Brexit : la place de Paris veut lutter "contre les idées reçues" (fiscales)

 |   |  1278  mots
Pour les hauts salaires, la France a le taux d'impôt sur le revenu le plus faible comparé à celui de ses concurrents directs fait valoir Europlace dans son rapport Brexit: la place de Paris en pole position en Europe pour attirer les entreprises.
"Pour les hauts salaires, la France a le taux d'impôt sur le revenu le plus faible comparé à celui de ses concurrents directs" fait valoir Europlace dans son rapport "Brexit: la place de Paris en pole position en Europe pour attirer les entreprises". (Crédits : Europlace)
Gérard Mestrallet, le président de Paris Europlace, a présenté ce mardi un rapport présentant les atouts de la capitale pour les établissements financiers obligés de relocaliser leurs activités après la sortie du Royaume-Uni de l'UE. Tout en relativisant ses handicaps connus en termes d’impôts et de droit du travail.

Paris, sa tour Eiffel, ses bonnes tables, ses grands crus, sa place financière diversifiée, sa filière d'excellence en mathématiques et statistiques, mais aussi ses impôts et son code du travail de 3.800 pages : la France, qui s'est lancée dans une vaste campagne de promotion de la capitale auprès du monde de la finance londonienne en vue du Brexit, doit aussi faire face à cette piètre réputation dans les milieux d'affaires anglo-saxons.

Des préjugés contre lesquels il faut lutter, a insisté le président de Paris Europlace, l'organisation chargée de défendre l'attractivité de la place financière de Paris, Gérard Mestrallet, lors de la présentation à la presse, mardi, d'un rapport intitulé « Paris en pole position en Europe pour attirer les entreprises » :

« Contrairement aux idées reçues sur la fiscalité, au-delà des déclarations, de la mauvaise image, il faut regarder la réalité des chiffres », a déclaré le président du conseil d'administration d'Engie.

Baisses d'impôts à venir

Le président de Paris Europlace a détaillé :

« Le taux d'impôt sur les sociétés de 33% en France est similaire à celui de l'Allemagne et le gouvernement vient de voter son abaissement à 28% à l'horizon 2020 dans le projet de loi de finances : on rejoint la dynamique d'autres pays européens et peut-être finira-t-on par aller plus vite à la faveur de la campagne électorale. »

Autre point concernant les entreprises envisageant des relocalisations :

« Le taux d'impôt sur les revenus est de 38%, le même qu'en Allemagne pour un revenu de 300.000 euros. Il tombe à 24% si l'on tient compte du régime des impatriés, qui vient d'être amélioré, étendu à 8 ans. »

Impots France vs Eu Brexit

Droit du travail "amélioré"

En matière de coût du travail, là aussi, Paris Europlace entend remettre les pendules à l'heure. La France n'est pas cet enfer social décrit par certains patrons américains. "Pour les hauts salaires, le coût du travail en France est similaire à celui de l'Allemagne et des Pays-Bas" assure le rapport, en prenant l'exemple d'un salarié payé 100.000 euros brut par an. L'écart n'est cependant pas négligeable, du fait des contributions sociales employeur.

cout du travail

Gérard Mestrallet a également observé ce qu'il appelle des "améliorations" de la réglementation du travail :

« Au sujet du droit du travail, qui est depuis toujours un peu un caillou dans la chaussure pour notre pays, si on regarde bien, il y a eu des progrès incontestables, avec les lois Rebsamen, Macron et El Khomri II. Un patron de banque américaine me disait : si la législation britannique est plus souple, celle de la France est plus favorable qu'en Allemagne ».

Une place diversifiée et leader

Ce rapport, élaboré avec un grand cabinet de conseil international, compare selon toute une série de critères la capitale avec d'autres grandes villes européennes, tout aussi intéressées par les relocalisations d'activités financières de Londres vers le continent: Francfort, Amsterdam, Madrid, Bruxelles, Luxembourg, Dublin. Mais pas Milan, qui est pourtant sur les rangs, mais pâtit sans doute de son système bancaire fragile. Tout y passe : la durée de trajet en train, en avion, jusqu'à l'aéroport, le nombre d'écoles internationales, les frais de scolarité, etc. L'argumentaire est centré sur les données quantitatives financières.

« La France dispose du meilleur écosystème professionnel pour le secteur financier dans l'Union européenne. Le secteur financier y est diversifié, solide et profond » a plaidé Gérard Mestrallet. « Paris est déjà la première place continentale. »

C'est l'atout numéro un mis en avant pour enfoncer les places rivales.

« Paris est une place universelle, comme l'est Londres, par rapport aux places spécialisées que sont Dublin pour le back-office et Luxembourg pour la gestion d'actifs», a déclaré Arnaud de Bresson, le directeur général de Paris Europlace.

Paris comparaison places financières

[comparaison des places financières européennes hors Londres. Paris Europlace]

Elle bénéficie notamment de la présence de 31 entreprises qui sont des leaders mondiaux de leur secteur, la fine fleur du CAC 40 pour l'essentiel, qui sont de grands émetteurs et clients des banques.

Taxe sur les transactions financières "mal venue"

Cependant, au-delà des propos de campagne, qui laissent des traces comme le fameux "mon ennemi c'est la finance" du candidat Hollande en 2012, il y a des réalités comme la taxe sur les transactions financières, que les députés viennent de décider de relever de 0,1% à 0,2% : un signal pas très "friendly" vis-à-vis des établissements de la City qui songeraient à délocaliser en cas de perte du "passeport européen" donnant accès au marché unique.

« Cette hausse est totalement inopportune », a réagi Gérard Mestrallet. « Ce n'est pas le montant en valeur absolue qui restera inférieur à ce qui est appliqué à Londres [la stamp duty de 0,5%, ndlr], mais c'est mal venu » quand on cherche à courtiser les milieux de la finance.

« C'est se tirer une balle dans le pied, les transactions financières c'est tellement facile à délocaliser. »

Certains, comme l'association des sociétés de gestion d'actifs (AFG), prônent même la création d'une zone franche (le comité italien Select Milano aussi), ce que semble écarter Paris Europlace, se retranchant derrière les commentaires du ministre des Finances Michel Sapin, qui a exclu la création d'un statut dérogatoire, particulier à la finance.

Francfort et l'avenir de Deutsche Börse

Gérard Mestrallet a également fustigé les avantages rognés sur les actions gratuites de performance, "un système d'incitation utile, le seul qui existe", et observé que "la France a beaucoup souffert des nombreux changements en matière fiscale". Évidemment séduit par la promesse de stabilité fiscale (après réformes) promise par le candidat de la droite François Fillon, le président de Paris Europlace a indiqué qu'il ferait des propositions "pour remettre la fiscalité de l'épargne à l'endroit", en favorisant l'épargne à risque (les actions) et longue.

L'objectivité a quelques limites : le rapport ne contient pas de comparatifs de ce type de taxes, au-delà des impôts classiques. Il met en parallèle les prix de l'immobilier uniquement entre Paris et Londres.

Il cite aussi Paris "au deuxième rang de la finance verte" : si la capitale française est effectivement le deuxième émetteur mondial de "green bonds" derrière les Etats-Unis, le Luxembourg, première place pour les obligations internationales, traite la moitié des volumes d'échanges de green bonds.

Cependant, c'est surtout Francfort, où siège la Banque centrale européenne, que Paris considère comme sa vraie rivale.

« Francfort est une ville de banques. Les Japonais nous disent : à Paris, nous avons nos clients, à Francfort nos concurrents ! » a déclaré Arnaud de Bresson.

Or la place allemande est susceptible d'être transfigurée par la fusion du London Stock Exchange avec Deutsche Börse. En cours d'examen approfondi à Bruxelles, cette fusion complexe déplacera le centre de gravité de la City, si elle est approuvée. Les dirigeants d'Europlace espèrent que Bruxelles retoquera ce rapprochement qualifié de "baroque" qui crée selon eux une position dominante dans les opérations sur titres.

Quoiqu'il en soit, la fusion ne changera pas formellement l'équation pour les banques implantées à Londres qui viendraient à perdre l'usage du "passeport européen". Beaucoup d'incertitudes demeurent pour ces établissements qui pourraient attendre, avant de trancher, de connaître les résultats des prochaines élections (en France et en Allemagne). Car l'environnement fiscal, qui semble tant peser dans la balance en défaveur de Paris à ce stade, pourrait être profondément modifié.

___

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2016 à 21:36 :
Paris, 4ème mondiale selon le classement du cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC) pour 2015.
Etude intéressante tenant compte de nombreux critères, elle permet de voir où l'effort doit être porté.
Paris a gagné 2 places par rapport à 2014
07-07-2016 :
http://www.pwc.fr/fr/publications/secteur-public/secteur-public-local/cities-of-opportunity-2016.html
a écrit le 29/11/2016 à 21:05 :
Cet article est completement faux. Les Pays-Bas ont un regime d'impatriation extremement favorable, qui s'appelle le 30% tax ruling. Bien meilleur que le francais, et pour une duree de 8 ans.
a écrit le 29/11/2016 à 19:28 :
DELENDA EST BRITANIA, et picétou. L'Anglois sournois ne s'était glissé dans l'Europe que pour mieux la ralentir et l'handicaper, sur ordre de ses grands "cousins". Il est temps d'évacuer, par voie basse, la taupe britannique, et de l'achever à coup de talons avant qu'elle recommence à creuser ses sournoises galeries de mine. La City ne s'est développée que parce qu'elle bradait à prix réduit aux pays non-européens les tickets d'entrée sur le marché européen. Mais voilà, y'en a plus passporting, y'en a plus la licence de guichetier financier pour l'UE, y'en a fini la rigolade, maintenant qu'on a longtemps supporté la City et ses tripatouillages catastrophiques, il est temps de se rembourser et de prélever "la livre de chair" qu'elle nous doit.
.
a écrit le 29/11/2016 à 19:17 :
Et donc tous ceux qui quittent la France vont y revenir très vite parce que c'est leur intérêt, n'est-ce pas ? A moins qu'ils ne quittent au contraire la France pour offrir généreusement leurs revenus et patrimoine à des pays étrangers "dans le besoin" ? Effectivement, là, si en plus ils se permettent d'être altruistes et de voter avec leurs pieds pour l'intérêt général et par pur idéalisme...
a écrit le 29/11/2016 à 18:36 :
300kf c'est quand même pas le salaire du gros des troupes de plus beaucoup de taxes et cotisations périphériques n'apparaissent pas ; TYLER commentaire précèdent le souligne fort bien
a écrit le 29/11/2016 à 18:05 :
Oubli , qui veut dire toute la gene française , de mentionner l'ISF .
Réponse de le 29/11/2016 à 18:45 :
Avec le régime des impatriés, les cadres de la City venant travailler à Paris seraient exonérés d'ISF pendant 5 ans (cf. art 885 A du Code Général des Impôts)
Réponse de le 29/11/2016 à 19:16 :
Oubli, qui veut dire toute une certaine idéologie française, de mentionner que les salaires ne rentrent pas dans l'assiette de l'ISF.
a écrit le 29/11/2016 à 17:24 :
Le premier graph est bidon car il ne parle bien entendu pas des cotisations sociales, qui sont bien plus elevees en France qu'aux UK par exemple.

Donc, pour un salaire de 300k, aux UK on payerait 43% de charges au total (impots sur le revenu + cotisations sociales), voir par exemple: https://listentotaxman.com/

En France, on paye a peu pres 23% de charges sociales + 38% d'impots, ce qui nous donne a la louche un taux de prelevement de: 52% ! Soit 10 points de plus qu'aux UK. On retorquera que la protection sociale n'est pas la meme (indemnites chomage principalement), mais meme avec une income insurance (~ 3% du revenu pour etre tres conservateur, en general c'est inferieur a 2%), on est loin du taux francais!

Et n'oublions pas toutes les autres taxes: ISF (quelqu'un qui gagne 300k devrait la payer raisonnablement vite), taxe fonciere/taxe d'habitation bien plus elevees que les council tax etc etc...
Réponse de le 29/11/2016 à 20:06 :
Tyler vous ouvrez la porte et la refermez immédiatement, allez au bout du raisonnement.

Il faut comparer les salaires après déduction d'une assurance, chômage, le cout de la santé (assurance + reste à charge), l'épargne retraite, les prestations familiales....

Le résultat peut-être surprenant même à ces niveaux de rémunération.
a écrit le 29/11/2016 à 17:19 :
Il faudra bien admettre qu'il faut réduire les charges sociales des entreprises et les imputer sur la consommation d'énergie. Pourquoi AIRFRANCE a des problèmes, et ALSTOM, et toute notre industrie soumise à la concurrence internationale? Cette mesure serait favorable à notre économie et permettrait de réduire le chomage. Quand arriverons nous à le comprendre?
a écrit le 29/11/2016 à 17:00 :
Ah non pitié arrêtez maintenant hein ! Vous allez finir par attirer tous les parasites anglais vous ne trouvez pas que la misère s'installe suffisamment vite dans notre pays ?

Venez pas sinon on va vous taxer à 300% !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :