Allemagne : l'inflation confirmée à 1,7% en juillet en partie à cause de la sécheresse

 |   |  303  mots
Ce n'est pas le premier été où la sécheresse sévit en Allemagne, comme en témoigne cette photo de la rivière qui traverse Dresde, l'Elbe, quasiment à sec le 11 août 2015.
Ce n'est pas le premier été où la sécheresse sévit en Allemagne, comme en témoigne cette photo de la rivière qui traverse Dresde, l'Elbe, quasiment à sec le 11 août 2015. (Crédits : Reuters)
Les prix des produits alimentaires (légumes et viande) ont nettement augmenté, ce que les observateurs ont attribué aux conséquences de la sécheresse estivale. Mais globalement, en zone euro, l'inflation a continué à décélérer en juillet et face à cette conjoncture poussive, la BCE prépare les esprits pour une action dès la rentrée.

Le taux d'inflation en Allemagne est bien remonté en juillet à 1,7% sur un an, en partie à cause de la sécheresse, selon des chiffres définitifs publiés mardi par l'office fédéral des statistiques Destatis.

Les prix des produits alimentaires ont soutenu cette remontée, passant de +1,2% en juin à +2,1% en juillet, ce que les observateurs ont attribué aux conséquences de la sécheresse estivale.

Les prix des légumes (+11%) et de la viande (+3,6%) ont particulièrement grimpé, détaille Destatis.

Le niveau de "bonne santé économique" (selon la BCE) encore loin

Les prix de l'énergie ont eux augmenté de 2,5%, sensiblement autant qu'en juin et la croissance des prix des services a décéléré, de +1,9% à +1,5%.

En glissement mensuel, les prix ont augmenté de 0,5% par rapport à juin, a aussi confirmé Destatis.

L'indice des prix à la consommation harmonisé (IPHC), utilisé comme référence par la Banque centrale européenne (BCE), affiche une hausse de 1,1% sur un an, bien en-dessous du niveau "proche de 2%" considéré par l'institut monétaire comme signe de bonne santé de l'économie.

Conjoncture poussive : vers une intervention de la BCE dès septembre ?

L'inflation allemande devrait "continuer de fluctuer entre +1,0 et +1,5% dans les mois à venir, plaidant en faveur d'une intervention de la BCE dès septembre", notait fin juillet Carsten Brzeski, économiste chez ING Bank.

Et en zone euro, l'inflation a décéléré en juillet, à 1,1% après 1,3% en juin, selon Eurostat, une tendance qui devrait se confirmer dans les prochains mois en raison de la baisse des prix du pétrole.

Face à cette perspective et à une conjoncture poussive, la Banque centrale européenne a préparé les esprits fin juillet à une baisse de ses taux ainsi qu'à une possible reprise de son programme de rachats d'actifs, tous deux attendus à l'automne par les analystes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/08/2019 à 10:08 :
La canicule a bon dos pour supporter ces augmentations, augmentations non nouvelles car déjà l'été 2018 les prix étaient à l'identique sauf pour les tomates (cette hausse je l'avais signalé l'été passé) en Espagne, la canicule ne sévit pas ! car leur bas prix n'ont pas grimpés ! Pour l'immigration climatique il faudrait penser à ce pays ou tout résiste.
a écrit le 13/08/2019 à 20:41 :
C'est vrai que fruits et légumes n'ont pas augmenté, mais pas baissé, j'ai un jardin habituellement pas rentable du tout. Quand je récolte tomates courgettes, c'est tombé à 1 euro, les patates à 40 cmes, cette année c'est 3€ et 1€.
Etc, je suis content de mon jardin et de ne pas me faire plumer par le supermarché
a écrit le 13/08/2019 à 11:56 :
Sans inflation pas de progrès social .
L inflation est comme la pluie , je dis pluie pas ; orages , ouragan , tornade .
Elle permet par l intermédiaire de hausses des salaires de redistribuer et de faire baisser les intérêts des emprunts longs , pour le grand bénéfice des primo accédants .
Au détriment il est vrai des thésauriseurs , mais c est l art de la politique que faire que tous vivent en bonne harmonie .
a écrit le 13/08/2019 à 10:54 :
L'inflation en France dépasse largement 2%, l'écart des prix de détail entre la France et l'Allemagne ne cesse d'augmenter comme chacun peut le constater sur amazon.fr versus amazon.de, et donc la France se porte bien. Quel institut gouvernemental de statistique croire quand le succès annoncé de la politique économique des gouvernement dépend des statistiques publiées.
Réponse de le 13/08/2019 à 11:10 :
Pourquoi votre statistique serait plus fiable que celle de l'INSEE. ?
Réponse de le 13/08/2019 à 23:17 :
TVA plus faible en Allemagne + pas de taxe GAFA...
Réponse de le 14/08/2019 à 7:32 :
En tout cas, vous vous ne croyez pas à l'Insee. Sinon, vous n'écririez pas une absurdité pareille sur l'inflation en France...
Réponse de le 14/08/2019 à 11:28 :
ce n est pas une question d inflation....qui a été longtemps plus forte en Allemagne qu en France

mais les prix de nombre de produits sont plus faibles en Allemagne qu'en france.....

tant sur les produits alimentaires que sur certains produits manufacturés de grande conso

demandez aux Alsaciens qui vont faire le plein une fois par mois en Allemagne.

et il y a de la TVA à 25% en allemagne....que Amazone comme partout ailleurs ne facture pas puisqu'il facture ,depuis la hollande

mais Amazone.de s aligne donc sur les prix locaux pour vendre en Allemagne
a écrit le 13/08/2019 à 9:53 :
Pauvre Mario, lui qui a injecté des liquidités pour avoir de l'inflation alors qu'au contraire, il fallait en enlever du liquide. A quoi ça tient tout ça.
a écrit le 13/08/2019 à 8:57 :
2% d'inflation n'est pas en soi un marqueur de bonne santé économique ; si cette inflation résulte de la hausse de tarifs administrés (gaz, électricité, timbre...), de situations de monopole (eau), pire encore, de hausses de taxes (énergie, carburants,...), d'inflation importée liée à des mouvements monétaires ou encore de problèmes ponctuels d'offre (fruits et légumes cet été, viande de porc en raison de la peste porcine en Chine), elle n'indique en rien une situation économique favorable.
a écrit le 13/08/2019 à 8:40 :
Information à pleurer. La finance aura rendu vraiment l'économie particulièrement détestable car nulle, sans idée, sans imagination, on fait tourner la planche à billets directement pour les banquiers qui entassent le magot dans leurs paradis fiscaux ce qui ne peut pas fonctionner mais comme ils sont sans capacité de penser ils continuent encore plus d'engraisser l'oligarchie européenne devenue difforme, monstrueuse, incapable de gérer la classe productrice car déjà incapable de se gérer elle même.

Bienvenu en UERSS, empire prévu pour durer mille ans. Mais à ce rythme ça ne devrait plus durer longtemps.

"Hâte toi déclin !" Nietzsche

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :