Entrée en scène européenne d'un Président sans étiquette partisane

 |   |  1183  mots
Le président Macron, à Bruxelles jeudi et vendredi, estime qu'il a déjà marqué un point sur les sujets commerciaux.
Le président Macron, à Bruxelles jeudi et vendredi, estime qu'il a déjà marqué un point sur les sujets commerciaux. (Crédits : ERIC VIDAL)
La défense, le Brexit et le commerce sont au menu du premier rendez-vous du chef de l'Etat français avec ses homologues européens. Une réunion de transition qui ne permettra pas (encore) de tenir la promesse d'une « Europe qui protège ».

Après une séquence politique parisienne pour le moins éprouvante, le chef de l'Etat est arrivé  cet après-midi  à Bruxelles pour le traditionnel sommet européen d'été sur ces mots : « nous entrons dans le concret ». Le leader de La France en Marche ! n'avait participé préalablement à aucun des sommets des partis qui se tiennent traditionnellement dans les heures précédant la rencontre officielle. On l'attendait chez les libéraux, aux côtés du Premier ministre néerlandais Mark Rutte et du Belge Guy Verhofstadt. Il a décliné.

Emmanuel Macron arrive donc dans le jeu européen en tentant de tenir une place à part, à l'écart des partis. Il se présentera avant tout en chef de l'Etat d'un pays dont l'influence a notoirement décliné depuis les mandats du président Chirac. Pro-européen dans le verbe, libéral dans son pays quand il s'agit des réformes économiques, mais demandeur d'une Europe plus active en matière de défense qu'il s'agisse de géopolitique ou de concurrence commerciale, le président français va pouvoir tester ses idées, marquer quelques points... et mesurer le travail de conviction à accomplir, que ce soit pour amener ses homologues sur son terrain ou pour expliquer aux Français qu'ils devront patienter avant de se voir offrir cette « Europe qui protège » que l'Elysée leur promet depuis l'échec du référendum de 2005.

Brexit : le plus dur reste à venir

Le Brexit, voilà un sujet sur lequel, pour le moins, les chefs d'Etat et de gouvernement, Emmanuel Macron compris, pourront afficher un certain satisfecit. Le négociateur en chef de la Commission européenne, Michel Barnier, qui entame déjà son deuxième tour des capitales européennes, a fait jusqu'à présent un sans faute.

Seul point concret à l'ordre du jour de la réunion sur ce sujet : les règles de relocalisation des deux agences de régulation du marché des médicaments et des banques. Les chefs se contenteront d'approuver la procédure de sélection d'un nouveau siège. Les pays ont encore un mois pour soumettre leur candidature. Une certitude : il y aura beaucoup de candidats et le choix, que les Vingt-Sept assurent vouloir formuler à l'automne, sera un exercice diplomatique de haut vol. Il avait fallu six sommets de chef d'Etat pour trancher la localisation de Frontex, l'agence de protection des frontières qui avait finalement atterri à Varsovie.

C'est également à l'automne que les chefs d'Etat devront décider si, oui ou non, les négociations sont assez avancées pour passer à la phase 2 : la préparation d'un accord de libre-échange.

Mais le Brexit reste un sujet pour le moins glissant, personne ne pouvant prévoir les conséquences possibles des errements du gouvernement britannique. Au point que plusieurs dirigeants, à commencer par le président du Conseil Donald Tusk, ont donné dans la plaisanterie.

 « Certains de mes amis britanniques m'ont demandé s'il était possible d'inverser le Brexit... L'Union européenne est construite sur des rêves impossibles à réaliser... alors qui sait ? Vous pouvez dire que je suis un rêveur mais je ne suis pas le seul », a-t-il déclaré à son arrivée au Conseil.

Défense : avancer vers un vrai « noyau dur »

C'est en matière de sécurité que la tension vers une « Europe à plusieurs vitesses » devrait se faire sentir le plus fort. Le projet de conclusions de la réunion appelle à la création de « coopération structurée permanente », une possibilité inscrite dans le traité de Lisbonne de 2007 mais qui n'a pas trouvé à se concrétiser depuis. Les Vingt-Huit se sont donnés trois mois pour préciser les critères de participation, indique le communiqué publié jeudi soir. Une telle coopération suppose un engagement formel des pays, en termes d'investissement, de mise à disposition de capacité et cela, dans la durée.

Commerce international : changement de ton mais pas de révolution

Le président Macron qui a évoqué l'idée d'un « Buy European Act » pendant sa campagne, est attendu au tournant. Le sujet sera débattu vendredi. Ses homologues, en partie parce qu'ils subissent les mêmes pressions de leurs opinions et de leurs entreprises inquiètes de la concurrence des pays à bas coût, sont prêts à en parler. Emmanuel Macron ne repartira pas les mains vides. Dans sa lettre d'invitation, le président du Conseil Donald Tusk empruntait une rhétorique inhabituelle pour l'Union parlant de « mondialisation incontrôlée ».

Sur les investissements, de manière très claire le texte des conclusions porte aujourd'hui ce que nous souhaitons. Je souhaite que nous puissions, en matière de commerce, là aussi avoir une Europe qui est tout à fait ouverte au libre-échange et à ce que sont nos valeurs, mais qui protège lorsque d'autres ne respectent pas certaines règles. Et donc mention est faite à la fois du contrôle de certains investissements directs étrangers dans des domaines sensibles. Nous demandons à la Commission d'y travailler", a déclaré avec satisfaction le président Macron à son arrivée à Bruxelles.

Mais le projet de conclusions repousse à la fin de l'année toute proposition concrète sur de nouvelles règles de protection des entreprises européennes et des investissements basées sur le principe de la réciprocité.

Le travail restera donc largement à venir. La solidité du tandem franco-allemand qui a tenté de faire bouger les choses cette année, avec le soutien de l'Italie, dépendra à l'avenir de l'équilibre des pouvoirs à Berlin où les libéraux du FDP, possibles futurs alliés de coalition de la CDU après septembre, pourraient se montrer réservés.

La réforme de la zone euro, en arrière plan

Enfin, Paris et Berlin n'ont cessé ces dernières semaines d'envoyer des signaux convergents sur la réforme de la zone euro, la chancelière allemande allant jusqu'à affirmer clairement qu'elle rejoignait les positions de son homologue français sur la création d'un poste de ministre des finances et d'un budget de la zone euro. Mais la concrétisation de ces plans appellera des arbitrages douloureux sur les contreparties en termes de surveillance budgétaire, l'utilisation des fonds. Rien ne sera décidé cette semaine.

A plus court terme, il faudra gérer la succession de l'actuel président de l'Eurogroupe, l'ancien ministre des Finances néerlandais Jeroen Dijsselbloem, dont le départ pourrait intervenir dès cet été.  Un poste pour lequel le Français Pierre Moscovici, actuel commissaire européen en charge de l'euro, est officieusement candidat. Mais celui qui a été le ministre de l'économie de François Hollande est peu populaire à Berlin et, plus généralement, auprès des gouvernements libéraux ou conservateurs, à Madrid ou La Haye. Sa nomination aurait, certainement, un « coût » politique pour le président Macron. Il y a peu de chance que la question soit tranchée cette semaine.

(Article publié à 19h30, mis à jour à 21h20)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2017 à 17:00 :
Sans étiquette m' a doucement fait rigoler. Macron est Young Leader, étiqueté pour conduire la politique européïste pensée et voulue par les usa qui ont besoin d' une Union européenne docile pour contraindre la géopolitique de la Russie et éliminer un possible rapprochement entre cette dernière et l' UE...


Je sais que les journalistes ont certaines difficultés à commettre des analyses objectivement Union critiques dans ce contexte mais là c' est vraiment gros.


https://www.upr.fr/videotheque-upr/non-leurope-ce-nest-pas-la-paix-leurope-cest-la-guerre
a écrit le 23/06/2017 à 11:37 :
On est tous partisan de quelque chose, car à un moment donné, il faut choisir. Tous ces articles qui veulent faire reluire les pompes de Macron ne sont que de l'enfumage :-)
Réponse de le 23/06/2017 à 16:50 :
La presse subventionnée ami et les syndicats subventionnés par la confédération européenne des syndicats et l' Union subventionnée par nous qui perdons avec une grande régularité 9 milliards par an ....

Le seul qui y voit clair c' est ASSELINEAU avec l' UPR..
a écrit le 23/06/2017 à 11:17 :
Pour l instant la parole est reine .La question qui vient , est , comment va t il s y prendre pour faire croire que travailler plus et payer moins est bon pour la santé des travailleurs . Il serait bon que des professeurs de médecine lui apporte leurs soutiens relayer par les médias institutionnels .
a écrit le 23/06/2017 à 10:26 :
Lui, Macron, il veut vendre plus des armes fabrication francaises aux les pays de UE. Plus il veut mutualiser les dettes francais par les autres membres du UE parce que il a peur donc pas le courage d'implanter des vrais reformes en France.
a écrit le 23/06/2017 à 8:59 :
C'est grâce à un article publié ici que j'ai appris que les sociaux démocrates votaient de comme le PPE à l'assemblée européenne, ce parti qui a enfoncé l'europe au sein d'un conservatisme économique mortifère.

Cette information est capitale car démontrant la compromission générale des partis politiques européens, malgré l'amour aveugle que porte la tribune à macron il est indispensable de savoir dès le premier vote de ceux-ci si "en marche" vote comme le PPE, auquel cas bien évidemment nous ne pourrons que nous rendre à la conclusion que tout ceci n'était que de l’esbroufe.
Réponse de le 23/06/2017 à 9:20 :
Il est courant chez tous nos voisins d'avoir des coalitions et donc la culture du compromis. Donc à partir du moment, où il y a une forme de coproduction d'un texte je ne vois pas ce qui a de choquant à le voir voter par plusieurs partis.
Il semble que Macron que vous détestez tant essaye d’implémenter cela chez nous et force est de constater, que c'est ce que veulent les Français.

Au demeurant, et je le déplore, le Parlement Européen n'a qu'un rôle tout à fait marginal en matière économique. D'ailleurs, je serais en peine pour citer une seule de ses décisions qui m'est marquée sur quelques sujets que ce soit ( je me trompe sans aucun doute).
Réponse de le 23/06/2017 à 11:25 :
"Il semble que Macron que vous détestez tant"

Je ne déteste pas plus votre poulain que les autres hommes politiques, ne vous en faites pas.

"Donc à partir du moment, où il y a une forme de coproduction d'un texte je ne vois pas ce qui a de choquant à le voir voter par plusieurs partis."

Et qu'il y ai coproduction régulière de texte entre partis politiques censés s'opposer incarnant un minimum de démocratie cela ne vous choque pas non plus ?

Parce que selon l'article de la tribune c'est la majorité des Lois qui sont votés de la même façon par ces deux partis censés s'opposer je vous ferais dire on est pas dans l'exception là.

"que c'est ce que veulent les Français"

Ben non les français à plus 51% de son électorat se désintéressent des politiciens et de leurs grands et beaux discours quyi se terminent toujours de la même façon, enrichissement des plus riches et paupérisation des autres.

"Au demeurant, et je le déplore, le Parlement Européen n'a qu'un rôle tout à fait marginal en matière économique"

Vous auriez du attaquer votre contradiction par ce point autrement plus crédible étant donné qu'en effet du coup avec une assemblée dotée d'aussi peu de pouvoirs on ne peut que déplorer comme logique le fait de cette compromission généralisée.
Réponse de le 24/06/2017 à 1:22 :
Nous avons une vision différente. Je ne vois pas pourquoi on devrait s'opposer sur la définition par exemple de norme de produits chimiques et autres.
Le spectacle de notre AN était absolument navrant, tant mieux si à Strasbourg et Bruxelles, ils bossent vraiment plutôt que faire du théâtre.

