En six mois, la valeur du plus gros fonds souverain au monde a fondu de 170 milliards d'euros

Le Norges Bank Investment Management, le fonds souverain de Norvège, a eu un rendement négatif de 14,4% entre janvier et juin, en raison de la forte baisse des marchés actions, plombés par la chute des valeurs technologiques. Ce fonds souverain détient 1,3% de la capitalisation boursière mondiale.
Nicolai Tangen, patron du Norges Bank Investment Management (NBIM).
Nicolai Tangen, patron du Norges Bank Investment Management (NBIM). (Crédits : Reuters)

Le plus gros fonds souverain de la planète, celui de la Norvège, le Norges Bank Investment Management (NBIM), a perdu quelque 1.680 milliards de couronnes (170 milliards d'euros) au premier semestre, plombé en particulier par les valeurs technologiques, a annoncé mercredi la Banque de Norvège.

Alimenté par les revenus pétroliers de l'Etat norvégien, l'énorme bas de laine a essuyé un rendement négatif de 14,4% sur les six premiers mois de l'année, voyant sa valeur tomber à 11.657 milliards de couronnes (10.556 milliards d'euros), fin juin.

« C'est, en pourcentage, le deuxième plus gros recul semestriel » de l'histoire du fonds, abondé depuis 1996, « et le plus gros recul en couronnes », a noté le chef du fonds, Nicolai Tangen, lors d'une présentation.

Depuis le début de l'année, les marchés ont été chahutés par la hausse des taux d'intérêt, une inflation élevée à cause notamment de l'envolée des prix de l'énergie, et la guerre en Ukraine, autant de facteurs qui alimentent les craintes de récession.

Dépréciation de 17% sur les actions

Ce sont principalement les investissements en actions qui ont pesé sur les performances du fonds avec une perte de 17%. Pénalisé par la sortie de la pandémie de Covid-19, le secteur technologique a, à lui seul, généré une perte de quelque 414 milliards de couronnes (-28%) pour le fonds, entraîné vers le bas par des géants comme Meta, la maison-mère de Facebook, Amazon, Apple et Microsoft. Seule exception, les valeurs énergétiques ont pris 13%, dopées par la flambée des cours. Les actions représentaient 68,5% du portefeuille fin juin. Le fonds norvégien est présent au capital de 9.338 entreprises dans 70 pays et contrôle environ 1,3% de la capitalisation boursière mondiale.

Investissements en obligations

Les placements en obligations (28,3% des actifs) ont perdu 9,3% tandis que les investissements dans l'immobilier non coté (3% du portefeuille) ont gagné 7,1%. Actif encore marginal (0,1% des investissements), les projets d'énergies renouvelables non cotés en Bourse ont aussi accusé une perte de 13,3%.

L'ensemble de ces investissements sont réalisés hors de Norvège, plus gros exportateur d'hydrocarbures d'Europe de l'Ouest, afin de ne pas surchauffer l'économie nationale.

Si les performances financières du premier semestre ont été mauvaises, le fonds a repris des couleurs cet été grâce au rebond des Bourses: mercredi, selon le compteur qui tourne en direct sur le site de la banque centrale norvégienne, il pesait plus de 12.300 milliards de couronnes.

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 18/08/2022 à 11:01
Signaler
Vous classez cette info: accueil > union européenne... la Norvège dieu merci pour elle ne fait pas partie de l'union.

à écrit le 18/08/2022 à 10:58
Signaler
Le fond fond de 17 %.. mais les sur-recettes abondant ce fond s'accroissent elles de combien sachant que le pétrole a prit de + 30 à + 40% et le gaz 300 % ? Les petites norvégiennes et norvégiens ne doivent pas paniquer, leurs parents gèrent très bie...

à écrit le 18/08/2022 à 10:16
Signaler
les valeurs boursières ont tjrs été virtuelles se qui compte c’est la valeur à laquelle vous l’achetez et vous la vendez tout le reste c’est de la spéculation. La Norvège va encore s enrichir avec la rareté du gaz et les prix qui vont monter avec, et...

à écrit le 18/08/2022 à 0:56
Signaler
Les norvégiens ont préféré confier leur retraite aux bulles spéculatives de la silicon valley plutôt qu'aux entreprises de leurs voisins européens... tant pis pour eux!

à écrit le 17/08/2022 à 21:11
Signaler
tous cela est du a l'effondrement des places boursieres international et de l'economie mondial et ce n'est pas fini

à écrit le 17/08/2022 à 21:11
Signaler
tous cela est du a l'effondrement des places boursieres international et de l'economie mondial et ce n'est pas fini

à écrit le 17/08/2022 à 21:04
Signaler
Avec l'explosion du prix du gaz et l'augmentation des volumes exportés, la Norvège et son fonds souverain ne seront pas demain dans la "dèche "!

à écrit le 17/08/2022 à 19:34
Signaler
Pauvres riches.

à écrit le 17/08/2022 à 17:55
Signaler
il faut vite que la france de gauche leur vote une taxe sur les pertes, pour boucher le trou de la secu reenchantee; en france y a pas de petrole, mais y a des idees d'impots pour les autres

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.