Brexit : en cas de "No-Deal", 88% des importations britanniques seront libres de droits de douane

 |   |  640  mots
De nouveaux droits de douane sur des vêtements seront créés pour garantir le maintien de l'accès préférentiel au marché britannique actuellement offert aux pays en développement.[Photo: une couturière au travail dans l'usine textile de Yakeda Outdoor Travel Products, à Yangon (ex-Rangoun), la plus grande ville du Myanmar (Birmanie).
De nouveaux droits de douane sur des vêtements seront créés pour garantir le maintien de l'accès préférentiel au marché britannique actuellement offert aux pays en développement.[Photo: une couturière au travail dans l'usine textile de Yakeda Outdoor Travel Products, à Yangon (ex-Rangoun), la plus grande ville du Myanmar (Birmanie). (Crédits : Reuters)
Affichant une confiance sans faille dans son industrie et ses entreprises qu'il considère "dans une position de force", le gouvernement britannique, à quelques jours du Brexit, a révisé mardi le régime provisoire de droits de douane qui entrerait en vigueur si le Royaume-Uni quittait l'Union européenne sans accord. Les modifications concernent les poids lourds, le bioéthanol et les vêtements. Mais certains secteurs restent tout de même protégés de leurs concurrents extérieurs.

Le gouvernement britannique a révisé mardi le régime provisoire de droits de douane qui entrerait en vigueur si le Royaume-Uni quittait l'Union européenne sans accord, exemptant de taxes 88% du total des importations en valeur.

En clair, si le pays quittait l'UE sans accord, les entreprises britanniques ne paieraient pas de droits de douane sur les importations au Royaume-Uni pour la majorité des marchandises. Côté consommateurs, cela se traduira par une baisse des prix dans les magasins et l'assurance de continuer à trouver les meilleurs produits du monde entier. Le communiqué du gouvernement cite à titre d'exemple, le miel néo-zélandais qui verra son tarif passer de 17% à zéro, le raisin du Brésil qui passera d'environ 15% à zéro et d'autres produits, tels que les raquettes de tennis et les vins, qui ne seront plus soumis au droit de douane.

"Le Royaume-Uni est une nation favorable au libre-échange et les entreprises britanniques sont dans une position de force pour se défendre avec succès dans un environnement ouvert et libre-échangiste", a déclaré le ministre délégué à la politique commerciale, Conor Burns.

Un nouvel ajustement des droits de douanes reste possible

Prudente, Londres, qui veut éviter une flambée des prix tout en préservant les intérêts de ses entreprises, précise cependant que ce régime pourrait être modifié si nécessaire.

Le nouveau régime s'appliquerait pour une durée allant jusqu'à 12 mois. Cependant, à partir de janvier, une consultation complète (auprès de toutes les entreprises, groupes d'intérêts et consommateurs) sur la pérennité de ces droits de douane sera entreprise dans le cadre des travaux visant à développer la politique commerciale indépendante du Royaume-Uni, explique le communiqué.

Objectif : soutenir l'économie britannique et le pouvoir d'achat

Dans le détail, cette révision du régime des droits de douanes post-Brexit, dont la première version a été adoptée en mars dernier, abaisse les taxes sur les importations de camions, en crée de nouvelles sur les importations de vêtements et ajuste le niveau des droits frappant les importations de bioéthanol.

  • Importations de camions:

La réduction des droits de douane pour les poids-lourds entrant sur le marché britannique a pour objectif de ne pas pénaliser les producteurs de biens et les professionnels du transport routier britanniques afin de ne pas ralentir le renouvellement des flottes de camions dans une optique de réduction des émissions polluantes.

  • Importations de vêtements:

De nouveaux droits de douane sur des vêtements seront créés pour garantir le maintien de l'accès préférentiel au marché britannique actuellement offert aux pays en développement notamment, explique The Guardian, le Bangladesh, le Cambodge, le Myanmar, le Sri Lanka, les Philippines, le Pakistan, la Bolivie et l'Arménie.

  • Importations de bioéthanol:

Pour le bioéthanol, il s'agit d'ajuster les tarifs afin de continuer à soutenir les producteurs britanniques, ce carburant étant jugé essentiel pour les infrastructures nationales.

Le secteur automobile et l'agriculture restent protégés de leurs concurrents extérieurs.

Le 31 octobre arrive à grand pas, mais le pays est "totalement prêt"

Cette révision est publiée à 23 jours seulement de la date théorique du Brexit, fixée au 31 octobre, alors qu'aucun accord ne semble en vue entre le gouvernement de Boris Johnson et ses partenaires européens.

"Ces trois amendements spécifiques aux taux des droits de douane publiés en mars permettront aux chaînes logistiques britanniques de continuer de fonctionner sans heurt et maintiendront des prix bas pour les consommateurs et garantissent que nous sommes totalement prêts à quitter l'UE le 31 octobre, quelles que soient les circonstances", indique le gouvernement britannique dans un communiqué.

(Avec Reuters)

___

ANNEXE

| Lire le communiqué (en anglais) sur GOV.UK: Temporary tariff regime updated

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2019 à 18:10 :
bref, plein de baisses d'impots pas financees
quant a la supplychain, les bien allant au uk seront exemptes, mais quand ils retourneront dans les produits finaux assembles sur le continent ils le seront, il faudra donc se tourner vers des producteurs/suppliers sur le continent
a écrit le 09/10/2019 à 17:34 :
C'est ce qu'on dit pendant la négociation, car après la baisse des recettes ne permettra pas de le faire. Une vielle technique pour faire flipper l'adversaire.
a écrit le 09/10/2019 à 14:23 :
On est en pleine surenchère politicienne !
J'espère néanmoins qu'après ces tris années de "brexit hystérie" l'Europe rétablira les droits de douane sur toutes les produits et services venant du Royaume uni, et si les moutons gallois sont trop chers et bien nous mangerons des moutons français, c'est une question de bon sens.
Réponse de le 09/10/2019 à 15:48 :
Certain vont importer de la viande canadienne attention a votre sante
a écrit le 09/10/2019 à 12:19 :
en dehors de l'impact sur les producteurs locaux, quel est l'impact sur le budget de la Grande Bretagne? Moins de taxes, moins de recettes. Donc du déficit. Il y a un moment ou il faudra bien que les britanniques payent pour compenser cela
a écrit le 09/10/2019 à 7:15 :
Les seules qui ne vont pas être prêt le 31.10. ce sont les français et les entreprises françaises.
Réponse de le 09/10/2019 à 10:24 :
Sûr? Vous croyez vraiment que les entreprises sont restées les bras croisés et doigts de pieds en évantail ? Vous êtes vraiment limité d‘esprit dans ce cas...

Dans le groupe où je travaille, nous n‘avons pas attendu.
a écrit le 09/10/2019 à 1:39 :
Allez-y les amis, quittez l'UE ce sera bien pour vous et pour nous, car nous pourrons vérifier qu'il faut mieux être or de l'UE que dedans. Mais alors quelle gifle pour nos ponctionnaires !!!
Réponse de le 09/10/2019 à 10:25 :
Vous trouvez que c‘est mieux vous d‘importer du miel de Nouvelle Zélande quand on en a en France ????
a écrit le 08/10/2019 à 20:45 :
Oui en fait Boris Johnson ne va pas taxer les importations alors que les exportations vont se faire taxer plein pot si je comprends bien. Si le RU veut quitter l'UE pour se faire arnaquer par le reste de la planète c'est son choix.
Réponse de le 09/10/2019 à 6:38 :
C est la france qui se fait arnaquer par l UE en y restant.
Réponse de le 09/10/2019 à 18:44 :
@jil
Et bien je ne crois pas et avec un peu de chance on va bientôt pouvoir le vérifier.
a écrit le 08/10/2019 à 20:11 :
Qu'ils s'en aillent !!

Moi qui pensait que le peuple britannique était très avancé sur le plan constitutionnel de la démocratie. Je suis atterré qu'on puisse avoir des politiciens comme ce bojo.
Réponse de le 09/10/2019 à 12:14 :
Ce qui se passe en Angleterre est la parfaite demonstration que la democratie anglaise est la plus veridique et evoluee.
BoJo veut appliquer et realiser le vote populaire ( la democratie etant la gouvernance du peuple par le peuple :::) MAIS la representation nationale (parlement) fait contre pouvoir : C'EST CELA LA DEMOCRATIE
Pour sortir de ce dilem DEMOCRATIQUEMENT il faut REVENIR a de nouvelles elections parlementaire ,ce que refuse la gauche en angleterre , par peur de perdre .
Qui est le plus democratique ?????
Réponse de le 11/10/2019 à 22:06 :
Le parlement est AUSSI l'émanation du vote populaire, et accessoirement il a été renouvelé après le référendum du brexit, et ça s'est traduit par une claque pour les partis pro-brexit.
La vérité c'est que les britanniques sont complètement paumés et qu'ils ne savent pas ce qu'ils veulent.
a écrit le 08/10/2019 à 19:12 :
C'est un peu la méthode Coué, dans le style "ça va faire mal, alors il vaut mieux l'ignorer". Ce serait bien étonnant que mon pur malt favori se mette à baisser, mais enfin ...
Réponse de le 10/10/2019 à 8:45 :
Le Japon fait un single malt pour un prix tres correct.
Certes les ecossais sont sublimes, mais il faudra bien trouver des recettes si ca coince pour le RU le moment venu.
a écrit le 08/10/2019 à 16:09 :
Pari risqué l'exemption de dr de douane sur 88% des produits importés. Ca va favoriser les importations au détriment du local et accroître le déficit déjà conséquent du commerce des biens sachant que les consommateurs peuvent faire des stocks de précaution en prévision de pénurie future ou d'augmentation des prix. La bque d'A peut déprécier la livre pour favoriser les exportations et limiter la casse.
En cas de rétablissement des dr de douane, le PA des Britanniques en prendra doublement un sacré coup.
Réponse de le 09/10/2019 à 10:27 :
La population locale va en effet en pâtir, ils vont tous devoir fermer boutique car c‘est mieux d‘importer !
a écrit le 08/10/2019 à 15:52 :
Il n'y aura donc pas de douanier britanique. Bojo accepte le backstop en Irlande. Il reste à l'Europe de recruter des douaniers en uniforme pour contrôler les flux de marchandises. Autant rechercher des candidats au suicide!
a écrit le 08/10/2019 à 15:01 :
Faaantastiiiiic !, dissonance des droits de douanes à l'import des pays autres que la CE...12 % des produits nouveaux soumis à des droits de douanes : va falloir tout contrôler à l'import en GB et en UE, et je vois pas comment cela va permettre "aux chaînes logistiques britanniques de continuer de fonctionner sans heurt et maintiendront des prix bas ", qui dit contrôles, dit délais et coûts ! On sera aussi obligé de faire payer certaines exportations anglaises, donc contrôles, délais et cout.
C'est sur les consommateurs anglais vont gagner :-)
Ce gouvernement Tory est vraiment lamentable !
Réponse de le 08/10/2019 à 15:39 :
En même temps une majorité relative des britanniques ont voté pour le brexit, qu'ils en assument les conséquences.
a écrit le 08/10/2019 à 14:35 :
Une mesure qui devrait allécher la finance européenne incapable de ne pas suivre sa vénalité, bien vu.
a écrit le 08/10/2019 à 13:40 :
En parlant de britanniques :


Privés de vacances. Selon une étude du think tank The Resolution Foundation, relayée par le Guardian, un salarié britannique sur 20 n'aurait aucun congé payé, alors que la loi impose au minimum 28 jours par an. La principale raison ? La multiplication des contrats précaires outre-Manche. Depuis la crise financière de 2008, les contrats super-flexibles, dits "zéro heure", ainsi que l'intérim ont explosé. Les employeurs n'hésitant pas à violer les droits du travail en ce qui concerne les congés payés ou maladie.

Le rapport du think tank précise d'ailleurs que près d'un travailleur sur 10 ne reçoit pas de fiche de paye et ne peut donc pas vérifier combien de jours de congés il a cumulé, ni même s'il cotise bien pour sa retraite ou perçoit le bon salaire. Sur ce dernier point, les services fiscaux britanniques avaient relevé que 200.000 travailleurs ne recevaient pas le salaire minimum légal, fixé à 8,21 livres par heure. Les jeunes et les personnes âgées seraient les plus touchées par ces manquements à la loi.Les travailleurs du secteur de l’hôtellerie et de la restauration sont bien souvent les plus impactés. Environ un travailleur sur sept du secteur déclare ne pas avoir droit à des congés payés, soit trois fois plus que dans le reste de l’économie. "Les violations du marché du travail restent bien trop courantes, des millions de travailleurs se voient privés de leurs droits fondamentaux à un bulletin de salaire, à des vacances et au salaire minimum", déplore Lindsay Judge, analyste économique principale à la Resolution Foundation, relayée par le Guardian.
Réponse de le 08/10/2019 à 15:42 :
en même temps, la contrepartie de cette extrême flexibilité est le plein-emploi.
Réponse de le 08/10/2019 à 16:21 :
@lachose, quel rapport avec le Brexit ?
Réponse de le 08/10/2019 à 16:58 :
Il est toujours bon de savoir UPR
a écrit le 08/10/2019 à 13:28 :
Nouvelle tactique de communication de l'ami BoJo: faire croire que tout sera mieux après un brexit sans accord!
Pas de droit de douane et les prix vont baisser pour le consommateur, ben voyons! Et la baisse de la livre, quel impact aura-t-elle sur les prix à l'import?
Comme toujours, les promesses n'obligent que les simplets qui les croient...
C'est l'histoire du fameux bus NHS qui se répète.
Après tout ça a bien marché une fois...
Réponse de le 08/10/2019 à 14:04 :
Pas un mot de Johnson sur l'ardoise de 40 milliards à régler à l'UE. Avec le risque de défaut et de dégradation de la note britannique. Les droits de douane réduits et même super-réduits ne feront pas tout.
Réponse de le 08/10/2019 à 15:04 :
Vous avez oublié de mentionner que le ciel va leur tomber sur la tête (au passage la probabilité du Brexit est déjà intégrée dans le cours actuel de la livre, essentiellement basé sur la solidité de l'économie du pays).
a écrit le 08/10/2019 à 13:24 :
Si les produits étrangers rentrent (presque) tous sans taxes, le consommateur anglais va apprécier.
Mais de facto ca va aussi tuer des centaines de milliers d'entreprises locales anglaises qui ne peuvent pas rivaliser avec les centres de production quasi esclavagistes du tiers monde.
Les anglais ne vont pas payer cher, sauf qu'ils n'auront plus de salaires.

Et il est évident que si ça devait arriver, les marchandises anglaises seront lourdement taxées à leur entrée en Europe.

J'ai personnellement un peu de mal à croire que la GB se lance dans ce genre de guerre et je parie plutôt pour un coup de bluff de bojo afin d'influencer les négociations.
Réponse de le 08/10/2019 à 16:28 :
@Mouais, vous dites n'importe quoi pour vous faire plaisir ! Les Britanniques importeront sans taxes ce qu'ils ne produisent pas et sauront taxer pour se protéger. Le cauchemar de la pénurie de PQ et de médicaments qui faisait jouir les eurobéats ne se produira pas. Les gens sensés n'y ont jamais cru.
a écrit le 08/10/2019 à 13:10 :
Encore 25 jours de stress avant ce MIRACLE ! Quitter l'UE le rêve total !

Tenez bon c'est pas encore joué, il va y avoir encore des coups bien tordus pour éviter que vous prouviez que l'UE ne sert strictement à rien ! (politique, armée, sécurité, santé, fiscalité ...) vraiment à RIEN !

Bien joué, avec cette annonce ça donne déjà une idée de votre liberté à venir !
Réponse de le 08/10/2019 à 15:49 :
Dans un sens je suis d'accord avec vous, je suis pressé de voir en combien de jours l'économie britannique va sombrer après le brexit, je considère ce naufrage comme inéluctable, simplement un peu mois rapide en cas d'accord. Il ne faut JAMAIS oublier que le Royaume-Uni ne s'est finalement résolu à contre-coeur à adhérer au Marché Commun dans les années 70 que parce que son économie était à la ramasse du fait du délitement des liens économiques avec le Commonwealth. Il a fallu conjointement l'UE et le thatchérisme pour sortir le Royaume des sables mouvants économiques où il s'enfonçait. Maggie n'est plus là et le RU va sortir de l'UE...
Réponse de le 08/10/2019 à 19:30 :
Rira bien qui rira le dernier...
a écrit le 08/10/2019 à 12:44 :
De janvier à juillet (7 moins) : 106,5 milliards de déficit sur la balance des biens.
Le résultat est certainement faussé du fait que le Royaume a amassé des provisions pour l'hiver Brexit.
Réponse de le 08/10/2019 à 15:49 :
Le RU importe à peu près tout...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :