Italie : démission de Mario Draghi, coup dur pour le pays

Prenant acte de la démission de son Premier ministre, le président de la République Sergio Mattarella devrait prononcer dans la foulée la dissolution du Parlement et convoquer des élections anticipées pour cet automne. La chute du gouvernement Draghi ouvre une période d'instabilité politique dans un moment de crises inflationniste, alimentaire et énergétique qui rendent la dette italienne plus fragile que jamais.
Mario Draghi a démissionné ce jeudi matin de son poste de Premier ministre.
Mario Draghi a démissionné ce jeudi matin de son poste de Premier ministre. (Crédits : GUGLIELMO MANGIAPANE)

[Publié le 21.07.2022, 8:22; mis à jour 10:45 avec la démission de M. Draghi]

Son départ était devenu inéluctable. Mario Draghi a remis sa démission ce jeudi matin au président de la République italienne Sergio Mattarella. Le Premier ministre italien a présenté « sa démission et celle de son gouvernement. Le Président de la République en a pris acte», a déclaré la présidence italienne dans un communiqué.

Mario Draghi avait perdu au parlement le soutien de trois partis de sa coalition. En effet, Forza Italia, le parti de centre-droit de Silvio Berlusconi, la Ligue, la formation d'extrême droite de Matteo Salvini, et la formation populiste du Mouvement 5 Etoiles (M5S) ont refusé de participer au vote de confiance demandé mercredi par le Premier ministre au Sénat.

La sortie de Mario Draghi laisse un goût amer à une partie des Italiens qui voient en lui une figure consensuelle et respectée à l'étranger. Selon les sondages, deux-tiers d'entre eux souhaitaient que "Super Mario" reste à la barre. Arrivé à la tête de l'exécutif en février 2021 pour sortir l'Italie de la crise sanitaire et économique, Mario Draghi avait déjà donné sa démission le 14 juillet au président Mattarella, qui l'avait aussitôt refusée et lui avait réclamé de demander un vote de confiance du parlement.

La nomination du successeur de Mario Draghi ne devrait pas intervenir avant de nouvelles élections législatives, probablement cet automne. En attendant, il doit abandonner les grands projets de réformes à mener, gelés jusqu'à nouvel ordre.

En Europe, les marchés s'inquiètent

A Bruxelles, l'heure est à l'inquiétude quant à l'avenir proche de la troisième économie de la zone euro. Le commissaire européen à l'Économie, l'Italien Paolo Gentiloni, a jugé « irresponsables » les partis ayant fait défection, alors que Bruxelles et ses partenaires européens avaient fait pression pour que le Premier ministre, gage de stabilité, reste à son poste. L'Italie perd Mario Draghi au plus mauvais moment alors que les nuages s'accumulent au-dessus de l'économie du pays, vulnérable aux chocs qui se conjuguent depuis plusieurs mois.

Au plan énergétique d'abord, l'Italie importait 40% de son gaz de Russie jusqu'au début de la guerre en Ukraine. Mario Draghi s'est activé pendant ses derniers mois de mandat pour trouver des alternatives au gaz russe, dont les livraisons s'amenuisent. L'ancien Premier ministre se trouvait à Alger en début de semaine pour négocier davantage d'exportations de gaz algérien vers l'Italie. Si le pays venait à manquer d'énergie cet hiver, cela risquerait de paralyser en partie son important secteur industriel et plus généralement son économie, potentiellement à la veille d'une récession.

Ce retournement de conjoncture suscite l'inquiétude des marchés autour des finances publiques italiennes, déjà lestées par un endettement colossal (150% du PIB fin 2021 contre 70% en Allemagne) et une faible capacité à réduire les déficits. Le coût de la dette de l'Italie est reparti à la hausse, signe de la nervosité des marchés face à l'incertitude dans la péninsule. Les conséquences de cette inévitable démission sont donc déjà là. L'euro perdait hier soir 0,48%, à 1,0177 dollar pour 1 euro, après avoir atteint, la veille, son plus haut niveau depuis deux semaines.

Aggravation du risque de fragmentation

La valeur des emprunts d'Etat italiens a encore fondu, signe d'une moindre confiance dans la capacité du pays à honorer ses échéances de dette. Le taux d'intérêt de ces obligations, qui évolue en sens opposé des prix, a lui bondi, frôlant son plus grand écart depuis 26 mois avec le taux allemand de même échéance. Cela ravive le risque de « fragmentation » des dettes européennes, c'est-à-dire un trop grand écart entre les taux d'intérêts auxquels empruntent les pays fragiles financièrement comme l'Italie, et ceux jugés solides comme l'Allemagne ou l'Europe du Nord.

Si ces taux divergent de façon excessive, les économies concernées divergeront aussi, de quoi menacer l'unité de la zone euro. C'est ce qui s'était passé lors de la crise des dettes souveraines de 2011 à 2012 dans l'UE. A l'époque, la possibilité d'une sortie de l'Italie de la zone euro avait préoccupé les Européens qui craignaient son implosion. La catastrophe avait finalement pu être évitée - entre autres - grâce à la promesse de sauver l'euro « à tout prix » faite par le président de la BCE d'alors. Un certain Mario Draghi.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 21/07/2022 à 21:24
Signaler
Ce serait plus juste de dire qu il a voulu demissionner , le president a refuser Donc il a été virer de force

à écrit le 21/07/2022 à 20:56
Signaler
Beaucoup de médias font l'éloge de cet homme qui a pourtant maintenu en vie une politique européiste américanophile nuisible qui n'a fait qu'enfoncer l'Europe et l’Italie dans le bourbier ou nous sommes aujourd'hui. Qu'il en assume les conséquences e...

à écrit le 21/07/2022 à 15:58
Signaler
Comme pour Berlusconi, on se demande comment de tels individus peuvent rester au pouvoir aussi longtemps et ne pas aller en prison.

le 21/07/2022 à 21:05
Signaler
Berlusconi avait la fibre "italia" Draghi un européen a la fibre " banque US" Beaucoup d Italiens prefere Berlusconi malgré ces frasques ...

à écrit le 21/07/2022 à 13:06
Signaler
Pourquoi un coup dur pour l'Italie? Draghi est déja un homme du passé. L'escroquerie financière de la monnaie dette créée à partir de rien se termine par la chute du dollar et de toutes ces monnaie-soeurs basées sur le même mensonge des réserves fra...

le 21/07/2022 à 14:26
Signaler
Tout à fait d'accord avec vous, et j'ajouterais qu'il est temps de mettre fin à cette mascarade non-démocratique qu'est ce machin baptisé Union Européenne ! Union de quoi, union de qui ? La vraie union est à faire et beaucoup de conditions sont réuni...

à écrit le 21/07/2022 à 13:06
Signaler
Mario Draghi a géré cette crise avec arrogance et incompétence. Après avoir tout fait pour discréditer son prédécesseur Giuseppe Conte qui avait négocié âprement les aides financières dévolues à l’Italie suite à la pandémie, il a littéralement poussé...

à écrit le 21/07/2022 à 13:00
Signaler
Effectivement c'est un coup dur. Avec son image de sérieux, M. DRAGHI participait à masquer la situation, à savoir que l'Italie (comme d'autres pays de l'UE) est surendettée, et que c'est la planche à billets de l'euro qui maintient les finances à...

le 21/07/2022 à 21:18
Signaler
Normal leur modele c est les USA Surendettée et planche a billets 1/4 de la dettes US est vers la chine et le Japon Si les US devait les remboursé demain ils seraient dans la Moise

à écrit le 21/07/2022 à 12:59
Signaler
MARIO Draghi c' est l' homme des banques c' est bien qui part , mais je ne serai pas etonne qu' il est demissionner sur ordre de son ancien patron le grant banquier Rothschild, un default de payement de l' ITALIE des milliards a gagne et l' EE dans...

à écrit le 21/07/2022 à 12:14
Signaler
Je n'ai pas de boules de cristal et espère me tromper. La. chute du gouvernement italien dans le contexte actuel fait tomber le premier domino d'un édifice Européen qui devrait s'écouler. Comme d'habitude et contrairement aux Américains, l'Europe, ob...

le 21/07/2022 à 13:19
Signaler
"obnubilé par des principes, aura négligé ses intérêts" devrait être "obnubilé par son servilisme americain, aura négligé ses intérêts" Ce serait bien plus fidel a la réalité.

à écrit le 21/07/2022 à 12:06
Signaler
Si cela pouvait arriver en France !!!

le 21/07/2022 à 13:10
Signaler
Pour nous deux solutions dissolution élection législative le 18 et 25 septembre ou prise de pouvoir par la rue

à écrit le 21/07/2022 à 11:48
Signaler
Après avoir foutu la m*** : coupure du gaz russe, il se barre avant que ça pête vraiment en Italie. Courageux le mec

à écrit le 21/07/2022 à 10:20
Signaler
La composition des Assemblées Nationales, fragmentées, tant en Italie qu’en France, montre ce qui va arriver. Les situations ont tant dérivé qu’ils devient impossible de remettre de l’ordre. M.Macron a du souci à se faire, principal responsable de ce...

à écrit le 21/07/2022 à 8:43
Signaler
"Selon les sondages" de GS le candidat de GS est le plus aimé des italiens.

le 21/07/2022 à 13:34
Signaler
+ 1.. et le média nous la jouant tragique et angoissante: allons nous survivre à cette impossible disparition du guide suprême ? Le soleil se levera t'il demain ? Notons que la complainte était la même pour réinstaller Macron II... Et dans la second...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.