Ca fait des lustres que tous les sondages donnent à environ 8O% le désir des français pour des gouvernements d'union national ou en tout cas rassemblant les gens de bonne volonté. On y est.
Réponse de le 25/06/2017 à 17:00 :
"tant mieux si à Strasbourg et Bruxelles, ils bossent vraiment plutôt que faire du théâtre."

Ils bossent tellement bien que les grecs tirent le diable par la queue et que les anglais sortent de l'UE. Faut dire entre ses promesses de suppression d'argent liquide et de révolution de la 5g, tandis qu'elle impose un dumping social des plus destructeurs et un chômage de masse honteux, elle fait vachement envie.

"
Ca fait des lustres que tous les sondages donnent à environ 8O% le désir des français pour des gouvernements d'union national"

Propos malhonnêtes j'espère sincèrement que vous ne faites pas exprès étant donné qu'avec plus de 51% d'abstention "les français" comme vous dites n'ont pas voté pour une union nationale comme vous dites.

Bref vous aussi comprenez que je ne vous lise pas, votre discours rempli de dogmes est vraiment pénible à lire.
Réponse de le 26/06/2017 à 9:30 :
Tiens je vous ai répondu mais ma réponse n'est une nouvelle fois pas passée. Fatiguant.

"tant mieux si à Strasbourg et Bruxelles, ils bossent vraiment plutôt que faire du théâtre"

Vous trouvez qu'ils bossent bien vous ? Alors que les peuples européens croulent sous l'austérité et la crise, que les anglais sortent de l'UE, que le dumping social fait des ravages et-c...

"Ca fait des lustres que tous les sondages donnent à environ 8O% le désir des français pour des gouvernements d'union national ou en tout cas rassemblant les gens de bonne volonté. On y est."

Les français se sont abstenus à plus de 51% ce que vous affirmez est donc radicalement faux.
a écrit le 23/06/2017 à 8:47 :
" cette « Europe qui protège » que l'Elysée leur promet depuis l'échec du référendum de 2005".

Qui protège ? avec une loi travail pour les salariés qui vient des GOPE (Grandes Orientations de Politique Économique), documents préparés par la direction générale des affaires économiques de la Commission européenne.Ah,ah
a écrit le 23/06/2017 à 8:39 :
"Pierre Moscovici, peu populaire à Berlin et, plus généralement, auprès des gouvernements libéraux ou conservateurs, à Madrid ou La Haye".

Pourtant ,Moscovivi de l'aile droite du PS fait tout pour avoir le même langage ideologique qu'eux, les ingrats.
a écrit le 23/06/2017 à 8:26 :
"sans étiquette partisane" ou on ne connait pas encore son étiquette ? Il est bien évident qu'il a une étiquette partisane parce qu'à un moment donné, il faut choisir. Il ne va pas rester au milieu du gué pendant tout son mandat, faute de quoi ce serait pire que Hollande. Attendons donc encore un peu pour connaitre son plan :-)
a écrit le 23/06/2017 à 3:32 :
la tribune ne pourrait-elle pas respecter la Grande Bretagne : sortir de l'UE est un droit que vous le vouliez ou non !!!
a écrit le 23/06/2017 à 0:00 :
Ce n'est pas parce qu'il n'a pas d'étiquette qu'il n'est pas partisan. Quelqu'un qui marche masqué est plutôt inquiétant...
a écrit le 22/06/2017 à 20:27 :
macron président non partisan dixit un journal "la tribune" partisan, alors qui dit vrai???
a écrit le 22/06/2017 à 19:57 :
on espere que les costumes de fillon vont s'y inviter, vu que c'etait a priori le seul pb de la france et que bizarrement on n'en n'a plus de nouvelles!
qu'en est il finalement, avec ces costumes? pour quoi ca ne fait plus la une des journaux alors que c'est ce qui interesse le vulgus pecus?
Réponse de le 23/06/2017 à 6:13 :
Il est temps de passer à autre chose l'ami, votre névrose est inquiétante, mais si nous en parler vous fait du bien tant mieux, courage.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :