Brexit : l'Écosse espère "rejoindre" l'UE en tant que nation indépendante

La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a dit samedi espérer que l'Écosse gagne son indépendance et puisse "rejoindre" l'Union européenne, soulignant que le Brexit s'était fait contre la volonté des Écossais, qui s'y étaient majoritairement opposés lors du référendum de 2016.
La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a déclaré par le passé qu'un référendum sur l'indépendance devrait avoir lieu lors des premiers mois de la future législature l'an prochain.
La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a déclaré par le passé qu'un référendum sur l'indépendance devrait avoir lieu lors des premiers mois de la future législature l'an prochain. (Crédits : Russell Cheyne)

"Nous subissons maintenant un Brexit dur contre notre volonté, au pire moment possible, au milieu d'une pandémie et d'une récession économique", a déploré Nicola Sturgeon sur le site internet de son parti indépendantiste, le SNP, deux jours après la sortie du Royaume-Uni du marché unique et de l'union douanière.

Elle a de nouveau exprimé sa détermination à organiser un nouveau référendum sur l'indépendance de l'Écosse, après celui perdu par son camp en 2014, lorsque 55% des Écossais avaient dit "non" à l'indépendance.

Mais la décision d'organiser un tel référendum revient au Premier ministre britannique Boris Johnson, qui refuse fermement. Néanmoins, une large victoire du SNP lors des élections locales de mai prochain renforcerait la pression sur Londres pour accepter une nouvelle consultation.

Selon le dernier sondage mené par l'institut Savanta ComRes pour le journal The Scotsman, mi-décembre, 58% des Écossais soutiennent désormais une rupture avec le Royaume-Uni, du jamais vu.

"En tant que membre indépendant de l'Union européenne, l'Écosse serait un partenaire et pourrait construire des ponts - pas seulement un pont vers la construction d'une économie plus forte et une société plus juste, mais aussi un pont pour faciliter les relations entre l'UE et le Royaume-Uni", a avancé Mme Sturgeon.

Si les Britanniques, dans leur ensemble, avaient voté à 51,9% pour le Brexit en 2016, les Écossais s'étaient eux opposés à 62% à la sortie de l'Union européenne.

"Au cours de nos près de 50 ans d'adhésion, nous avons énormément bénéficié des quatre libertés du marché unique, y compris la liberté de mouvement. Plus de 230.000 personnes de toute l'Europe ont élu domicile en Écosse", a dit Mme Sturgeon, expliquant que "ce sont nos amis et notre famille, et nous voulons vraiment qu'ils restent".

Avec le Brexit, "nos citoyens seront moins en sécurité et leur droit de travailler, d'étudier et de vivre ailleurs en Europe sera restreint", a-t-elle regretté, soulignant que 2.000 Écossais avaient participé l'an dernier au programme d'échange universitaire Erasmus, auquel le gouvernement britannique a renoncé pour le remplacer par son propre programme international. "Nous ne voulions pas partir et nous espérons vous rejoindre bientôt en tant que partenaire égal", a conclu Mme Sturgeon

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 04/01/2021 à 17:59
Signaler
Ce genre de décisions qui changent les règles du jeu, il faudrait les prendre au 2/3 des voix et pas à 50% + 1 voix seulement. A 50%, ça ne sert qu'à diviser, pour le plus grand profit des ennemis de la démocratie, et de la paix civile.

à écrit le 03/01/2021 à 10:42
Signaler
Bon courage à l'écosse... Il faudra qu'elle se mette à l'euro.. D'un autre côté, c'est bien pour lez pecheurs européens.. Une autre zone de peche à pouvoir surexploiter... On leur laissera 20% comme pour les anglais...

le 04/01/2021 à 13:51
Signaler
Il faut savoir que les quotas anglais ont ete vendu a des societes Europeennes. Donc plus de quotas anglais ne veux pas dire plus de quotas a des navires anglais.

à écrit le 02/01/2021 à 20:40
Signaler
Non merci. Le Royaume-Uni est un Etat allié. Ne cherchons pas à le déstabiliser : ce serait quasiment un acte de guerre... Sans compter que le Pays-basque et la Bretagne pourraient suivre ce mauvais exemple. Bon, il y a aussi la Corse...

le 03/01/2021 à 1:21
Signaler
Au contraire bienvenue aux écossais ... ! Bojo a minimisé sciemment cet aspect dans sa campagne anti Europe .... une belle épine dans son pied après l Écosse le pays de galles ? ( pays de tradition culturelle celtique )

à écrit le 02/01/2021 à 19:37
Signaler
Une deuxième place de libre échange juste à côté de l’Angleterre avec laquelle de toute façon l’Écosse ne pourra jamais partir sans un partenariat ultra-privilégié, le RU est déjà en train de nous amuser mais bon ils ont raison, c'est tellement facil...

à écrit le 02/01/2021 à 18:55
Signaler
@lachose : On pourrait vous répondre : comment être indépendant en ayant une dette abyssale et en croissance permanente depuis plus de 40 ans? Quand vous êtes super endettés, l'indépendance n'est qu'une illusion, vous êtes dépendants de vos créancier...

à écrit le 02/01/2021 à 18:40
Signaler
Même si je serai ravi de voir l Ecosse joindre l Union, je ne suis pas convaincu que Edinburgh accepté l'euro, Schengen et donc une frontière en dure au niveau du mur d Hadrien.....

à écrit le 02/01/2021 à 17:25
Signaler
Comment peut-on être indépendant dans l'UE ,puisque 80% des mesures à appliquer viennent déjà de l'UE pour la France.

le 02/01/2021 à 18:42
Signaler
C'est une manière de dire les choses....on entre dans l Union Européenne comme état indépendant mais nous perdons cette independence au profit d'une nouvelle indepence européenne au sein de l'Union.

à écrit le 02/01/2021 à 17:24
Signaler
La France et l'Ecosse sont deux pays avec un point commun : ils ont tous les deux fait la guerre à l'Angleterre . Alors bienvenue dans l'UE à l'Ecosse et que l'Angleterre reste dans son isolement voulu . et à mon avis l'Irlande du Nord ne tardera pas...

à écrit le 02/01/2021 à 16:47
Signaler
L'Ecosse a autant de chance que la Catalogne de rejoindre l'UE un jour! Demander l'indépendance d'un coté pour se mettre sous dépendance d'une administration externe n'est pas un signe de souveraineté!

le 02/01/2021 à 18:07
Signaler
Oh un gilet jaune bonnet rouge anti tout.... Bonjour.... ( Il fait être gentil avec les braves citoyens anti tout ...) Lol

à écrit le 02/01/2021 à 16:26
Signaler
Voilà un autre exit qui se prépare. Cela devrait plaire aux fanatiques du brexit. Non? On nous bassine avec l'idée que l'union Européenne soit un enfer . Et en voilà qui veulent y rentrer. C'est vrai que l'enfer est pavé de bonnes intentions

à écrit le 02/01/2021 à 15:08
Signaler
avec alex salmond ca aurait ete plie depuis longtemps

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.