Brexit : un "tsunami" d'avocats déferle sur l'Irlande

Le nombre d'avocats britanniques ayant fait le choix de s'enregistrer en Irlande a augmenté de 275% par rapport à l'année dernière. Ces enregistrements visent à parer à "toute préoccupation à l'avenir sur le statut de leurs avocats en traitant avec les institutions européennes".
Le nombre d'avocats enregistré cette année en Irlande est supérieur de 500 au précédent record de 2008.
Le nombre d'avocats enregistré cette année en Irlande est supérieur de 500 au précédent record de 2008. (Crédits : REUTERS/Luke MacGregor)

Le Brexit fait fuir les défenseurs. Huit cent dix avocats venus d'Angleterre et du Pays de Galles seront ainsi enregistrés d'ici la fin de l'année en Irlande, qui s'ajouteront aux 1.347 déjà enregistrés depuis le début de l'année, a précisé la Société irlandaise. Ces chiffres représentent une augmentation de 275% par rapport à l'année dernière et le nombre d'avocats est supérieur de 500 au précédent record de 2008.

Parmi ces nouveaux enregistrements, figurent 117 personnes appartenant au cabinet d'avocats Freshfields Bruckhaus Deringer, l'une des plus grandes sociétés de conseils juridiques dans le monde. Selon le directeur général de la Société irlandaise de droit, Ken Murphy, Freshfields a manifesté en juillet son souhait de pouvoir continuer à gérer les affaires localisées dans l'Union européenne. La firme n'a cependant pas l'intention d'ouvrir une représentation en Irlande, a-t-il indiqué.

Un flux qui s'inverse

Ces enregistrements visent à parer à "toute préoccupation à l'avenir sur le statut de leurs avocats en traitant avec les institutions européennes", a expliqué notamment Ken Murphy, cité par la Law Society Gazette.

Les avocats les plus qualifiés basés en Angleterre et au Pays de Galles sont autorisés à s'enregistrer en Irlande depuis 1991, dans le cadre d'un accord réciproque, mais le flux se dirigeait majoritairement ces dernières années dans l'autre sens.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 06/12/2016 à 11:59
Signaler
Il faut "virer" l'Irlande de l'UE. L'Irlande, un Paradis Fiscal qui fait (sur le dos de ses voisins) une progression de + de 25% de son PIB. La question se pose une nouvelle fois de l'intérêt d'une UE qui laisse (favorise?) ces aberrations. Les po...

à écrit le 06/12/2016 à 10:32
Signaler
Des avocats d'affaires et fiscaux donc, encore une bonne nouvelle pour l’Angleterre espérons que cela ne soit pas des propos en l'air. Bon débarras. Le brexit engendre un véritable décrassage, ça donne vraiment envie hein.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.