Brexit : les Britanniques se ruent par millions pour s'inscrire sur les listes électorales

 |   |  305  mots
Gros plan sur les chaussettes décorées du drapeau britannique portées par le leader populiste, nationaliste et eurosceptique Nigel Farage, leader du Brexit Party, lors d'une conférence le 22 novembre dernier à Londres.
Gros plan sur les chaussettes décorées du drapeau britannique portées par le leader populiste, nationaliste et eurosceptique Nigel Farage, leader du "Brexit Party", lors d'une conférence le 22 novembre dernier à Londres. (Crédits : Reuters)
Les législatives anticipées se dérouleront le 12 décembre, les inscriptions sur les liste seront closes ce mardi minuit. Les autorités électorales estiment qu'un Britannique âgé de 18-19 ans sur trois n'est pas recensé sur les listes électorales.

Environ 3,2 millions de personnes, dont plus de 2 millions de moins de 35 ans, se sont inscrites sur les listes électorales en Grande-Bretagne depuis l'annonce de législatives anticipées le 12 décembre, a annoncé mardi le gouvernement.

Dans le détail, la commission électorale a recensé 1,2 million de nouveaux électeurs âgés de moins de 25 ans et 966.000 âgés de 25 à 34 ans depuis l'annonce du scrutin le 29 octobre. Les inscriptions seront closes ce mardi à 23h59 GMT.

Corbyn (opposition) a incité les jeunes électeurs à s'inscrire

Les autorités électorales estiment qu'un Britannique âgé de 18-19 ans sur trois n'est pas recensé sur les listes électorales. "Les locataires ayant récemment déménagé, les personnes sans domicile fixe et certains membres des communautés noires et asiatiques sont aussi moins enclins à être enregistrés", a ajouté Craig Westwood, directeur de communication de la Commission électorale.

Jeremy Corbyn, chef de file du Parti travailliste (opposition), a incité les jeunes électeurs à se faire inscrire dans les temps, le Labour enregistrant traditionnellement de bons scores parmi les jeunes.

"Les propriétaires douteux sont inscrits sur les listes. Les mauvais patrons sont inscrits sur les listes. Et les super-riches qui ont truqué le système sont inscrits sur les listes. Et vous ?", a-t-il tweeté mardi.

Son dernier tweet, rappelle l'heure limite de ce soir et insiste, dans une vidéo de propagande (ci-dessous) sur l'importance de faire entendre sa voix à ces élections par un argumentaire choc. Par exemple, une étudiante y dit : "Je viens de finir la fac et je suis endettée à hauteur de 50.000 livres"; une ouvrière : "Je suis en contrat 'zéro heure' et je suis à deux doigts de me faire expulser".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2019 à 7:35 :
Et donc, sous-entend-on que s'il y avait un risque de Frexit, davantage de citoyens s'inscriraient sur les listes électorales en France ? La démocratie intéresserait de nouveau les citoyens ?
a écrit le 28/11/2019 à 2:03 :
Ce Brexit a déjà connu tellement de rebondissements et de surprises, que cette ruée de nouveaux électeurs va probablement en susciter encore. Le pire pour l'UE serait la suppression du Brexit et le retour dans l'UE d'une nation qui a apporté beaucoup plus de complications et inconvénients que de coopération. Et nous a arraché des privilèges.
a écrit le 27/11/2019 à 14:16 :
"Brexit : les Britanniques se ruent par millions pour s'inscrire sur les listes électorales"

Ce qui laisse entendre que sans le Brexit, ils ne s'inscriraient pas sur des listes electorales ,bravo.
a écrit le 26/11/2019 à 18:59 :
Pourquoi n'entend on pas plus de centristes libéraux pro "remain" qui ratisseraient un peu à droite et à gauche à la "Macron".
Quels "has been" ces conservateurs et travaillistes ! !
Réponse de le 27/11/2019 à 6:46 :
Il y a une offre correspondante, les lib-dems. La ligne dinosauresque de Corbyn leur laisse de l'espace (contrairement à Blair qui occupait cet espace). Avec le système électoral britannique, tant que le Labour campera sur cette ligne, ce sera une assurance tout-risque pour les conservateurs, même s'ils présentent un âne.
a écrit le 26/11/2019 à 17:55 :
C'est un peu comme un femme battue, elle peut rester par manque de caractère dans le couple pour la sécurité d'existence ou partir refaire sa vie! C'est le même choix proposé lors de ces élections!
Réponse de le 27/11/2019 à 20:00 :
Entièrement d'accord: le choix est de rester avec Boris ou de le quitter.
a écrit le 26/11/2019 à 16:33 :
Un jeune s'inscrivant sur la liste électorale et participant aux législatives serait forcément une voix gagné pour le remain? Nous ne sommes pas au sein de la majorité à l'Assemblée Nationale là.
Il y a des jeunes pro-UE et des jeunes pour la sortie au même titre qu'il y a des "anciens" pro et anti UE. De même qu'il y a des gens s'inscrivant car ne voulant pas que le référendum de 2016 soit piétiné.
Inutile de sortir la boule de cristal nous verrons si les Britanniques veulent ou non sortir de l'UE. S'ils sont maso enfin je veux dire s'ils veulent rester dans l'UE inutile d'aller voter Corbyn ils donneront une majorité aux Lib Dém qui en tant que grands démocrates se feront un plaisir de s'asseoir purement simplement sur le référendum de 2016 en révoquant l'article 50.
Réponse de le 27/11/2019 à 6:51 :
Chez les jeunes, la balance penche nettement contre le brexit, même si vous avez raison, il n'y a certainement pas d'unanimité. Et vous avez aussi raison sur un point, le clivage pro ou anti UE est plus culturel et sociologique que générationnel. Moins on est armé intellectuellement pour décoder les mensonges des brexiters, plus on croit leur boniment. C'est un peu la même chose que le vote RN ou UPR chez nous.
Réponse de le 27/11/2019 à 17:55 :
Il est vrai que les jeunes ne se sentent pas concerné par l'héritage de leur aîné jusqu'au jour où ils sont responsable!
a écrit le 26/11/2019 à 13:54 :
Les brexiteurs vont se prendre une branlée électorale.

Avec un peu de chance il y aura un second referendum en 2020 qui annulera le premier et le pays sortira de ce cauchemar où il s'est lui-même plongé.
Il n'en sortira pas indemne, et l'UE non plus mais le pire aura été évité.

Et tant pis pour l'UPR....
Réponse de le 26/11/2019 à 14:34 :
Voila qui reste à démontrer.....

Ne pas confondre ce que l'on souhaite avec la réalité des faits. Le peuple britannique est extrêmement divisé sur le sujet de la sortie de l'union européenne.
Réponse de le 26/11/2019 à 15:22 :
Ce sera démontré par l'exemple, j'ai confiance.

Les britanniques sont divisés mais surtout les brexiteurs..

Quand les grands bretons sont sondés et qu'on leur demande si le brexit est une bonne chose pour leur pays, 48% répondent non, 12% répondent qu'ils ne savent pas et 40% seulement répondent oui.

Sauf que dans les 40%, il y a une partie qui ne veut pas d'un brexit sauvage alors que le reste refuse un brexit ordonné.

En aucun cas il n'y a de majorité pour le brexit.

Les jeunes, qui sont tous nés dans l'UE et avec la liberté de circuler ont été les grands absents du premier referendum. Soit parce qu'ils s'en sont désintéressé, soit parce qu'ils n'avaient pas l'âge de voter. Et ils sont anti-brexit. Ce repli nationaliste leur semble absurde.
Réponse de le 26/11/2019 à 16:25 :
Vous n'avez pas eu les résultats des dernières élections européenes il semblerait...
Réponse de le 27/11/2019 à 6:57 :
Je pense que Johnson aura sa majorité notamment à cause du système électoral britannique et parce que les anti-brexit, pourtant majoritaires en voix, n'ont pas su s'entendre pour présenter un seul candidat par circonscription, le mieux placé. Il faudra donc que le brexit produise ses effets économiques ravageurs en provoquant une forte baisse du niveau de vie en particulier des plus modestes (rassurez-vous, les riches s'en sortiront très bien, eux), pour que les britanniques demandent leur réadmission. Il faudrait que l'UE prévoie une porte ouverte permettant une réadmission simplifiée (évidemment sans les opt-out dont bénéficiait le RU : €, Schengen, rabais).
Réponse de le 28/11/2019 à 17:55 :
"Vous n'avez pas eu les résultats des dernières élections européenes il semblerait... "

Ben si justement, mais méfiez vous des résultats des européennes il n'ont souvent pas grand chose à voir avec les forces sur le plan national.
Néanmoins
Pro brexit; 36%
Anti brexit: 40%

Et les conservateurs n'ont pas fait 9%, Je ne vois pas comment Johnson pourrait prétendre être crédible pour diriger le pays et négocier le brexit alors que son parti est arrivé en 5eme position aux européennes.
a écrit le 26/11/2019 à 13:52 :
D'une pierre deux coups, ils font croire à l'oligarchie financière européenne que ça ne va pas se faire tout en galvanisant leurs citoyens pour que cela se fasse.

Marrant comme rien que la pensée de la liberté retrouvée les fait avancer à grand pas les anglais, on est vraiment très loin de cet abominable Blair.

Peut-être qu'il faut en passer par là pour progresser ensuite, après avoir touché le fond comme les anglais l'ont fait après les déstreux Thatcher et Blair.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :