "soit une quarantaine de jours de négociation pure".

Cela semble bien peu quand il a fallu des années à l'UE pour s'entendre avec le Canada, un partenaire autrement moins important que le Royaume-Uni.

"On accorde deux ou trois semaines à chaque sujet et on voit ce qui est possible. Si le blocage est trop important, on passe à autre chose. Il y aura des thèmes bien avancés, d'autres n'iront nulle part", anticipe un diplomate.

Règles du jeu

Principale préoccupation de Bruxelles: s'assurer que Londres ne dérégule pas son économie en matière environnementale, sociale, fiscale ou d'aides d'Etat et commerce en suivant des règles du jeu équitables ("level playing field").

Certains Etats membres aimeraient que les Britanniques s'alignent sur les règles de l'UE dans ces quatre domaines et s'adaptent de manière automatique aux changements de législation. Une demande jugée indispensable étant donnée la proximité géographique et économique du Royaume-Uni.

Mais M. Johnson "a clairement indiqué qu'il veut un accord de libre-échange de type canadien sans alignement", rappelle un responsable britannique.

"Le point de départ, ce sont des normes exceptionnellement élevées (...) Nous n'avons absolument pas l'intention de les abaisser", ajoute-t-il.

"Maintenir l'unité"

"Il va être difficile de maintenir l'unité européenne", estime un diplomate européen, les priorités des capitales n'étant pas les mêmes.

Les pays de l'est de l'Europe attachent ainsi une grande importance aux biens industriels. D'autres, comme le Luxembourg, aux services financiers.

La France, le Danemark, l'Irlande, la Belgique et les Pays-Bas tiennent eux à garder leur accès aux eaux britanniques pour la pêche, un sujet hautement symbolique, qui sera scruté par les autres pays, inquiets des concessions à Londres.

La pêche devrait d'autant plus animer les discussions que Bruxelles semble conditionner l'ouverture des discussions purement commerciales à un accord dans ce domaine.

Les deux parties ont d'ailleurs promis de s'entendre sur la pêche avant le 1er juillet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2020 à 13:37 :
Bravo aux anglais qui voient plus loin que l'horizon. L'UE est une utopie qui va s'effrondrer comme toutes les utopies. Comme le disait Vladimir Bukovsky:" J'ai vécu dans votre futur et ça n'a pas marché".
Réponse de le 24/01/2020 à 15:41 :
J'aurais plutôt tendance à dire qu"ils ne voient pas plus loin que le bout de leur nez...
a écrit le 19/01/2020 à 10:42 :
Et pourquoi Bojo est-il tellement pressé ? Parce que depuis la décision du bréxit celui-ci a coûté la bagatelle de 200 milliards presque autant que la contribution de l'Angleterre à l' UE depuis son adhésion (un peu plus de 40 ans).Souvenez-vous cette contribution de l'Angleterre au budget de l'UE était le thème phare de Bojo pour le bréxit. Cherchez l'erreur!!!
Réponse de le 19/01/2020 à 17:55 :
"la décision du bréxit celui-ci a coûté la bagatelle de 200 milliards " Vous pouvez étayer ?
a écrit le 19/01/2020 à 10:17 :
On se rend compte à quel point la France est liée à l'UE. La sortie des anglais est instructive, les gouvernements successifs français n'ont plus la possibilité de décider l'avenir de notre pays, nous sommes tributaires de la technocratie bruxelloise.
a écrit le 19/01/2020 à 0:30 :
J'ai lu dans La Tribune que les français avaient ignoré dans les attributions des créneaux d'Orly les candidatures des groupes de transport aérien anglais parce qu'il avaient mentionné l'adresse de leurs groupes à Londres au lieu de leurs établissements à Paris. Il est certain que des négociations commerciales aussi tatillonnes vont prendre "un certain temps" comme disait Fernand Raynaud à propos du fut du canon.
a écrit le 18/01/2020 à 21:14 :
La désunion de l' UE fait la force de Bojo, les allemands poseront culotte pour continuer à vendre leurs grosses voitures à la GB or ce sont les allemands qui pilotent l' Ue sous hégémonie Us en se fichant comme d' une guigne des gesticulations de Macron.

Comment éviter de poursuivre des gesticulations aussi risibles qu' inutiles dans une vaine tentative de tordre le bras aux allemands et au reste de la bande ? Rejoignons Bojo par le FREXIT, comme une urgence, vite ...
Réponse de le 18/01/2020 à 22:08 :
Ca fait 3 ans que la secte UPR nous fait le coup de la désunion de l'UE face à un Royaume-Uni forcément triomphant. On a vu ce que ça a donné. L'UE est restée unie et le Royaume-Uni s'est couvert de ridicule. Pas de raison que ça ne continue pas.
a écrit le 18/01/2020 à 19:09 :
Encore un article pour nous expliquer que l'Union Européenne n'est pas en position aussi forte que cela et va se diviser ? Tiens, le vent tourne...
Réponse de le 18/01/2020 à 22:09 :
Dans cette affaire les 27 ont beaucoup moins à perdre que le Royaume-Uni. Il est en position de demandeur.
Réponse de le 19/01/2020 à 18:07 :
@bruno_bd. Tiens c' est marrant car le premier déplacement de von der Layen CE europe a été pour honorer la GB et B Johnson de sa présence, demandeur disiez vous ?! Je sais bien que vous ne parlez pas le langage des signes et que 20320 ne va pas arranger votre compote géopolitique mais quand même !
a écrit le 18/01/2020 à 18:31 :
Règle no 1 : ne JAMAIS faire confiance à des britanniques ! Apès c'est plus facile .
a écrit le 18/01/2020 à 18:23 :
bojo a besoin d'un accord rapide, comme ca il peut mettre la pression et avoir fissa ce qu'il veut...........
ca tombe bien, ca va pas arriver, vu que tout le monde savait avant que ca prend au moins 10 ans.........
y a rien de catastrophique, les regles de l'omc peuvent largement s'appliquer, faut pas etre presse, et faut pas etre presse que le uk devienne la porte d'entree d'un marche de 400 millions de personnes a des boites americaines qui seront ravies dy aller ( comme elles seront ravies d'aller en irelande si y a pas d'accord)
a écrit le 18/01/2020 à 18:19 :
"....Il va être difficile de maintenir l'unité européenne, estime un diplomate européen, les priorités des capitales n'étant pas les mêmes..." Sans blague ? Çà fait 50 ans que ça dure, rien de nouveau sous le soleil !!
a écrit le 18/01/2020 à 16:45 :
Enfin on va savoir si l'UE sert à quelque chose.
Réponse de le 20/01/2020 à 7:29 :
En tous les cas, si elle sert à une chose, c'est de permettre à la France de continuer à vivre au dessus de ses moyens sans craindre une dévaluation.
a écrit le 18/01/2020 à 16:13 :
Bravo aux anglais peuple souverain respecte par ses politiques enfin debarrasse de UE comme les autres qui l'ont refuse leur economie sont d'ailleurs florissante sans dictature de UE
a écrit le 18/01/2020 à 14:23 :
Qui recherche un accord commercial? Pour quel accord? Le délai n'a rien a voir avec le sujet! La communication n'est pas coupé après le soit disant délai! Mais on évite toute remise en question pour avancer!
a écrit le 18/01/2020 à 12:11 :
Comme quoi finalement il est très facile de sortir de l'UE.

Vite un frexit
a écrit le 18/01/2020 à 12:08 :
""Il va être difficile de maintenir l'unité européenne", estime un diplomate européen, les priorités des capitales n'étant pas les mêmes."

Un coming out réellement intéressant où la démonstration de fond qui débauche l' UE depuis toujours, raison interne de son échec en plus de celle externe, sa tutelle atlantiste.

Heureux anglais UPR, Frexit, vite ..
a écrit le 18/01/2020 à 12:03 :
Dans cette partie de poker menteur, c'est BJ qui mene les encheres.
L'europe n'acceptera jamais ses propositions et tout cela impliquera un Brexit dur.
Les perdants seront les europeens.
BJ fera deal avec les americains.
Réponse de le 18/01/2020 à 14:04 :
Il se fera bouffé par les us... qui peut croire que il- qui se verra appliquer des taxes d importations par lveuripe- pourra jouer un rôle quelconque pour les us les chinois et autres....
Pour quelques intérêts enomoquesvpriviligies les politiques anglais ont sacrifiés l’ensemble de la population anglaise qui va réaliser avoir été manipulée .. bon réveil... d ailleurs il est intéressant de noter que ceux qui ont’pronesnle brexit - les plus fortunes- ont transféré une grande partie de leur fortune dans les banques européenne s eh suisse....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :